Avertir le modérateur

11/11/2015

11 novembre 1915 : cent ans et un an de guerre après

Il y a cent ans, la guerre avait déjà commencé depuis plus d'un an.

Et personne ne savait combien de temps elle allait durer, sinon qu'elle allait durer bien plus longtemps que prévu en août 1914.

ww1_f_end1915.gif

Personne ne savait combien de gens la guerre allait tuer.

Mais certains se doutaient déjà que le nombre serait énorme.

ww1-bilan.jpg

Mais avant de faire les décomptes, restaient encore à subir trois années de souffrances et de destructions.

 politique, guerre, 14-18, ww1, 11 novembre, 1915

Le temps passe lentement.

Malgré tous les beaux discours et les déclarations fracassantes, d'autres, ailleurs, les subissent aujourd'hui, ces souffrances et ces destructions, et on ne peut pas dire que ce ne soit pas "un peu" de la faute de nos dirigeants.

Hélas.

Encore et toujours.

Zgur_

 

Lire mes autres billets sur le 11 novembre :

 Lire aussi :

 

30/07/2014

Cent ans après, les hommes n'ont toujours rien appris de la guerre

Il y a cent ans presque jour pour jour commençait la première guerre mondiale, la fleur au fusil, les mensonges dans les journaux et la bêtise dans les conversations de bistrots (les réseaux sociaux de l'époque).

Mais derrière ces illusions et ces belles paroles, c'est la boucherie et la sauvagerie humaine qui se déchaîna.

D'où restèrent bien éloignés les plus acharnés en paroles.

Voilà deux livres à lire absolument dans le nombre considérable d'ouvrages déjà existants sur ce sujet et qui va encore se  grossir d'ouvrages plus ou moins dispensables à l'occasion du centenaire : "La Peur" de Gabriel Chevallier (surtout connu pour son "Clochemerle"), et "1914" de Luciano Canfora.

Je vous propose deux extraits des préfaces, à méditer en ce moment où cent ans après le début de la grande boucherie, des obus tombent sur des civils, en Syrie, à Gaza, où derrière et après les communiqués triomphants des états-majors des grandes puissances, RIEN n'est réglé en Irak, en Afghanistan, et dans tant d'autres pays ou régions du monde.

Décidément, les hommes n'ont toujours rien appris de la guerre.

LaPeur-.jpg

"Quand la guerre est là, ce n'est plus le moment d'avertir les gens qu'il s'agit d'une sinistre aventure aux conséquences imprévisibles. Il fallait le comprendre avant et agir en conséquence.

On enseignait dans ma jeunesse -- lorsque nous étions au front -- que la guerre était moralisatrice, purificatrice et rédemptrice. On a vu de quels prolongements ont eu ces turlutaines : mercantis, trafiquants, marché noir, délations, trahisons, fusillades, tortures; et famines, tuberculose, typhus, terreur, sadisme. De l'héroïsme d'accord. Mais la petite, l'exceptionnelle proportion d'héroïsme ne rachète pas l'immensité du mal. D'ailleurs peu d'êtres sont taillés pour le véritable héroïsme. Ayons la loyauté d'en convenir, nous qui sommes revenus."

...

"C'est aux hommes d’État -- qui se disputent âprement la fonction de gouverner et d'assurer notre bonheur - qu'il appartient de nous éviter la guerre. 'est même la plus essentielle de leurs tâches."

Gabriel CHEVALLIER, préface à l'édition 1951
de "La Peur",
Livre de poche, pp 9 et 11


«Tout le monde devrait lire et relire
La Peur Jacques Tardi


IMAG1066-1914.jpg

IMAG1068-1-1914.jpg

 Extrait de la préface

 

Nos dirigeants et ceux qui aspirent à nous diriger sont-ils à la hauteur, eux qui sont TOTALEMENT imperméables à d'autres visions/idées que les leurs ?

J'ai comme un gros doute.

Des somnambules ...

Arf !

Zgur_

 

11/11/2013

De la responsabilité des somnambules qui nous emmenent hier comme aujourd'hui à la guerre

tardi.jpg
Non, ce ne sont pas eux, les somnambules.


Voilà.

Nous y sommes.

Dernier onze novembre avant le centenaire du début de la guerre de 14-18.

Mais ces connards d'officiels ont déjà lancé le "Centenaire 2014" ... en 2013 !

On se demande bien pourquoi si tôt. 

Peut-être pour se sentir moins seuls dans l'histoire des gens dits "responsables" qui emportent leurs peuples à la guerre comme des somnambules ?

"Les somnambules", c'est le titre du livre de Christopher Clark sur les causes de la Grande Guerre.

liv-somnambules.jpg

Sans aucun doute un des livres à retenir dans la marée éditoriale qui va nous engloutir dans les mois à venir.

Allez lire ce qu'en dit la revue d'histoire Hérodote :

"l'auteur expose avec rigueur et clarté l'enchaînement de causes minimes qui a conduit au cataclysme de la Première guerre mondiale.

[...]

Au demeurant, il ressort de son analyse qu'aucun de ces dirigeants de la Belle Époque n'a sciemment voulu la guerre. Tels des somnambules qui marchent sans savoir où ils vont, tous se sont laissés piéger par leurs petites ambitions et c'est de la rencontre malheureuse de celles-ci qu'est née la conflagration.

Celle-ci a, somme toute, tenu à trois coups de revolver. Non pas celui de Sarajevo, difficilement évitable, mais ceux qui ont mis hors jeu Joseph Caillaux et assassiné le Premier ministre russe Piotr Stolypine et Jean Jaurès, trois leaders attachés à défendre la paix envers et contre tout."

Ce somnambulisme, cette politique à la petite semaine et aux petits intérêts boutiquiers de chacun des "responsables" politiques, les fauteurs de guerre (à ne pas oublier) et les appétits financiers et nationalistes (serbe notamment), tout cela à concouru au carnage dont on va "honorer" les combattants et les victimes pendant quelques mois.

tardi2.jpg

Mais dans notre Europe d'aujourd'hui, construite après un second carnage né de la mauvaise résolution du premier, de nouveaux somnambules nous emmènent consciemment ou inconsciemment vers un nouveau chaos. Les raisons semblent différentes, mais elle ressortent des mêmes appétits financiers et des mêmes ressorts boutiquiers à la petite semaine de nos "dirigeants".

Comme toujours, c'est Anatole France qui a raison :

 

politique,guerre,14-18,ww1,11 novembre,tardi
"Les profiteurs"


"On croit mourir pour la patrie : on meurt pour des industriels"

Il y rajouterai sans doute les fonds de pension. Et aujourd'hui TINA est leur complice, la dette leur outil.

Réveillons-nous !

Réveillons-les !


J'accuse, d'Abel Gance (1919)

Et d'ailleurs, ...

Ils font quoi, les allemands, l'an prochain ?

Arf !

Zgur_


Dessins de poilus de Jacques Tardi (dont il faut lire tous les livres sur la guerre de 14-18)

L'autre a été trouvé sur le blog de JP Dionnet et probablement tiré du livre "The Great anti-war cartoons", publié chez Fantagraphics

 

Et aussi :

A voir et compléter : la Liste de livres et de films à propos de la guerre de 14-18


Lire mes autres billets sur le 11 novembre :

 

11/11/2012

La guerre n'apporte jamais la sagesse, mais mort et désolation

Plus que deux ans avant le centenaire du débutde la grande boucherie de 14-18.

On peut s'attendre à un déferlement de commémorations, de manifestations, de films, de livres, d'émissions spéciales ...

Beaucoup seront intéressants, quelques uns passionnants, mais la majorité passeront à coté du plus important.

Que la guerre est toujours évitable, mais que certains ont toujours intérêt, non pas à la faire eux-même, mais à la la déclencher.

Et à camoufler cette sauvagerie sous les oripeaux du patriotisme, de la "régénération", de la sagesse, ...

Foutaises !

politique, guerre,14-18,ww1,11 novembre

Alors, en ces temps où la finance avide et des politiciens complices ou aveugles nous précipitent vers une grande guerre civile et sociale, il est encore temps de réfléchir, de faire réfléchir et d'agir pour empêcher qu'elle advienne.

Quand j'étais enfant, j'ai beaucoup entendu des gens plus agés dire "Il vous faudrait une bonne guerre". Nous souhaitaient-ils ÇA :

politique,guerre,14-18,ww1,11 novembre,carali
Gueules cassées 1918

 et ça :

politique,guerre,14-18,ww1,11 novembre,carali
Sarajevo 1994

 Et ça

politique,guerre,14-18,ww1,11 novembre,carali
Emeutes Londres 2011

Alors ...

Ne laissons pas agir impunément les fauteurs de guerre.

PAZ y Salud !

Arf!

Zgur

 

Et aussi :

Mes autres billets sur le 11 novembre :

11/11/2011

A la onzième heure du onzième jour du onzième mois de la onzième année ...

 Rememberance-day.jpg

Encore un onze novembre.

Mais cette année c'est celui qui se cale sur le triple 11.

Le 11.11.11.

Mais à la onzième heure du onzième jour du onzième mois de la 18ème année du XXeme siècle, l'armistice de la plus grande boucherie humaine alors pertpétrée s'achevait sur presque tous les fronts (pas aux Balkans, par exemple).

Et depuis, c'est un jour de souvenir.

Souvenir représenté par le coquelicot dans les pays anglo-saxons.

A cause du poème 'In Flanders Fields" (trop guerrièrement traduit "Au champ d'honneur", en français)

In Flanders fields the poppies blow
Between the crosses, row on row
That mark our place; and in the sky
The larks, still bravely singing, fly
Scarce heard amid the guns below.

 We are the dead. Short days ago,
We lived, felt dawn, saw sunset glow,
Loved and were loved and now we lie
In Flanders fields

Take up our quarrel with the foe:
To you, from failing hands, we throw
The torch; be yours to hold it high.
If ye break faith with us who die
We shall not sleep, though poppies grow
In Flanders fields

Quelle connerie la guerre ...

 

 

 

 

 

 

 

 

Au champ d'honneur, les coquelicots
Sont parsemés de lot en lot
Auprès des croix; et dans l'espace
Les alouettes devenues lasses
Mêlent leurs chants au sifflement
Des obusiers.

Nous sommes morts,
Nous qui songions la veille encor'
À nos parents, à nos amis,
C'est nous qui reposons ici,
Au champ d'honneur.

À vous jeunes désabusés,
À vous de porter l'oriflamme
Et de garder au fond de l'âme
Le goût de vivre en liberté.
Acceptez le défi, sinon
Les coquelicots se faneront
Au champ d'honneur.

 

... et la raison pour laquelle on voit des coquelicots à la boutonnière des anglo-saxons pendant deux semaines chaque debut novembre.

Car le coquelicot fleurit particulièrement bien sur les champs de batailles sanglant, et sur ceux des Flandres en 1915.

Rouge comme le sang des morts et des blessés.

Rouge comme le sang des hommes.

Jetés dans la guerre, non par héroïsme, mais pour assouvir la cupidité de certains d'entre eux.

A une époque où se profile une grande crise économique et où ceux, les financiers, qui nous y ont précipités prennent ostentiblement le pouvoir pour imposer aux peuples leurs potions amères, il ne faudrait pas oublier qu'une des sorties de crise reste toujours pour eux la guerre.

La cupidité est au pouvoir.

Contre les peuples.

Malgré les déclarations lénifiantes des incompétents (comme Sarkozy).

Ceux-ci et ceux-là n'hésiteront pas à nous précipiter de nouveau dans la guerre civile et sociale, plutôt que de renoncer à leurs pouvoirs et à leurs profits.

Ils proneront d'ailleurs bientôt chez nous, comme en Grèce, l'Union Nationale.

Mais il n'est peut-être pas encore trop tard.

Qui sait ?

Pas moi !

Mais je ne veux pas voir refleurir les coquelicots sur les champs d'horreur.

Pas y salud !

Zgur_

 

 

Et aussi :

Mes autres billets sur le 11 novembre :

 

11/11/2010

En ce 11 novembre 2010, découvrons "La Marseillaise des requins" de Gaston Couté (1911)

En ce 11 novembre 2010, il ne reste plus que trois ou quatre vétérans (seulement deux, selon wikipedia français) de cette abominable boucherie que fut la première guerre mondiale.

Contrairement à ce qu'on nous dit souvent, la guerre n'est pas une fatalité. Non. Elle n'est que le fruit nauséabond d'actions parfaitement humaines. Et pour des intérêts qui sont souvent bien éloignés de ceux des pauvres gars qui vont se faire trouer la peau loin de chez eux.

En ce jour de souvenir, je voudrais partager avec vous une découverte récente, la "Marseillaise des requins" de Gaston Couté, écrite en 1911.

Gaston Couté avait préssenti la boucherie guerrière à venir entre les deux pays (en plus de dénoncer les massacres coloniaux en cours)

 

La Marseillaise des requins - Gaston Couté
Interprétation : Bernard Meulien,

 

Allez ! petits soldats de France
Le jour des poir's est arrivé.
Pour servir la Haute Finance
Allez vous en là-bas crever !
Allez vous en là-bas crever!
Tandis qu'au cœur de la fournaise
Vous tomb'rez, une balle au front,
De nos combin's nous causerons
En fredonnant la " Marseillaise " !

Aux Armes, les enfants !
Formez vos bataillons !
Marchez ! marchez ! Nous récolt'rons
Dans le sang, des sillons !

Allez ! guerriers pleins de courage,
Petits fils de la liberté,
Allez réduire en esclavage
De pauvr's Arbis épouvantés !
De pauvr's Arbis épouvantés !
Dans leurs douars, que le canon tonne
Plus fort que le tonnerr' d'Allah :
Nous align'rons pendant c'temps-là,
Des chiffres en longues colonnes !

Aux Armes, les enfants !
Formez vos bataillons !
Marchez ! marchez ! Nous récolt'rons
Dans le sang, des sillons !

Allez-y ! qu' les cadavr's s'entassent
Par centaines et par milliers,
Que la plaine où les balles passent
N'soit plus qu'un immense charnier !
N'soit plus qu'un immense charnier !
D'vant l'récit de tout's ces misères,
En ouvrant le journal de d'main,
Nous song'rons, nous frottant les mains :
" Ça n'biche pas trop mal, les affaires ! "

Aux Armes, les enfants !
Formez vos bataillons !
Marchez ! marchez ! Nous récolt'rons
Dans le sang, des sillons !

Allez ! si les autres voraces,
Si tous les requins d'Outre-Rhin,
Font en c'moment un' sal' grimace
Ça n'nous défris' pas l'moindre brin
Ça n'nous défris' pas l'moindre brin
Un' nouvelle guerre ? on s'en fout, puisque
C'est vous qui marcheriez encor
Pour défendre nos coffres-forts
Alors ! franch'ment, NOUS qu'est-c'qu'on risque ?

Aux Armes, les enfants !
Formez vos bataillons !
Marchez ! marchez ! Nous récolt'rons
Dans le sang, des sillons !

Nous entrerons dedans la place
Après que vous n'y serez plus :
Nous y trouverons vos carcasses
Près des carcasses des vaincus !
Près des carcasses des vaincus !
Et sur les tombes toutes proches,
Se r'joignant à deux pieds dans l'sol
Avec l'or du meurtre et du vol
Nous emplirons froid'ment nos poches !

Aux Armes, les enfants !
Formez vos bataillons !
Marchez ! marchez ! Nous récolt'rons
Dans le sang, des sillons !

 

Un texte qui, quasiment un siècle après, n'a pas, hélas, perdu de sa pertinence ni de son actualité.

Oui, comme a dit plus tard Paul Valéry :

"La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas".

Ou Anatole France :

"On croit mourir pour la patrie : on meurt pour des industriels"

Ne l'oublions jamais !

Et ne laissons pas agir impunément les fauteurs de guerre.

PAZ y Salud !

Arf!

Zgur

 

Un grand merci à Sullymu pour avoir mis cette chanson sur Dailymotion et pour son texte explicatif.

Plus d'infos sur Gaston Couté (1880-1911) le gâs qu'a mal tourné... sur un site consacré à ce chansonnier libertaire du début du XXème siècle et  mort à 31 ans, là :  gastoncoute.free.fr

J'ai trouvé les paroles de sa marseillaise anti guerre sur www.antiwarsongs.org

 

Sur le 11 novembre :

2008 Pas d'armistice pour le maljournalisme

2008 Quand viendra la guerre mondiaux, tout le monde cadavéré

2007 L'émotion, c'est bien joli mais faudrait voir à ne pas oublier les fauteurs de guerre!

2006 Quelle connerie la guerre ...

 

"La guerre, c'est bon à quoi ?  A absolument RIEN !"


15/11/2008

Pas d'armistice pour le maljournalisme

gentioux.gif

 

Mardi dernier c'était le 90ème anniversaire de l'armisitice de la première guerre mondiale (enfin celle ou l'Occident a fait combattre des gens du monde entier).

Les médias se sont répandus en lamentations unanimes sur cette première commémoration sans poilu survivant, sans survivant des combats, depuis la mort de Lazare Ponticelli.

Par exemple dans La Dépèche du Midi du14.11.2008 :

"Dans le cimetière de Palaja, sous un ciel gris, ce 11 novembre 2008 avait une résonance toute particulière. Il s'est déroulé comme partout en France sans le regard des derniers témoins, après la mort de Lazare Ponticelli."

Or cette information, fournie d'abondance par des journalistes encartés, est FAUSSE.

En effet à ce jour, il y reste dix anciens combattants reconnus de la guerre de 14-18.

On trouve leur noms facilement sur wikipedia (en anglais ici, en français là).

Il y a même parmi eux un français qui a combattu du 3 au 11 novembre, Fernand Goux. Bizarrement, la brièveté de cette période (moins de trois mois) de combat a fait qu'il n'a pas été reconnu comme dernier combattant par les autorité françaises. (et un autre français, Pierre Picaud).

La chair à canon doit donc avoir survécu au feu assez longtemps pour être reconnu comme telle.

Ca ne consolera pas ceux qui arrivés au front en même temps que Fernand Goux auront été déchiquetés par un schrapnell ou une mitrailleuse. On ne leur a pas demandé un temps minimum pour mourir. Pas plus qu'aux gazés des trois derniers mois de guerre.

Pourtant en juin 2008, La Dépèche du Midi (oui, la même) s'en est souvenu :

Quatre mois après le décès de Lazare Ponticelli, dernier Poilu décédé le 12 février à l'âge de 110 ans, un spécialiste de la Grande guerre a retrouvé un Français de 108 ans, qui était au front début novembre 1918 mais qui ne possède pas le statut d'ancien combattant.

 

Connerie de guerre.

Connerie d'administration.

Connerie de journalistes peaux de tambour qui ne lisent même pas leur journal (et pas qu'à la Dépèche !)

 

Zgur

11/11/2008

Quand viendra la guerre mondiaux, tout le monde cadavéré

008.jpg

En ce jour de commémoration de la fin d'une des boucheries guerrières dont l'humanité a le secret, il me semble opportun de rendre hommage à ceux sont venus d'Afrique, pas toujours volontairement, se battre dans le froid et la boue du nord et de l'est de la France.

La République qui donne des leçons au monde entier ne s'est pas comportée selon ses propres principes envers ces combattants combattants (voir la cristallisation des pensions après l'indépendance retrouvée des anciennes colonies. A propos, où en est-on réellement après les annonces d'il y a deux ans?).

Le chanteur congolais Zao a écrit une chanson magnifique sur ces anciens combattants et sur l'absurdité de la guerre. Il en a malheureusement subi lui aussi toute l'absurdité dans on pays.

"Pourquoi la guerre ? La guerre ce n'est pas bon, ce n'est pas bon"

Ancien combattant - par ZAO

 

Moi engagé militaire, moi engagé militaire
Moi pas besoin galons, soutez-moi du riz
Sergent masamba, tirailleur mongasa, caporal mitsutsu (...)
Vêtements militaires, vêtements militaires (...)

Début de la chanson :

Marquer le pas, et 1, 2
Ancien combattant
Mundasukiri
Marquer le pas, et 1, 2
Ancien combattant
Mundasukiri

Tu ne sais pas que moi je suis ancien combattant
Moi je suis ancien combattant,
J'ai fait la guerre mondiaux
Dans la guerre mondiaux,
Il n'y a pas de camarade oui
Dans la guerre mondiaux,
Il n'y a pas de pitié mon ami
J'ai tué Français,
J'ai tué Allemand,
J'ai tué Anglais,
Moi j'ai tué Tché-co-slo-vaque

Marquer le pas, 1, 2
Ancien combattant
Mundasukiri
Marquer le pas, 1, 2
Ancien combattant
Mundasukiri
La guerre mondiaux
Ce n'est pas beau, ce n'est pas beau
La guerre mondiaux
Ce n'est pas beau, ce n'est pas beau
Quand viendra la guerre mondiaux
Tout le monde cadavéré
Quand viendra la guerre mondiaux
Tout le monde cadavéré
Quand la balle siffle, il n'y a pas de choisir
Si tu ne fais pas vite changui, mon chéri, ho!
Cadavéré
Avec le coup de matraque
Tout à coup, patatras, cadavéré
Ta femme cadavéré
Ta mère cadavéré
Ton grand-père cadavéré
Ton père cadavéré
Tes enfants cadavéré
Les rois cadavéré
Les reines cadavéré
Les empereurs cadavéré
Tous les présidents cadavéré
Les ministres cadavéré
Le garde de corps cadavéré
Les motards cadavéré
Les militaires cadavéré
Les civils cadavéré
Les policiers cadavéré
Les gendarmes cadavéré
Les travailleurs cadavéré
Ta chérie cadavéré
Ton première bureau cadavéré
Ton deuxième bureau cadavéré
La bière cadavéré
Le champagne cadavéré
Le whisky cadavéré
Le vin rouge cadavéré
Le vin de palme cadavéré
Les soûlards cadavéré
Music lovers cadavéré
Tout le monde cadavéré
Moi-même cadavéré

Marquer le pas, et 1, 2
Ancien combattant
Mundasukiri
Marquer le pas, et 1, 2
Ancien combattant
Mundasukiri

Pourquoi la guerre
Pourquoi la guerre
Pourquoi la guerre
La guerre ce n'est pas bon, ce n'est pas bon
Quand viendra la guerre tout le monde affamé, oh!
Le coq ne va plus coquer, cocorico oh!
La poule ne va plus pouler, pouler les oeufs
Le footballeur ne va plus footer, pousser le ballon
Les joueurs cadavéré
Les arbitres cadavéré
Le sifflet cadavéré
Même le ballon cadavéré
Les équipes cadavéré
Diables Noirs cadavéré
Etoile du Congo cadavéré
Les Lions Indomptables cadavéré
Les Léopards cadavéré
Les Diables Rouges cadavéré
Les journalistes cadavéré
La radio cadavéré
La télévision cadavéré
Le stade cadavéré
Les supporters cadavéré

La bombe ce n'est pas bon, ce n'est pas bon
La bombe à neutrons ce n'est pas bon, ce n'est pas bon
La bombe atomique ce n'est pas bon, ce n'est pas bon
Les Pershing ce n'est pas bon, ce n'est pas bon
S.S. 20, ce n'est pas bon, ce n'est pas bon
Quand viendra la bombe
Tout le monde est bombé oh!
Ton pays bombé
L'URSS bombé
Les États-Unis bombé
La France bombé
L'Italie bombé
L'Allemagne bombé
Le Congo bombé
Le Zaïre bombé
L'ONU bombé
L'UNESCO bombé
L'OUA bombé
Mes boufs bombé
Mes moutons bombé
Mon cuisinier bombé
Tous les cuisiniers bombé
Ma femme bombé
Les taximan bombé
Les hôpitaux bombé
Les malades bombé
Les bébés bombé
Le poulailler bombé
Mes coqs bombé
Mon chien bombé
Les écoles bombé
Ma poitrine bombé
Tout le monde bombardé

Semez l'amour et non la guerre mes amis
Tenons nous la main dans la main
Jetez vos armes
Jetez vos armes
Jetez vos armes
Tenons nous la main dans la main

Ah! si tu voyais Français : Bonjour
Ah! si tu voyais Anglais : Good Morning
Ah! Si tu voyais Russe : zdravstvuite
Ah! si tu voyais Allemand : guten tag
Ah! si tu voyais Espagnol: Buenos Dias
Ah! si tu voyais Italien: Buongiorno
Ah! si tu voyais Chinois : Hiho
Ah ! Si tu voyais Bulgare : Dóbar den
Ah si tu voyais Israélien: Shalom
Ah! Si tu voyais Egyptien : Sabahkarlarer
Ah! Si tu voyais Sénégalais : Nagadef
Ah! Si tu voyais Malien : Anissoucouma
Ah! Si tu voyais Nigérien : Carouf
Ah! Si tu voyais Mauritanien : Alagouna
Ah! Si tu voyais Togolais : Afoi
Ah! Si tu voyais Souaéli : D'jambo
Ah! Si tu voyais Tchadien : Lali
Ah! Si tu voyais Malgache : Manaouna
Ah! Si tu voyais Centre Africain : Mibaramo
Ah! Si tu voyais Camérounais : Anenvoyé
Ah! Si tu voyais Gabonais : M'bolo
Ah! Si tu voyais Congolais : Bonté
Ah! Si tu voyais Zaïrois : Bonté Na Yo

Marquer le pas, et 1, 2
Ancien combattant
Mundasukiri
Marquer le pas, et 1, 2
Ancien combattant
Mundasukiri

 

 

A part ça, mon texte de l'an passé est toujours d'actualité, tout comme la phrase d'Anatole France.:

"On croit mourir pour la patrie : on meurt pour des industriels"

Ne l'oublions jamais !

 

Tout le monde cadavéré

Moi-même cadavéré

 

PAZ y salud !

Zgur

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu