Avertir le modérateur

07/04/2017

Comprendre l'Orient compliqué, très compliqué, c'est simple.

Note du 02/08/2015 - maj 01/10/2015 (ajout dessin) 07.04.2017 (ajout dessins)

C'est le bordel au Proche et Moyen-Orient.

Et ça ne s'arrange pas.

De jour en jour.

Et plus le temps passe, moins on y comprend quelque chose.

Une anglaise nous explique ça très bien (du point de vue anglo-saxon) dans ce petit courrier de 2014 adressé à un journal et que j'avais récupéré sur Internet :Politique,

Clair comme de  la boue

Vous ne comprenez rien à ce qui se passe au Moyen-Orient ?
Laissez-moi vous expliquer.

Nous soutenons le gouvernement irakien dans la lutte contre l'Etat Islamique. Nous n'aimons pas l'EI, mais l'EI est soutenu par l'Arabie Saoudite, que nous aimons beaucoup.

Nous n'aimons pas le président Assad en Syrie. Nous soutenons le combat contre lui, mais pas l'EI, qui combat aussi contre lui.

Nous n'aimons pas l'Iran, mais l'Iran soutient le gouvernement irakien contre l'EI. Ainsi, certains de nos amis soutiennent nos ennemis et certains de nos ennemis sont nos amis, et certains de nos ennemis combattent contre nos autres ennemis, que nous voulons voir perdre, mais nous ne voulons pas que gagnent nos ennemis qui combattent nos ennemis.

Si les gens dont nous voulons la défaite sont défaits, ils pourraient être remplacés pas les gens que nous aimons encore moins. Et tout ça a commencé par notre invasion d'un pays pour en dégager des terroristes qui n'étaient en fait pas à cet endroit jusqu'à ce que nous y venions pour les en dégager. Vous avez compris maintenant ?

Aubrey Bailey, Fleet, Hants.

 

C'est clair, non ?

En dessin, ça donne ça

Politique,

Aujourd'hui, la Turquie, membre de l'Otan combat officiellement (mais mollement) l'EI, en profite pour bombarder son ennemi intérieur les Kurdes, qui sont nos vrais alliés contre l'EI, et qui risquent encore une fois d'être les cocus de l'Histoire.


Politique,

- Erdogan bombarde les kurdes.
-Nous avons enfin notre propre aviation !

Et pendant ce temps, ce sont encore les civils qui prennent.

Tout ça parce que, il y a une quinzaine d'années, une clique au pouvoir au coeur de la plus grande puissance militaire mondiale a décidé, au prix de mensonges et de montages éhontés, de la complicité du soit-disant "quatrième pouvoir" et de pressions sur certains de ses alliés, de profiter des attentats du 11 septembre pour attaquer un pays qui n'y était pour rien (ce qu'on savait DÉJÀ à l'époque).

politique,guerre,war,irak,syrie,daesh,etat islamique,etats-unis,de villepin,discours,onu,moyen-orient

Hélas, la prévision du Ministre des Affaires Étrangères français, Dominique de Villepin, dans son discours applaudi à l'ONU le 14 février 2003:

"Personne ne peut donc affirmer aujourd'hui que le chemin de la guerre sera plus court que celui des inspections. Personne ne peut affirmer non plus qu'il pourrait déboucher sur un monde plus sûr, plus juste et plus stable. Car la guerre est toujours la sanction d'un échec."
...

"Une telle intervention pourrait avoir des conséquences incalculables pour la stabilité de cette région meurtrie et fragile. Elle renforcerait le sentiment d'injustice, aggraverait les tensions et risquerait d'ouvrir la voie à d'autres conflits."

se vérifie aujourd'hui de manière chaque jour plus atroce.

Et ce n'est pas la manière des Etats-Uniens de faire cette guerre qui aura arrangé les choses (c'était l'objet d'un de mes premiers billets ici). Malgré leur beaux discours,

politique

les Etats-Unis ont perdu leur honneur en Irak et Afghanistan (j'y reviendrai dans un prochain billet). Ils n'ont pas fini de le payer, nous avec, ainsi que tous les civils de la région et d'ailleurs

politique
Si on ne frappe pas d'écoles ou d'hôpital en Irak,
nous le ferons certainement à notre retour chez nous

 

Et puisque, visiblement,

Les ennemis de nos ennemis ne sont pas forcément nos amis

et que

Les amis de nos amis ne sont pas forcément nos amis.

ce bordel est parti pour durer.

 

politique,guerre,war,irak,syrie,daesh,etat islamique,etats-unis,de villepin,discours,onu,moyen-orient

 

politique,guerre,war,irak,syrie,daesh,etat islamique,etats-unis,de villepin,discours,onu,moyen-orient

politique,guerre,war,irak,syrie,daesh,etat islamique,etats-unis,de villepin,discours,onu,moyen-orient

Hélas.

Zgur_

 

 

 

 

 

07/11/2012

Cartographie électorale US à revoir sur CNN (et chez les autres - sauf, un peu, NY Times)

MAJ 07.11.2012 12h00

Cela m'avait déjà frappé aux dernières élections étatsuniennes en 2008.

Les médias (CNN en l'occurrence, mais les autres font pareil) ont beau utiliser des écrans tactiles ultra modernes et jolis, leurs fonds de cartes, colorés en rouge (pour les républicains) et en bleu (pour les démocrates), donnent une impression fausse des forces en présence.

Par exemple ce matin (et encore à l'heure ou j'écris) on peut voir sur CNN la carte suivante :

cnn01.jpg
carte CNN.com 06.11.2012

ou le rouge républicain domine.

Pourtant le rapport de force est le suivant :

Barak Obama 237
Mitt Romney   206
Indéterminé     95
TOTAL           270

CHAQUE état envoie un nombre particulier de Grands Électeurs au collège électoral de 270 membres qui eux décideront du nom du futur président. Or TOUS les Grands Electeurs d'un état reviennent au candidat en tête des votes dans cet état.

Et e nombre de Grands Electeurs par état n'a rien à voir avec la géographe physique des états.
La preuve :

CollegeElectoral2012.png
Nombre de grands électeurs par État pour les élections présidentielles
américaines de 2012, 2016 et 2020 (source wikipedia)

Voilà pourquoi la carte de CNN (et des autres) est trompeuse.

D'ailleurs, ils le savent tellement qu'il lui ont rajouté au dessus une barre plus explicite (reprenant les chiffres estimés) pour compenser (un peu) :

cnn02.jpg

Il faudrait plutôt dessiner une AUTRE carte des États-Unis avec chaque état proportionné en fonction de son nombre de Grands Electeurs. Qui s'y colle ? Je ne suis pas très bon en dessin ;0)

Sinon ...

CQFD

MAJ 23h00

Et bien, voilà ! Le New York Times fait ça très bien

politique,elections,etats-unis,obama,romney,2012,6 novembre 2012,cartographie,cnn,vote

(un grand merci à Xavier Meunier sur Twitter)

MAJ 07.11.12  Je ne l'avais pas vu initialement mais Le Monde avait aussi présenté une carte montrant bien le poids relatif des Etats dans le procéssus électoral.

politique,elections,etats-unis,obama,romney,2012,6 novembre 2012,cartographie,cnn,vote

Mais malgré cela,  les résultats DEFINITIFS sont encore présentés, dans toute la presse que j'ai consultée,  sur une carte de géographie physique. 

Cette présentation de résultats, évidemment majoritairement colorée en rouge, donne encore, comme je l'ai dit plus haut, cette fausse impression de majorité républicaine alors que OBAMA a gagné sans aucune contestation possible :

- 303 Grands Electeurs contre 206 seulement pout Romney
- 58,8 millions de votes contre 56,5 millions pour Romney

Et même le NY Times revient à cette présentation trompeuse :

politique,elections,etats-unis,obama,romney,2012,6 novembre 2012,cartographie,cnn,vote

Dommage.

Ils feront peut-être mieux la prochaine fois.

Car, comme toujours, un BON dessin (ou une bonne carte) vaut mieux qu'un long discours !

Arf !

Zgur_

 

 

03/09/2009

Sur la prévention des incendies et de la crise aux Etats-Unis

fail-owned-fire-prevention-fail.jpg

"Vous seuls pouvez empêcher les incendies"

 

Caramba, encore raté !

 

Et la crise est - presque - finie, nous dit-on :

 

"Tout va très bien,  Madame la marquise,

"Tout va très bien, tout va très bien, ..."


Arf !

Zgur

 

21/01/2009

Mista President

J'ai eu la possibilité de voir en entier la cérémonie d'intronisation de Barak Hussein Obama comme président des Etats-Unis d'Amérique (sur CNN qui a laissé de longues plages de temps sans aucun commentaire - il y en a en France qui devraient s'en inspirer).

"Alors ?" me diront certains.

Alors, pompes républicaines à l'américaine plus véritable ferveur des deux millions de personnes qui s'étaient massés dans le froid glacial mais ensoleillé de janvier et un discours plutôt cohérent avec ce qu'il avait déjà dit mais qui tranche quand même avec la réthorique néo-connasse de la clique bushienne.

 

Barack Obama's Inauguration Day Speech to the Nation part 1

 

Barack Obama's Inauguration Day Speech to the Nation part 2

 

Barack Obama's Inauguration Day Speech to the Nation part 2

 

La transcription complète du discours de Barak Obama est disponible en anglais chez SkyNews ici, en français chez MartinGrall là.

Juste quelques remarques complémentaires à ce que j'ai lu et entendu partout :

- si le président Obama a rappelé les valeurs des Pères Fondateurs des Etats-Unis et mentionné  l'ardeur au travail des pionniers, il a oublié le génocide des indiens,

- il a soigneusement évité de parler de la Palestine et d'Israel,

- il n'a pas oublié de mentionner les "non believers", non croyants ou athées, parmi les membres de la nation etats-unienne, ce qui ne manque pas d'intérêt dans la pompe empreinte de religiosité de la cérémonie et de la présence de pasteurs et de prières (sans compter le serment sur la Bible bien sûr).

Maintenant, nous verrons bien ce qu'il fera.

Certains sont très sceptiques, comme CSP dans son genre, ou Noam Chomsky dans le sien :

 

Noam Chomsky, regard critique sur l'Amérique

 

Ils ont raison, je le crois et je partage leurs doutes.

Mais malgré tout, à voir la tête de Bush lors d'un plan de coupe au début du discours, il y a du changement, du vrai, et c'est déjà pas mal pour les citoyens étatsuniens comme pour ceux des autres pays du monde.

Enfin, terminons en musique avec "Mista President" de l'excellent afro-beat canadien du Soul Jazz Orchestra, dont la pochette du disque "Freedom No Go Die" (2007) va si bien avec ma bannière actuelle :

760950-931190.jpg

 


 

Ah, j'oubliais ... voilà un président qui parle au nom de tous ses citoyens, qui dit "Nous allons ...", "Nous devons" et n'a dit que deux fois "Je" dans son discours.

Toute dissemblance avec un petit président partisan, perclus de tics, obsédé par son ego et qui nous dit constamment "Je..." "Je...", "Je...",  pour faire une politique en faveur exclusive de son clan, et bien cette dissemblance ne saurait être ni fortuite, ni sans signification profonde.

Arf !

Zgur

 

Ajout du 22.01.2009

La première journée du président Obama :

Retrait d'Irak, paix au Moyen-Orient, transparence du gouvernement... A peine arrivé à la Maison-Blanche, le 44e président a tout fait pour marquer la rupture avec Bush.

La suite  sur Courrier International

Il y en a qui devraient en tirer des leçons ... et les appliquer.

09/11/2008

OBLADI OBAMA

obama hope.jpg


C'est quand même mieux que si c'était pire.

Mais ...

C'est quand même bien.

Parce que ...

Obama n'a pas été élu parce qu'il est noir mais malgré qu'il le soit.

Il n'a pas été élu sur un programme de rupture mais de réconciliation.

Son élection a quand même empéché des sacrés timbrés d'acceder au pouvoir ou d'y rester.

Parce que il suffit de voir la liesse que son élection a provoqué aux Etats-Unis et dans bien d'autres pays pour comprendre que quelque chose d'important s'est passé mardi dernier, de bien plus important que la simple élection du président de l'encore première puissance économique et industrielle du monde.

Parce que il faut entendre et lire la discours de victoire de Barack Obama (et éviter de le comparer - sur le fond et sur la forme - aux discours de chez nous, par pure charité).

Barack Obama victory speech, November 4th 2008
(Texte intégral en anglais ici, en français ici)


Parce que il faut entendre ce que dis Barack Obama à Laurence Haïm de Canal +, la seule représentante d'un média français à l'avoir interviewé (et dont on n'a pas du tout parlé dans l'émission Médias de France 5, encore bravo pour l'exactitude des journalistes encartés !)

 

Barack Obama, interviewé par Laurence Haïm (l'intégrale 7'26'' ici)



Alors, si je partage l'analyse d'Emmanuel Todd

Dans le climat actuel de débâcle, de déroute financière et morale, et compte-tenu de la responsabilité inouie de l’Amérique dans le désordre du monde, la victoire d’Obama va permettre aux pro-Américains des pays occidentaux de dire que l’Amérique est redevenue merveilleuse. Elle redonnera quelques années de vie supplémentaires à l’empire.

in La tribune de Genève 31.10.2008


et d'autres (voir ici ou ) sur les lendemains qui déchanteront forcément, et même si je sais que plus les espoirs sont grands, plus grands peuvent être les déceptions, je ne boude pas l'émotion, le plaisir et l'espoir que provoque chez moi l'élection de ce 44ème président des Etats unis d'Amérique.

Ca ne changera pas grand chose aux différentes opinions (bonnes et mauvaises) que j'ai des Etats-Unis et de ses citoyens (j'y reviendrai).

Mais j'espère qu'avec ce nouveau président, ils évolueront de nouveau vers ce qu'ils ont de meilleur et non pas vers ce qu'ils sont, souvent, de pire.

L'avenir nous le dira.

Time will tell.

Paz y Salud !

"And if you want some fun - take Obladiblada."  (The Beatles)

Arf !

Zgur



 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu