Avertir le modérateur

22/09/2011

Troy Davis : Ceci (n') est (pas) l'histoire de Hurricane

hurricane.png

Mon tweet de ce matin, 7h57

6143555130_290a44a42b.jpg

Image de la campagne pour Troy Davis, par Tricia Wang,
mis en ligne sur Flickr par dabnotu (CC BY-NC-SA 2.0).

 

Première pensée ce matin pour Troy Davis exécuté dans la nuit.

Il ne fait pas bon être noir et au mauvais endroit aux Etats-Unis, le pays de la "démocratie" préféré de certains.

Première association d'idée avec "Hurricane" la chanson de Bob Dylan sur Hurricane Carter, ce boxeur noir qui a subit la même peine que Davis mais en est sorti vivant après des années de prison.

 

 

 

Pistols shots ring out in the bar room, night
Les coups de feu retentissent hors du bar, la nuit
Enter Patty Valentine from the upper hall
Entre ensuite Patty Valentine de l'étage supérieur
She sees the bartender in a pool of blood
Elle voit le barman dans une marre de sang
Cries out My God they killed them all
Elle crie Mon Dieu ils les ont tous tués

[Chorus]
[Refrain]
Here comes the story of the Hurricane
Voici l'histoire d'Hurricane(1)
The man the authorities came to blame
L'homme que les authorités sont venues blâmer
For something that he never done
Pour quelque chose qu'il n'a jamais fait
Put him in a prison cell but one time he could've been The champion of the world
Ils l'ont mis dans une cellule de prison mais il aurait pu etre le champion du monde

Three bodies lying there does Patty see
Patty voit trois corps allongés
And another man named Bello moving around mysteriously
Et un autre homme appelé Bello qui se promene autour mystérieusement
I didn't do it he says and he throws up his hands
Je n'ai rien fait qu'il dit en levant ces mains en l'air
I was only robbing the register I hope you understand
Je volais juste la caisse j'espère que vous comprenez
I saw them leaving he says and he stops
Je l'ai vu partir dit-il et il s'arrêta
One of us had better call up the cops
Un d'entre nous ferais mieux d'appeler la police
And so Patty calls the cops
Et ainsi Patty appella la police
And they arrive on the scene with their red lights flashing
Et ils arrivent sur la scène du crime avec leurs girophares rouge
In the hot New Jersey night
Dans la nuit chaude du New-Jersey
Meanwhile far away in another part of town
Pendant ce temps loin dans une autre partie de la ville

Rubin Carter and a couple of friends are driving around
Rubin Carter et un couple d'amis se promènent en voiture
Number one contender for the middleweight crown
Compétiteur numéro un pour la couronne des poids moyens(2)
Had no idea what kinda shit was about to go down
Il n'avait aucune idée de la merde qui allait lui tomber dessus
When a cop pulled him over to the side of the road
Quand la police lui demanda de se garer sur le coté de la route
Just like the time before and the time before that
Juste comme la fois précédente et encore la fois avant
In Patterson that's just the way things go
Patterson, c'est de cet maniere que les choses se passent
If you're black you might as well not show up on the street
Si tu es noir tu ferais mieux de ne pas te montrer dans la rue
Unless you wanna draw the heat
Sauf si tu veux attirer l'attention

Alfred Bello had a partner and he had a rap for the corps
Alfred Bello a eu un associer et il etait contre les forces de l'ordre
Him and Arthur Dexter Bradley were just out prowling around
Lui et Arthur Dexter Bradley étaient juste entrain de trainer
He said I saw two men running out they looked like middleweights
Il a dit' j'ai vu deux hommes sortir en courant et ils ressemblaient à de poids moyens
They jumped into a white car with out-of-state plates
Ils ont sauté dans une voiture blanche avec des plaques d'un autre état
And Miss Patty Valentine just nodded her head
Et Mademoiselle Patty Valentine faisait un signe de la tête
Cop said Wait a minute boys this one's not dead
Un policier dit attendez les gars celui-là n'est pas mort
So they took him to the infirmary
Ainsi ils l'ont porté à l'infirmerie
And though this man could hardly see
Et bien que cet homme pouvait à peine voir
They told him that he could identify the guilty men
Ils lui ont indiqué qu'il pourrait identifier les coupables

Four in the morning and they haul Rubin in
À quatre heures du matin et ils ont transporté Rubin avec eux
Take him to the hospital and they bring him upstairs
Ils l'ont emmené à l'hôpital au deuxième étage
The wounded man looks up through his one dying eye
L'homme blessé regarda à travers son oeil
Says Wha'd you bring him in here for He ain't the guy
Et demenda Pourquoi l'avez-vous emmené ici Ce n'est pas lui

[Chorus]
[Refrain]

Four months later the ghettos are in flame
Quatre mois plus tard les ghettos sont en feu
Rubin's in South America fighting for his name
Rubin en Amérique du Sud se battant pour son titre
While Arthur Dexter Bradley's still in the robbery game
Tandis que Arthur Dexter Bradley fait toujours dans le vol
And the cops are putting the screws to him looking for somebody to blame
Et les policier lui mettent la corde au cou, cherchant quelqu'un à blâmer
Remember that murder that happened in a bar
Rappele-toi ce meurtre qui s'est produit dans un bar
Remember you said you saw the getaway car
Rappele-toi que tu as dit avoir vu la voiture prendre la fuite
You think you'd like to play ball with the law
Tu penses que tu peux jouer à la balle avec la loi
Think it might've been that fighter you saw running that night
Penses-tu que c'est ce boxeur que tu as vu courrir cette nuit là
Don't forget that you are white
N'oublie pas que tu es blanc

Arthur Dexter Bradley said I'm really not sure
Arthur Dexter Bradley a dit Je ne suis vraiment pas sûr
Cops said A boy like you could use a break
Le policier dit un garçon comme toi pourrait prendre une pause
We got you for the motel job and we're talking to your friend Bello
Nous t'avons attrapé pour le vol dans le motel et nous parlons à ton ami Bello
Now you don't want to have to go back to jail be a nice fellow3
Maintenant tu n'auras pas à revenir en prison alors sois gentil
You'll be doing society a favor
Tu feras une faveur à la société
That son of a bitch is brave and getting braver
Ce fils de chien est courageux et devient de plus en plus courageux
We want to put his ass in stir
Nous voulons le mettre sur la touche
We want to pin this triple murder on him
Nous voulons lui attribuer ce triple meurtre
He ain't no Gentleman Jim
Ce n'est pas un gentleman, Jim

Rubin could take a man out with just one punch
Rubin pourrais sortir un homme avec juste un coup de poing
But he never did like to talk about it all that much
Mais il n'a jamais aimé parler de ça
It's my work he'd say and I do it for pay
C'est mon travail qu'il dirait et je le fais pour le salaire
And when it's over I'd just as soon go on my way
Et quand c'est fini je préfère encore partir sur mon chemin
Up to some paradise
Jusqu'à un certain paradis
Where the trout streams flow and the air is nice
Où les truites nagent et ou l'air est bon
And ride a horse along a trail
Et me promener à cheval le long des chemins
But then they took him to the jailhouse
Mais alors ensuite ils l'ont mis en prison
Where they try to turn a man into a mouse
Là où ils essayent de transformer les hommes en souris

All of Rubin's cards were marked in advance
Toutes les cartes de Rubin ont été marqué à l'avance
The trial was a pig-circus he never had a chance
Le procès était un vrai cirque il n'a jamais eu de chance
The judge made Rubin's witnesses drunkards from the slums
Le juge a fait en sorte que les témoins de Rubin soient introuvables ou des ivrognes
To the white folks who watched he was a revolutionary bum
Pour les blancs qui regardaient il était un clochard révolutionnaire
And to the black folks he was just a crazy nigger
Et pour les noirs il n'était qu'un nègre complètement fou
No one doubted that he pulled the trigger
Personne ne doutait qu'il avait tiré sur la gachette
And though they could not produce the gun
Et bien qu'ils n'avaient jamais retrouvé le pistolet
The lawyer said he was the one who did the deed
L'avocat a indiqué qu'il était celui qui a fait le contrat
And the all-white jury agreed
Et le jury composé de personnes blanches était d'accord

Rubin Carter was falsely tried
Rubin Carter a été mal jugé
The crime was murder 'one' guess who testified
Pour ce meurtre on peut se douter qui a témoigné
Bello and Bradley and they both baldly lied
Bello et Bradley ont tous les deux menti
And the newspapers they all went along for the ride
Et les journaux ont suivi la meme route
How can the life of such a man
Comment la vie d'un tel homme
Be in the palm of some fool's hand
A pu se retrouver entre les mains de ces imbéciles
To see him obviously framed
Le voir évidemment enfermé
Couldn't help but make me feel ashamed to live in a land
Je ne peux m'empêcher d'avoir honte de vivre dans un pays
Where justice is a game
Où la justice est un jeu

Now all the criminals in their coats and their ties
Maintenant tous les criminels en costumes et cravates
Are free to drink martinis and watch the sun rise
Sont libres de boire des martinis et de voir le soleil se lever
While Rubin sits like Buddha in a ten-foot cell
Pendant que Rubin est assis comme Buddha dans une cellule
An innocent man in a living hell
Un innocent vivant en enfer
That's the story of the Hurricane
C'est l'histoire d'Hurricane(3)
But it won't be over till they clear his name
Mais ce ne sera pas terminé jusqu'à qu'ils blanchissent son nom
And give him back the time he's done
Et lui redonnent le temps qu'ils lui ont pris
Put him in a prison cell but one time he could've been
Ils l'ont mis dans une cellule de prison mais il aurait pu être une fois
The champion of the world
Le champion du monde

(2) poids moyens dans la boxe
(1)(3) Hurricane = Ouragan mais Hurricane etais le surnom de Rubin Carter sur le ring

 Paroles et traductions trouvées chez la coccinelle (via google)

Etonnant presque parralèle de destin.

Apparemment, vu le dossier, même les partisans de la peine de mort AUSSI auraient du demander que la peine de Troy Davis soit commuée. Mais, étrangement, ils pensent que la "justice" ne se trompe jamais.

"La peine de mort est une peine immorale, ou du moins inutile, parce qu'elle habitue le peuple au spectacle des supplices, et parce qu'elle ne répare rien ; car malheureusement la mort du meurtrier ne rend point la vie à la victime."      François Eugène Vidocq

"Ceux qui croient à la valeur dissuasive de la peine de mort méconnaissent la vérité humaine. La passion criminelle n'est pas plus arrêtée par la peur de la mort que d'autres passions ne le sont qui, celles-là, sont nobles."      Robert Badinter

"Mort à toute peine de mort ! "     Georges Brassens

 

politique,troy davis,hurricane carter,bob dylan,peine de mort,victor hugo,un testament espagnol,

Le film sur l'histoire d'Hurricane Carter est très bien.

Et sur la peine de mort, lisez (entre autres) "Un testament espagnol" du grand Arthur Koestler.

Paz y salud !

Zgur_

 

 

 

 

15/08/2011

Chansons à contre courant (!) et chansons de gauche (?)

Sous le titre « Musique de gauche ? » mais avec l’accroche « Comment peux-tu écouter ça ??? », Juan, de Sarkofrance pose cette question (qui m’est arrivée via Ruminances et Falconhill) :

"Et vous, ami(e)s blogueurs et blogueuses de gauche, quelles sont vos 3 chansons « à contre-courant »  ?"

D’abord, ça veut dire quoi « à contre courant » dans ce contexte ?

A contre courant de ce qu’un lecteur habitué s’attend à voir et écouter ici ?

Y’en aura.

Et y’en a qui vont être surpris.

Ou « musique de gauche»,  à contre courant de l’idéologie droitisante de la propagande ambiante en faveur de la soumission totale au marché la réalité ?

Y’en aura aussi.

Allons-y :

Tout d’abord, une chanson qui plaira à l’ami Falconhill, « Une île » par Serge Lama. J’aime beaucoup cette chanson. Serge Lama faisait partie de ces incontournables des variétés qu’on pouvait  voir sur les trois chaines de télé pendant mon enfance. Et je me souviens de la bêtise crasse de Guy Lux qualifiant Lama de « nouveau Brel ». Lama n’est pas Brel, mais il est Lama est c’est déjà pas mal.

Ensuite, attention les yeux et les oreilles, du Michel Sardou. Si. Si.

 

 

« Les ricains» est une chanson qui a fait (et fait encore chez certains) scandale.

Mais moi, cette chanson je la trouve juste. Et j’invite ceux qui en douteraient d’aller visiter le cimetière américain de Collevile sur mer.

colleville-2.jpg

Bien sûr, les américains ne sont pas venus non plus sans arrière-pensées, notamment pour exporter leur produits et leur style de vie, et pas seulement la « liberté». Mais les jeunes qui se sont fait trouer la peau sur les plages de Normandie sont quand même morts bien loin de chez eux.

Mais je n’oublie pas, contrairement à Sardou, les morts de Stalingrad, sans qui nous serions aussi « en Germanie, à écouter je ne sais quoi, à saluer je ne sais qui ».

La guerre est une saloperie. Et si il faut savoir la faire parfois, dans ces (rares) cas là, on peut TOUJOURS regretter de ne pas avoir fait ce qui aurait pu l’empêcher, ou d’avoir laissé faire ce qui la provoquée. Ca vaut pour les guerres passées, comme pour la prochaine qui s’annonce.

Enfin «à contre courant», plus par son contenu (sur l’air de « Petit caniche ») que par son interprète Didier Super, que j’aime vraiment beaucoup et que j’ai déjà intégré ici.

 

Didier Super me fait hurler de rire. Pas vous ?

Non ?

Bon, tant pis.

...

Et maintenant, Musique de gauche, ou musiques que j’aime, tout simplement :

D’abord Léo Ferré (je veux bien rire avec Didier Super, mais faut pas déconner trop longtemps quand même ;0)

 

 

Et Brassens, pour l'humanité de cette chanson, bien bien loin des cons qui nous gouvernent au profit unique de quelques privilégiés bien décidés à le rester, quel qu'en soit le prix.

 

 

 Et enfin, "Peuples du monde", une chanson du groupe malgache SENGE (déjà citée ici)

senge2.jpg

Découvrez Senge!

 

Alors,

Dégageons-les malfaisants !

Vite.

There Is No Alternative.

Arf !

Zgur_

 
 

24/07/2011

Le ska de The Selecter est toujours d'actualité avec l'Amy "Back to black" & Woodie "All you facists, big in the body, small in the mind"

Avec d'autre groupes de la seconde vague ska (The Specials et Madness), j'adore The Selecter et sa sublime chanteuse Pauline Black.

C'est bizarrement aujourd'hui une drôle et double d'actualité pour The Selecter.

D'abord avec la sortie prochaine (le 31/07/2011) du nouveau single du groupe, une superbe reprise ska du "Back to black" d'Amy Winehouse qui vient de mourir :

 

 

Ensuite parce que le single précédent (sorti en mai) est une reprise du "All you facists" de Woddie Guthrie, titré "Big in your body (small in your mind)"qui fait aujourd'hui un écho certain aux événements de vendredi en Norvège.

Jugez par vous même :

 

 

 

"All You Fascists" -- Lyrics by Woody Guthrie / additions-changement par P. Black

I’m gonna tell you fascists
You may be surprised
The people in this world
Are getting organized
You’re bound to lose
You fascists bound to lose

Race hatred cannot stop us

This one thing we know
Your poll tax and Jim Crow
Derivatives and hedge funds

And greed has got to go
You’re bound to lose
You fascists bound to lose.

All of you fascists bound to lose:

I said, all of you fascists bound to lose:
Yes sir, all of you fascists bound to lose:
You’re bound to lose! You fascists:
Bound to lose!

People of every color

Marching side to side
Marching ‘cross these fields
Where a million fascists die
You’re bound to lose
You fascists bound to lose!

I’m going into this battle

And take my union gun

We’ll end this world of slavery
Before this battle’s won
You’re bound to lose
You fascists bound to lose!

Special spotlight on :

KKK, BNP, Tea Party, Jean Marie Le Pen, ...

All you facists
You're bound to lose

 

On dit souvent avec défaitisme qu'une chanson ne peut pas changer le monde. Pas si sûr. Mais de toutes façons, certaines permettent de ne pas baisser les bras face à la connerie basse du Front.

"Gros biscottos
Mais petits cerveaux
Vous tous, fascistes
En route vers la défaite !"

Mais pour ça, il va falloir qu'en haut lieu on arrête de se cacher derrière son petit doigt et de protéger les vrais profiteurs du bordel de la crise sur lequel prospère le ressentiment qui nourrit cette pourriture fasciste mais aussi tant d'autre risques d'explosion sociale :

Financiers, Banksters, profiteurs et fauteurs de guerres ...

Ce sont eux les vrais ennemis.

De nous tous.

Eux, n'hésiteront pas à nous tirer dessus. Ils l'ont déjà fait et s'y préparent de nouveau ardemment (A LIRE !).

Alors, tant qu'il est encore temps...

Ne les ré-invitons pas au pouvoir par les urnes.

Pas si sûr que ça suffise, mais ça peut aider.

Et vive le ska !

Arf !

Zgur_

 

 

Voir aussi :

The Selecter sur Wikipedia

TheSelecter.net

Paulineblack.com

Et un immense merci/THANKS à  The Duff Guide to SKA une mine !

03/07/2011

Quand Valérie Pécresse se faisait traiter d'insuffisante par le rapporteur UMP d'une commission parlementaire

ANHEADER.jpg

Contrairement à ce que trop de gens croient, nos amis parlementaires ne sont pas tous des feignasses. Ils bossent même souvent en diverses commissions qui pondent à rythme constant des rapports plus ou moins inintéressants qui iront dans la majorité des cas encombrer les armoires des archives de la représentation nationale (à l'Assemblée ou au Sénat).

C'est ainsi que le mercredi 7 juillet 2010 la Commission des affaires sociales sous la présidence de M. Pierre Méhaignerie, président, a  examiné le rapport d’information de M. Jacques Domergue député UMP en conclusion des travaux de la mission d’information sur la formation des auxiliaires médicaux (infirmiers, kinésithérapeutes, etc.).

Et dans ce rapport, il y a une perle concernant Valérie Pécresse, l'alors Ministre de l'enseignement supérieur :

- Question de M Christian Hutin, député apparenté socialiste du Nord :

"Il me semble que Mme Valérie Pécresse, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, n’a pas été auditionnée par la mission, ce que je trouve étonnant et regrettable. Peut-être n’a-t-elle pas eu le temps ou peut-être a-t-elle jugé qu’il n’était pas nécessaire de s’exprimer devant la Représentation nationale sur un sujet qui n’est pas entièrement de sa compétence. Elle devait transmettre à la mission une contribution, qui ne figure cependant pas au rapport."

- Réponse du  rapporteur M. Jacques Domergue député UMP de l'Hérault

"Monsieur Christian Hutin, vous vous êtes étonné que Mme Valérie Pécresse, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, n’ait pas souhaité être auditionnée par la mission d’information malgré notre demande insistante. Comme vous, je le déplore car ce dossier important la concernera directement – peut-être son emploi du temps ne lui a-t-il pas permis de venir parmi nous. Elle nous a communiqué une contribution écrite, mais celle-ci est insuffisante."

pecressehouhou.jpg
"Mais, non ! Regardez bien.
Comme tous les sarkozystes,

j'en ai plein, de la suffisance !"

 

Donc non seulement une ministre ne se déplace pas devant une commission traitant d'une question pleinement de son domaine de responsabilité ministérielle (la formation post bac des auxiliaires de santé), mais de plus elle permet à ses service de rendre une contribution écrite qualifiée d'"insuffisante" par le rapporteur lui-même, et, qui plus est, du même bord politique, l'UMP.

Quand on vous dit que les nominations ministérielles se font sur des critères de compétences ...

Pensons aussi à Douillet ...

LOL

Mais espérons pour notre budget national que Valérie Pécresse n'oubliera pas de faire les commissions, et surtout que celles-ci soient suffisantes.

Dans le bon sens du terme.

On peut toujours rêver.

Fallait déjà pas les inviter en 2007...

Faudra pas les réinviter en 2012 !

Qu'ils dégagent !

Arf !

Zgur_

 

 

30/05/2011

Madrid février 2011

mad8.jpg

J'étais à Madrid en février.

Et même pour l'anniversaire du 23F ce dernier sursaut du franquisme qui installa définitivement Juan Carlos sur le trône de cette nouvelle démocratie qui allait changer son armée pour la faire passer, comme je l'ai lu, du statut d'armée d'occupation de son propre pays à une armée au service du pays (en gros).

Madrid, une ville sous les bombes des taggers et les graphs des artistes.

Plein de photos en stock.

Un billet en projet qui traine - putain de procrastination - et paf, la Puerta del sol qui s'agite.

Alors en vitesse, quelques photos pour le plaisir (et un nouveau bandeau) :

mad4.jpg

Il venait juste d'être traduit !

 

mad1.jpg
Tunisiens, me semblerait plus juste, non ?

mad3.jpg

A mi tambien, me gusta Arthur Cravan !

 

Et un peu de musique "Ni fu Ni Fa" avec Ska P, qui me semble fort a propos en ces temps de contestation :

 

Ni Fu Ni Fa (couci couça) - (Ska P) - traduction trouvée là

La sonnette se fait entendre, tout est prêt, le spectacle va commencer
Dans l'ambiance on peut respirer la campagne électorale
Plus d'affiches, télévision et radio contaminent ma ville
Avec des sourires cordiaux on prétend nous tromper, chacal !

Encore des débats et des meetings ennuyants sans crédibilité
Derrière ce visage angélique se refugie la mesquinerie
J'ai voté et tout est terminé, j'ai cessé de t'intéresser
Ton visage a cessé de briller, à la prochaine, gamin !

Comme çi, comme ça
Démocratie qui se convertit en banalité
Tu peux choisir sans diversité
Si tu n'es pas du côté des géants ils t'écraseront
Tiens, un vote inutile

Tous les quatre ans on te donne la chance
De voter blanc ou noir, tu ne peux pas opter autrement
Soumis comme une dinde, j'attends Noël
Et un miracle

Aucun d'entre vous ne peut me représenter
Donne-moi de la démocratie dans laquelle je puisse participer
On nous trompe avec un appât, la chimère de la liberté
Tout est mensonge, Oi !

La roulette tourne et tourne

Comme çi, comme ça
Démocratie qui se convertir en banalité
Tu peux choisir sans diversité
Si tu n'es pas du côté des géants ils t'écraseront
Pour moi le vote inutile, comme çi comme ça

Préparés pour jouer
La roulette va commencer
Venez, jouez et perdez, rien ne va plus !

 

Inconnu ici.

Mais vraiment actuel ici et là-bas.

Vive la jeunesse espagnole et vive Arthur Cravan !

Arf !

Zgur_

 

 

 

05/05/2011

"Fuck américa" ou l'envers du rêve americain

Je me suis d'abord amusé à twitter ce billet l'autre soir (sauf la citation).

Et donc, le sujet n'a rien à voir avec Ben Laden ou l'anti américanisme (surtout celui dont on affuble toute critique des Etauts-Unis et de leur politique).

Mais tout à voir avec la littérature, la bonne, celle qu'on croise parfois au hasard d'une table chez son libraire.

fuckamerica.gif

 

La semaine dernière Jakob Bronsky est entré dans ma vie

Il m'a accompagné chaque jour dans les transports.

Jacob Bronsky, c’est le héros un peu pitoyable de "Fuck America"

"Fuck America" est un formidable roman d'Edgar Hilsenrath, écrivain germano-étatsunien de langue allemande

Il est édité en France par les éditions Attila qui éditent leurs livres avec un très grand soin. De la belle ouvrage.

Jakob Bronsky est un quasi clodo de New York où il a finit par arriver d'Europe en 1952 avec un visa demandé en 1939. Il vivote dans l'arrière cour du rêve américain qui préfère la recherche du bonheur à celle de la vérité.

Parmi les putes, les proxénètes et les ratés exploités par plus exploiteurs qu'eux, au pays de l'argent roi et des apparences qu'il permet, Jakob le déclassé, qui aurait du prendre la suite de son père en Allemagne, ne vit et ne travaille - un peu - que pour écrire son livre.

Le livre qu'écrit Jakob Bronski éclaircira le vide qu’il trouve en pensant aux années de la guerre en Allemagne et en Pologne.

Mais Jacob Bronski vit en Amérique où seuls l'argent et le succès importent aux gens qui veulent l'argent et le succès.

Le style d'Hilsenrath est fait de dialogues et de répétitions, désarçonnants et drôles.

Le sarcasme n'est jamais loin dans sa description de l'american way of life mais l'humour est toujours là, dans les situations et dans le style. L'humour parfois absurde de la vie absurde qui vous laisse ou vivre ou mourir.

Comme d'obtenir seulement en 1952 un visa pour les Etats-Unis demandé en 1939.

Ou comme de chercher – et de trouver parfois - un job pourri dans une agence de placement non moins pourrie :

« L’immeuble du 80 Warren Street est le point de rencontre de tous les clodos et ivrognes capables à l’occasion de se bouger les fesses, quand l’estomac gargouille vraiment trop ou quand leur gosier est à sec. Les longs couloirs puent la pisse, le whisky, la sueur et le vomi. Au 80 Warren Street on trouve plus de quarante agences de placement qui proposent les emplois les plus minables que cette métropole ait à offrir, des petits boulots la plupart du temps, ou des boulots galères sur une chaîne de fabrication quelconque qui aurait besoin d’un remplaçant au pied levé. Ces agences connaissent leur clientèle et s’y sont adaptées. Elles prennent leur fric et ne se cachent pas de ce qu’elles proposent : des jobs pour ratés, des jobs pour ceux qui ont fini de rêver du rêve américain ou qui n’en ont jamais rêvé, des jobs pour ceux qui n’ont pas la gnaque, ceux qui ne font pas partie d’un syndicat, qui ‘ont nui relations, ni références, ni métier, ceux qui ne sont même plus bons pour les annonces du New York times. »

 

Lisez "Fuck America" d'Edgar Hilsenrath aux éditons Attila, vous ne regretterez pas le voyage

Cela vous donnera sans aucun doute l'envie, comme à moi, de lire "Le nazi et le barbier", un autre grand livre de cet auteur encore peu connu en France.

Les livres d'Edgar Hilsenrath n'attendent plus que de vous étonner et de vous faire rire avec le tragique de ce monde absurde et cruel.

Alors parlez en à votre libraire.

d'ailleurs, on a toujours besoin d'un libraire et on a de la chance quand on en a un près de chez soi.

J’ai de la chance, alors !

Arf !

Zgur_

 

 

29/04/2011

Permanence de la propagandastaffel, de l'enfumage et du foutage de gueule dans la presse française

Dans la presse du 29 avril, on sent déjà que la campagne électorale 2012 a commencé et que la presse va encore bravement afficher son courage face au(x) pouvoir(s) {Mwahahahaha NDLR).

2OMNAVRIL11.jpg

ET MON CUL, C'EST DU POULET !

 

leparisienavril11.jpg

Journalisme de remplissage et de diversion.

 

LEFIGAVRIL11.jpg
Et pourquoi pas un français sur deux vit avec MOINS DE 1580 € par mois ?


Je sais bien que rien n'a changé depuis 2007 (et avant), mais là c'est vraiment le grand retour de la propagandastaffel (clic-clic-clic) !

Et ce n'est pas prêt de s'arrêter avec l'annonce du bébé électoral (comme prévu depuis longtemps).

 

Sans même parler du bilan calamiteux de la politique du monsieur et de ses sbires, on nage déjà en plein enfumage et foutage de gueule !

 

Alors ...

 

Vous étiez prévenu, fallait pas l'inviter !

Vous êtes prévenu, faudra pas le réinviter !

Si vous  le laissez rester ...

Tant pis pour vous,

Arf !

Zgur

 

NB : les journaux sont : 20minutes, Le Parisien et Le Figaro du 29.04.2011 (mais les autres, à quelques exceptions près, ne valent pas mieux)

01/04/2011

April's foule

logoApril.png

(Clic clic sur l'image)

 

Mais vous êtes fous ?

Oh non !

Mais vous êtes foule ?

Oh oui !

Surtout si vous venez aussi

Promouvoir et défendre le logiciel libre

 

April's foule !

;0)

Arf !

Zgur_

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu