Avertir le modérateur

27/11/2015

Liberté, liberté chérie ...

politique,attentats,paris,hommage national,drapeau tricolore,bleu blanc rougeliberté
Delacroix "La Liberté guidant le peuple" (1830)

Aujourd'hui, quinze jours après, "La France rend hommage aux victimes des attentats du 13 novembre" comme disent les gazettes et répètent les médias.

En plus de l'hommage aux Invalides, le gouvernement nous demande de pavoiser nos fenêtres de drapeaux bleu-blanc-rouge, d'envoyer des selfies dans les réseaux sociaux.

Et là, j'ai quand même une gêne.

Non pas que je pense qu'il ne faille pas rendre hommage aux victimes des attentats (même si je remarque que les médias ont oublié largement de parler des blessés).

Non pas que je ne me réjouisse que les français aient repris spontanément possession de leur drapeau révolutionnaire depuis les attentats, et ainsi retiré ce symbole national des griffes du FN qui se l'était indûment approprié.

Mais je perçois derrière cette injonction gouvernementale une volonté de récupération de l'émotion provoquée par cet événement.

Une volonté de récupération semblable à celle qui a présidée aux manifestations organisées le 11 janvier dernier, après les assassinats à Charlie Hebdo et à l'HyperCacher, et dont on nous a rebattu les oreilles ensuite en invoquant l'"esprit du 11 janvier".

Alors aujourd'hui (et pas moins qu'hier), je penserai au victimes, morts ou blessés, du 13 novembre.

Mais concernant les injonctions gouvernementales, je m'en tiendrai à l'attitude de M. Dalton dans "Le cercle des poètes disparus" :  

"Je fais valoir mon droit à l'immobilité."


 

Et malgré

politique,attentats,paris,hommage national,drapeau tricolore,bleu blanc rougeliberté

politique,attentats,paris,hommage national,drapeau tricolore,bleu blanc rougeliberté

 

"Liberté, liberté chérie
Combats avec tes défenseurs !"

proclame notre hymne national, même en reggae

Que ne l'oublient pas nos gouvernements (d'aujourd'hui et de demain)   !

Arf !

Zgur_

 

 

A LIRE : Moi, père d'une victime, je n'irai pas aux Invalides

 

17/11/2015

Sale météo guerrière sur la France

Le temps se couvre dans les esprits des "élites" qui sont censés nous gouverner.


 

Et après que Sarkozy a aligné notre politique étrangère sur celle des USA (et fait d'énormes erreurs), Hollande, aiguillonné par la droite, doit-il se croire obligé de refaire les erreurs de Bush ?

politique,parisattaks,attentat

D'ailleurs, comme par hasard, maintenant on trouve du pognon pour faire la guerre, quand il y en n'en avait pas pour ailleurs (sauf pour renflouer les banques):

politique,parisattaks,attentat

Et aura-t-on bientôt les mensonges de la presse caporalisée et "embedded" comme celle des USA au moment de la guerre contre l'Irak ?

Je pose là les questions.

J'ai peur des réponses.

politique,parisattaks,attentat

Et non, le napalm n'a pas une bonne odeur.

C'est aussi l'odeur des erreurs qu'on veut cacher.

politique,parisattaks,attentat

Zgur_

 

Des lectures indispensables :

- L’Etat islamique cherche à déclencher une guerre civile. [...] Nous payons aujourd’hui le prix de la cécité de nos élites politiques. par Gilles Kepel

- Le retour du boomerang par Jean-François Bayart

Nous devons rester fermes après les attaques de Paris (Le Guardian)

- Nous payons les inconséquences de la politique française au Moyen-Orient. Par Sophie Bessis et Mohamed Harbi

 

Post Scriptum : aux connards qui voudraient venir m'emmerder avec des commentaires du genre "et tu oublies les victimes" , "tu veux laisser ces pourris s'en tirer", ma réponse est claire :

- non, je n'oublie pas les victimes ni leurs familles, ni leurs ami(e)s. Bien au contraire. Ma tristesse est immense. De plus, au moins une des victimes était l'amie d'amis et connaissances à moi. Il y en a peut-être d'autres, plusieurs de mes ami(e)s habitant juste à coté des endroits mitraillés.

- pour attraper et juger ces enfoirés, que la police et la justice fasse son travail. Et surtout qu'on les laisse travailler en dehors de toutes entraves à visée politico-électorale ou diplomatique, ça changerait. Pas besoin de rhétorique guerrière pour ça.

 

 

 

21/02/2014

Il y a 70 ans Manouchian et son armée

affiche-rouge.jpg

21 février 1944

21 février 2014

70 ans.

Il y a 70 ans, Missak (dit Michel) Manouchian (en arménien : Միսաք Մանուշյան), né le 1er septembre 1906 à Adıyaman dans l'Empire ottoman est fusillé à 37 ans avec ses amis, au fort du Mont-Valérien.

Ent tout, vingt-deux membre des FTP-MOI, Francs-Tireurs et Partisans - Main d'Oeuvre Immigrée


Morts pour la France.

Morts pour une certaine idée de la France.

Surement pas celle des connards nés quelque part par hasard et qui se disent de souche, comme si cela devait leur conférer une supériorité quelconque, d'être de souche comme les champignons.

Plutôt la France de ces étrangers, ces métèques (ou pas), qui, comme Blaise Cendrars, né Sauser en Suisse, Georges Moustaki, né Mustacchi en Égypte et tant d'autres, ont CHOISI ce pays pour y vivre, pour le défendre ou pour y contribuer à l'art et à la culture. (Cette France, heureusement, de la majorité des français, enfin, j'ose l’espérer encore et toujours).

 L'Affiche Rouge (ou l'effet Streisand avant l'effet Streisand)

 

Vous n'avez réclamé ni gloire ni les larmes
Ni l'orgue ni la prière aux agonisants
Onze ans déjà que cela passe vite onze ans
Vous vous étiez servis simplement de vos armes
La mort n'éblouit pas les yeux des Partisans

Vous aviez vos portraits sur les murs de nos villes
Noirs de barbe et de nuit hirsutes menaçants
L'affiche qui semblait une tache de sang
Parce qu'à prononcer vos noms sont difficiles
Y cherchait un effet de peur sur les passants

Nul ne semblait vous voir Français de préférence
Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant
Mais à l'heure du couvre-feu des doigts errants
Avaient écrit sous vos photos MORTS POUR LA FRANCE

Et les mornes matins en étaient différents
Tout avait la couleur uniforme du givre
A la fin février pour vos derniers moments
Et c'est alors que l'un de vous dit calmement
Bonheur à tous Bonheur à ceux qui vont survivre
Je meurs sans haine en moi pour le peuple allemand

Adieu la peine et le plaisir Adieu les roses
Adieu la vie adieu la lumière et le vent
Marie-toi sois heureuse et pense à moi souvent
Toi qui vas demeurer dans la beauté des choses
Quand tout sera fini plus tard en Erivan

Un grand soleil d'hiver éclaire la colline
Que la nature est belle et que le coeur me fend
La justice viendra sur nos pas triomphants
Ma Mélinée ô mon amour mon orpheline
Et je te dis de vivre et d'avoir un enfant

Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
Vingt et trois qui donnaient le coeur avant le temps
Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
Vingt et trois qui criaient la France en s'abattant

 

Et vous pouvez aussi lire et faire lire la dernière Lettre à Mélinée

Bonheur à ceux qui vont nous survivre et goûter la douceur de la Liberté et de la Paix de demain


Que faisons nous - et que font nos "dirigeants" - aujourd'hui pour être dignes de ces sacrifices ?

J'ai plutôt peur de la réponse.

Arf !

Zgur_

 

Plus :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Missak_Manouchian

Bande annonce du film de Robert Guédiguian "L'Armée du crime"

http://fr.wikipedia.org/wiki/Affiche_rouge

13/12/2013

La gravité de NKM en campagne

Je contemple avec un mélange d'effroi et de ravissement le début de campagne municipale de Nathalie Kosciusko Morizet.

Elle doit vraiment avoir des arguments de représailles extrêmement puissants pour encore bénéficier de cette bienveillance molle de la part des médias dominants. Ces derniers auraient depuis longtemps haché menu n'importe qui d'autre qui aurait fait le quart des conneries de la grande bourgeoise de Longjumeau à la "conquête" de Paris comme tremplin vers la stratosphère politique.

La dernière insulte envers les photographes voulant la suivre dans sa deuxième incursion dans le métro est la meilleure à ce jour et a un incroyable potentiel de mème.

Voilà une première idée :

Gravity-1.jpg

Et bonne branlée en 2014 !

Arf !

Zgur_

 

03/10/2013

Toujours plus ne fait pas le bonheur

Billet promis et dédié à l'ami Cuicui ;0)

 

Voici "More", un superbe court-métrage d'animation de Mark Osbourne,  multi-primé en festivals, sélectionné aux Oscars, que j'ai vu un jour par hasard à la télé.

Sur une musique lancinante de New Order, son message est assez clair.

Et en cohérence avec l'esprit cette zone générale d'urgence relative.


 

On ne corrige pas une injustice par une autre injustice.

Une illusion n'est  toujours qu'une illusion.

Mais il y a toujours une lueur d'espoir au bout de l'horizon.

Arf !

Zgur_

 

En savoir plus sur "More" sur Wikipedia [en anglais]

 

 

 

13/09/2013

Des riches toujours plus riches ... et pour toujours ?

Awss1RlCEAAozk6.jpg

NON,  malgré les incantations plus ou moins sincères,
le "ruissellement" de la richesse vers le bas ne fonctionne PAS !


Il y a des lectures, qui, au delà de leur grand intérêt, sont quand même un peu désespérantes.

Ainsi en est-il de l'article d'Emmanuel Todd dans Marianne n°855 sur le dernier livre de Thomas Piketty "Le capital au XXIe siècle" (Seuil, 2013).

capitalPiketty.jpg

Extrait de l'article dans Marianne :

"Toutes les sociétés du passé peuvent être dites patrimoniales parce que dominées par une richesse héritée et concentrée. Que leur croissance moyenne ait été de 0.5%, 1 ou 2 % ne fait guère de différence dans la très longue durée si le taux de rendement du capital est de 5%. Nous aurons toujours au final, une société dans laquelle les 10% les plus riches détiennent 80% du capital et les seuls 1% des plus riches, la moitié.

1789 ne change rien. L'âge démocratique des livres d'histoire, entre 1789 et 1914, époque de l'alphabétisation de masse et de la diffusion du droit de suffrage, n'a permis aucune déconcentration du capital. Les 1% les plus riches détiennent un peu plus de 50% du capital en 1810, 60% en 1910. De tels résultats invitent à une sérieuse relecture de Tocqueville. Et des économistes : aucune autocorrection dans le temps, comme celle qu'avait suggéré Simon Kuznets au coeur de la guerre froide, aucun de ces retours automatiques à l'équilibre dont les économistes raffolent mais qu'on ne voit jamais. Ce sont les guerres du XXe siècle qui ont mis le capital et la rente au tapis, à travers les destructions physiques, l'inflation, les taxations d'urgence. En 1945, enfin le capital est maitrisé. L'âge du travail, des études et de la méritocratie peut s'épanouir. Les 1% supérieurs sont enfin définis par le travail plutôt que par l'héritage.

La démocratisation économique d'après 1945 ne prend cependant pas la forme d'une redistribution générale des cartes. Les 50% d'en bas continuent de ne rien posséder. L'innovation majeure de l'après-guerre est l'émergence d'une "classe moyenne patrimoniale", la possession de quelque choses par les "40% compris entre les 10% du haut et les 50% du bas : un logement, quelques réserves monétaires moins biens placées et moins rentables que la masse des très hauts revenus. Mais quand même, c'est une classe moyenne, selon Aristote, capable de donner à la société un socle de stabilité, et de la bloquer d'ailleurs."

[...]

"En l'absence d'une correction par l’État, la remontée de la société patrimoniale sera inexorable [après la période de la reconstruction].

Notre prise de conscience est lente. Les baby-boomers qui sont aux commandes croient encore que notre société est méritocratique, que l'effort et le succès scolaires sont la voie vers de hauts niveaux de vie. Les diplômes restent nécessaires, mais année après année, le poids de la fortune familiale détermine un peu plus le niveau de vie des individus, par héritage ou donation. Nous sommes en France à un point d'équilibre : les 1% des plus hauts revenus du travail s'équilibrent. Mais le retour aux commandes de riches non-diplômés et programmé."

[...]

"Au terme de ce livre, on a plutôt envie de se demander quelle crise surprenante et brutale permettra à nos pays vieillis, une remise à plat des compteurs et un redémarrage démocratique. Ou au contraire l'émergence, dans un monde toujours plus riche mais redevenu formidablement inégalitaire, de formes de domination souples et totales comme on n'en a jamais vu dans l'histoire."

(NB:  les mises en gras sont de moi. Z.)

Voilà.

Pas très optimiste, tout ça.

J'avoue que je ne le suis pas non plus et je ne suis pas tout seul (cf entre autres le livre d'Eric Verhaeghe dont j'ai déjà parlé ici).

Et ça fait un long moment que je vois venir une guerre civile et sociale généralisée.

2035837213.jpg

Car à moment donné, un catalyseur quelconque finira par allumer la mèche vers l'explosif social instable dans lequel nous baignons avec de plus en plus de conscience depuis que la "crise" est devenue chronique.


Comme disait avec justesse Alain Bertho :

"Une des raisons de l'exaspération, c'est que les préoccupations populaires ne sont pas mises à l'agenda politique officiel."

Cette exaspération croissante finira bien pas s'exprimer,

Rich&poor.jpg


Mais pas forcément en bien, et elle peut aussi être instrumentalisée (cf Aube Dorée en Grèce).

 

Mais encore, comme disait The Selecter en 1979 :

"Everyday... things are getting worse"

Déjà !

Mais ...

"Qui peut prédire quelle étincelle pourrait mettre le feu aux poudres?"

Et sur un mur de Paris :

politique,Piketty,Emmanuel Todd, Le capital au XXIe siècle,guerre civile, ploutocratie

Alors qui sait ?

...

Mais pas de quoi se réjouir d'avance.

Arf !

Zgur_



Voir aussi chez France Info : "La concentration du patrimoine est une menace pour la démocratie"


08/04/2013

Le génie d'Alexandre Dumas, ou "la presse sera toujours la presse"

Je zappe ce soir sur Le ciné Club de France 3 et tombe sur une adaptation de 1943 du Comte de Monte Christo, ce génial roman d'Alexandre Dumas, qui pose l'archétype de la vengeance implacable.

politique,cahuzac,monte christo,journalisme,mediapart

Et surtout sur cette scène d'une actualité incroyable ...

Écoutez bien ce dialogue à 7'48 sur des révélations fournies anonymement au journal l'Impartial :


Comme on dit dans les films "Toute ressemblance avec des évènements ..." etc.

Et pourtant, qui ne peut reconnaitre, dans ce dialogue, des situations actuelles, notamment sur les révalations par Mediapart sur Jérôme Cahuzac.

Encore une histoire d'article rédigé (ou non) "sur la foi d'un dossier très singulier et très troublant", adressé au journal "par une personne qui n'a pas voulu se faire connaître".

Etonnant, non ?

Encore mieux, Cahuzac a eu le même système de mensonge et de défense d'autorité que le Comte de Mortcerf qui niait avoir trahi le sultan de Janina et fut confondu par la vérité.

"C"est le premier qui tombe" est-il dit plus tard.

Une prévision qui vaut sans doute aussi pour aujourd'hui.

Alexandre Dumas (père) est un génie.

Le Comte de Monte-Christo est un chef d'oeuvre.

Lisez-le.

Arf !

Zgur_

 

10/12/2012

Questions de responsabilité, ou la mondialisation et la guerre expliquées par Will Hunting

Il y a parfois des moments de films qui semblent expliquer de façon limpide les questions politiques qui nous concernent. Et pas seulement dans les films qui se veulent explicitement politiques.

Ainsi, j'aime bien ce passage de Matrix dont j'ai déjà parlé.

Mais j'aime aussi la tirade de Matt Damon sur la responsabilité dans Will Hunting :

 

"- La question est : "Pourquoi pas ?"

- Pourquoi je ne travaillerai pas pour la N.S.A. ?
Ca, c'est une colle. Je vais essayer d'y répondre.

Disons que je travaille à la N.S.A et qu'on dépose un code sur mon bureau, un code réputé inviolable. Mettons que je tente ma chance et mettons que je le déchiffre.

Là je suis très content de moi parce que j'ai bien fait mon boulot mais c'était peut-être le code de l'emplacement d'une armée rebelle au Moyen Orient ou en Afrique du Nord.

Et une fois qu'on a repéré le lieu, on bombarde le village où les rebelles se cachent et quinze cents personnes que j'ai jamais vu, qu'y m'ont rien fait, sont tuées.

Et les politiciens disent envoyer les Marines assurer la sécurité parce qu'ils en ont rien à foutre. C'est pas leur gosse qu'ils envoient se faire descendre. Comme eux ils sont jamais allés au feu parce qu'ils étaient tous planqués dans la garde nationale.

C'est un pauvre môme de Boston Sud qui se prend un Shrapnel dans les fesses. Et il revient pour apprendre que l'usine où il travaillait s'est exporté dans le pays d'où il vient d'arriver et le mec qui lui a filé le Shrapnel dans le cul, c'est lui qui a son job parce qu'il bosse quinze cents par jour sans pause pipi.

Maintenant il comprend que la seule raison qu'il y avait de l'envoyer là-bas, c'était de mettre en place un gouvernement qui nous vendrait le pétrole pour pas cher.

Et bien sûr, les compagnies pétrolières exploitent le conflit qu'il y a eu pour faire monter leurs prix et se faire du même coup un beau p'tit bénef.

Mais ça aide pas mon pote qui travaille pour des clous.

Il traine un max à livrer le pétrole bien sûr, peut-être même qu'ils vont employer un alcoolique comme capitaine, un buveur de martini qui s'amuse à faire du slalom entre les icebergs jusqu'au jour où il en frappe un. Le pétrole se déverse et ça tue toute vie dans l'Atlantique nord.

Alors là mon pote est chômeur, il peut pas se payer de voiture c'est à pied qu'il se cherche des jobs, ce qui est pas marrant parce que le Shrapnel qu'il a eu dans le cul lui a filé des hémorroïdes et puis en plus, il crève de faim parce qu'à la soupe populaire on lui propose comme plat du jour, de la morue de l'Atlantique nord avec de l'huile de moteur.

Alors qu'est ce que j'en pense ?

Je vais attendre une offre meilleure.

Je me dis "Putain ! Je ferais peut-être aussi bien de descendre mon pote, prendre son job, le filer à son pire ennemi, faire monter les prix, bombarder et tuer des bébés phoques, fumer de l'herbe, m'engager dans la Garde Nationale... Et puis je serai p't-être élu président."



Je pense souvent à cette tirade, notamment :

- chaque fois que je croise un connard de "responsable" qui me dit "Moi, je ne fais pas de politique, ja fais juste mon travail.",

- quand j'apprends que des journalistes croient malins de divulguer que l'héritier de la Couronne britannique est en Irak ou Afghanistan, mettant ainsi encore plus en danger que d'habitude les soldats qui y sont (et qu'on ne vienne pas m'accuser de complaisance envers ces conflits, voir ici ou là,) ou encore ),

- quand des connards chez Charlie Hebdo, récidivistes, choisissent le pire moment pour balancer leurs dessins anti-islam pour se faire de la pub,

- à chaque fois que j'entends 'On ne peut pas faire autrement. Prions Sainte Tina !"

Ce que j'en pense alors ?

"Je vais attendre une offre meilleure."

Arf !

Zgur_


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu