Avertir le modérateur

13/05/2010

S.O.S. Riches Assistance

greed_trust2.jpg

"La cupidité est notre credo"

 

Voici quelques-unes de mes lectures de ces derniers jours, juste mises en perspective par mes soins :

"Lorsqu'une entreprise achète une machine pour remplacer des travailleurs, elle licencie et réalisedes bénéfices, laissant ensuite les contribuables payer le chômage des employés.

Lorsqu'une entreprise pollue les nappes phréatiques en réalisant des rpofits, ce sont les consommateurs qui financent la dépollution dans leur facture d'eau.

Lorsqu'une entreprise abîme les routes avec ses camions, les dégâts sont facturés aux usagers de la route.

On reproche aux chomeurs ou aux pauvres d'être assistés par les aides sociales. Mais les banques ou les stations-service qui remplacent les employés par des automates, ou les supermarchés qui substituent aux caissières des caisses automatiques, prélèvent leurs bénéfices sur la collectivité.

Ainsi les riches vivent d'aides sociales comme les pauvres."

Jean-Marc Coudray, in L'Avenir est notre poubelle (L'Alternative de la décroissance), Gulliver 2010
cité dans CQFD n°77 - avril 2010

 

"Est-ce aux salariés et aux chomeurs espagnols - les immigrés du BTP, eux, ont déjà été virés - de payer pour l'incurie d'une élite qui fait mine de croire que les taux de croissance et les buildings montaient jusqu'au ciel ? Et d'ailleurs est-ce aux salariés grecs de payer pour la corruption et l'incompétence de leurs dirigeants ? Pourquoi, comme l'a justement fait remarquer le député socialiste Jérome Cahuzac, la marine marchande grecque, importante dans les échanges maritimes, est-elle épargnée de toute taxe ?"

"On a dénoncé les Bnaksters; on a chanté la "régulation" sur tous les balcons; on a menacé les hedge-funds, les paradis fiscaux et les agences de notations de réformes cruelles et sans pitié; on a réuni des G20 de crise, publié des communiqués triomphalistes, proclamé le retour de la morale de l'effort. Et puis ... plus rien. Bernique. Nada. La montagne n'a même pas accouché d'une souris. [...] Les banquiers ont récupéré leurs bonus, les banques leurs profits, les agences de notation, leurs analyses criminelles pour les peuples. C'est le nouveau Bal des vampires qui se joue dans l'économie européenne. Comme si les marchés se vengeaient d'une correction que les Etats n'ont pas été capables de leurt infliger vraiment." [...]

"Les marchés n'existent pas : les vrais acteurs sont ces investisseurs purement financiers cherchant à tout moment à gagner le plus d'argent possible en prenant le moins de risque possible."

Philippe Cohen "Les ravages du neo-capitalisme" in Marianne n°681 du 8 au 14 mai 2010

 

"En 2007, une loi sur le travail a été votée par l'Assemblée nationale populaire [chinoise] : elle prévoit de réduire le nombre de salariés sans contrat, de faire payer les heures supplémentaires et d'obtenir des négociations salariales dans les grandes entreprises. [...] L'impact de cette loi a été très faibrle, car elle a été très peu appliquée. [...] A Shenzhen,  la loi a reçu un début d'application réelle, mais de vigoureuses protestations sont venues ... des chambres de commerce américaines et européennes ! Celles-ci ont argumenté qur le fait que la mise en oeuvre d'une telle loi risquait de faire perdre aux marchandises fabriquées en Chine leur avantage comparatif."

"L'intérêt des grands groupes mondiaux européens et américains se distingue de plus en plus de l'intérêt général des pays dont ils ont issus."

Philippe Cohen et Marc Richard in "Le Vampire du Milieu : comment la Chine nous dicte sa loi" ed. Mille et une nuits 2010
cité dans Marianne n°681 du 8 au 14 mai 2010

 

"On est pris dans l'étau : les Premiers ministres socialistes grecs, espagnols et portugais sont obligés d'appliquer la politique néo libérale la plus extrême"

Sathis Anesthis, secrétaire général adjoint dela Confédération des travailleurs grecs
cité dans Marianne n°681 du 8 au 14 mai 2010

"La gauche se perd en reflexes archaïques, alors que la vraie bataille, c'est d'éviter que la société, demain, ne soit livrée nue à la barbarie sociale"

Takis Théodoropoulos, écrivain, président du Centre national du livre
idem

A lire aussi des choses passionnantes chez FAKIR ou sur le blog de Paul Jorion.

Toujours plus de pognon pour ceux qui en ont déjà plus qu'il n'en faut, et toujours moins pour celles et ceux qui en ont besoin et au nom desquel(le)s certains sont censément élus.

Tout ça n'est pas engageant, surtout si on se retrouve à devoir choisir entre la "droite gravier" sarkozy et la ""gauche" vaseline" DSK.

Il est à craindre alors que notre pays se tourne, comme cela monte en Europe, vers le nationalisme le plus étroit.

Une illusion de plus, un danger de plus.

A croire que celles et ceux qui veulent nous gouverner se contenteraient bien d'avoir le pouvoir au milieu d'une guerre civile et sociale.

A laquelle ils se sont préparés, et pour laquelle ils ont bien préparés les forces de répression.

 

alien_shot5l.jpg

"La société néo-libérale est une société de l'attention
et de la mobilisation permanente"

 

Allez hop, tout ce "beau monde" dans le Tupolev !

Arf !

Zgur

 

30/08/2008

Une couverture odieusement raccoleuse du magazine Marianne sur le patronat

Billet du 30.08.2008. Liens  MàJ le 22.08.2017

 

"Les « unes » de Marianne sont à la l’actualité sociale et politique ce que les « unes » de Gala sont à la vie artistique et culturelle."

nous dit dans sa grande sagesse le site de critique des médias ACRIMED.

 

Pour illustrer son propos, je prendrai volontiers l'exemple de cette "Une" datée de fin novembre 2007 :

 
1288635099.jpg

 

Et ces quelques extraits  tirés du dossier de Marianne (et librement accessibles dans les archives gratuites du magazine) :

"Outre le lobbying parlementaire et ministériel, les stratèges de l'UIMM investissent la presse qu'ils cherchent à influencer par tous les moyens, en espérant que, «par son réalisme, par sa documentation, par ses études et ses enquêtes, objectives mais orientées, elle équilibrera les excitations et les divagations politiques». Des équipes déjeunes diplômés se mettent à la disposition des journalistes avec l'objectif de «ne pas avoir l'air de défendre des intérêts mais seulement des idées et des principes» comme le recommandent les directives de l'UIMM. Qui prend des parts dans des journaux telle la Journée industrielle, en 1918, ou crée ses propres médias. Le Bulletin quotidien, par exemple, est la première «lettre confidentielle», diffusée quotidiennement par cyclistes à 1 000 exemplaires à une élite d'abonnés: parlementaires, journalistes, dirigeants syndicaux, hauts fonctionnaires."

[...]

«Le lecteur doit être incité à tirer des conclusions dans un sens systématiquement favorable aux thèses soutenues. Seuls les spécialistes d'une question peuvent être en mesure de déceler les points sur lesquels s'effectue le passage de l'information à la propagande.»

[...]

"La publication en 1963 de Pour une réforme de l'entreprise, de François Bloch-Lainé, mobilise l'UIMM. Ce grand commis de l'Etat plutôt proche de De Gaulle propose que les conseils d'administration des entreprises s'ouvrent aux salariés à égalité avec les actionnaires. Il se dit aussi favorable à la création de sections syndicales d'entreprise. Le livre connaît un succès de librairies, notamment chez les cadres. De Gaulle l'invite publiquement à venir en parler avec lui. L'UIMM réagit en finançant des libelles contre le livre et en s'activant auprès des journalistes."

On y rappelle d'autres bien belles histoires, sur des personnages ou des événements de notre histoire sociale plus ou moins lointaine.

"Gaulliste de gauche, Louis Vallon propose avec l'accord de l'Elysée un dispositif- participation et actionnariat - traduisant l'idée gaullienne de rééquilibrage entre le capital et le travail aussi bien en termes de pouvoir que de revenu. Le patronat parle de «projets aberrants» qui constituent une «menace pour la vie et le développement de l'entreprise». Les experts de l'UIMM remontent au créneau avec brochures et argumentaires auprès de la presse économique. Mais ils ont vite compris qu'ils avaient des alliés dans la place, notamment avec Georges Pompidou, Premier ministre peu séduit par l'utopisme gaulliste. L'ordonnance du 17 août 1967, préparée à Matignon par Edouard Balladur, conseiller de Georges Pompidou, réduit à néant l'idée originelle de «partage du pouvoir patronal».

[...]

"Pour limiter l'intrusion de «l'Etat socialiste» [en1981], François Ceyrac prend les devants en relançant la politique contractuelle avec les syndicats. Il propose la cinquième semaine de congés, et la réduction du temps de travail. Mais l'UIMM constate vite que Mitterrand fait le travail à sa place. En finir avec les communistes? C'est lui qui y parviendra finalement avec leur entrée au gouvernement, qui se révélera le baiser qui tue. Défendre le libéralisme contre le collectivisme? Le sacre de l'entreprise, qu'il n'est plus question de réformer, et de ses héros, les «entrepreneurs», les «gagnants», va devenir la ligne politique du mitterrandisme jusqu'à l'«argent fou» des années 90. La CFDT, qui a fait le deuil de l'autogestion, devient fréquentable."

Source :  https://www.marianne.net/societe/1901-2007-un-siecle-de-j... par Eric Conan

 

On pourra aussi lire utilement cet article là : https://www.marianne.net/societe/1972-1973-la-tentation-d...

"François Ceyrac a compris le rôle croissant des médias et monte un énorme service de presse qui va «au contact» avec les journalistes, tout en leur proposant de quoi arrondir leurs fins de mois: c'est le début des «ménages», piges pour journaux d'entreprise, «training» de patrons, diverses collaborations aux tarifs très généreux offertes sans limites."

 

Ces deux articles n'ont été que peu lus (respectivement 63 et 17 fois à ce jour (2008), à en croire les stats mentionnées sur le site de Marianne ), sans doute parce qu'ils ne sont pas correctement indexés.

Pas comme celui-ci de Philippe Cohen : "Sarkozy veut-il enterrer les affaires ? Le scandale de l'UIMM"  de début novembre 2007, qui a été lu, lui, plus de 15500 fois :

"on se dit que personne n'a intérêt à ce que l'enquête aille jusqu'au bout. Le patronat tout d'abord. Laurence Parisot a fait sourire – et grincer quelques dents – en faisant mine de découvrir l'affaire, puis en évoquant des «secrets de famille» que beaucoup savaient «inconsciemment». Sarkozy et le gouvernement ? Le Medef ne compte pas parmi ses ennemis. Et surtout, la poursuite de l'enquête pourrait poser des questions sur le comportement des ministres de l'économie. Le dossier publié par l'Express cette semaine cite le cas de Thierry Breton. Mais ignore curieusement celui de Nicolas Sarkozy, ministre des Finances en 2004"

Les syndicalistes ont encore moins intérêt à voir leurs représentants épinglés dans des tractations secrètes effectuées à l'insu de leurs mandants. L'image, déjà médiocre, de leurs organisations, n'y survivrait pas.

Reste les journalistes. En théorie, les médias auraient tout intérêt à jouer leur rôle dans cette affaire : ils retrouveraient une image d'indépendance et «vendraient du papier». C'est peut-être pour cette raison que, du côté de l'UIMM, on a fait passer le message à certains journalistes : attention, nous pourrions aussi sortir des dossiers concernant certains d'entre vous. À bon entendeur… Il est vrai que, sur ce dossier, les journalistes en charge de la rubrique sociale n'ont guère montré leurs capacités à enquêter sur le dossier...

 

Tous ces mots résonnent curieusement à mes oreilles aujourd'hui après les déclarations de François Chérèque sur l'amnistie envisagée et proposée par Sarkozy pour les protagonistes de l'affaire de la caisse noire de l'UIMM, patrons et syndicalistes bien sûr, mais aussi sans doute et surtout hommes politiques (sans compter certains journalistes).

Heureusement que Acrimed complétait sa critique (pas vraiment dénuée d'arguments et d'exemples valables) des "Unes" de Marianne  par "il arrive que les enquêtes de Marianne vaillent mieux que ses titres."

Oui, parfois.

Arf !

Zgur

 

27/01/2008

De la création du Bling Bling dans le paysage politico-médiatique franco-français

Une visite sur le passionnant blog de Jean Véronis , "Technologies du langage", m'a rappellé la micro-bagarre du monde médiatique sur la paternité du Bling-Bling attribué à Nicolas Sarkozy.

Marianne, Le Point et Libération se disputeraient cette attribution, les uns l'ayant utilisée début mai, les autres mi-mai 2007, Libération titrant, eux, "Président Bling Bling" en décembre 2007 (voir l'article de 20minutes "La guerre des bling bling").

 

Mais...

A propos de "Président Bling Bling" ...

 

J'en parlai moi-même le 15 mars 2007 !

 

Soit bien avant tout ce beau monde.

 

Certes, j'utilisai l'expression un peu à contre sens,  puisque je disais que je voterai pour le "Président Bling Bling" et que ce ne fut pas le cas (Arf!). 

Certes, il s'agissait du "Président Bling Bling" chanté par Monsieur Bling.

Mais cette chanson -- et donc l'expression -- est sur DailyMotion depuis le 19 octobre 2006 !

C'est donc Monsieur Bling qui a eu, le premier, la préscience que nous allions élire un "Président Bing Bling"!

 

Et nous prouve par l'absurde que tout ce qui brille n'est pas d'or. 

 

C'est aussi, je crois, ce que veux nous dire "Bling Bling", rap du groupe allemand MC Bogy. Mais comme je ne parle pas allemand, je compte sur un de vous pour me dire exactement ce que raconte cette chanson, Danke schön d'avance.

 

 
MC Bogy-"Bling Bling"

 

En tous cas, vu ses tics, Sarkozy c'est du Bling Bling en t.o.c. 

Arf!

Zgur 

13/01/2008

Les mots clés qui font peur (2)

 5ea801d97caee17c004f76eb4349d31b.gif

 "Mais Papa, c'est le mot le plus demandé dans les moteurs de recherche"

 

 

J'avais déjà publié en mai sur ce blog  un billet sur "les mots clés qui font peur".

Ayant volontairement fait de la provocation le week-end dernier en parlant de Laure Manaudou au sujet de Simone de Beauvoir (Si, si, c'est possible grâce au Nouvel Obs,  voir  "Le cul de Simone de Manaudou"!), j'ai vu un afflux de visiteurs exploser tous mes records d'affluence. 

Eric de "Crise dans les medias" posait , comme beaucoup la question : "Sur le web, la plupart des gens sont des crétins, indignes du moindre interêt".

Illustration par l'exemple avec les 15 mots clés les plus demandés sur mon blog à ce jour en janvier 2007:

  1. laure manaudou
  2. manaudou
  3. Chirac
  4. laure manaudou  nue
  5. laure-manaudou
  6. cul
  7. photos laure manaudou
  8. 3 mustaphas 3
  9. laure manaudou photos
  10. simone de beauvoir
  11. cécilia-sarkozy
  12. photos de laure manaudou
  13. phlegmon
  14. plantu
  15. Sarkozy

 

La seule bonne nouvelle de cette liste, c'est l'intérêt envers les "3 Mustaphas 3" !  

Enfin, si quelques un des visiteurs arrivés ici par "hasard" y touvent intéressantes d'autres choses que celles qu'ils venaient chercher, tant mieux.

L'internet n'est qu'un outil.

Il n'est ni bon, ni mauvais en soi.

C'est ce qu'on en fait qui compte.

Arf !

Zgur

 

 

Dessin trouvé sur www.referencement-blog.net/

 

05/01/2008

Le cul de Simone de Manaudou

 d2ea8c47a9b447fbbb4229aa612f3301.jpg

Au cul des kiosques 

 

Le cul de simone de Beauvoir s'étale à la une du Nouvel Observateur, mais pas sur les affiches en dos de kiosque, comme le souligne Marianne sur son site Internet, on a de droles de pudeurs dans ce journal.

Et pendant ce temps, les mêmes hypocrites se drapent dant leurs oripeaux bien pensants pour dénoncer l'Internet "sans règles" ( et la divulgation dégueulasse qui y été faite des photos qui auraient du rester intimes de Laure Manaudou.

"La pitoyable affaire Manaudou donne un avant-goût des développements possibles d’une révolution qui ne fait que commencer. Juste une bonne blague, une histoire de fesses ? Les rieurs devraient prendre garde : personne n’est à l’abri. Big Brother, potentiellement, c’est n’importe qui. Votre voisin, votre ex, votre collègue de bureau, l’employé qui gère votre compte en banque. Quiconque peut avoir accès à votre misérable petit tas de secrets, et intérêt à les exposer au grand jour.
in la cyber-tyrannie (03.01.2008) par Claude Weil directeur délégué de la rédaction du Nouvel Observateur

 

Alors, le Nouvel Obs ne publiera les photos de Manaudou que dans quelques années, pour rendre hommage à la natation française et quand il aura intérêt à les "exposer au grand jour".

Alors Vive la presse et ses "règles" déontologiques!

GFG !

Gros Foutage de Gueule ! 

Arf! 

Zgur 

 

Source photo : marianne2.fr 

 

A lire aussi: la chronique de Daniel Schneiderman dans Libé du 11.01.08 sur "Le coup du cul de Beauvoir"

14/04/2007

Les promesses - tenues mais survendues - de Marianne

 13.O4.2007 - 07h55

 
medium_marianne_sarko.jpg

 

Depuis une semaine, Jean-François Kahn agite ses petits bras et nous promet pour samedi un numéro de Marianne saignant sur Sarkozy :

"Il est donc temps, grand temps, de dévoiler ce qu'on semble avoir décrété indicible, de faire tomber les masques, de mettre toutes les cartes entre les mains des électeurs qui n'entendent pas favoriser une nouvelle fois l'avènement du césarisme. Il ne faut pas qu'on puisse dire, demain, qu'on ne savait pas, qu'on n'était pas prévenu, qu'on n'avait pas été informé.
Donc, ce samedi, Marianne brisera l'omerta que favorise le verrouillage médiatique, dira ce qu'on n'ose pas vous dire, se libérera de la conspiration du silence pour jeter, dans le débat, cette lourde vérité dont on voudrait vous interdire l'accès !"

 

Suite aux rumeurs diverses et (a)variées courant sur Sarkozy, son couple, ses accointances sectaires supposées (voir là ou ) et ses talonnettes hydrauliques, certains ont cru que Marianne allait sortir le scoop des scoops sur Sarkozy, celui qui tel l'éclair vengeur venu du ciel le foudroirait sur place, carbonisé d'un coup d'un seul!

Je l'ai déjà dit, je ne crois pas à ce scoop nouveau qui pourrait déstabiliser à lui seul Sarkozy. S'il existait, couvert selon JFK par "l'omerta des journalistes", ce scoop aurait déjà été éventé par les concurrents de Marianne, trop contents de lui griller l'information.

A mon avis, et la couverture prévue pour ce samedi me conforte dans cet avis, ce sera bien plus un dossier avec une mise en perspective des arguments qui ne manquent déjà pas mais avec l'effet masse et répétition d'un dossier "à la Marianne".

Un grand dossier complet sur les dangers pour la France et les français si par malheur Sarkozy était élu président serait alors vraiment à distribuer aux personnes tentées par le vote Sarkozy avec le commentaire :

"Tu veux voter sarkozy, OK, donc tu es d'accord avec tout ça! Et tu veux que ce type-là soit notre président."

Ça pourrait en faire changer d'avis quelques un(e)s.

Espérons simplement que Marianne tienne ses promesses.

 

Et de toutes façons, faudra pas l'inviter!

Delenda est sarko.

Votons.

Zgur 

 

Mise à jour du 14.04.2007 18h30 :

Finalement, et quoiqu'en disent certains, le dossier de Marianne est plutôt pas mal.

Même s'il a été un peu survendu par JF Kahn ;0)

Y a que les touristes de l'UMP pour tenter d'en dénigrer l'intérêt.

Même moi, j'y ai appris ou retrouvé quelque(s) chose(s).

Par exemple: le nom de Ziad Takieddine retrouvé ici http://www.bakchich.info/article351.html

"Tout allait pour le mieux jusqu’à l’intervention de Ziad Takieddine, un businessman libanais très en cour chez Nicolas Sarkozy, qui veut contourner la SOFEMA pour ramener les commissions à ses amis de vingt ans. « Cet intermédiaire à la réputation douteuse qui a déjà fait perdre à la France des millions d’euros se pavane à Tripoli en prétendant parler au nom du futur Président de la République et surtout en affirmant que, désormais toutes les affaires impliquant notre pays, passent par lui et lui seul », déplore très remonté un diplomate français en poste en Libye." (vendredi 20 octobre 2006)


Ou autres exemples,

- le pédigrée chargé de Ceccaldi Reynaud père, ex socialiste en Algérie française devenu maire sarkozyste à casseroles de Puteaux. Et quelles casseroles! La batterie de Manu katché, c'est un djembé junior à coté.

- Les liens avec Jacques Heyer

- Le soutien au groupe Barrière (heritage des réseaux Pasqua?)

- le rappel que Sarkozy, alors ministre du Budget de Balladur, initia les poursuites contre le clan Chirac à Paris

Etc. 

Comme dit José sur le DEL : 

"À cette deuxième lecture nous comprenons ce qu'est une hystérie de masse, une illusion collective doublée renforcée par une exaltation de tous les instants. Les régimes dictatoriaux ne surgissent que de deux façons : par coup d'état (souvent militaire) ou par celle décrite dans ce dossier.

Je crois que c'est surtout cela qui constitue l'objet de ce dossier."

 

Donc :

 

Un dossier à lire et à faire lire aux indécis tentés pas le vote Sarko.

 

On peut le compléter aussi par ça :

- liens avec un journaliste du Parisien: http://www.bakchich.info/article981.html

-  sur Marianne2007.info : «Sarkozy et Moi», un documentaire corrosif inédit sur le Net

Ce documentaire d'une heure et demie, mis en ligne en six parties sur Dailymotion par le membre «daweed01», questionne les grandes orientations de Nicolas Sarkozy en matière d'immigration, de sécurité et d'économie. Il dissèque les liens entre le candidat de l'UMP et les médias, en particulier dans ses relations avec les journalistes. Et n'hésite pas, à l'instar d'un Michael Moore, à impliquer directement l'auteur qui cherche désespérement à nouer un contact avec Nicolas Sarkozy. Un documentaire à ne pas manquer, notamment pour ses savoureux entretiens de Claude Goasguen et de Patrick Devedjian.

 - sur BetaPolitique : Sarkozy le chef de gang


Faudra pas l'inviter

Delenda est Sarko

VOTONS

Zgur

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu