Avertir le modérateur

16/06/2013

Critiquer

crit0000.jpg

Il y avait une vieille antienne soixante-huitarde qui consistait à demander systématiquement "Mais d'où tu parles ?" à quelqu'un qui s'exprimait.

En général et au delà de l'intérêt de la réponse, cette question cherchait avant tout à décridibiliser toute parole venant d'un tenant de la bourgeoisie (ou décrété comme tel) ou d'un coté de l'échiquier politique ou social auquel le questionneur déniait le droit même de s'exprimer.

Mais la question mérite d'être posée.

Voire même de voir ce questionnement élargi quand on aborde la critique d'opinions ou de comportements dans un groupe social.

Ainsi, quand je critique quelque chose, je peux le faire de mon point de vue (philosophique, social, politique ...). C'est là d'ailleurs où justement on peut légitimement me demander d'"où je parle" (pour autant qu'on me permette de continuer à parler ;0).

Mais quand je critique quelque chose ou quelqu'un, je peux aussi le faire de son point de vue à lui, du point de vue philosophique social ou politique de ce ou celui que je critique. Et là, c'est plutôt la cohérence interne de ce qui est critiqué (par moi) qui peut et doit être questionnée.

C'est ainsi que je peux critiquer les religions de mon point de vue athée et rationaliste, avec Richard Dawkins et Christopher Hitchens (le créationnisme est un ramassis d'erreurs et de mensonges) mais aussi du point de vue des réligions en en pointant les incohérences (cf par exemple, l'attitude fort peu chrétienne par exemple des prêtres pédophiles et des autorités qui les ont protégés trop longtemps, ou la contradiction des patrons exploiteurs qui s'affichent confits en dévotion religieuse).

C'est ainsi que je peux aussi critiquer le capitalisme de mon point de vue anti-capitaliste mais aussi à l'aide d'un point de vue "libéral" (pour faire court : leur système ne fonctionne pas - en tout cas pas sans l'aide et l'apport régulier de ce qu'ils récusent par ailleurs).

Politique,critiquer,capitalisme,religion,


L'ecueil à éviter lorsque'on critique quelqu'un ou quelque chose avec les arguments de ce quelqu'un ou de ce quelque chose est la construction d'"arguments homme de paille", si courant dans les discussions politques, mais ce n'est pas trop dur à éviter avec un minimum d'honnêteté intellectuelle.

Si je dis ça aujourd'hui sur ce blog, c'est que je vais bientôt aborder des sujets qui fâchent beaucoup certains et qui sont de vrais appeaux à trolls. Donc je renverrai souvent vers ce texte ceux qui ne savent pas lire ou ont du mal à comprendre une argumentation.

A bon entendeur ...

 

politique,critiquer,capitalisme,religion

Arf !

Zgur_


24/12/2012

Un père Noël pour les grands et une sainte famille pour toutes et tous !

 santa-clause-for-grown-ups.jpg
Jesus, un Père-Noël pour les grands.

 

 

“Cette question du mariage gay m’intéresse en raison de la réponse qu’y apporte la hiérarchie ecclésiale. Depuis le 1er siècle après Jésus-Christ, le modèle familial, c’est celui de l’Eglise, c’est la Sainte Famille.

Mais, examinons la Sainte Famille. Dans la Sainte Famille, le père n’est pas le père : Joseph n’est pas le père de Jésus, le fils n’est pas le fils : Jésus est le fils de Dieu, pas de Joseph. Joseph, lui, n’a jamais fait l’amour avec sa femme. Quant à la mère, elle est bien la mère mais elle est vierge.

La Sainte Famille, c’est ce que Levi-Strauss appellerait la structure élémentaire de la parenté. Une structure qui rompt complètement avec la généalogie antique, basée jusque-là sur la filiation : la filiation naturelle, la reconnaissance de paternité et l’adoption. Dans la Sainte Famille, on fait l’impasse tout à la fois sur la filiation naturelle et sur la reconnaissance pour ne garder que l’adoption. L’Eglise, donc, depuis l’Evangile selon Saint-Luc, pose comme modèle de la famille une structure élémentaire fondée sur l’adoption : il ne s’agit plus d’enfanter mais de se choisir. A tel point que nous ne sommes parents, vous ne serez jamais parents, père et mère, que si vous dites à votre enfant “je t’ai choisi”, “je t’adopte car je t’aime”, “c’est toi que j’ai voulu”. Et réciproquement : l’enfant choisit aussi ses parents parce q’il les aime.

De sorte que pour moi, la position de l’Eglise sur ce sujet du mariage homosexuel est parfaitement mystérieuse : ce problème est réglé depuis près de 2000 ans. Je conseille à toute la hiérarchie catholique de relire l’Evangile selon Saint-Luc, ou de se convertir.”

Michel Serres, dans Sud-Ouest du24.10.12
via @OhOceane


Voilà.

CQFD !

Arf !

Zgur_


09/04/2011

La bigote prise la main dans le slip

spiegel-cover2.jpg

Si il y a bien quelque que chose que je déteste dans cette vallée de larmes qu'est notre monde, c'est bien la bigoterie. Et encore plus quand ce défaut se double d'une hypocrisie allant jusqu'à penser et faire tout le contraire que ce qu'on professe en façade.

Les sales curetons pédophiles et leur engence de hiérarchie confite en conservatisme, les imams coinçés de la djellabah promettant moultes vierges aux abrutis leurs servant de bombes humaines pendant que leurs princes se vautrent dans le stupre et la luxure de leurs résidences occidentales, les bonzes qui vont aux putes mais qui les exigent vierges pour ne pas être "souillés", tous ces gens-là et leur engeance me dégoutent àu plus haut point.

Et rien ne me fait plus marrer que lorsqu'un ou une de ces malfaisant se faits choper le pantalon sur les genoux et la tête dans le sac en plastique (comme ce parlementaire conservateur anglais, défenseur archarné des valeurs dites "familiales"), ou pour trafic d'être humains et proxénétisme (comme ce responsable de mosquée d'Orange).

4020830_f520.jpg

L'an dernier, c'est Iris Robinson, députée à l’Assemblée d’Irlande du Nord, l'épouse très chrétienne (protestante)  du premier ministre nord-irlandais qui s'est fait gauler (c'est le cas de le dire) avec un jeune amant catholique de 19 ans.  et de 40 ans son cadet ! Qui dit mieux (à part dans la Bilble) ? Et qui avait aussi fricoté avec les malversations immobilières et financières à son profit.

Mais c'est une liste sans fin.

Ne cessons pas de le leur rappeler à chaque fois qu'ils ont des velléités de s'occuper de notre vie !

"Est-il trop moderne de remarquer qu'il n'y a rien sur la protection des enfants contre la cruauté, rien sur le viol, rien sur l'esclavage, rien sur le génocide [dans les Commandements] ?"

Christopher Hitchens 'Dieu n'est pas grand - comment la religion empoisonne tout"

Arf !

Zgur

 

 

05/04/2011

Dieu n'est pas grand - Comment la religion empoisonne tout

J'ai déjà parlé de Christopher Hitchens (notamment pour son livre sur cette fausse sainte idolatrée qu'est "Mère Térésa" (lire "Spéciale dédicace à Mère Térésa").
 
Il est avec Richard Dawkins (et bien d'autres) un des fers de lance du combat contre le créationnisme (et le "dessein intelligent" sa version moderne) dans le monde anglo-saxon. Je vous conseille la lecture d'un de ses derniers livres qui donne, comme "Pour en finir avec dieu" de Dawkins, de nombreux arguments bien charpentés pour une discussion musclée avec les religieux de tout poil qui nous pourrissent la vie à partir de mensonges et de coercition.
 
hitchensDieu.jpg
 
 
"Aujourd'hui, beaucoup de religions s'avancent vers nous la main tendue et le sourire enjôleur, tel un marchand mielleux dans un bazar. Elles offrent consolation, solidarité et élévation morale, puisqu'elles ont de la concurrence sur le marché. Mais nous avons le droit de nous rappeller la barbarie avec laquelle elles se conduisaient quand elles étaient toutes-puissantes et que nul ne pouvaient décliner leurs propositions.

S'il nous arrive de l'oublier, il suffit de regarder les pays et les sociétés où le clergé a encore le pouvoir de dicter ses conditions. Dans les sociétés modernes, nous en voyons les pitoyables vestiges dans les efforts de la religion pour s'assurer la maîtrise de l'éducation, se soustraire à l'impôt, ou faire adopter des lois interdisant d'insulter sa divinité omnipotente et omnisciente, ou simplement son prophète."

p.99
 
 
"Dieu ? Je n'ai pas eu besoin de cette hypothèse, Sire." (Laplace, répondant à Napoléon)
 
Nous, non plus !
 
Mais, c'est un combat de tous les jours de pouvoir le dire et le montrer haut et fort.
 
J'y reviendrai avec l'aide de Dawkins et d'Hitchens.
 
Arf !
 
Zgur_
 

 

21/09/2010

Dieu fait-il repousser les cheveux ?

Dieu (qui n'existe probablement pas) fait-il repousser les cheveux ?

On pourrait se poser la question en passant devant ce coiffeur.

GLORYOFGOD.jpg

Mais avec la gloire de dieu ou pas,

Je sais pertinemment que les miens ne repousseront pas.

Mais même pas en rêve.

Alors, comme disait Einstein :

"Il n’existe que deux choses infinies,
l’univers et la bêtise humaine…
mais pour l’univers,
je n’ai pas de certitude absolue."

Ah! L'infini de la bêtise et de la crédulité humaines ...

A s'en arracher les cheveux !

Mwahahahahahaha !

Zgur

 

23/12/2009

Message personnel : Bonnes Fêtes

2158.jpg

CHERS ENFANTS

Un jour vous apprendrez la vérité sur le Père Noel

Ce jour-là, rappelez-vous tout ce que les adultes vous on raconté sur Jésus

 

En attendant,

Bonnes fêtes à toutes et à tous

Paz y Salud !


Zgur

 

 

30/11/2009

Pour un minaret, les émirs et les pétrodollars quittent la Suisse

raffinerie-de-petrole_940x705.jpg

Minarets non traditionnels

 

Bon, c'est donc reparti pour un tour de machine à baffes et à conneries toute faites.

Ce n'est pas tant la pensée unique qui nous mine la vie (quoique ..), c'est plutôt la pensée automatique de nos "zélites".

Aujourd'hui, la pensée automatique des élites, c'est de vouloir nous faire croire que les suisses sont des vilains racistes parce qu'il ne veulent pas plus de minarets dans leur pays. C'est sûr qu'un référendum populaire, on n'est pas trop habitué, dece coté-ci du Léman. Et on est encore moins habitué à en respecter le résultat quand par hasard on s'y est aventuré.

Pour en revenir aux minarets, je partage complètement l'avis de SAS Swami:

"Je refuse d'assimiler à du racisme ou à de la xénophobie l'allergie à une religion (à n'importe quelle religion, ou à toutes les religions, ou à toutes les religions d'un certain type). Bien qu'hélas l'histoire, en particulier du XXe s., nous donne de sinistres exemples d'assimilation peuple = religion ayant abouti à de terribles massacres, pogroms ou génocides, cette histoire ne me paraît pourtant absolument pas de nature à justifier que l'on persiste dans de telles assimilations, bien au contraire.

Pour moi, une religion reste une opinion et non pas une race, une ethnie ou une couleur de peau, et comme toute opinion (notamment politique) il me paraît tout-à-fait légitime d'avoir sa propre opinion quant à ces opinions que sont les religions, en particulier tout-à-fait légitime de pouvoir en faire la critique, y compris en les combattant dès que ces religions ne se mèlent pas seulement de régler les rapports individuels de leurs fidèles avec "Dieu", mais prétendent également, dans une mesure plus ou moins grande, avoir un impact sur la vie sociale et ses lois, régir celles-ci, et s'imposer à toute autre personne que ses fidèles."

Et puis se foutre sur la gueule pour un machin qui n'existe pas (ou alors il a intérêt à avoir une bonne excuse !), ce n'est vraiment pas malin.

Comme dit Richard Dawkins :

"La religion est une insulte à la dignité humaine. Que ce soit avec ou sans elle, il y aura toujours des gens bien qui font de bonnes choses, et des mauvais qui font de mauvaises choses. Mais pour que des gens bien agissent mal, il faut la religion."

D'ailleurs, un imam indonésien s'est déjà prononcé contre cette décison suisse.Un indonésien. Même pas suisse, ce qui pour le coup aurait plus de logique.

Ca me rappelle  qu'un autre imam indonésien avait condamné, il y a une quinzaine d'années (ou plus),  une robe d'Yves Saint Laurent qui était apparemment ornée d'une calligraphie arabe reprenant le nom du prophète. Ils n'ont pas d'autre choses à faire, les imams indonésiens, que de regarder les télés occidentales ?

Et finalement, malgré le référendum, ça m'étonnerait que les milliards de pétrodollars quittent les banques suisses, ni que les émirs cessent de venir s'encanailler à Marbella.

Et ça n'améliorera pas non plus la situation sociale des travailleurs immigrés musulmans et exploités dans les chantiers et les entreprises des monarchies du golfe persique, jolis pays où je serais emprisonné (et plus si affinités) pour un billet comme celui-ci.

Le combat devrait plutôt être social et politique que religieux.

Arf !

Zgur

 

26/11/2009

Qui osera poser à Sarkozy, chanoine de Latran, la question de l'apprentissage de la différence du bien et le mal par les prêtres pédophiles ?

9566511.jpg

Libération d'aujourd'hui parmi bien d'autres nous informe qu'un "rapport officiel de plus de 700 pages accuse l'Église catholique d'Irlande d'avoir couvert les abus sexuels commis par des prêtres de la région de Dublin sur des centaines d'enfants pendant plusieurs décennies."  et que "la police irlandaise, la Gardai, est [...] accusée d'avoir fermé les yeux sur de nombreuses accusations d'abus sexuels de la part de prêtres, en jugeant qu'elles ne relevaient pas de sa compétence".

Que les prêtres catholiques - d'Irlande et d'ailleurs - soient souvent accusés de pédophilie et condamnés pour ces faits ne devrait suprendre personne. Interdits de mariage par une hierarchie inflexible dans sa bêtise et fréquemment en contact avec les jeunes, tout en bénéficiant de la confiance des familles, les prêtres catholiques sont logiquement confrontés à des frustrations sexuelles que certains assouvissent dans la pédophilie.

Cela ne devrait pas surprendre.

Cela ne me surprend pas.

Ce qui me surprend par contre toujours quand des affaires de ce type remontent à la surface (celle-ci n'est ni la première ni la dernière), et ce qui me scandalise toujours, c'est le silence et la complicité de la hiérarchie catholique.

Et pire encore, c'est la décision quasi systématique de cette même hiérarchie de couvrir et de camoufler les exactions de ses prêtres. Et encore pire, de ne pas les retirer de la circulation (dans un monastère loin de tout et de tous, par exemple) mais simplement de les éloigner du lieu où les faits ont été commis et, malgré tout ce qu'on sait d'eux, de leur permettre d'être à nouveau en contact avec des enfants. Et souvent de recommencer.

Alors qui osera rappeler à Nicolas Sarkozy, chanoine de Latran, sa déclaration déjà scandaleuse en soi, de du 20 décembre 2007 ?

« Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé, même s’il est important qu’il s’en approche, parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance. »

Et lui demander si les prêtres pédophiles et leurs complices de la hiérarchie catholique sont les mieux placer pour transmettre les vraies valeurs et l'apprentissage de la différence entre le bien et le mal (1) ?

Oui, qui osera ?

Surement pas les carpettes qui lui servent de prompteurs à question lors de pseudo-interviews.

Cela change, n'est-ce pas, de l'hystérie anti pédophile et anti déliquance sexuelle affichée par ce pouvoir, de fichage ADN en projet de castration chimique, en passant par la ré-incarcération du condamné pourtant libéré à la fin de sa peine.

Saloperie de curés, saloperie de religion(s) !

Et saloperie de pouvoir complice.

Alors ...

Vive l'apostasie

Zgur

 

 

(1) pour ceux qui croiraient encore que la religion est nécessaire au sens moral, à la différnetiation du bien et du mal, je conseille de lire le chapitre 6 (et tout le livre bien sûr) de "Pour en finir avec dieu" de Richard Dawkins, dont j'ai déjà parlé.

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu