Avertir le modérateur

13/09/2013

Des riches toujours plus riches ... et pour toujours ?

Awss1RlCEAAozk6.jpg

NON,  malgré les incantations plus ou moins sincères,
le "ruissellement" de la richesse vers le bas ne fonctionne PAS !


Il y a des lectures, qui, au delà de leur grand intérêt, sont quand même un peu désespérantes.

Ainsi en est-il de l'article d'Emmanuel Todd dans Marianne n°855 sur le dernier livre de Thomas Piketty "Le capital au XXIe siècle" (Seuil, 2013).

capitalPiketty.jpg

Extrait de l'article dans Marianne :

"Toutes les sociétés du passé peuvent être dites patrimoniales parce que dominées par une richesse héritée et concentrée. Que leur croissance moyenne ait été de 0.5%, 1 ou 2 % ne fait guère de différence dans la très longue durée si le taux de rendement du capital est de 5%. Nous aurons toujours au final, une société dans laquelle les 10% les plus riches détiennent 80% du capital et les seuls 1% des plus riches, la moitié.

1789 ne change rien. L'âge démocratique des livres d'histoire, entre 1789 et 1914, époque de l'alphabétisation de masse et de la diffusion du droit de suffrage, n'a permis aucune déconcentration du capital. Les 1% les plus riches détiennent un peu plus de 50% du capital en 1810, 60% en 1910. De tels résultats invitent à une sérieuse relecture de Tocqueville. Et des économistes : aucune autocorrection dans le temps, comme celle qu'avait suggéré Simon Kuznets au coeur de la guerre froide, aucun de ces retours automatiques à l'équilibre dont les économistes raffolent mais qu'on ne voit jamais. Ce sont les guerres du XXe siècle qui ont mis le capital et la rente au tapis, à travers les destructions physiques, l'inflation, les taxations d'urgence. En 1945, enfin le capital est maitrisé. L'âge du travail, des études et de la méritocratie peut s'épanouir. Les 1% supérieurs sont enfin définis par le travail plutôt que par l'héritage.

La démocratisation économique d'après 1945 ne prend cependant pas la forme d'une redistribution générale des cartes. Les 50% d'en bas continuent de ne rien posséder. L'innovation majeure de l'après-guerre est l'émergence d'une "classe moyenne patrimoniale", la possession de quelque choses par les "40% compris entre les 10% du haut et les 50% du bas : un logement, quelques réserves monétaires moins biens placées et moins rentables que la masse des très hauts revenus. Mais quand même, c'est une classe moyenne, selon Aristote, capable de donner à la société un socle de stabilité, et de la bloquer d'ailleurs."

[...]

"En l'absence d'une correction par l’État, la remontée de la société patrimoniale sera inexorable [après la période de la reconstruction].

Notre prise de conscience est lente. Les baby-boomers qui sont aux commandes croient encore que notre société est méritocratique, que l'effort et le succès scolaires sont la voie vers de hauts niveaux de vie. Les diplômes restent nécessaires, mais année après année, le poids de la fortune familiale détermine un peu plus le niveau de vie des individus, par héritage ou donation. Nous sommes en France à un point d'équilibre : les 1% des plus hauts revenus du travail s'équilibrent. Mais le retour aux commandes de riches non-diplômés et programmé."

[...]

"Au terme de ce livre, on a plutôt envie de se demander quelle crise surprenante et brutale permettra à nos pays vieillis, une remise à plat des compteurs et un redémarrage démocratique. Ou au contraire l'émergence, dans un monde toujours plus riche mais redevenu formidablement inégalitaire, de formes de domination souples et totales comme on n'en a jamais vu dans l'histoire."

(NB:  les mises en gras sont de moi. Z.)

Voilà.

Pas très optimiste, tout ça.

J'avoue que je ne le suis pas non plus et je ne suis pas tout seul (cf entre autres le livre d'Eric Verhaeghe dont j'ai déjà parlé ici).

Et ça fait un long moment que je vois venir une guerre civile et sociale généralisée.

2035837213.jpg

Car à moment donné, un catalyseur quelconque finira par allumer la mèche vers l'explosif social instable dans lequel nous baignons avec de plus en plus de conscience depuis que la "crise" est devenue chronique.


Comme disait avec justesse Alain Bertho :

"Une des raisons de l'exaspération, c'est que les préoccupations populaires ne sont pas mises à l'agenda politique officiel."

Cette exaspération croissante finira bien pas s'exprimer,

Rich&poor.jpg


Mais pas forcément en bien, et elle peut aussi être instrumentalisée (cf Aube Dorée en Grèce).

 

Mais encore, comme disait The Selecter en 1979 :

"Everyday... things are getting worse"

Déjà !

Mais ...

"Qui peut prédire quelle étincelle pourrait mettre le feu aux poudres?"

Et sur un mur de Paris :

politique,Piketty,Emmanuel Todd, Le capital au XXIe siècle,guerre civile, ploutocratie

Alors qui sait ?

...

Mais pas de quoi se réjouir d'avance.

Arf !

Zgur_



Voir aussi chez France Info : "La concentration du patrimoine est une menace pour la démocratie"


24/07/2011

Le ska de The Selecter est toujours d'actualité avec l'Amy "Back to black" & Woodie "All you facists, big in the body, small in the mind"

Avec d'autre groupes de la seconde vague ska (The Specials et Madness), j'adore The Selecter et sa sublime chanteuse Pauline Black.

C'est bizarrement aujourd'hui une drôle et double d'actualité pour The Selecter.

D'abord avec la sortie prochaine (le 31/07/2011) du nouveau single du groupe, une superbe reprise ska du "Back to black" d'Amy Winehouse qui vient de mourir :

 

 

Ensuite parce que le single précédent (sorti en mai) est une reprise du "All you facists" de Woddie Guthrie, titré "Big in your body (small in your mind)"qui fait aujourd'hui un écho certain aux événements de vendredi en Norvège.

Jugez par vous même :

 

 

 

"All You Fascists" -- Lyrics by Woody Guthrie / additions-changement par P. Black

I’m gonna tell you fascists
You may be surprised
The people in this world
Are getting organized
You’re bound to lose
You fascists bound to lose

Race hatred cannot stop us

This one thing we know
Your poll tax and Jim Crow
Derivatives and hedge funds

And greed has got to go
You’re bound to lose
You fascists bound to lose.

All of you fascists bound to lose:

I said, all of you fascists bound to lose:
Yes sir, all of you fascists bound to lose:
You’re bound to lose! You fascists:
Bound to lose!

People of every color

Marching side to side
Marching ‘cross these fields
Where a million fascists die
You’re bound to lose
You fascists bound to lose!

I’m going into this battle

And take my union gun

We’ll end this world of slavery
Before this battle’s won
You’re bound to lose
You fascists bound to lose!

Special spotlight on :

KKK, BNP, Tea Party, Jean Marie Le Pen, ...

All you facists
You're bound to lose

 

On dit souvent avec défaitisme qu'une chanson ne peut pas changer le monde. Pas si sûr. Mais de toutes façons, certaines permettent de ne pas baisser les bras face à la connerie basse du Front.

"Gros biscottos
Mais petits cerveaux
Vous tous, fascistes
En route vers la défaite !"

Mais pour ça, il va falloir qu'en haut lieu on arrête de se cacher derrière son petit doigt et de protéger les vrais profiteurs du bordel de la crise sur lequel prospère le ressentiment qui nourrit cette pourriture fasciste mais aussi tant d'autre risques d'explosion sociale :

Financiers, Banksters, profiteurs et fauteurs de guerres ...

Ce sont eux les vrais ennemis.

De nous tous.

Eux, n'hésiteront pas à nous tirer dessus. Ils l'ont déjà fait et s'y préparent de nouveau ardemment (A LIRE !).

Alors, tant qu'il est encore temps...

Ne les ré-invitons pas au pouvoir par les urnes.

Pas si sûr que ça suffise, mais ça peut aider.

Et vive le ska !

Arf !

Zgur_

 

 

Voir aussi :

The Selecter sur Wikipedia

TheSelecter.net

Paulineblack.com

Et un immense merci/THANKS à  The Duff Guide to SKA une mine !

01/07/2008

Message personnel (ter)

 

The Selecter  "Too much pressure" - 1980

 

Too Much pressure, too much pressure, too much pressure, too much pressure
Too much pressure, this pressure got to stop
Too much pressure, it's getting to my head
Too much pressure, they're giving me hard times
Too much pressure, my man made me sad
Too much pressure, him try to make me look small
Too much pressure, end up with no money
Too much pressure, my car fail its MOT
Too much pressure, I said my car fail its MOT
Too much pressure, too much pressure, too much pressure, too much pressure
Too Much pressure, Him fumble up a woman
Too much pressure, my life's so hard
Too much pressure, and all them certain kind of people
Too much pressure, them having it easy
Too much pressure, them having it easy
Too much pressure, them sail through life
Too much pressure, them have no joy
Too much pressure, them have no joy
It's too much pressure, it's too much pressure
This pressure got to stop
This pressure got to stop
This pressure got to stop
It's got to stop, it's got to stop....

Too much pressure, oh lord oh lord
Too much pressure, oh what me a go do
Too much pressure, it's too much pressure
Too much pressure, it's too much pressure
Too much pressure, oh lord oh lord
Too much pressure, somebody help me
Too much pressure, it's too much pressure
Too much pressure, it's too much pressure
This pressure got to stop...

 

This pressure got to stop !

Arf !

Zgur

 

 

 

Voir le mesage personnel n°2

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu