Avertir le modérateur

09/08/2014

De nos prairies ils avaient faim, ils avaient soif de nos matins

J'aime beaucoup Robert Charlebois (j'en ai déjà parlé sur ce blog, voir ou ).

Et j'aime particulièrement cette chanson Wasichu


 

Wasichu

Ils sont venus de l'océan
sur des bateaux beaucoup trop grands
ils sont venus de l'océan
avec des yeux couleur de sang

Et des qu'ils ont touché la terre
ils nous ont appelés leurs frères
3 jours après c'était la guerre
la guerre

Il a fallu partir très loin
très loin n'était pas assez loin
de nos prairies ils avaient faim
ils avaient soif, de nos matins

Alors on a fui vers le nord
vers les brumes du Labrador
il a fallu marcher encore
encore, encore

Aujourd'hui après tant d'années
on ne peut pas les oublier
ces hommes blancs qui souriaient
en nous apportant des colliers

Et maintenant dans le Grand Nord
bien au delà du Labrador
il faut encore marcher
encore, encore.

La chanson de Charlebois parle des Indiens du Canada, mais elle vaut aussi pour les "Indiens" d'Amérique en général, et des États-Unis en particulier : 

politique,musique,chanson,charlebois,robert charlebois,wasichu,israel,palestine,gaza,terra nullius

J'en parlais déjà avec une chanson des Talking Heads ici.

Mais cette carte fait furieusement penser une autre, tristement d'actualité ces temps-ci :

ISRAEL-PALESTINA.jpg

 

Car ce qui rapproche particulièrement États-Unis et Israël, c'est que ce sont deux pays de colons !

Deux pays qui, comme les anglais au Canada et en Australie (1) notamment, se crurent et se croient encore arriver sur une (2) à conquérir.

Un état d'esprit très révélateur du sionisme (3), démontré dans dans la contestation même de cette carte, lire ici "The map that lies", et dans ces citations (source ici) :

"The land without people—for the people without land."
"Une terre sans peuple pour un peuple sans terre"

— Israel Zangwill, 1901 

"But there are Arabs in Palestine. I did not know."
"Mais il y a des Arabes en Palestine. Je ne savais pas."

— Max Nordau, 1897

"We shall spirit the penniless population [Palestinians] across the border....the process of expropriation and removal of the poor shall be carried out discreetly and circumspectly."
"Nous escamoterons la populations sans le sou [Les Palestiniens] jusque de l'autre coté de la frontière ... Le processus d'expropriation et de déménagement des pauvres devra être accompli discrètement et prudemment."

Theodor Herzl's Diaries , about 1896

Qui, pour être anciennes, n'en sont pas moins révélatrices.

Et aussi hélas, encore d'actualité.

Puisque pour le gouvernement israélien à propos des palestiniens, comme dans la chanson de Charlebois à propos des Indiens :

très loin n'est pas assez loin !

...

Jamais assez loin :

GAZA-recule.jpg

 

Pas de Grand Nord pour les palestiniens, mais certains (pas tous) leurs souhaitent le même destin qu'aux "indiens".

Pas tous, mais trop.

Pas tous mais assez pour une guerre éternelle, perpétuelle.

Qui nous met TOUS en danger.

Le colon, moteur de l'histoire et malheur des peuples.

Hélas.

Pour nous tous.

 

Zgur_

 

MAJ à 22h00 : les traductions en français des citations ci-dessus, plus les trois notes ci-dessous

 (1) cf le combat d'Eddie Koiki Mabo dans l'annulation en 1992 de la fiction juridique de terra nullius en Australie

(2) "considérée terra nullius la terre non cultivée par les habitants indigènes. Cette terre n'étant pas cultivée, elle n'était pas considérée comme utilisée à bon escient. Ceux qui ont fait l'effort de la cultiver ont conséquemment le droit de propriété sur elle."

(3) voir aussi le film Kedma du réalisateur israélien Amos Gitaï dont l'action se déroule dans les jours précédant la proclamation de l'Etat d'Israël (Bande annonce).

 

 

08/07/2014

Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs (4/50) - 1984 & 1986 - en guise d'hommage à Lizzy Mercier Descloux

Billet du 27.04.2010 - MAJ 08.07.2014

Lors de sa création, Radio Nostalgie programmait du rock des années 50/60 : Gene Vincent (un peu), Johnny Halliday (déjà) beaucoup, les yé-yés (trop). Aujourd'hui, la nostalgie, ce sont les années 80. A toutes les sauces, la mode, la musique, la coke (?)...

Mais coté musique des années 80 qu'on fait subir aux auditeurs, je m'énerve vite. Ras le bol de ces merdes qui en étaient déjà à l'époque, même si elles on eu du succès.

Ras le bol des "besoins de rien (et surtout pas d'eux), (PAS) envie de toi", ras le bol des "Images", des "Ricci e poveri" à renier de honte ses origines italiennes, et de toutes ces autres bouses (françaises, italiennes ou d'ailleurs) pour les oreilles.

Il y avait plein d'autres musiques, qui ont eu du succès (ou pas) dans ces années 80.

En voici quelques unes que j'écoutais alors, sans volonté d'exhaustivité.

lmdgazelles.jpg

Quand Lizzy Mercier  Descloux est décédée en 2004, j'avais été frappé par l'indifférence et le silence des médias à son égard. Je n'ai pas souvenir d'avoir lu ou vu alors des articles sur elle et cela m'avait passablement énervé.

J'ai déjà parlé ici de Lizzy Mercier Descloux. C'était dans mon premier hommage à Nelson mandela il y a trois ans déjà. Parce que, avec Paul Simon (Graceland, 1986) et Johnny Clegg (Third world child, 1987),elle est celle qui a fait découvrir dès 1984 la musique d'Afrique du Sud aux français (et à moi) avec cette reprise du succès des Mahotella Queens "Kazet" (plus connu sous le nom d'"Où sont passées les gazelles ?").

 


Lizzy Mercier Descloux les gazelles

Puis en 1986 j'ai retrouvé Lizzy Mercier Descloux, grâce à un ami complètement raide dingue de cet album, plus jazz, où on retrouve sur quatre morceaux le souffle génial de la trompette de Chet Baker.

 

oneforthesoul.jpg

 


Après ça, j'avoue que j'ai perdu le fil, ces deux albums continuant néanmoins de m'accompagner depuis cette époque.

Peu avant son décès, j'avais remarqué son nom dans une revue éditée par un lieu parisien. Content de cette retrouvaille, j'ai alors découvert ses autres aventures, musicales et artistiques (au coeur de la création de la no-wave newyorkaise des années 78-79, amie de Patti Smith, de Jean-Michel Basquiat, etc. cf sa bio sur wikipedia).

Lizzy Mercier Descloux mériterait une place bien plus grande dans les esprits curieux des musiques des années soixante dix à quatre vingt dix. Tous ses disques ont été réédités par ZeRecords, le label de son compagnon (mari ?), mais le site du label est pour l'instant indisponible (MAJ 08.07/2014).

Je vous encourage à les découvrir, cela vaut le détour.

Paz y Salud !

Zgur

 

Bonus :

Un bel article sur la réédition des deux premiers albums de Lizzy Mercier Descloux sur popnews.com

Une reprise de 1995 du Sun is shining de Bob Marley

 

Episodes précédents :

(1/50) - 1980 : Original Mirrors

(2/50) - 1980-1982 : UB40

(3/50) - 1981 & 1984 - Laurie Anderson

 

Retrouvez toute la série en cliquant sur : Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs

29/06/2014

DuROCK en Seine 2014

Comme en 2011, j'ai réussi cette année à prendre des photos de quelques affiches de la station de métro Duroc à la sauce RockenSeine :

DUROCK2014.jpg

DUROCK2014-LANADELREY.jpg

DUROCK2014-PORTISHEAD.jpg

DUROCK2014-DieANTWOORD.jpg

DUROCK2014-QUEENSof.jpg

Comme chaque année, j'irai passer une journée à Rock en Seine (voir enfin Die Antwoord sur scène)

Et j'irai voir avec intérêt l'exposition d'affiches spécialement commandées à des artistes divers pour illustrer les concerts du festival 2014.

Et vous ?

Arf !

Zgur_

 

 

 

13/04/2014

Au printemps ...

C'est le printemps sur la zone (voir le nouveau bandeau)


Alors allons prier Notre-Dame du bon temps !

Merci Jacques, alias Mon oncle Benjamin ;0)

Arf !

Zgur_

09/02/2014

Un peu de beauté musicale dans ce monde de merde (9) : la harpe de Catrin Finch et la kora de Seckou Keita dans Bamba

Parfois au détour d'un chemin ou d'une rencontre, on découvre une pépite.

Ma pépite du jour est ce duo entre la harpiste galloise Catrin Finch et le joueur de kora sénégalais Seckou Keita, présenté qu WOMEX 2013 0 Cardiff au ... Pays de Galles.

Un peu de beauté musicale pour un dimanche soir dans ce monde de merde.

Surtout ce morceau, "Bamba", qui m'a cueilli.

Et vous aussi, j'espère.



En voici une autre version Live au Womex 2013 :

Merci qui ?

Arf !

;0)

Zgur_

 

01/10/2013

Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs (11/50): Dans mon palmier par Renaud Detressan (45t -1981)

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas les raisons
de cette série, c'est à lire ici, ici ou
.

detress.jpg

Voilà un morceau de 1981, "Sur mon palmier" (de Renaud Detressan), que j'adore et que je n'avais pas entendu pendant de nombreuses années. En effet, je n'ai plus de platine vinyle et cette face B d'un 45 tours à succès était introuvable sur le net (jusqu'à maintenant hé hé).



Dans mon palmier (Detressan)

Plus rien à faire
Ya plus d'mystère, on est foutus
Ya plus que des mecs qui n'en peuvent plus

Tout tombe en rade
C'est la Guerre Froide
Même dans ma rue
Un jour ils vont se taper dessus

Moi j'vais me trouver un palmier
Je n'ai plus envie de les regarder
Ils gâchent toutes mes journées
Je n'peux plus penser hé !

Plus rien à dire
Y'a plus d'avenir chez les paumés
Faudrait même choisir son coté

La Terre brûle
Les hommes reculent
Ils disent oui
Au coup de canon, te disent merci

Moi j'vais remonter dans mon palmier
Je n'ai plus envie de les écouter
Ils gâchent toute mes journées
Je n'peux plus rêver hé !

La zone bouge
Elle boit du rouge dans ses quartiers
Elle n'a plus l'coeur à patienter

Et d'autres pleurent
Sur ses malheurs
Tels l'inflation
Qui lui a refilé des boutons

Je ne vais plus descendre de mon palmier
Je n'ai plus envie de m'en occuper
Ca gâche toute mes journées
Je ne peux plus aimer... hé !

Un bruit bizarre
Qui m'fout le cafard
J'les vois s'amener
J'croyais qu'ils m'avaient oublié

Marteau-piqueur
Ramène ton coeur
Il va t'chanter
Encore un truc qui fait swinguer

Et je suis tombé de mon palmier
Dans les bras du chef de chantier
Il m'a gâché toute ma journée
Je suis mal barré ...


Renaud Detressan (on disait alors l'"autre Renaud") a eu un super tube avec la face A de ce 45t (On est comme on est) et quelques autres. Il est ensuite parti faire le kéké breton fétard avec Soldat Louis. On le voit moins maintenant qu'il s'occupe de revivifier le répertoire de son grand père Théodore Botrel, auteur de La Paimpolaise.

Mais il ne faut pas oublier que Detressan est aussi le compositeur de 500 connards sur la ligne de départ , chanson anti Rallye Paris-Dakar, écrite et chantée par ... Renaud.

Pas lui, l'autre ;0)

Quant à moi ...

Moi j'vais me trouver un palmier
Je n'ai plus envie de les regarder
Ils gâchent toutes mes journées

Arf !

Zgur_

 

 

Retrouvez toute la série en cliquant sur :
Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs

09/09/2013

Un peu de beauté (perdue) dans ce monde de merde (6) : Indiens par Edward S. Curtis & Talking Heads

Billet du 05.04.2009 maj 09.09.2013 (remis la chanson des T.H.)


On connait tous les photos d'indiens prises il y a un siècle par Edward S. Curtis sans connaitre forcément son nom.

En voici quelques unes choisies parmi les milliers de son oeuvre monumentale.

12curtis.jpg
cheyenne indian-warriors.jpg
Guerriers cheyennes
 
Canon De Chelly - Navaho.jpg
"Le canon de Chelly, en territoire navajo"

 

Et écoutons le vent avec Mojique, et avec les "Têtes parlantes".


 

Mojique sees his village from a nearby hill
Mojique thinks of days before americans came
He sees the foreigners in growing numbers
He sees the foreigners in fancy houses
He thinks of days that he can still remember...now.

Mojique holds a package in his quivering hands
Mojique sends the package to the american man
Softly he glides along the streets and alleys
Up comes the wind that makes them run for cover
He feels the time is surely now or never...more.

The wind in my heart
The wind in my heart
The dust in my head
The dust in my head
The wind in my heart
The wind in my heart
(come to) drive them away
Drive them away.u

Mojique buys equipment in the market place
Mojique plants devices in the free trade zone
He feels the wind is lifting up his people
He calls the wind to guide him on his mission
He knows his friend the wind is always standing...by.

Mojique smells the wind that comes from far away
Mojique waits for news in a quiet place
He feels the presence of the wind around him
He feels the power of the past behind him
He has the knowledge of the wind to guide him...on.

The wind in my heart
The wind in my heart
The dust in my head
The dust in my head
The wind in my heart
The wind in my heart
(come to) drive them away
Drive them away.

 

Et à celles et ceux qui ne comprendraient pas pourquoi certains n'ont pas confiance dans les traités signés par les occidentaux et les étatsuniens en particulier, je conseille d'aller réviser l'histoire des guerres indiennes.

Et pas la peine de me taxer d'antiaméricanisme primaire. Ce pays a de magnifiques qualités mais il a le gros défaut d'oublier ses propres défauts. Et d'oublier la tache indélébile sur laquelle il s'est bâti, comme beaucoup d'autres pays fondés sur le principe de Terra Nullius, justifiant la colonisation (ça vous rappelle pas autre chose?).

Alors profitez de la beauté perdue que nous évoquent les photographies de Curtis et la chanson des Talking Heads.

Poussières dans ma tête
Le vent dans mon coeur...

 

Paz y Salud !

Zgur

 

voir aussi Un peu de beauté dans ce monde de merde (5) et toujours chez l'ami Fleuryval



 D'autres "Un peu de beauté dans ce monde de merde"

01/09/2013

September


QUOI ?

Déjà !

Putaindebordeldemerde !

Arf !

Zgur_

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu