Avertir le modérateur

07/04/2017

Comprendre l'Orient compliqué, très compliqué, c'est simple.

Note du 02/08/2015 - maj 01/10/2015 (ajout dessin) 07.04.2017 (ajout dessins)

C'est le bordel au Proche et Moyen-Orient.

Et ça ne s'arrange pas.

De jour en jour.

Et plus le temps passe, moins on y comprend quelque chose.

Une anglaise nous explique ça très bien (du point de vue anglo-saxon) dans ce petit courrier de 2014 adressé à un journal et que j'avais récupéré sur Internet :Politique,

Clair comme de  la boue

Vous ne comprenez rien à ce qui se passe au Moyen-Orient ?
Laissez-moi vous expliquer.

Nous soutenons le gouvernement irakien dans la lutte contre l'Etat Islamique. Nous n'aimons pas l'EI, mais l'EI est soutenu par l'Arabie Saoudite, que nous aimons beaucoup.

Nous n'aimons pas le président Assad en Syrie. Nous soutenons le combat contre lui, mais pas l'EI, qui combat aussi contre lui.

Nous n'aimons pas l'Iran, mais l'Iran soutient le gouvernement irakien contre l'EI. Ainsi, certains de nos amis soutiennent nos ennemis et certains de nos ennemis sont nos amis, et certains de nos ennemis combattent contre nos autres ennemis, que nous voulons voir perdre, mais nous ne voulons pas que gagnent nos ennemis qui combattent nos ennemis.

Si les gens dont nous voulons la défaite sont défaits, ils pourraient être remplacés pas les gens que nous aimons encore moins. Et tout ça a commencé par notre invasion d'un pays pour en dégager des terroristes qui n'étaient en fait pas à cet endroit jusqu'à ce que nous y venions pour les en dégager. Vous avez compris maintenant ?

Aubrey Bailey, Fleet, Hants.

 

C'est clair, non ?

En dessin, ça donne ça

Politique,

Aujourd'hui, la Turquie, membre de l'Otan combat officiellement (mais mollement) l'EI, en profite pour bombarder son ennemi intérieur les Kurdes, qui sont nos vrais alliés contre l'EI, et qui risquent encore une fois d'être les cocus de l'Histoire.


Politique,

- Erdogan bombarde les kurdes.
-Nous avons enfin notre propre aviation !

Et pendant ce temps, ce sont encore les civils qui prennent.

Tout ça parce que, il y a une quinzaine d'années, une clique au pouvoir au coeur de la plus grande puissance militaire mondiale a décidé, au prix de mensonges et de montages éhontés, de la complicité du soit-disant "quatrième pouvoir" et de pressions sur certains de ses alliés, de profiter des attentats du 11 septembre pour attaquer un pays qui n'y était pour rien (ce qu'on savait DÉJÀ à l'époque).

politique,guerre,war,irak,syrie,daesh,etat islamique,etats-unis,de villepin,discours,onu,moyen-orient

Hélas, la prévision du Ministre des Affaires Étrangères français, Dominique de Villepin, dans son discours applaudi à l'ONU le 14 février 2003:

"Personne ne peut donc affirmer aujourd'hui que le chemin de la guerre sera plus court que celui des inspections. Personne ne peut affirmer non plus qu'il pourrait déboucher sur un monde plus sûr, plus juste et plus stable. Car la guerre est toujours la sanction d'un échec."
...

"Une telle intervention pourrait avoir des conséquences incalculables pour la stabilité de cette région meurtrie et fragile. Elle renforcerait le sentiment d'injustice, aggraverait les tensions et risquerait d'ouvrir la voie à d'autres conflits."

se vérifie aujourd'hui de manière chaque jour plus atroce.

Et ce n'est pas la manière des Etats-Uniens de faire cette guerre qui aura arrangé les choses (c'était l'objet d'un de mes premiers billets ici). Malgré leur beaux discours,

politique

les Etats-Unis ont perdu leur honneur en Irak et Afghanistan (j'y reviendrai dans un prochain billet). Ils n'ont pas fini de le payer, nous avec, ainsi que tous les civils de la région et d'ailleurs

politique
Si on ne frappe pas d'écoles ou d'hôpital en Irak,
nous le ferons certainement à notre retour chez nous

 

Et puisque, visiblement,

Les ennemis de nos ennemis ne sont pas forcément nos amis

et que

Les amis de nos amis ne sont pas forcément nos amis.

ce bordel est parti pour durer.

 

politique,guerre,war,irak,syrie,daesh,etat islamique,etats-unis,de villepin,discours,onu,moyen-orient

 

politique,guerre,war,irak,syrie,daesh,etat islamique,etats-unis,de villepin,discours,onu,moyen-orient

politique,guerre,war,irak,syrie,daesh,etat islamique,etats-unis,de villepin,discours,onu,moyen-orient

Hélas.

Zgur_

 

 

 

 

 

01/04/2017

Poisson d'Avril

Politique,poisson d'avril, Elkabbach,

Oui, je sais, il n'est plus très frais mon poisson.

Depuis le temps que je lui promets l'équarrissage !

Mais les vieilles carnes  poissonnières sont pires

que le sparadrap du Capitaine Haddock

(Tiens, encore du poisson, fumé) !

Arf !

Zgur_

 

 

24/12/2016

Putain 10 ans de blog !

Et voilà.

Putain 10 ans !

Je me suis aperçu que j'ai oublié les 10 ans de ce blog.

Non pas que ça ait une énorme importance en soi, mais ça en a pour moi, mine de rien.

Après une première période de simple lecteur de blogs puis de commentateur (particulièrement chez Guy Birenbaum et son DEL (cherchez les jeunes !).

Putain 10 ans !

Premiers billets ici en aout  2006.

Quand même, 648 billets publiés en 10 ans.

Le tout premier, sur le piratage à qui ont attribuait un peu abusivement déjà toutes les problèmes de l'industrie musicale.

Et le second sur le coût de la démocratie et Juppé qui gaspillait l'argent public par pur caprice électoraliste.

Et puis quelques bons billets, beaucoup de pochades (que je ne renie pas pour autant), le plaisir renouvelé de  chercher un sujet*, de trouver la bonne formulation et l'image ou la chanson pour l'illustrer, même si ces derniers temps, un peu plus de fainéantise que d'habitude et des billets qui s'espacent de plus en plus, qui se raccourcissent.

Car Twitter est arrivé entretemps et a phagocyté (et même plus ;0) le temps temps consacré au blog (et tué les commentaires de blogs).

Mais 10 ans de blog, c'est aussi dix ans de rencontres épistolaires (et quelques unes IRL), certaines et certains sont encore là, d'autres ont arrêté, ont disparu sans laisser d'e-mail... chacun fait ce qu'il veut. Mais merci à toutes et à tous de ces échanges.

Et puis ...

Approche la troisième campagne électorale présidentielle depuis l'ouverture de ce blog, qui ne fermera donc pas.

Voilà.

C'est dit.

A +

10 ans, bordel !


Arf !

Zgur_

 

 

11/11/2016

11 novembre 1916 : cent ans et deux ans de guerre après

 Il y a cent ans, la guerre avait déjà commencé depuis plus de deux ans.

ww1-endof-1916.gif

 Et personne n'en voyait la fin, les tranchées étaient bien creusées et les généraux bouchers des deux cotés balançaient sans compter la chair à canon de leurs camps se faire broyer dans les "no man's lands", pilonnée, écrasée, ensevelie, hachée par l'industrie de guerre insatiable.

MORE MEN-WW1.jpg

Mais  Cent et deux ans après, les hommes n'ont toujours semblent-il toujours rien appris de la guerre.

Et s'il faut mettre à jour les destinataires de ce message, de cette supplique de Luciano Canfora en final de son livre 1914 :

3454650196.jpg

Son acuité deux ans près est plus qu'inquiétante, tant le risque demeure d'un enchaînement guerrier déclenché ou simplement négligé par les somnambules qui nous gouvernent ou y aspirent.

La guerre est un des quatre moyens de sortir d'une crise financière, ne l'oublions jamais.

Zgur_

 

 

Lire mes autres billets sur le 11 novembre :

 Lire aussi :

 

 

 

 

14/04/2016

Pédagogie du quinquennat Hollande : l'étrange capitulation !

Alors que Hollande, au plus bas dans les sondages ParisTurf, va s'exprimer devant un pseudo-panel de français moyens et la fine fleur de la guignolerie journalistique, voilà que Cambadelis, jamais avare de conneries, nous refait le coup de la pédagogie.

Car pour nos élu(e)s, de droite ou de gauche, et pour celles et ceux , de droite ou de gauche, qui aspirent à les remplacer, nous sommes tous trop cons pour comprendre. Il nous faut toujours plus de pé-da-go-gie. 

Comme le dit si bien Fathi Derter, parlementaire suisse

"Pour un élu français, si on n'est pas d'accord, c'est qu'on ne l'a pas compris"

Alors, non, ce soir ce n'est pas de pédagogie dont le pays à besoin.

Mais que de vraies questions, sur de vrais faits soient posées à François Hollande.

Mais rassurons-nous, ce ne sera probablement pas le cas.

"On" le laissera donner des réponses incomplètes ou fausses, sans réagir.

Pas de fact-checking en direct.

Il parait que c'est impossible.

Donc ce sera comme d'habitude et comme prévu en haut lieu un simple exercice de communication via des "peaux-de-tambours" dont la devise est "La bonne question ne sera pas posée".

Voilà.

Pourtant, les bonnes questions se posent depuis longtemps.

politique,hollande,l'étrange capitulation,bilan,2012,2017

Notamment celles mentionnées dans ce bouquin de Laurent Mauduit (qui date d'avril 2013 !) que j'ai lu il y a quelque semaines et dont j'ai tout de suite pensé à citer ici quelques extraits, notamment de l'introduction:

[Hollande] a été élu pour un quinquennat. C'est donc au terme de ce mandat qu'il faudra juger de son action. Prenons garde aux procès bâclés et laissons au nouveau président de la République le temps d'engager les réformes annoncées. Selon le vieux principe Mitterrandien, donnons du temps au temps ...

Arguant à bon droit de la crise économique historique qui secoue l'Europe et notamment la France, il a fait valoir qu'il lui faudrait au moins deux bonnes années pour redresser le pays et remettre en particulier ses finances en ordre. Deux bonnes année, en 2013 et 2014, pendant lesquelles des sacrifices seront demandés à chacun. Mais après, a-t-il promis, le gouvernement de gauche entrera dans une nouvelle phase de son action, et les Français recueilleront les fruits des efforts consentis.

Bref, c'est sur la durée de son quinquennat que  François hollande a demandé qu'on dresse le bilan de son action. [...] C'est  un pays dévasté dont François Hollande assume aujourd'hui la présidence.

...

Bon, jusque là on est d'accord. C'est écrit moins d'un an après son élection. C'est un constat.

"Du temps, François Hollande est en droit d'en demander au pays. Pas forcément pour <<Changer la vie>> - comme le peuple de gauche l'a si fortement espéré en 1981. Au moins pour commencer à changer une société qui est devenue si inégalitaire. Juste commencer. Juste essayer...

Or, tout est là ! C'est une histoire stupéfiante et sans précédent pour la gauche qui commence avec la victoire de François Hollande à l'élection présidentielle. Non pas que les socialistes français n'aient pas connu des revers et de graves échecs dans leur longue histoire. Mais dans le passé, avant d'échouer sinon même avant de se renier, au moins ont-ils tenté, dans un premier temps, d'honorer leurs engagements. Au moins ont-ils cherché à faire voter des réformes sociales; à retoucher, ne serait-ce qu'à la marge les règles de fonctionnement du capitalisme. Oui, au moins ont-ils à chaque fois essayé. Au moins ont-ils commencé à faire ce qu'ils avaient promis.

[...]

Et voilà, là  on rentre dans le vif du sujet :

Mais à la différence de ses illustres prédécesseurs, François Hollande lui, ne cherche pas un seul instant une fois élu à résister. C'est ce qu'il y a d'inédit et de sidèrent dans son histoire : à l'instant où l rentre à l’Élysée, il conduit une politique qui par bien des aspects prolonge celle défendue et mise en œuvre, à quelques symboles près, par Nicolas Sarkozy. C'est, sur le champ-le-champ, l'application du sinistre principe que Tancredi professe à l'oreille de  son oncle, le prince de Salina, dans Le guépard de Lampedusa (1896-1957) : "il faut que tout change pour que rien ne change".

[...] C'est en effet vers une <<étrange défaite>> vers laquelle semble vouloir courir  François Hollande depuis le premier jour de son accession à L’Élysée. Ou à tout le moins les débuts de son quinquennat ressemblent à cela. A un étrange renoncement. Avec au bout de la route, une défaite malheureusement prévisible pour les socialistes et un nouveau regain de tous les populismes. Et peut-être même, l'inquiétante victoire un jour d'une droite qui, après fait siennes les idées du Front National, serait disposée à s'allier avec lui pour gouverner le pays.

politique,hollande,l'étrange capitulation,bilan,2012,2017

Cette sidérante volte-face à laquelle on assiste dès que François Hollande accède à l’Élysée, il faut s'appliquer à la décrypter et à la mettre en perspective [...]. Prolongation de la politique budgétaire d'austérité; abandon de la réforme fiscale promise par les socialistes; mise en œuvre d'une réforme pour stimuler la compétitivité des entreprises quasi-identique à celle défendue par la droite et les milieux d'affaires; reprise par le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, de thématiques sécuritaires ou xénophobes défendues sous le quinquennat précédent : au lendemain du 6 mai 2012, le <<peuple de gauche>> peut, jour après jour, éprouver le sentiment qu'on lui vole sa victoire et tout ou presque, continue comme avant, l'hystérie sarkozyste en moins."

Voilà, tout ou presque à continué comme avant, "l'hystérie sarkozyste en moins".

Il suffit pour s'en convaincre de consulter l'excellente compilation des trahisons de ce pouvoir sur le site http://www.bilan-ps.fr/liste.

"L'hystérie sarkozyste en moins", mais le déni de la réalité en plus.

Et les mensonges qui vont avec.

La trahison initiale de Hollande ayant été de se coucher devant Merkel et d'avoir signé sans vrai changement le TSCG/traité dit Merkozy. Et de prétendre que l'autocollant "Croissance Inside" rajouté sur la couverture du traité servirait à quelque chose. D'ailleurs, on n'en plus entendu parler depuis fin 2012.

Toute la politique suivie par les gouvernements Ayrault et Valls est directement conditionnée par cette trahison européenne.

D'autant plus qu'ensuite Hollande fut toujours incapable de s'imposer à Merkel même sur ses propres suggestions (voir à 5'22"là -> ).

De même, quand on fait prétendre par Jérôme Cahuzac, encore ministre, que "La réforme fiscale, elle est faite !" Mensonge ! Et trahison d'un des vrais grands projets annoncés pour ce quinquennat.

Alors quand on rappelle ces faits et  tous ceux mentionnés sur le site http://www.bilan-ps.fr/liste, on entend les pleureuses PS couiner au Hollande Bashing ou au chantage du "FN aux portes du pouvoir" par la faute des vilains gauchistes et vrauchistes.

Déni et foutage de gueule comme toujours.

Comme depuis un certain 21 avril 2002.

Et dire qu'ils ont eu 10 ans d'opposition pour se préparer...

politique,hollande,l'étrange capitulation,bilan,2012,2017

Et non, La "pédagogie" ne transformera JAMAIS un politique de droite en une politique de gauche !

Jamais.

politique,hollande,l'étrange capitulation,bilan,2012,2017

Quel gâchis*.

J'y reviendrai.

Arf !

Zgur_

 

 

 

* prévisible, mais quand même !

02/04/2016

Quelles stratégies à quatorze mois des élections présidentielle et législatives?

Nous sommes à quatorze mois des élections présidentielles et législatives.

Pour Hollande et Sarkozy, une SEULE stratégie, s'opposer l'un à l'autre au premier tour.

Pour arriver au deuxième tour à ça :

ps-fn.jpg

ou ça :

UMP-fn.jpg

Au bénéfice de ça :

lepen-2017.jpg

Ça vous donne envie ?

PAS moi.

Qu'ils dégagent !

Et elle aussi !

De l'air !

 

Zgur_

 

 

 

01/04/2016

Poisson d'Afrique

En Afrique aussi on a besoin de la presse papier !

presse-poisson.jpg

Pas seulement pour les capitaines ...

Et pas que le 1er avril.

Mwarf !

Zgur_

 

31/03/2016

Non à la loi Travail (dite El Khomri) !

Des arguments qu'on n'entend pas dans les médias au ordres de leurs patrons de grandes entreprises :


 

Et vous pouvez vous renseigner dans le détail sur la loi dans le numéro spécial de l'Humanité :

humanité-loitravail.png

S'il y a surement des choses à modifier et à améliorer dans le code du travail, il n'en reste pas moins que

«Ce texte n’est pas amendable, il faut le retirer»

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT

Le fait que ce gouvernement socialorwellien ai proposé ce texte (version 1) en prétendant, niant l'évidence, que c'est un texte de gauche et protecteur, prouve bien "l'étrange capitulation"* de Hollande et du PS devant la finance et le monde de l'argent.

Et s'il y a une chose qu'il faudrait changer, c'est la façon dont les projets de lois sont concoctés, quel que soit la couleur politique du pouvoir, et trop souvent imposés au Parlement par des mesures d'intimidation allant jusqu'au 49.3.

Un problème de fonctionnement récurrent en Ve République.

En attendant,

Retrait de la loi Travail !

Arf !

Zgur_

 

* cf "L'étrange capitulation" de Laurent Mauduit, chez JC Gausevitch (2013), sur lequel je vais revenir dans un prochain billet.

politique,loi travail, el khomri,L'humanité

 

Lire aussi : Non, méfiez-vous, ce ne sont pas les "charges" qu'ils veulent baisser, mais les salaires

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu