Avertir le modérateur

11/11/2012

La guerre n'apporte jamais la sagesse, mais mort et désolation

Plus que deux ans avant le centenaire du débutde la grande boucherie de 14-18.

On peut s'attendre à un déferlement de commémorations, de manifestations, de films, de livres, d'émissions spéciales ...

Beaucoup seront intéressants, quelques uns passionnants, mais la majorité passeront à coté du plus important.

Que la guerre est toujours évitable, mais que certains ont toujours intérêt, non pas à la faire eux-même, mais à la la déclencher.

Et à camoufler cette sauvagerie sous les oripeaux du patriotisme, de la "régénération", de la sagesse, ...

Foutaises !

politique, guerre,14-18,ww1,11 novembre

Alors, en ces temps où la finance avide et des politiciens complices ou aveugles nous précipitent vers une grande guerre civile et sociale, il est encore temps de réfléchir, de faire réfléchir et d'agir pour empêcher qu'elle advienne.

Quand j'étais enfant, j'ai beaucoup entendu des gens plus agés dire "Il vous faudrait une bonne guerre". Nous souhaitaient-ils ÇA :

politique,guerre,14-18,ww1,11 novembre,carali
Gueules cassées 1918

 et ça :

politique,guerre,14-18,ww1,11 novembre,carali
Sarajevo 1994

 Et ça

politique,guerre,14-18,ww1,11 novembre,carali
Emeutes Londres 2011

Alors ...

Ne laissons pas agir impunément les fauteurs de guerre.

PAZ y Salud !

Arf!

Zgur

 

Et aussi :

Mes autres billets sur le 11 novembre :

11/11/2011

A la onzième heure du onzième jour du onzième mois de la onzième année ...

 Rememberance-day.jpg

Encore un onze novembre.

Mais cette année c'est celui qui se cale sur le triple 11.

Le 11.11.11.

Mais à la onzième heure du onzième jour du onzième mois de la 18ème année du XXeme siècle, l'armistice de la plus grande boucherie humaine alors pertpétrée s'achevait sur presque tous les fronts (pas aux Balkans, par exemple).

Et depuis, c'est un jour de souvenir.

Souvenir représenté par le coquelicot dans les pays anglo-saxons.

A cause du poème 'In Flanders Fields" (trop guerrièrement traduit "Au champ d'honneur", en français)

In Flanders fields the poppies blow
Between the crosses, row on row
That mark our place; and in the sky
The larks, still bravely singing, fly
Scarce heard amid the guns below.

 We are the dead. Short days ago,
We lived, felt dawn, saw sunset glow,
Loved and were loved and now we lie
In Flanders fields

Take up our quarrel with the foe:
To you, from failing hands, we throw
The torch; be yours to hold it high.
If ye break faith with us who die
We shall not sleep, though poppies grow
In Flanders fields

Quelle connerie la guerre ...

 

 

 

 

 

 

 

 

Au champ d'honneur, les coquelicots
Sont parsemés de lot en lot
Auprès des croix; et dans l'espace
Les alouettes devenues lasses
Mêlent leurs chants au sifflement
Des obusiers.

Nous sommes morts,
Nous qui songions la veille encor'
À nos parents, à nos amis,
C'est nous qui reposons ici,
Au champ d'honneur.

À vous jeunes désabusés,
À vous de porter l'oriflamme
Et de garder au fond de l'âme
Le goût de vivre en liberté.
Acceptez le défi, sinon
Les coquelicots se faneront
Au champ d'honneur.

 

... et la raison pour laquelle on voit des coquelicots à la boutonnière des anglo-saxons pendant deux semaines chaque debut novembre.

Car le coquelicot fleurit particulièrement bien sur les champs de batailles sanglant, et sur ceux des Flandres en 1915.

Rouge comme le sang des morts et des blessés.

Rouge comme le sang des hommes.

Jetés dans la guerre, non par héroïsme, mais pour assouvir la cupidité de certains d'entre eux.

A une époque où se profile une grande crise économique et où ceux, les financiers, qui nous y ont précipités prennent ostentiblement le pouvoir pour imposer aux peuples leurs potions amères, il ne faudrait pas oublier qu'une des sorties de crise reste toujours pour eux la guerre.

La cupidité est au pouvoir.

Contre les peuples.

Malgré les déclarations lénifiantes des incompétents (comme Sarkozy).

Ceux-ci et ceux-là n'hésiteront pas à nous précipiter de nouveau dans la guerre civile et sociale, plutôt que de renoncer à leurs pouvoirs et à leurs profits.

Ils proneront d'ailleurs bientôt chez nous, comme en Grèce, l'Union Nationale.

Mais il n'est peut-être pas encore trop tard.

Qui sait ?

Pas moi !

Mais je ne veux pas voir refleurir les coquelicots sur les champs d'horreur.

Pas y salud !

Zgur_

 

 

Et aussi :

Mes autres billets sur le 11 novembre :

 

23/08/2008

Il faut que le gouvernement arrête d’envoyer des enfants se faire tuer, se faire trucider dans un stand de tir organisé

Citée dans Libération et commentée par Dominique dans son Petit Champignac Illustré (où je l'ai découverte), cette déclaration d'un des parents de soldat français mort en Afghanistan :

"Il faut que le gouvernement arrête d’envoyer des enfants se faire tuer, se faire trucider dans un stand de tir organisé, car pour une première mission, c’était mission impossible. On n’envoie pas des enfants qui n’ont qu’un an de formation sur un front qui est horrible», a regretté Joël Le Pahun, le père de Julien qui allait avoir 20 ans mercredi."

 

Cela m'a suggéré un petit rappel historique, que je ferai, encore en musique, avec un tube de 1985 :

"Pendant la deuxième guerre mondiale, l'âge moyen du soldat sur le champ de bataille était de 26 ans.

Au Vitenam, il était de 19 ans."

 

Paul Hardcastle "19" (1985)

 

"In 1965 Vietnam seemed like just another foreign war,
but it wasn't.
It was different in many ways, as so were tose that did the fighting.
In World War II the average age of the combat soldier was 26...
In Vietnam he was 19.

In inininininin Vietnam he was 19.


(TV announcer's voice)
The shooting and fighting of the past two weeks continued today
25 miles west of Saigon
I really wasn't sure what was going on (Vet's Voice)

Nininini Nineteen, 19, Ni-nineteen 19
19,19,19,19

In Vietnam the combat soldier typicaly served a twelve month tour of duty but
was exposed to hostile fire almost everyday
Ninininininininininin 19 nininininninin 19

Hundreds of Thousands of men who saw heavy combat in Vietnam were arrested
since discharge
Their arrest rate is almost twice that of non-veterans of the same age.
There are no accurate figures of how many of these men have been incarcerated.
But, a Veterans Administration study concludes that the greater of Vets
exposure to combat could more likely affect his chances of being arrested or
convicted.

This is one legacy of the Vietnam War

(Singing Girls)
All those who remember the war
They won't forget what they've seen..
Destruction of men in their prime
whose average was 19
Dedededededede-Destruction
Dedededededede-Destruction
War, War
Dededede-Destruction, wa-wa-War, wa-War, War
Dedededededede-Destruction
War, War

After World War II the Men came home together on troop ships, but the Vietnam
Vet often arrived home within 48 hours of jungle combat
Perhaps the most dramatic difference between World War II and VietNam was
coming home.. .none of them received a hero's welcome
None of them received"

 

"« Je veux savoir pourquoi mon fils est mort » s’est exclamé le père d’un des soldats.

« Je veux savoir pourquoi mon fils est allé tuer » aurait pu être la question subsidiaire."

C'est la bonne question que pose Viktor Dedaj dans legrandsoir.info, la bonne question pour laquelle on attend une vraie réponse et pas seulement un discours de circonstance.

Parce que :

"la guerre, c'est sale, cela pue, cela tue, ça sent la pisse, les excréments dans le pantalon, la poussière, la boue, la crasse, la sueur, le sang, la charogne."

(Sans compter les dégâts mentaux liés aux traumatismes et au stress - voir http://tinyurl.com/5eg8oj )

Et surtout parce que :

"Quelles que soient les origines et la catégorie sociale de dizaines d’afghans interrogés, l’attitude brutale des militaires américains est désormais l’obstacle numéro 1 à la pacification. Les militaires américains font détester chaque jour un peu plus les occidentaux. [...]

Chaque jour, des militaires sous commandement américain tuent des civils. Non pas en dommages collatéraux, comme chaque guerre en cause inévitablement. Mais par nonchalance, peur et bêtise dans les opérations militaires, et incompréhension des réalités politiques."

Ce n'est pas un vulgaire pacifiste anti américain qui dit ça mais Philippe Juvin, UMP, Maire de La Garenne-Colombes, Vice-Président du Conseil Général des Hauts-de-Seine, et réputé proche de Nicolas Sarkozy. (cité par Viktor Dedaj dans son article)

 

Alors ...

Si "La guerre est une chose trop sérieuse... pour la confier à des militaires", comme  disait Clémençeau, elle est aujourd'hui, chez nous, entre les mauvaises mains de celui qui rit dans les cimetières.

Vraimentpas de quoi rire.

Paz y salud

Zgur

 

 

(surtout, évitez - sauf pour le kitsch - la version de "19" avec Yves Mourousi)

20/08/2008

Grande découverte de nos dirigeants et de nos médias: l'eau, ca mouille! et la guerre, ça tue!

754301582.gif

Des morts et des blessés français en Afghanistan (peut-être dus en partie à un "friendly fire, un "tir ami") et le tamtam militaro-larmoyant retentit de plus belle dans nos medias hypnotisés par la pose sarkozyenne dressée sur ses ergots à talonnettes.

C'est le degré zéro de l'analyse geo-politique, remplacée par l'émotion, cette peste des medias d'information.

Mais le but de toutes ces dégoulineries et propagandes guerrières ne serait-il pas de nous convaincre qu'il serait plutôt indécent de réclamer aujourd'hui une RTT (ou le maintien d'un système social acquis et crée au lendemain d'une guerre) quand nos valeureux piou-pious se font dézinguer pour nous aux marches de l'empire ?

...

Hein ?

Ne serait-il pas ?

Journalisme de propagande et d'enfumage.

Alors spéciale dédicace à tous ceux qui croient ou veulent nous faire croire qu'envoyer des soldats à la guerre ne leur fait risquer que de se casser un ongle :

"La guerre, c'est bon à quoi ?

A absolument RIEN !"

 

La guerre, la vraie, n'est pas un jeu vidéo.

"La guerre n'a qu'un ami : le croque-mort"

 

War, huh, yeah
What is it good for
Absolutely nothing
Uh-huh
War, huh, yeah
What is it good for
Absolutely nothing
Say it again, y'all

War, huh, good God
What is it good for
Absolutely nothing
Listen to me

Ohhh, war, I despise
Because it means destruction
Of innocent lives

War means tears
To thousands of mothers eyes
When their sons go to fight
And lose their lives

I said, war, huh
Good God, y'all
What is it good for
Absolutely nothing
Say it again

War, whoa, Lord
What is it good for
Absolutely nothing
Listen to me

War, it ain't nothing
But a heartbreaker
War, friend only to the undertaker
Ooooh, war
It's an enemy to all mankind
The point of war blows my mind
War has caused unrest
Within the younger generation
Induction then destruction
Who wants to die
Aaaaah, war-huh
Good God y'all
What is it good for
Absolutely nothing
Say it, say it, say it
War, huh
What is it good for
Absolutely nothing
Listen to me

War, huh, yeah
What is it good for
Absolutely nothing
Uh-huh
War, huh, yeah
What is it good for
Absolutely nothing
Say it again y'all
War, huh, good God
What is it good for
Absolutely nothing
Listen to me

War, it ain't nothing but a heartbreaker
War, it's got one friend
That's the undertaker
Ooooh, war, has shattered
Many a young mans dreams
Made him disabled, bitter and mean
Life is much to short and precious
To spend fighting wars these days
War can't give life
It can only take it away

Ooooh, war, huh
Good God y'all
What is it good for
Absolutely nothing
Say it again

War, whoa, Lord
What is it good for
Absolutely nothing
Listen to me

War, it ain't nothing but a heartbreaker
War, friend only to the undertaker
Peace, love and understanding
Tell me, is there no place for them today
They say we must fight to keep our freedom
But Lord knows there's got to be a better way

Ooooooh, war, huh
Good God y'all
What is it good for
You tell me
Say it, say it, say it, say it

War, huh
Good God y'all
What is it good for
Stand up and shout it
Nothing

 

Paz y  salud !

Zgur

 

Photo du National Post canadien, trouvée là.

Bonus :

La chanson "War", manifeste anti guerre au Vietnam, a été écrite en 1969 par Norman Whitfield and Barrett Strong. Chantée d'abord par les Temptations, elle sortit en simple chantée par Edwin Starr et atteint le n°1 au Billboard (Source Wikipedia)

11/11/2007

Quelle connerie la guerre ...

medium_ottodix.jpg

Dessin d'Otto Dix

 

 

Alors mieux vaut en rire avec 'excellentissime Didier Bénureau :

 

 

 

Pas sûr que mon grand-père, cavalier pendant la grande guerre apprécierait cet humour, lui qui a chargé les avions allemands à cheval et à la lance.

Arf !

Zgur

11/09/2006

« Where were you on the 9 /11 ? »

 medium_Soldat_irak.jpg

«Where were you on the 9 /11 ?»

«Où étiez vous le 11 septembre ?»

A cette question, tout le monde pense onze septembre 2001, bien sûr.

Et la plupart des gens se souvient où ils étaient ce jour-là quand ils ont appris la nouvelle des attentats [1]. Moi aussi, je m’en souviens [2].

Et pourtant, chaque fois que j’entend cette question, ce n’est pas à New York et au World Trade Center que je pense.

Non.

C’est à une image du début de la guerre d’Irak, cette guerre contre Saddam Hussein qui fut préparée bien avant les attentats qui lui ont servi de prétexte et de justification.

Cette image est une image de télévision qui date du début de la guerre.

Un soldat américain rejette violemment un civil irakien qui proteste contre la brutalité des troupes américaines envers sa famille (je crois) et lui hurle dans la figure et en anglais : « Where were you on the 9 /11 ? ». 

Le regard d’incompréhension de l’irakien d’un certain âge envers ce jeune soldat si autoritaire et menaçant ne m’a jamais quitté et me revient chaque fois que je lis, vois ou entend des informations sur la guerre d’Irak.

Le civil alors apeuré et brutalisé ne rêve sans doute aujourd’hui, s’il ‘est pas mort, que de bouter l’envahisseur hors de son pays « libéré ».

Le soldat vindicatif et fort de son bon droit supposé croyait alors venger les morts du World Trade Center en brutalisant des civils d’un pays (qui n’y était pour rien [3] et beaucoup le savait déjà à ce moment là). Lui aussi, s’il ‘est pas mort ou blessé, ne doit plus rêver que de rentrer chez lui. En entier si possible.

 

Toute l’absurdité de cette guerre est dans cette image et dans cette question hors sujet entre deux personnes qui n'auraient jamais du se rencontrer : « Where were you on the 9/11?».

 

Et cinq ans après, les soldats états-uniens ne parlent apparemment toujours pas un mot d’arabe !

Zgur

 

 

[1] voir « mon 11 septembre» d’Eric Mainville  http://crisedanslesmedias.hautetfort.com/archive/2006/09/10/mon-11-septembre.html#comments

[2] J’étais en pleine lecture dans un café près de chez moi quand j’ai remarqué que la station exclusivement musicale diffusait des flashs d’information spéciale.

[3]  "Le rapport du Sénat [publié hier soir par la commission des renseignements ] contredit l’un des arguments essentiels avancés depuis 2002 par George Bush et les membres de son gouvernement pour justifier le renversement de Saddam Hussein." in http://www.bbc.co.uk/french/news/story/2006/09/060909_usa...

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu