Avertir le modérateur

03/09/2017

Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs (5/50) - 1980 & 1981 - Steely Dan et Donald Fagen

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas les raisons de cette série, c'est à lire ici, ici ou .

 Billet du 24.10.2010 MAJ  et liens corrigés le 03.09.2017 Décès de Walter Becker.

Bon, dans mes années 80, je n'écoutais pas que des musiques à tirer dans les coins, concoctées par des musiciens "méconnus mais néanmoins géniaux". J'appréciais et j'apprécie encore nombre de disques qui ont eu des carrières florissantes. Ainsi, ces deux disques de Steely Dan et de Donald Fagen, la moitié musicale de Steely Dan, justement (l'autre étant Walter Becker).

STEELYDANFAGEN.jpg

Je ne suis pas trop fan de musique californienne (à quelques exceptions près) que je trouve souvent bien trop propre sur elle et parfois tellemment  "léchée" et sucrée que ça gâte les dents et les oreilles.

Mais ces deux disques-là ont longtemps tourné sur ma platine et dans mon lecteur de cassettes. Après un long purgatoire, ils y sont revenus et m'ont procuré à nouveau des sensations musicales magiques auxquelles s'était ajouté comme un goût de madeleine.

Vous connaissez sûrement ces morceaux :

Gaucho (1980)

 

 I.G.Y. (1981)

 

Et puis, ce n'est pas parce qu'une des plus belle voix de radio se comporte aujourd'hui [2010, NDLR], envers des humoristes que j'apprécie, comme le gougnafier qu'il avait prétendu ne jamais devenir que je devrais regretter d'aimer encore et toujours ce morceau, Hey nineteen, qui fut le générique d'une émission phare du France Inter des années 80 (Synergie).

 

 Hey nineteen (1980)

 

Les virtuoses musicaux - particulièrement ceux de la côte ouest étatsunienne - sont parfois pénibles.

Mais quand ils réussissent leur coup, c'est vraiment, vraiment bien., n'est-ce pas ?

...

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui.

Arf !

Zgur

 

 

Retrouvez toute la série en cliquant sur : Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs

08/07/2014

Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs (4/50) - 1984 & 1986 - en guise d'hommage à Lizzy Mercier Descloux

Billet du 27.04.2010 - MAJ 08.07.2014

Lors de sa création, Radio Nostalgie programmait du rock des années 50/60 : Gene Vincent (un peu), Johnny Halliday (déjà) beaucoup, les yé-yés (trop). Aujourd'hui, la nostalgie, ce sont les années 80. A toutes les sauces, la mode, la musique, la coke (?)...

Mais coté musique des années 80 qu'on fait subir aux auditeurs, je m'énerve vite. Ras le bol de ces merdes qui en étaient déjà à l'époque, même si elles on eu du succès.

Ras le bol des "besoins de rien (et surtout pas d'eux), (PAS) envie de toi", ras le bol des "Images", des "Ricci e poveri" à renier de honte ses origines italiennes, et de toutes ces autres bouses (françaises, italiennes ou d'ailleurs) pour les oreilles.

Il y avait plein d'autres musiques, qui ont eu du succès (ou pas) dans ces années 80.

En voici quelques unes que j'écoutais alors, sans volonté d'exhaustivité.

lmdgazelles.jpg

Quand Lizzy Mercier  Descloux est décédée en 2004, j'avais été frappé par l'indifférence et le silence des médias à son égard. Je n'ai pas souvenir d'avoir lu ou vu alors des articles sur elle et cela m'avait passablement énervé.

J'ai déjà parlé ici de Lizzy Mercier Descloux. C'était dans mon premier hommage à Nelson mandela il y a trois ans déjà. Parce que, avec Paul Simon (Graceland, 1986) et Johnny Clegg (Third world child, 1987),elle est celle qui a fait découvrir dès 1984 la musique d'Afrique du Sud aux français (et à moi) avec cette reprise du succès des Mahotella Queens "Kazet" (plus connu sous le nom d'"Où sont passées les gazelles ?").

 


Lizzy Mercier Descloux les gazelles

Puis en 1986 j'ai retrouvé Lizzy Mercier Descloux, grâce à un ami complètement raide dingue de cet album, plus jazz, où on retrouve sur quatre morceaux le souffle génial de la trompette de Chet Baker.

 

oneforthesoul.jpg

 


Après ça, j'avoue que j'ai perdu le fil, ces deux albums continuant néanmoins de m'accompagner depuis cette époque.

Peu avant son décès, j'avais remarqué son nom dans une revue éditée par un lieu parisien. Content de cette retrouvaille, j'ai alors découvert ses autres aventures, musicales et artistiques (au coeur de la création de la no-wave newyorkaise des années 78-79, amie de Patti Smith, de Jean-Michel Basquiat, etc. cf sa bio sur wikipedia).

Lizzy Mercier Descloux mériterait une place bien plus grande dans les esprits curieux des musiques des années soixante dix à quatre vingt dix. Tous ses disques ont été réédités par ZeRecords, le label de son compagnon (mari ?), mais le site du label est pour l'instant indisponible (MAJ 08.07/2014).

Je vous encourage à les découvrir, cela vaut le détour.

Paz y Salud !

Zgur

 

Bonus :

Un bel article sur la réédition des deux premiers albums de Lizzy Mercier Descloux sur popnews.com

Une reprise de 1995 du Sun is shining de Bob Marley

 

Episodes précédents :

(1/50) - 1980 : Original Mirrors

(2/50) - 1980-1982 : UB40

(3/50) - 1981 & 1984 - Laurie Anderson

 

Retrouvez toute la série en cliquant sur : Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs

01/10/2013

Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs (11/50): Dans mon palmier par Renaud Detressan (45t -1981)

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas les raisons
de cette série, c'est à lire ici, ici ou
.

detress.jpg

Voilà un morceau de 1981, "Sur mon palmier" (de Renaud Detressan), que j'adore et que je n'avais pas entendu pendant de nombreuses années. En effet, je n'ai plus de platine vinyle et cette face B d'un 45 tours à succès était introuvable sur le net (jusqu'à maintenant hé hé).



Dans mon palmier (Detressan)

Plus rien à faire
Ya plus d'mystère, on est foutus
Ya plus que des mecs qui n'en peuvent plus

Tout tombe en rade
C'est la Guerre Froide
Même dans ma rue
Un jour ils vont se taper dessus

Moi j'vais me trouver un palmier
Je n'ai plus envie de les regarder
Ils gâchent toutes mes journées
Je n'peux plus penser hé !

Plus rien à dire
Y'a plus d'avenir chez les paumés
Faudrait même choisir son coté

La Terre brûle
Les hommes reculent
Ils disent oui
Au coup de canon, te disent merci

Moi j'vais remonter dans mon palmier
Je n'ai plus envie de les écouter
Ils gâchent toute mes journées
Je n'peux plus rêver hé !

La zone bouge
Elle boit du rouge dans ses quartiers
Elle n'a plus l'coeur à patienter

Et d'autres pleurent
Sur ses malheurs
Tels l'inflation
Qui lui a refilé des boutons

Je ne vais plus descendre de mon palmier
Je n'ai plus envie de m'en occuper
Ca gâche toute mes journées
Je ne peux plus aimer... hé !

Un bruit bizarre
Qui m'fout le cafard
J'les vois s'amener
J'croyais qu'ils m'avaient oublié

Marteau-piqueur
Ramène ton coeur
Il va t'chanter
Encore un truc qui fait swinguer

Et je suis tombé de mon palmier
Dans les bras du chef de chantier
Il m'a gâché toute ma journée
Je suis mal barré ...


Renaud Detressan (on disait alors l'"autre Renaud") a eu un super tube avec la face A de ce 45t (On est comme on est) et quelques autres. Il est ensuite parti faire le kéké breton fétard avec Soldat Louis. On le voit moins maintenant qu'il s'occupe de revivifier le répertoire de son grand père Théodore Botrel, auteur de La Paimpolaise.

Mais il ne faut pas oublier que Detressan est aussi le compositeur de 500 connards sur la ligne de départ , chanson anti Rallye Paris-Dakar, écrite et chantée par ... Renaud.

Pas lui, l'autre ;0)

Quant à moi ...

Moi j'vais me trouver un palmier
Je n'ai plus envie de les regarder
Ils gâchent toutes mes journées

Arf !

Zgur_

 

 

Retrouvez toute la série en cliquant sur :
Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs

11/07/2013

Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs (10/50): A Song, par Pablo Moses (1980)

 Pour celles et ceux qui ne connaissent pas les raisons de cette série,
c'est à lire ici, ici ou
.

Pablo_Moses_-_A_Song_-_Upload_Reggae-front.jpg

Un des plus beaux disques de l'histoire du reggae, le deuxème album de Pablo Moses "A Song" est un de mes album préférés, découvert en vinyle à l'époque grâce à un ami.

C'est aussi un album que je n'ai pas écouté pendant très longtemps, n'ayant plus l'album vinyl, qui n'était pas non plus réédité en CD.

Mais il était resté grévé dans ma tête.

Alors, je l'ai longtemps cherché en téléchargement. La chasse fut longue jusq'au jour où ...

Il y a quelques années, ...

J'ai retrouvé LA voix, LA rythmique ...

Joie, allegresse et fourmillements dans les jambes.

Alors à vous maintenant :

Commençons par le titre de l'album : "A song


 

"Revolutionary step" ;0) 

 

Voilà un titre qui pourrait être ma devise "Music is my desire"


 

Et pour finir, une version "One People" (one spirit)


 

Comme les autres albums de cette série consacrées à Mes années 80 (musicales), je connais cet album par coeur et l'écoute de nouveau très souvent depuis que je l'ai téléchargé.

Il a d'ailleurs enfin étéé réédité en CD, et même tout récemment dans une version remixée.

Mais il ne faut pas se limiter à celui-ci mais découvrir les autres pépites de Pablo Moses, de sa voix magique et de ses rythmiques irresistibles.

N'est-ce pas ?

Arf !

Zgur_

 

 

 A lire :  une interview de Pablo Moses sur ReggaeFrance

 

Retrouvez toute la série en cliquant sur : Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs

28/01/2013

Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs (9/50): Killdozer, par Killdozer (1980)

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas les raisons de cette série,
c'est à lire ici, ici ou
.

Killdozer est un groupe français très méconnu (il n'a même pas de fiche dans wikipedia.fr, c'est dire!). Il n'a fait qu'un album dumême nom, gorgé de de rock, de soul et surtout de funk. Avec cette énergie et cette puissance funk qu'on a rarement trouvé chez les groupes français, surtout à l'époque.

Malgré quelques bonnes critiques (dans Métal Hurlant et d'autres), zéro succès populaire. Echec sans doute dû à une pochette trop inspiré du logo des hardeux Trust, et donc un peu en incohérence avec le contenu funk de la galette.

killdozer_Booklet_.jpg

Restent les morceaux...

Puissants :

MagicDrums (When Fela blows his sax)

"Funka'Rollers"

 My Thang (J. Brown)

Les seuls français que je connaisse à avoir approché d'aussi près le funk à cette époque sont les Téléphone lors d'une reprise du "Sex Machine" de James Brown.

Mais les Killdozer pouvaient aussi avoir un son nettement plus rock :

 

Killdozer, voilà encore une preuve de plus que le public n'a pas toujours raison. Mais aussi qu'être bon et trop en avance, n'est pas non plus un gage de réussite commerciale.

Mais Killdozer (comme les autres groupes et albums de ma série "Mes années 80 sont plus belles que les leurs"), c'est quand même autre chose que la daube chiatique qu'on nous ressasse avec le label "Années 80" ! Berk ! Berk ! Et re-Berk !

Alors, faites votre choix.

Moi, c'est déjà fait.

Arf !

Zgur_

 

Bonus :

Plus d'infos sur Killdozer chez Rock Made In France (site non sponsorisé par Arnaud Montebourg ;0)

Le morceau "Funka' rollers" en plateau télé sur le site de l'INA

Et Killdozer c'est aussi ien sûr le nom d'un Bulldozer dans la nouvelle du même nom de Theodore Sturgeon

12/11/2011

Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs (8/50) The Proclaimers "Sunshine on Leith" (1988)

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas les raisons de cette série,
c'est à lire ici, ici ou
.

 musique,politique,mes années 80,the proclaimers,sunshine on leith,ecosse

The Proclaimers est un groupe écossais créé par les jumeaux binoclards Charlie et Craig Reid. Ce groupe est plutôt méconnu en France, sans doute faute de tournée et de promotion des différents disques qu'ils ont sortis depuis une vingtaine d'année.

Pourtant, tout le monde connait certaines de leurs chansons car elle ont été utilisées dans des films, "Shrek" notamment.

Ce disque contient "I'm gonna be (500 miles)", leur premier tube, utilisé dans le film Benny and June" :

 

 

Il contient aussi de nombreuses ballades et des chansons au contenu plus politique, puisque les frères Reid sont favorables à l'indépendance de l'Ecosse.  Ils posent ainsi dans "What to do" la question de la démocratie par le nombre on fait partie de la minorité.

"...
Pat votes the scots way
Just like her mother
But south always takes all
Just like her brother

The next time she might vote
So might the others
But times running out pal
Cause they’re giving up in numbers

What do you do
When democracy’s all through
What do you do
When minority means you?"

 

Mais la chanson de de disque que je préfère, et des Proclaimers en général, c'est "Cap in hand" qui parle clairement de notre passivité devant le fait de voir notre pays être dirigé par d'autres.

Eux parlent de l'Ecosse par l'Angleterre ...

 

"CAP IN HAND"

I could tell the meaning of a word like serene
I got some 'O' Grades when I was sixteen
I can tell the difference between magarine and butter
I can say "Saskatchewan" without starting to stutter

But I can't understand why we let someone else rule our land, cap in hand
I could get a broken jaw from being in a fight
I know its evening when day turns to night
I can understand why Stranraer lie so lowly
They could save a lot of points by signing Hibs Goalie

But I can't understand why we let someone else rule our land, cap in hand

We fight - when they ask us
We boast - then we cower
We beg
For a piece of
Whats already ours

Once I thought I could make God a bribe
So I said I was in his lost tribe
Getting handouts can be so frustrating
"Get in line son, there's five million waiting"

I can't understand why you let someone else rule your land, cap in hand
I can't understand why we let someone else rule our land, cap in hand
I can't understand why you let someone else rule your land, cap in hand

Ce qui veut dire :

Nous combattons - quand ils l'exigent
Nous plastronnons - puis nous tremblons de
Quémander
Un morceau de
Ce qui est DEJA à nous.

...

Je ne peux pas comprendre pourquoi nous laissons quelqu'un d'autre diriger notre pays, casquette à la main !

 

J'y vois aussi la démocratie dévoyée ( "Un gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple",  avez-vous dit avec Lincoln ?) alors que nos pays sont de plus en plus évidemment dirigés aux profits exclusifs de la finance et de leurs soutiens et complices au pouvoir.

Je traduirais donc volontiers le refrain de cette chanson

 Je ne peux pas comprendre pourquoi nous laissons quelqu'un d'autre diriger notre pays, l'arme au pied !

Je parle de l'arme politique et idéologique bien sûr.

Sachant néanmoins qu'eux, n'hésiterons pas bientôt à faire un usage élargi des armes, '"maintien de l'ordre", qu'ils disent) dans la guerre qu'ils nous font.

Oui. Il y a beaucoup de sens et de sensibilité dans les chansons des Proclaimers.

Découvrez les, si vous ne les connaissez pas encore.

Paz y salud !

Et slàinte mhath

Zgur_

 

BONUS :

The Proclaimers  chez Wikipedia

Site officiel de The Proclaimers

Les Proclaimers sont aussi fans de football, de l'équipe écossaise du Hibernian Football Club, et Sunshine on Leith le titre de cet album est devenu l'hymne de ce club à l'occasion d'une tentative de rachat combattue par les supporters.

 

Et cliquez là pour lire et écouter tous les épisodes de Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs

19/06/2011

Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs (7/50) Joe Jackson "Look Sharp" & "I'm the man" (1979)

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas les raisons de cette série, c'est à lire ici, ici ou .


Ah, ça fait un moment que je veux mettre ces deux disques de Joe Jackson dans cette série sur mes années 80. Et ne venez pas me dire qu'ils sont sortis en 1979, parce qu'en France ça doit être en 80 et puis je suis chez moi ici et je fais ce que je veux. Non mais.

jjacksonsharpman.jpg

Joe Jackson est un immense musicien. Qui s'est orienté après ses débuts rock énervé nourri de reggae et de punk, vers une musique jazz plus complexe et apaisée mais toujours de grande qualité et avec un grand succès. Tant mieux pour lui.

Mais...

A tous ses disques ultérieurs je préférerai toujours ces deux galettes dont je ne sais quels morceaux choisir (puisque choisir, c'est renoncer) tant je les connais tous pas coeur, les rocks, les ballades, les très énervés et les plus désabusés. Je les aime tous, chacun pour des raisons différentes.

Alors començons par un morceau dominical :

"Sunday papers"

"...If you want to know about the gay politician
If you want to know how to drive your car
If you want to know about the new sex position
You can read it in the sunday papers, read it in the sunday papers

Sunday papers dont ask no questions
Sunday papers dont get no lies
Sunday papers dont raise objection
Sunday papers dont got no eyes..."

(Nous, le dimanche, on a le JDD, Aujourd'hui/LeParisien, ou les torchons sans grand intérêt de la PQR. Ce n'est pas mieux.)

 

Et, dimanche ou pas, You gotta "Look Sharp" !

 

"...Smoke my cigarettes and drink my beer
Tell me that this world is no place for the weak
Then you can look me in the eye
And tell me if you see a trace of fear

You gotta look sharp
You gotta look sharp
And you gotta have no illusions
Just keep going your way looking over your shoulder..."


D'ailleurs, on sait tous que 'C'est different pour les filles" ("It's different for girls")

"...She said - just give me something
Anything
Well give me all you got but not love
No not love she said
Don't you know that it's different for girls
You're all the same"


Mais mon morceau préféré de JJ (1) reste 'I'm the man" dont la modernité est étonnante, tant d'un point de vue musical que du sens des paroles (et sur des superbes images d'un concert au College Hatfield Polytechnicle 14 juin 1980) :

 

"I'm the man"

Pretty soon now
You know I'm gonna make a comeback
And like the birds and the bees in the trees
It's a sure-fire smash
I'll speak
To the masses through the media
And if you got anything to say to me
You can say it with cash

'Cause I've got the trash and you got the cash
So baby we should get along fine
So give me all your money 'cause I know you think I'm funny
Can't you hear me laughing
Can't you see me smile

I'm the man (I'm the man, I'm the man, I'm the man)
I'm the man that gave you the hula-hoop
I'm the man (I'm the man, I'm the man, I'm the man)
I'm the man that gave you the yo-yo

Kung fu
That was one of my good ones
Well what's a few broken bones
When we all know it's good clean fun
Skateboards
I've almost made them respectable
You see I can't always get through to you
So I go for your son
I had a giant rubber shark and it really made a mark
Did ya lookit lookit lookit all the blood
So give me all your money 'cause I know you think I'm funny
Can't you hear me laughing
Can't you see me smile

I'm the man (I'm the man, I'm the man, I'm the man)
I'm the man that gave you the hula-hoop
I'm the man (I'm the man, I'm the man, I'm the man)
I'm the man that gave you the yo-yo

Right now
I think I'm gonna plan a new trend
Because the line on the graph's getting low

And we can't have that
And you think you're immune
But I can sell you anything
Anything from a thin safety pin
To a pork pie hat
'Cause I got the trash and you got the cash

So baby we should get along fine
Why don't you give me all your money
'Cause I know you think I'm funny
Can't you hear me laughing
Can't you see me smile

I'm the man (I'm the man, I'm the man, I'm the man)
I'm the man that gave you the hula-hoop
I'm the man (I'm the man, I'm the man, I'm the man)
I'm the man that gave you the yo-yo"

 

"Mais je peux te vendre n'importe quoi
d'une petite épingle à nourrice à un chapeau "pork-pie"
Parce que j'ai la camelote et tu as le fric
"

Trente et un ans après, on n'a pas, je crois, décrit aussi bien dans une simple chanson la puissance et le cynisme du marketing et de la mode (qui se démode) façonnés par ceux qui tirent les ficelles et les bénéfices du système, banksters et autres complices.

Je n'en avais pas conscience alors quand, jeune et néanmoins (déjà) énervé, j'écoutais en boucle cette chanson, et les autres de ces albums de Joe Jackson.

Je me suis rattrapé depuis.

Arf !

Zgur_

 

 

En savoir plus :

La bio de Joe Jackson sur wikipedia en français, en anglais

 

 

(1) faudra que je vous parle un jour de l'autre JJ de mon coeur, l'immense JJ Cale ;0)

11/10/2010

Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs (6/50) - 1981 - Mick Fleetwood "The Visitor"

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas encore les raisons de cette série, c'est à lire ici, ici ou .

 

Un des albums que j'ai le plus écouté étant jeune est le "Rumours" de Fleetwood Mac (et c'est aussi celui que j'ai longtemps cherché en téléchargement il y a quelques années quand j'ai eu un ordinateur digne de ce nom et une connection internet potable, car 25€ alors le CD déjà largement amorti me semblait - et me semble toujours - hors de prix et de propos).

Mais ce n'est pas de celui là dont je vais parler ici dans ma série musicale des années 80 (car "Rumours" date de 1977) mais du disque "The visitor"enregistré en solo à Accra au Ghana en 1981 par Mick Fleetwood, le batteur - et la moitié - de Fleetwood Mac.

MickFleetwood-TheVisitor-1981.jpg

J'ai aussi longtemps cherché ce disque.

Très longtemps.

Il n'a, à ma connaissance, jamais été réédité en CD.

Et je l'ai finalement trouvé en téléchargement.

Ahahahalégal !

(Je signale aux Hadopitres que je l'ai en vinyl 33t, alors pas la peine de m'écrire)

Et on le trouve maintenant aussi en partie sur YouTube, ce qui me permet de vous le faire découvrir avec quelques morceaux.

Le premier "O Niamali" montre la fusion du batteur qu'est Mick Fleetwood dans la rythmique du morceau ghanéen.

 

 

Le deuxième "Amelle (Come Show Me Your Heart)" est, avec sa ryhtmique chaloupée et nonchalante, ses choeurs et ses solos de guitare,  un des plus beaux morceaux que j'ai jamais entendus.

Et que je réécoute à chaque fois avec un sentiment de ravissement et de volupté musicale que je vous souhaite éprouver à son écoute.

 

 

Ce disque est une merveille qui part parfois un peu dans tous les sens (notamment une bonne reprise du Not fade Away des Rolling Stones), mais Mick Fleetwood sait nous ramener au bercail de son projet.

Alors un petit dernier pour le plaisir "Dont Be Sorry, Just Be Happy" :

 

 

Ca fait quand même du bien d'entendre ça, non ?

Et la pochette, c'est quand même de la belle ouvrage.

Alors on dit encore merci à Internet qui permet de telles découvertes ou redécouvertes.

Paz y Salud

Zgur

 

 

Retrouvez toute la série en cliquant sur : Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu