Avertir le modérateur

07/11/2012

Cartographie électorale US à revoir sur CNN (et chez les autres - sauf, un peu, NY Times)

MAJ 07.11.2012 12h00

Cela m'avait déjà frappé aux dernières élections étatsuniennes en 2008.

Les médias (CNN en l'occurrence, mais les autres font pareil) ont beau utiliser des écrans tactiles ultra modernes et jolis, leurs fonds de cartes, colorés en rouge (pour les républicains) et en bleu (pour les démocrates), donnent une impression fausse des forces en présence.

Par exemple ce matin (et encore à l'heure ou j'écris) on peut voir sur CNN la carte suivante :

cnn01.jpg
carte CNN.com 06.11.2012

ou le rouge républicain domine.

Pourtant le rapport de force est le suivant :

Barak Obama 237
Mitt Romney   206
Indéterminé     95
TOTAL           270

CHAQUE état envoie un nombre particulier de Grands Électeurs au collège électoral de 270 membres qui eux décideront du nom du futur président. Or TOUS les Grands Electeurs d'un état reviennent au candidat en tête des votes dans cet état.

Et e nombre de Grands Electeurs par état n'a rien à voir avec la géographe physique des états.
La preuve :

CollegeElectoral2012.png
Nombre de grands électeurs par État pour les élections présidentielles
américaines de 2012, 2016 et 2020 (source wikipedia)

Voilà pourquoi la carte de CNN (et des autres) est trompeuse.

D'ailleurs, ils le savent tellement qu'il lui ont rajouté au dessus une barre plus explicite (reprenant les chiffres estimés) pour compenser (un peu) :

cnn02.jpg

Il faudrait plutôt dessiner une AUTRE carte des États-Unis avec chaque état proportionné en fonction de son nombre de Grands Electeurs. Qui s'y colle ? Je ne suis pas très bon en dessin ;0)

Sinon ...

CQFD

MAJ 23h00

Et bien, voilà ! Le New York Times fait ça très bien

politique,elections,etats-unis,obama,romney,2012,6 novembre 2012,cartographie,cnn,vote

(un grand merci à Xavier Meunier sur Twitter)

MAJ 07.11.12  Je ne l'avais pas vu initialement mais Le Monde avait aussi présenté une carte montrant bien le poids relatif des Etats dans le procéssus électoral.

politique,elections,etats-unis,obama,romney,2012,6 novembre 2012,cartographie,cnn,vote

Mais malgré cela,  les résultats DEFINITIFS sont encore présentés, dans toute la presse que j'ai consultée,  sur une carte de géographie physique. 

Cette présentation de résultats, évidemment majoritairement colorée en rouge, donne encore, comme je l'ai dit plus haut, cette fausse impression de majorité républicaine alors que OBAMA a gagné sans aucune contestation possible :

- 303 Grands Electeurs contre 206 seulement pout Romney
- 58,8 millions de votes contre 56,5 millions pour Romney

Et même le NY Times revient à cette présentation trompeuse :

politique,elections,etats-unis,obama,romney,2012,6 novembre 2012,cartographie,cnn,vote

Dommage.

Ils feront peut-être mieux la prochaine fois.

Car, comme toujours, un BON dessin (ou une bonne carte) vaut mieux qu'un long discours !

Arf !

Zgur_

 

 

08/04/2009

Et c'est pour qui la pilule de la crise ?

enjeux-nvelle-formule.jpg
Devinez !

 

En réponse à la question que tout le monde se pose avec Les Echos, Paul Jorion sur son blog plus que recommandable a trouvé la formule et l'acronyme qui va bien : PPC ou Payé par le Contribuable.

C'est une constante du capitalisme, quand tout va bien, privatisation des profits (et des GROS bonus pour certains), et quand tout va mal, nationalisation des pertes et règlement par l'impôt (avec maintien si possible des GROS bonus pour les mêmes qu'avant).

Comme l'explique bien Paul Jorion et quelques autres, les plans de soi-disant sauvetage et de moralisation du capitalisme sont de joyeuses escroqueries intellectuelles (et plus si affinités) du type :

Pile : les actifs pourris cantonnés dans les structures de défaisance sont vendus un "bon" prix et  alors les banquiers (et ceux qui nous ont tous mis dans le caca) gagnent le pactole (again !) et TOUT le pactlole (again again !!)

Face : les actifs pourris cantonnés dans les structures de défaisance sont invendables et leur prix est garanti par l'état (et donc les contribuables) et alors les banquiers (et ceux qui nous ont tous mis dans le caca) gagnent le pactole (again !) ne perdent RIEN, eux.

...

Ca m'a fait penser à quelque chose :

Il y a quelque mois, mes enfants regardaient un épisode de Futurama, une série de dessins animés créée par Matt Groening (celui des Simpsons).

Dans cet épisode, les héros étaient coincés au fond de la mer à une pression telle que leur sous-marin menaçait de se disloquer à moins qu'un des héros aille réparer à l'extérieur (dans l'eau) un machin pour permettre au sous-marin de remonter.

Mais avec cette pression comment faire ?

Heureusement le savant du groupe (ben oui faut bien un savant pour sauver le groupe sinon plus de série) a créé une pilule qui permettra de nager hors du sous marin sans subir les effets de la pression.

La voici :

Anti-Pressure_Pill.jpg

Question du héros : "Mais je ne pourrai jamais avaler une pilule aussi grosse ?"

Réponse du savant : "Bonne nouvelle! Ce n'est pas une pilule, c'est un suppositoire !"

 

Je crois que pour la solution de la crise qu'on nous pépare à nous les contribuables est là.

Cékikivapyer ?

Préparons nous au gros suppo !

Mwaahahahaharf !

(et aïe !)

Zgur

 

23/01/2009

Frogress for all !

Petite association d'idées de circonstance :
 
frogress.gif


 

You're a frog
I'm a frog
Kiss me,
And I'll turn into a prince suddenly
Donne moé des peanuts,
Je m'en va te chanter
Alouette sans fausse note

 

 

Moi, j'aime vraiment beaucoup Robert Charlebois.

Arf !

Zgur

21/01/2009

Mista President

J'ai eu la possibilité de voir en entier la cérémonie d'intronisation de Barak Hussein Obama comme président des Etats-Unis d'Amérique (sur CNN qui a laissé de longues plages de temps sans aucun commentaire - il y en a en France qui devraient s'en inspirer).

"Alors ?" me diront certains.

Alors, pompes républicaines à l'américaine plus véritable ferveur des deux millions de personnes qui s'étaient massés dans le froid glacial mais ensoleillé de janvier et un discours plutôt cohérent avec ce qu'il avait déjà dit mais qui tranche quand même avec la réthorique néo-connasse de la clique bushienne.

 

Barack Obama's Inauguration Day Speech to the Nation part 1

 

Barack Obama's Inauguration Day Speech to the Nation part 2

 

Barack Obama's Inauguration Day Speech to the Nation part 2

 

La transcription complète du discours de Barak Obama est disponible en anglais chez SkyNews ici, en français chez MartinGrall là.

Juste quelques remarques complémentaires à ce que j'ai lu et entendu partout :

- si le président Obama a rappelé les valeurs des Pères Fondateurs des Etats-Unis et mentionné  l'ardeur au travail des pionniers, il a oublié le génocide des indiens,

- il a soigneusement évité de parler de la Palestine et d'Israel,

- il n'a pas oublié de mentionner les "non believers", non croyants ou athées, parmi les membres de la nation etats-unienne, ce qui ne manque pas d'intérêt dans la pompe empreinte de religiosité de la cérémonie et de la présence de pasteurs et de prières (sans compter le serment sur la Bible bien sûr).

Maintenant, nous verrons bien ce qu'il fera.

Certains sont très sceptiques, comme CSP dans son genre, ou Noam Chomsky dans le sien :

 

Noam Chomsky, regard critique sur l'Amérique

 

Ils ont raison, je le crois et je partage leurs doutes.

Mais malgré tout, à voir la tête de Bush lors d'un plan de coupe au début du discours, il y a du changement, du vrai, et c'est déjà pas mal pour les citoyens étatsuniens comme pour ceux des autres pays du monde.

Enfin, terminons en musique avec "Mista President" de l'excellent afro-beat canadien du Soul Jazz Orchestra, dont la pochette du disque "Freedom No Go Die" (2007) va si bien avec ma bannière actuelle :

760950-931190.jpg

 


 

Ah, j'oubliais ... voilà un président qui parle au nom de tous ses citoyens, qui dit "Nous allons ...", "Nous devons" et n'a dit que deux fois "Je" dans son discours.

Toute dissemblance avec un petit président partisan, perclus de tics, obsédé par son ego et qui nous dit constamment "Je..." "Je...", "Je...",  pour faire une politique en faveur exclusive de son clan, et bien cette dissemblance ne saurait être ni fortuite, ni sans signification profonde.

Arf !

Zgur

 

Ajout du 22.01.2009

La première journée du président Obama :

Retrait d'Irak, paix au Moyen-Orient, transparence du gouvernement... A peine arrivé à la Maison-Blanche, le 44e président a tout fait pour marquer la rupture avec Bush.

La suite  sur Courrier International

Il y en a qui devraient en tirer des leçons ... et les appliquer.

04/01/2009

Sarkozy vu par Blair et Blair vu par les évèques


96864a.jpg
Le champion de l'année toutes catégories !

L'égo de Sarkozy doit l'avoir mauvaise d'avoir été si actif et au devant de la scène mondiale juste l'année où Barack Obama est élu président des Etats unis d'Amérique.

Car, l'Homme/la Personne de l'année, c'est forcément Obama.

Et pas Sarkozy.

Mais le magazine Time est magnanime. Sarkozy est deuxième dauphine (après Henri Paulson, l'émule de Larousse, qui sème les dollars à tous vents). Et belle cerise sur le gateau, c'est à Tony Blair que Time a demandé de tresser la couronne de lauriers de Nicolas Sarkozy, une hagiographie digne d'un numéro de Paris Match.

Avec ces deux phrases intéressantes de la part de l'ancien premier ministre anglais :

"Nicolas est déteminé à ne faire que ce en quoi il croit ou bien ne rien faire. Et il n'y a aucun doute à avoir sur sa détermination.

"Les gens peuvent l'accuser d'agir sans principes politiques. Il peut tout aussi bien dire qu'il agit sans parti pris."

Cet éloge cynique (et intéressé ?) de Sarkozy par Tony Blair est à mettre en perspective avec la nouvelle suivante, trouvée dans le Marianne de cette semaine (n°611 p.8) :

"Un désastre disent les évêques

La politique menée en Grande Bretagne par Tony Blair et son ministre de l'économie Gordon Brown, fondée sur le culte de l'argent-roi, a provoqué, en exarcerbant les inégalités et les exclusions, un véritable désastre social humain, sociétal et moral. Ce sont les cinq principaux évêques anglicans qui ont fait cette déclaration sollennelle. Faut-il rappeler que la politique économique et sociale blairiste était, jusqu'à il y a encore six mois, donnée en exemple par la droite sarkozyste et la gauche strauss-kahnienne ?"

 

La preuve donc que la "troisème voie"', the "New Left" n'était qu'un faux nez tactique d'une vieille droite.

Pour une fois que je suis d'accord avec des évêques (fussent-ils anglicans) !

Et la "rupture/ouverture" sarkozyste nous promet "un véritable désastre social humain, sociétal et moral" encore pire.

SARKO RACAILLES.jpg

Fallait pas les inviter.

Arf !

Zgur

 

09/11/2008

OBLADI OBAMA

obama hope.jpg


C'est quand même mieux que si c'était pire.

Mais ...

C'est quand même bien.

Parce que ...

Obama n'a pas été élu parce qu'il est noir mais malgré qu'il le soit.

Il n'a pas été élu sur un programme de rupture mais de réconciliation.

Son élection a quand même empéché des sacrés timbrés d'acceder au pouvoir ou d'y rester.

Parce que il suffit de voir la liesse que son élection a provoqué aux Etats-Unis et dans bien d'autres pays pour comprendre que quelque chose d'important s'est passé mardi dernier, de bien plus important que la simple élection du président de l'encore première puissance économique et industrielle du monde.

Parce que il faut entendre et lire la discours de victoire de Barack Obama (et éviter de le comparer - sur le fond et sur la forme - aux discours de chez nous, par pure charité).

Barack Obama victory speech, November 4th 2008
(Texte intégral en anglais ici, en français ici)


Parce que il faut entendre ce que dis Barack Obama à Laurence Haïm de Canal +, la seule représentante d'un média français à l'avoir interviewé (et dont on n'a pas du tout parlé dans l'émission Médias de France 5, encore bravo pour l'exactitude des journalistes encartés !)

 

Barack Obama, interviewé par Laurence Haïm (l'intégrale 7'26'' ici)



Alors, si je partage l'analyse d'Emmanuel Todd

Dans le climat actuel de débâcle, de déroute financière et morale, et compte-tenu de la responsabilité inouie de l’Amérique dans le désordre du monde, la victoire d’Obama va permettre aux pro-Américains des pays occidentaux de dire que l’Amérique est redevenue merveilleuse. Elle redonnera quelques années de vie supplémentaires à l’empire.

in La tribune de Genève 31.10.2008


et d'autres (voir ici ou ) sur les lendemains qui déchanteront forcément, et même si je sais que plus les espoirs sont grands, plus grands peuvent être les déceptions, je ne boude pas l'émotion, le plaisir et l'espoir que provoque chez moi l'élection de ce 44ème président des Etats unis d'Amérique.

Ca ne changera pas grand chose aux différentes opinions (bonnes et mauvaises) que j'ai des Etats-Unis et de ses citoyens (j'y reviendrai).

Mais j'espère qu'avec ce nouveau président, ils évolueront de nouveau vers ce qu'ils ont de meilleur et non pas vers ce qu'ils sont, souvent, de pire.

L'avenir nous le dira.

Time will tell.

Paz y Salud !

"And if you want some fun - take Obladiblada."  (The Beatles)

Arf !

Zgur



 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu