Avertir le modérateur

17/04/2016

Pédagogie du quinquennat Hollande : 2ème couche !

Donc le président à parlé.

"Tout va mieux !"

Alleluia, il a pris ses gouttes, mais on ne sait pas  ce que son dealer a mis dedans !

«Oui, ça va mieux: il y a plus de croissance, moins de déficit, moins d'impôts, plus de compétitivité, plus de marges pour les entreprises, plus de pouvoir d'achat pour les salariés», a lancé le président de la République dès le début de l'émission, jurant qu'il réformera «tous les jours de (son) mandat».

Décidément, au delà de ses trahisons initiales, cet homme ne vit pas dans le même pays que nous.

pouvoir.jpg

"plus de croissance" ?

"moins de déficit" ?

Si peu et si loin des autres.

"moins d'impôts" ?

Mensonge éhonté après le matraquage fiscal et parafiscal du début de mandat.

"plus de compétitivité, plus de marges pour les entreprises" ?

Si peu mais heureusement quand même vus, la baisse de l'euro ET du pétrole, ET des taux, ET les cadeaux fiscaux sans contrepartie, offerts aux entreprises.

Mais si peu de reprise des carnets de commande.

"plus de pouvoir d'achat pour les salariés" ?

Mensonge et foutage de gueule.

Et toujours pas d'inversion de la courbe du chômage, et qui n'est pas prête de revenir sous le niveau de début de mandat.

Donc échec et trahisons sur toute la ligne.

Sauf peut-être sur l'alignement sur les desiderata des marchés, comme depuis même AVANT l'élection :

Oups ! On avait oublié de nous prévenir que même avec Hollande...

"Le programme est conditionné par l'appartenance à la zone euro"

"Imposer plus de flexibilité aux travailleurs"

Donc quatre ans après, la loi El Khomri (ou plutôt la loi Travail Hollande/Valls) «ne sera pas retirée».

Ça reste à voir.

Perseverare diabolicum.

hollande-changement2.jpg
déjà en 2015

...

Le-pouvoir-.jpg

Putain encore un an à tirer avant ...

Avant quoi d'ailleurs ?

Probablement le retour de la droite.

Ou pas.

Ou pire.

Ou autre chose.

Qui sait ?

Arf !

Zgur_

 

14/04/2016

Pédagogie du quinquennat Hollande : l'étrange capitulation !

Alors que Hollande, au plus bas dans les sondages ParisTurf, va s'exprimer devant un pseudo-panel de français moyens et la fine fleur de la guignolerie journalistique, voilà que Cambadelis, jamais avare de conneries, nous refait le coup de la pédagogie.

Car pour nos élu(e)s, de droite ou de gauche, et pour celles et ceux , de droite ou de gauche, qui aspirent à les remplacer, nous sommes tous trop cons pour comprendre. Il nous faut toujours plus de pé-da-go-gie. 

Comme le dit si bien Fathi Derter, parlementaire suisse

"Pour un élu français, si on n'est pas d'accord, c'est qu'on ne l'a pas compris"

Alors, non, ce soir ce n'est pas de pédagogie dont le pays à besoin.

Mais que de vraies questions, sur de vrais faits soient posées à François Hollande.

Mais rassurons-nous, ce ne sera probablement pas le cas.

"On" le laissera donner des réponses incomplètes ou fausses, sans réagir.

Pas de fact-checking en direct.

Il parait que c'est impossible.

Donc ce sera comme d'habitude et comme prévu en haut lieu un simple exercice de communication via des "peaux-de-tambours" dont la devise est "La bonne question ne sera pas posée".

Voilà.

Pourtant, les bonnes questions se posent depuis longtemps.

politique,hollande,l'étrange capitulation,bilan,2012,2017

Notamment celles mentionnées dans ce bouquin de Laurent Mauduit (qui date d'avril 2013 !) que j'ai lu il y a quelque semaines et dont j'ai tout de suite pensé à citer ici quelques extraits, notamment de l'introduction:

[Hollande] a été élu pour un quinquennat. C'est donc au terme de ce mandat qu'il faudra juger de son action. Prenons garde aux procès bâclés et laissons au nouveau président de la République le temps d'engager les réformes annoncées. Selon le vieux principe Mitterrandien, donnons du temps au temps ...

Arguant à bon droit de la crise économique historique qui secoue l'Europe et notamment la France, il a fait valoir qu'il lui faudrait au moins deux bonnes années pour redresser le pays et remettre en particulier ses finances en ordre. Deux bonnes année, en 2013 et 2014, pendant lesquelles des sacrifices seront demandés à chacun. Mais après, a-t-il promis, le gouvernement de gauche entrera dans une nouvelle phase de son action, et les Français recueilleront les fruits des efforts consentis.

Bref, c'est sur la durée de son quinquennat que  François hollande a demandé qu'on dresse le bilan de son action. [...] C'est  un pays dévasté dont François Hollande assume aujourd'hui la présidence.

...

Bon, jusque là on est d'accord. C'est écrit moins d'un an après son élection. C'est un constat.

"Du temps, François Hollande est en droit d'en demander au pays. Pas forcément pour <<Changer la vie>> - comme le peuple de gauche l'a si fortement espéré en 1981. Au moins pour commencer à changer une société qui est devenue si inégalitaire. Juste commencer. Juste essayer...

Or, tout est là ! C'est une histoire stupéfiante et sans précédent pour la gauche qui commence avec la victoire de François Hollande à l'élection présidentielle. Non pas que les socialistes français n'aient pas connu des revers et de graves échecs dans leur longue histoire. Mais dans le passé, avant d'échouer sinon même avant de se renier, au moins ont-ils tenté, dans un premier temps, d'honorer leurs engagements. Au moins ont-ils cherché à faire voter des réformes sociales; à retoucher, ne serait-ce qu'à la marge les règles de fonctionnement du capitalisme. Oui, au moins ont-ils à chaque fois essayé. Au moins ont-ils commencé à faire ce qu'ils avaient promis.

[...]

Et voilà, là  on rentre dans le vif du sujet :

Mais à la différence de ses illustres prédécesseurs, François Hollande lui, ne cherche pas un seul instant une fois élu à résister. C'est ce qu'il y a d'inédit et de sidèrent dans son histoire : à l'instant où l rentre à l’Élysée, il conduit une politique qui par bien des aspects prolonge celle défendue et mise en œuvre, à quelques symboles près, par Nicolas Sarkozy. C'est, sur le champ-le-champ, l'application du sinistre principe que Tancredi professe à l'oreille de  son oncle, le prince de Salina, dans Le guépard de Lampedusa (1896-1957) : "il faut que tout change pour que rien ne change".

[...] C'est en effet vers une <<étrange défaite>> vers laquelle semble vouloir courir  François Hollande depuis le premier jour de son accession à L’Élysée. Ou à tout le moins les débuts de son quinquennat ressemblent à cela. A un étrange renoncement. Avec au bout de la route, une défaite malheureusement prévisible pour les socialistes et un nouveau regain de tous les populismes. Et peut-être même, l'inquiétante victoire un jour d'une droite qui, après fait siennes les idées du Front National, serait disposée à s'allier avec lui pour gouverner le pays.

politique,hollande,l'étrange capitulation,bilan,2012,2017

Cette sidérante volte-face à laquelle on assiste dès que François Hollande accède à l’Élysée, il faut s'appliquer à la décrypter et à la mettre en perspective [...]. Prolongation de la politique budgétaire d'austérité; abandon de la réforme fiscale promise par les socialistes; mise en œuvre d'une réforme pour stimuler la compétitivité des entreprises quasi-identique à celle défendue par la droite et les milieux d'affaires; reprise par le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, de thématiques sécuritaires ou xénophobes défendues sous le quinquennat précédent : au lendemain du 6 mai 2012, le <<peuple de gauche>> peut, jour après jour, éprouver le sentiment qu'on lui vole sa victoire et tout ou presque, continue comme avant, l'hystérie sarkozyste en moins."

Voilà, tout ou presque à continué comme avant, "l'hystérie sarkozyste en moins".

Il suffit pour s'en convaincre de consulter l'excellente compilation des trahisons de ce pouvoir sur le site http://www.bilan-ps.fr/liste.

"L'hystérie sarkozyste en moins", mais le déni de la réalité en plus.

Et les mensonges qui vont avec.

La trahison initiale de Hollande ayant été de se coucher devant Merkel et d'avoir signé sans vrai changement le TSCG/traité dit Merkozy. Et de prétendre que l'autocollant "Croissance Inside" rajouté sur la couverture du traité servirait à quelque chose. D'ailleurs, on n'en plus entendu parler depuis fin 2012.

Toute la politique suivie par les gouvernements Ayrault et Valls est directement conditionnée par cette trahison européenne.

D'autant plus qu'ensuite Hollande fut toujours incapable de s'imposer à Merkel même sur ses propres suggestions (voir à 5'22"là -> ).

De même, quand on fait prétendre par Jérôme Cahuzac, encore ministre, que "La réforme fiscale, elle est faite !" Mensonge ! Et trahison d'un des vrais grands projets annoncés pour ce quinquennat.

Alors quand on rappelle ces faits et  tous ceux mentionnés sur le site http://www.bilan-ps.fr/liste, on entend les pleureuses PS couiner au Hollande Bashing ou au chantage du "FN aux portes du pouvoir" par la faute des vilains gauchistes et vrauchistes.

Déni et foutage de gueule comme toujours.

Comme depuis un certain 21 avril 2002.

Et dire qu'ils ont eu 10 ans d'opposition pour se préparer...

politique,hollande,l'étrange capitulation,bilan,2012,2017

Et non, La "pédagogie" ne transformera JAMAIS un politique de droite en une politique de gauche !

Jamais.

politique,hollande,l'étrange capitulation,bilan,2012,2017

Quel gâchis*.

J'y reviendrai.

Arf !

Zgur_

 

 

 

* prévisible, mais quand même !

02/04/2016

Quelles stratégies à quatorze mois des élections présidentielle et législatives?

Nous sommes à quatorze mois des élections présidentielles et législatives.

Pour Hollande et Sarkozy, une SEULE stratégie, s'opposer l'un à l'autre au premier tour.

Pour arriver au deuxième tour à ça :

ps-fn.jpg

ou ça :

UMP-fn.jpg

Au bénéfice de ça :

lepen-2017.jpg

Ça vous donne envie ?

PAS moi.

Qu'ils dégagent !

Et elle aussi !

De l'air !

 

Zgur_

 

 

 

09/05/2015

Victoire sur le nazisme ? Pas sans les russes !

Honte à Hollande et aux autres dirigeants occidentaux qui ont boycotté ou négligé (en envoyant un sous-fifre) la commémoration de la victoire sur le nazisme à Moscou.

Quoi qu'on pense de Poutine, c'est une insulte aux millions de morts russes dans cette guerre (quelles qu'aient été les arrières pensée de leur dirigeants d'alors).

Petit rappel de chiffres chers à notre "liberté chérie" :

3767817482.png

Et une insulte aux français qui étaient venus se battre sur ce front-là et qui aussi ont permis à de Gaulle de faire valoir la présence française à la table des signataires de la reddition allemande.

Parmi ces français, les aviateurs de l'escadrille Normandie Niemen


 

Pas très reconnaissante, la diplomatie française !

Mas les faits historiques sont têtus.

J'espère que nos dirigeants s'en rendront mieux compte à l'avenir.

Zgur_

 

 

Lire aussi : "9 mai 1945-9 mai 2015" de Jérôme Leroy

 

 

01/04/2015

Poison d'avril

524798_141846329320285_1816366883_n.jpg

On le savait depuis longtemps

lechangementcest.jpg

Mais ça se confirme, malgré l'échec flagrant, le manque de résultats et les branlées électorales :

hollande-changement2.jpg

Et ce n'est PAS OK !

Ce poison de la trahison initiale par la signature du TSCG dont TOUTE la politique des gouvernements Hollande découle inexorablement vers la catastrophe.

On les auras prévenus.

Perseverare diabolicum.

Mais ils n'écoutent personne.

Alors préparons nous à morfler encore plus.

Et le PS à disparaitre bientôt, comme feu le PASOK.

Ou bien ...

Zgur_

 

 

12/03/2015

Changement ?

2012 :

politique,hollande,ps,changement,le changement c'est maintenant

2015 :

politique,hollande,ps,changement,le changement c'est maintenant

D'une certaine manière, on était prévenu depuis longtemps :

2005 :

politique,hollande,ps,changement,le changement c'est maintenant

TINA, la salope a beaucoup d'amants !

Trop.

Et bien sûr, ils n'écoutent personne d'autres !

Jusque à nous mener dans le mur.

Ou pire.

 

Zgur_

 

PS: Pour éviter toute ambiguïté, je ne regrette pas d'avoir voté Hollande en 2012, d'avoir dégagé Sarkozy (et permis que la Justice enquête sur ses malversations supposées). Je regrette ce que Hollande a fait de sa victoire.

politique,hollande,ps,changement,le changement c'est maintenant


28/06/2013

Montée du FN, décidément le PS n'a toujours rien compris depuis le 21 avril 2002

 743860114.jpg

La semaine dernière, l'UMP a gagné à Villeneuve sur Lot la circonscription où était élu Jérôme Cahuzac, le pourri qui demandait de la rigueur budgétaire alors que lui s'était soustrait à sa participation fiscale à ce bugdet, et depuis longtemps.

Le FN a perdu.

Mais quel que soit le sens dans lequel on triture les chiffres de ce deuxième tour (ainsi que ceux du premier tour), il est clair que le FN n'a pas tout perdu lors de cette élection. Et surement pas la complaisance des médias à son égard, mais là n'est pas mon sujet d'aujourd'hui.

Parce que on entend de nouveau les pleureuses du PS qui se lamentent de la fin du front "républicain" et qui, une fois de plus, rejettent la faute du PS sur les autres.

Ca n'est pas nouveau.

C'est toujours comme ça depuis un certain 21 avril 2002.

A force, ça devient agaçant.

Alors, j'ai fait une petite recherche dans mes archives. Et j'ai retrouvé ce que j'y cherchais.

Un article de libé du 24 avril 2002 qui m'avait frappé alors, intitulé:

"Je croyais que la gauche, c'était la justice sociale"

Extraits :

"Ahmed, 50 ans. Depuis trente et un ans en France et chez Citroën. «Oh, vous savez, moi, je suis algérien, pas français, alors je vote pas. Mais c'est sûr, je n'aurais pas voté Jospin. Les ouvriers, ils en ont marre des promesses.» Comme beaucoup de ses collègues, Ahmed est très remonté contre la réduction du temps de travail. «Les 35 heures ont arnaqué tout le monde. Les 35 heures, ça a donné trop d'avantages au patronat, ça a aggravé l'exploitation. Moi, je travaille depuis plus de trente ans ici, alors je vais pas commencer à cracher dessus. Mais avant, quand je travaillais le samedi, j'avais des primes. Maintenant, on me demande tout le temps de travailler en week end, et je n'ai rien

...

Et les 35 heures ? «On avait une meilleure paye il y a dix ans, lorsqu'on pouvait faire des heures supplémentaires le samedi. Aujourd'hui, on s'en sort moins bien qu'avant», affirme Patrick.

 ...

«Les 35 heures à l'usine, c'est d'abord de la flexibilité et encore plus de précarité. Chez nous, par exemple, on met maintenant des intérimaires à des postes à temps plein. C'est ça la vérité»

 ...

«chez nous, les 35 heures c'est juste 9 minutes par semaine de gagné». En échange, «il y a le travail de nuit et bientôt le week-end, et les salaires bloqués. On ne profite de rien».

...

«Moi j'ai l'impression que la gauche s'est foutue de nous. J'ai toujours voté PS jusque-là, mais ils ne s'intéressent plus aux ouvriers. Tout le monde se fout de notre gueule.»

...

La gauche ne comprend pas nos problèmes. Aujourd'hui, il n'y en a plus que pour les cadres, nous on ne compte plus.»

 ...

«C'est bien fait pour Jospin. Quand le conflit social battait son plein chez nous, je lui ai écrit personnellement en tant que syndicaliste. Pas de réponse. Pas un signe, rien. J'étais déçue : je ne demandais pas le tapis rouge, mais je pensais vraiment que la gauche c'était la justice sociale.»

 ...

Olivier fait partie des 28 % d'abstentionnistes. Furieux de la campagne du PS. «Au lieu d'aller à la pêche aux idées, avancer des convictions, faire preuve d'audace, la gauche gouvernementale s'est résignée à faire du copier-coller, de la surenchère en négatif plutôt que de s'attaquer aux racines des insécurités.» Il parle des insécurités sociales et économiques. «Quand on a été chômeur, précaire, on est meurtri, et cette sensation colle à la peau. Il faut du temps pour qu'un changement psychologique se produise. Ces insécurités-là sont encore plus violentes que l'insécurité physique.»

 Les mises en gras sont de moi.

Que c'est-il passé depuis 2002 ?

La mondialisation "heureuse" a continué son travail de sape des sociétés civiles avec un "socialiste" (Pascal Lamy) à la tête de l'Organisation Mondiale du Commerce.

La France a eu droit à dix année de droite (Chirac+ Sarkozy)

La trahison du référendum du TCE 2005 et du projet européen avec l'aide active du PS, même revenu au pouvoir (signature du Traité de Lisbonne sans vrai changement ni amélioration).

La crise bancaire qui a prouvé au moins deux choses : le capitalisme ne fonctionne pas selon les règles qu'il affiche puisque régulièrement il vient ponctionner l'argent des États et aussi que le pognon est là, oui, mais pour les banques. La différence c'est que maintenant ça se voit. Très bien.Et ça énerve. Très fort. Pendant que la stratégie du choc, utilisant la dette comme prétexte, se déploie en Grèce, en Espagne, au Portugal, en Italie, ...

Le PS a continué de se détourner des préoccupations populaires (à la remorque de Terra Nova, leur "Terre Neuve", ce pays où ils pourront enfin changer de peuple) pour se concentrer (voire se coucher) sur les préoccupations de "classes moyennes" dont il n'a qu'une très mauvaise définition, disons très (trop) CSP+.

Ah oui, dix ans après les "35 heures" sont toujours là. La droite s'est bien gardée, malgré ses hauts cris, de supprimer ce dispositif pavé de bonnes intention mais qui a apporté l'enfer aux salariés du bas de l'échelle, tellement les socialistes voulaient le mettre en place et étaient prêt à toutes les concessions. L'annualisation du temps de travail, la fin des heures sup' bien payées qui en découlait sont des avantages sur lesquels le patronat ne voudra pas revenir. Alors un jour, pour la "compétitivité", "on" remontera à 39 heures mais on laissera tout le reste en place.

Voilà.

Il serait intéressant que le journaliste de Libé retrouve ses témoins et voient leur évolution.

Elle ne doit pas être très  favorable au PS, ni à l'UMP.

"Je croyais que la gauche, c'était la justice sociale"

C'est la leçon du 21 avril 2002 que le PS n'a jamais voulu tirer.

Il cherche avant tout à se faire élire et réélire.

Quitte à changer d'électorat, comme l'a exprimé clairement Terra Nova.

D'une certaine façon, le PS peut être rassuré. Il a perdu et perd encore son électorat "naturel" mais n'en gagnera pas d'autre, ou du moins pas de façon pérenne.

On en est là.

Et plus avec l'ambiance délétère et les odeurs de pourrissement qui émane d'une partie de nos élites, corrompues...

Ça risque de faire mal.

Bientôt.

Comme l'écrivait Luciano Canfora dans l'Imposture démocratique :

"Le fondement des révolutions est avant tout la tension morale"

On verra bien.

Puisque ...

1724906201.jpgClic clic sur l'image pour écouter
la jolie chanson de Kent


"La fonction du discours de la terreur est de servir de prétexte pour la métamorphose du capitalisme libéral en capitalisme autoritaire."

Peter Sloterdijk

 

politique,ps,parti socialiste,fn,2lection,villeneuve sur lot,jospin,hollande

 

Arf !

Zgur_

 

11/04/2013

Ma déclaration de patrimoine

Comme c'est compliqué, je me suis fait aider ;0)


 

Bon quand ils auront fini de nous enfumer et de croire que leur parole suffit à résoudre le problème ou à répondre à la question, ...

Ils nous prouveraient que la panique a cessé dans les hautes sphères de "gauche" et de droite.

panic-button.jpg

Et qu'ils vont ENFIN s'occuper sérieusement des choses sérieuses.

Comme l'évasion et la fraude fiscale (1)

Ou comme répondre enfin à la lettre de Denis Robert à François Hollande du 8 mai 2012 (dans Siné Mensuel) :

 J’ai un chiffre à te soumettre. 30 trillions d’euros. Renseigne-toi, c’est la valeur globale des actifs détenus au nom de leurs clients -principalement des banques- par Clearstream et Euroclear en 2012.

...

Cher François, crois-moi, le magot est planqué là. Dans les sous pentes informatiques de ces boîtes noires. Les sociétés off shore y ont caché leurs devises.

 

Mais au vu des fois précédentes - lire absolument cette Réponse à François Hollande (déjà) qui date, elle, de 2007 :

"La dilapidation de nos investissements par les prédateurs de la finance, les évasions de capitaux au profit des tycoons et des champions de la défiscalisation:  Voilà un vrai problème !

"Un sujet sur lequel j’aimerais vous entendre...

Pour plus de détails, demandez à vos collègues Vincent Peillon et Arnaud Montebourg qui ont mené une mission d’information sur ce sujet et ont pu vérifier en tous points que ce que je dénonçais était exact, fondé, étayé…

A l’époque, c’était en 2002, leurs pires ennemis étaient au sein de votre parti Messieurs Védrine et Fabius qui, pour des raisons de real politique, étaient venus en aide au Luxembourg, à son premier ministre et à ses banquiers."

(la mise en gras ou souligné et la mise en paragraphes sont de moi, Z.


- ce n'est pas gagné !

Alors la moralisation de la vie politique ...

Arf !

Zgur_

 

(1) lire à ce sujet l'interview éclairante (en mai 2012 !) du Procureur Eric de Montgolfier

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu