Avertir le modérateur

25/01/2009

Cy veut le roi(telet)...

roitelet.png

A la  fin d'une passionnante interview dans le Télérama de cette semaine (lisible là sur telerema.fr), Robert Badinter déclare à propos de la manière de gouverner de Nicolas Sarkozy :

"Nous vivons actuellement dans ce que j'appelle une « monocratie », le pouvoir d'un seul homme démocratiquement élu par le peuple pour cinq ans. Quand j'entends la parole élyséenne, je sais ce que sera la loi. Et cela me rappelle l'axiome de l'ancienne monarchie : « Cy veut le roi, cy fait la loi.»"

 

Les exemples abondent pour illustrer cette dérive anti démocratique:

- la décision de Sarkozy d'imposer l'ouverture des magasins le dimanche, envers et contre même l'avis d'une grande partie des députés de son camp,

- les actions du président de la république, censé être le président de TOUS les français, dans les activités internes de l'UMP, comme la nomination des têtes de liste aux élections, municipales (comme entre autres à Neuilly avec Martinon-oui mais non-) ou européennes (pour imposer Dati et Barnier sur la liste UMP d'Ile de France). Et je ne parle même pas des mouvments dans les instances dirigeantes de ce parti et les chaises musicales Devedjian/Bertrand/Besson...

- etc.

Mais ce qui m'a frappé le plus depuis le début de la présidence de Sarkozy, c'est non seulement son pouvoir "monocratique" mais aussi sa manière de ne même pas daigner respecter les formes, même déjà décidées par lui pour la mise en place de ce pouvoir.

Ainsi Sarkozy a-t-il sommé la direction de France Télévision de supprimer la publicité sur ses antennes sans même attendre que le Sénat ai discuté du projet de loi, s'asseyant donc sur le pouvoir legislatif de deuxième chambre législative de la république.

Ainsi Sarkozy a-t-il annoncé en détail la suppression du, juge d'instruction sans attendre les conclusions de la commission Léger qui devait lui rendre ses conclusions entre autre sur ce sujet.

Ainsi Sarkozy exige-t-il un nouvelle modification de la loi sur le service minimum dans les transports par son camp votée il y a si peu.

Il y a beaucoup d'autres exemples, que j'ai oublié et que je rajouterai peut-être au fur et à mesure qu'ils me reviendront en mémoire.

Ce mouvement brownien de nominations et de legislations vise sans doute à ne laisser aucun espace de contestation ou de discussion disponible, chaque annonce chassant la précédente. Hier, l'enferment des jeunes délinquants, aujourd'hui  celui des "fous", demain des colifichets et verroteries pour la presse au ordre et pour des courtisans de la culture trop vieux pour attendre une alternance qu'il ne voient pas venir.

Mais tout ceci ne pourrait se faire sans la complicité active des cornichons soumis.

Cy veut le roitelet, cy fait la loi zélée, cy font les cornichons !

cornichon0002df8.jpg
Tous les jours sur l'ORTS !

"J'écoute, mais je tiens pas compte", nous dit Sarkozy dans l'incorrection grammaticale (entre autres) qui est la sienne.


Alors, jusqu'à quand ?

Arf !

Zgur

12/03/2007

Chirac est mort, ou quoi?

medium_E-pougeau-couronne-salope-b.jpg

 

A entendre les télés et radios ce matin, on pourrait croire que Jacques Chirac est mort subitement hier soir. Les journalistes ont ressorti les "viandes froides" préparées de longue date. On se demande ce qu'ils pourront écrire si jamais Chirac meurt dans les tous prochains mois, voire les prochains jours.

Non, non, ce n'est pas un scoop, juste une éventualité.

M'enfin, il n'avait pas la grande forme hier ou alors il a déjà recasé son maquilleur habituel dans un poste au conseil d'état du Bélize ;0).

Justement, gloser sans retenue sur la fin (?) de la carrière politique de Chirac et de son bilan avant même qu'il soit effectivement parti et que l'on connaisse son (ou sa) successeur  permet d'éviter de parler de ce scandale démocratique des nominations à tout va des anciens affidés du pouvoir en partance. La liste est longue et ne se place pas vraiment sous le signe de la compétence (Fiston Dominati pressenti futur ambassadeur,  Mwaaarfff très jaune).

En fait, Villepin avait raison, il y a quelques mois,  de traiter les journalistes de "moules sur le rocher". Il n'y avait pas de quoi protester, enfin pour une très grande partie d'entre eux.

Quand les journalistes seront moins nombreux le mercredi sur le perron de l'Elysée à chasser la petite phrase à la con qu'en séance nocturne de l'Assemblée nationale lorsque nos députés (si peu représentatifs) passent en catimini des amendements techniques mais dangereux pour nos libertés ou nos institutions, on pourra en reparler.

Bon, aujourd'hui, ils ont en train de clouer le cerceuil de Chirac. On ne peut pas être partout.

 

Zgur

 

La couronne en illustration est une oeuvre d'Eric Pougeau 

 

Addendum du 13 mars : Je vous conseille d'aller lire Chirac : épitaphe pour un traître  d'Olivier Bonnet.
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu