Avertir le modérateur

28/01/2014

Quand la NSA change de logo ...

Les révélations d'Edward Snowden n'ont pas fini de nous étonner.

Ainsi on apprend aujourd'hui que l'Agence états-unienne espionne jusqu'aux joueurs de "Angry Birds", l'appli jeu 

La NSA et son homologue britannique espionnent les utilisateurs de mobiles grâce aux applications comme le célèbre jeu Angry Birds, révèlent de nouveaux documents transmis par Edward Snowden.

Les oiseaux en colère ne peuvent rien contre l'aigle de la NSA. Le New York Times, le Guardian et le Pro Publica ont révélé lundi que la NSA et son équivalent britannique, le GCHQ, récoltaient les données provenant d'applications mobiles comme Angry Birds. Ils obtiennent des informations personnelles sur les utilisateurs comme leur âge et leur sexe. Ces manœuvres d'espionnage ont touché un nombre indéterminé d'utilisateurs et sont en cours depuis 2007, selon le New York Times. La révélation provient de documents dévoilés par l'ancien employé de la NSA, Edward Snowden, en juin 2013.

Source Le Figaro

Donc, voici le nouveau logo de la NSA : 

politique,nsa,snowden,angry bird,logo,ecoutes


J'espère qu'ils ont de l'humour.

Bon ...

Ben, je crois que je vais prendre mon billet pour Mockba !

Arf !

Zgur_


Addendum 28.01.2014 15h00 : je ne suis pas le seul à avoir cette idée (cliquez sur les images pour aller lire l'article correspondant) :

 

politique,nsa,snowden,angry bird,logo,ecoutes

 

politique,nsa,snowden,angry bird,logo,ecoutes

Il doit y en avoir d'autres. L'idée est facile à avoir, quand mème ;0)

Va y avoir du monde à Moscou !




25/01/2014

Un peu de beauté et d'intelligence cinématographique dans ce monde de merde et de sang (7) : L'année de tous les dangers

Note du 19.04.2009 - Màj le 25.01.2014 (remis la Bande Annonce)

politique,culture,cinema,peter weir,mel gibson,sigourney weaver,l'année de tous les dangers,1982

L'année de tous les dangers (The year of living dangerously), un film de Peter Weir (1982) avec Mel Gibson, Sigourney Weaver et Linda Hunt, est un de mes films favoris.

Je n'ai pu en trouveur qu'un bande annonce en anglais :


 

Ce film, d'une très grande beauté plastique - et pas seulement à cause de Mel & Sigourney tout jeunes - raconte l'histoire d'un journaliste australien et d'une diplomate britannique dans l'Indonésie de Soekarno, juste avant la répression anti-communistes en 1965.

Cette répression oubliée fit, rappelons-le aux lecteurs exclusifs du livre noir du communisme hémiplégiques de l'indignation vertueuse, entre 500 000 et 1 millions de morts !

Lire : Indonésie 1965 : un massacre oublié par Jean-Louis Margolin, in Revue internationale de politique comparée (2001)

Une preuve de plus que si “Les révolutions ont toujours été violentes. Elles ont en général échouées, non du fait de la violence — qui a pris souvent une ampleur disproportionnée avec les buts révolutionnaires initiaux — mais parce que la violence de la « contre-révolution » a été bien supérieure.” (JL Roche)

 

Et un très beau film qui parle de responsabilité personnelle et professionnelle, d'engagement, de politique ... et d'amour.

politique,culture,cinema,peter weir,mel gibson,sigourney weaver,l'année de tous les dangers,1982

Beauté et intelligence.

Tout un programme.

Essayez-donc.

Paz y salud !

Zgur

 

 

lire aussi le précédent Un peu de beauté (perdue) dans ce monde de merde (6) : Indiens par Edward S. Curtis & Talking Heads

 

09/01/2014

Non, méfiez-vous, ce ne sont pas les "charges" qu'ils veulent baisser, mais les salaires

politique,economie,salaire,cotisation,charges,conférence gestculée

Pendant que Dieudonné, Valls et les autres cons amusent la galerie et font diversion à coup de quenelles et de décisions politico/judiciaires mal ficelées et inefficaces, la propagande anti cotisations sociales continue plus que jamais de battre son plein dans les médias et sans doute dans les arrières-boutiques de notre république vermoulue (cf le Sénat protecteur de #Dassault).

D'exigences répétées depuis plus de 30 ans par le Medef au "choc de compétitivité" et au pacte de "responsabilité" promis par notre président PS social-libéral enfin sorti du placard (non, il n'a pas changé, il a juste avoué), réduire les "charges sociales" semblent être, selon la petite musique lancinante de la propagande au quotidien de la LQR, la panacée pour retrouver la compétitivité des entreprises d'aujourd'hui (et des emplois de demain parait-il*). 

Certains pourraient y croire, et surtout croire que cela leur donnera de meilleurs salaire, plus de pouvoir d'achat une vie meilleure et du boulot.

Mais c'est là une grosse erreur. La première étant d'ailleurs de parler de charges (un poids), la où il s'agit de cotisations (un flux).

Il ne s'agit pas de charges dont on parle dans un salaire, mais de cotisations.

Le salaire TOTAL, c'est salaire net + cotisations salarié + cotisation employeur.

La TOTALITÉ.

Dans un monde libéral pur et parfait qui voudrait se libérer de toute forme de "collectivisme" (comme je l'entends parfois à ce sujet), le patron devrait vous donner TOUT votre salaire total et à vous de vous démerder pour vous assurer (pour la santé, contre le chômage, pour votre retraite, etc.) auprès d'organisme par vous choisis (en théorie).

On voit bien comme ça, que les cotisations sociales ne sont QUE du salaire différé, pour le cas où on serait malade, au chômage ou à la retraite. Avec un soupçon (+ ou - gros) de redistribution des salaires les plus élevés vers ceux les moins élevés.

Voilà, en gros.

Alors baisser les "charges" c'est quoi POUR EUX ?

C'est avant tout supprimer les cotisations patronales et les remplacer par ?

...

rien !

ou par un truc qui disparaitra bien vite. Car tellement mal foutu que beaucoup voudront sa disparition.

Tout ça est particulièrement bien expliqué dans la video suivante

"Savoir lire la fiche de paye"


 

Un excellent extrait d'une excellente conférence gesticulée de la SCOP LE PAVE que j'ai découvertes au printemps. Elles sont toutes passionnantes, faites circuler, et faites les bosser.

Voir là : http://www.scoplepave.org/conferences-gesticulees **

Je vous fais aussi remarquer qu'on n'entend jamais le MEDEF et ses amis mettre en cause les taux de rendement du capital (ROE à 15 ou 20% par an !) alors que les taux d'emprunt sont historiquement bas ainsi que l'inflation.

Bien.

Je vous laisse réfléchir là-dessus (comme dit Gustave Parking).

Arf !

Zgur_

 

 

* mais aujourd'hui étant le demain d'hier, je ne vous pas venir les emplois du demain de la compétitivité retrouvée d'hier

** A voir aussi : l'explication sur les réformes des retraites par les mêmes.

03/01/2014

Bonna Annada 2014

Allez, j'avoue, je suis pessimiste pour 2014 (trop d'élections, trop de cons),

Mais comme aujourd'hui je suis de bonne humeur, une jolie chanson des fabuleux Fabulous Trobadors que j'aime :


Alors Bonne Année quand même...

Mais pour certain(e)s, que le cul leur pèle toute l'année !

Je vous l'avais bien dit que je suis gentil.

Arf !

Zgur_

 

13/12/2013

La gravité de NKM en campagne

Je contemple avec un mélange d'effroi et de ravissement le début de campagne municipale de Nathalie Kosciusko Morizet.

Elle doit vraiment avoir des arguments de représailles extrêmement puissants pour encore bénéficier de cette bienveillance molle de la part des médias dominants. Ces derniers auraient depuis longtemps haché menu n'importe qui d'autre qui aurait fait le quart des conneries de la grande bourgeoise de Longjumeau à la "conquête" de Paris comme tremplin vers la stratosphère politique.

La dernière insulte envers les photographes voulant la suivre dans sa deuxième incursion dans le métro est la meilleure à ce jour et a un incroyable potentiel de mème.

Voilà une première idée :

Gravity-1.jpg

Et bonne branlée en 2014 !

Arf !

Zgur_

 

11/11/2013

De la responsabilité des somnambules qui nous emmenent hier comme aujourd'hui à la guerre

tardi.jpg
Non, ce ne sont pas eux, les somnambules.


Voilà.

Nous y sommes.

Dernier onze novembre avant le centenaire du début de la guerre de 14-18.

Mais ces connards d'officiels ont déjà lancé le "Centenaire 2014" ... en 2013 !

On se demande bien pourquoi si tôt. 

Peut-être pour se sentir moins seuls dans l'histoire des gens dits "responsables" qui emportent leurs peuples à la guerre comme des somnambules ?

"Les somnambules", c'est le titre du livre de Christopher Clark sur les causes de la Grande Guerre.

liv-somnambules.jpg

Sans aucun doute un des livres à retenir dans la marée éditoriale qui va nous engloutir dans les mois à venir.

Allez lire ce qu'en dit la revue d'histoire Hérodote :

"l'auteur expose avec rigueur et clarté l'enchaînement de causes minimes qui a conduit au cataclysme de la Première guerre mondiale.

[...]

Au demeurant, il ressort de son analyse qu'aucun de ces dirigeants de la Belle Époque n'a sciemment voulu la guerre. Tels des somnambules qui marchent sans savoir où ils vont, tous se sont laissés piéger par leurs petites ambitions et c'est de la rencontre malheureuse de celles-ci qu'est née la conflagration.

Celle-ci a, somme toute, tenu à trois coups de revolver. Non pas celui de Sarajevo, difficilement évitable, mais ceux qui ont mis hors jeu Joseph Caillaux et assassiné le Premier ministre russe Piotr Stolypine et Jean Jaurès, trois leaders attachés à défendre la paix envers et contre tout."

Ce somnambulisme, cette politique à la petite semaine et aux petits intérêts boutiquiers de chacun des "responsables" politiques, les fauteurs de guerre (à ne pas oublier) et les appétits financiers et nationalistes (serbe notamment), tout cela à concouru au carnage dont on va "honorer" les combattants et les victimes pendant quelques mois.

tardi2.jpg

Mais dans notre Europe d'aujourd'hui, construite après un second carnage né de la mauvaise résolution du premier, de nouveaux somnambules nous emmènent consciemment ou inconsciemment vers un nouveau chaos. Les raisons semblent différentes, mais elle ressortent des mêmes appétits financiers et des mêmes ressorts boutiquiers à la petite semaine de nos "dirigeants".

Comme toujours, c'est Anatole France qui a raison :

 

politique,guerre,14-18,ww1,11 novembre,tardi
"Les profiteurs"


"On croit mourir pour la patrie : on meurt pour des industriels"

Il y rajouterai sans doute les fonds de pension. Et aujourd'hui TINA est leur complice, la dette leur outil.

Réveillons-nous !

Réveillons-les !


J'accuse, d'Abel Gance (1919)

Et d'ailleurs, ...

Ils font quoi, les allemands, l'an prochain ?

Arf !

Zgur_


Dessins de poilus de Jacques Tardi (dont il faut lire tous les livres sur la guerre de 14-18)

L'autre a été trouvé sur le blog de JP Dionnet et probablement tiré du livre "The Great anti-war cartoons", publié chez Fantagraphics

 

Et aussi :

A voir et compléter : la Liste de livres et de films à propos de la guerre de 14-18


Lire mes autres billets sur le 11 novembre :

 

03/10/2013

Toujours plus ne fait pas le bonheur

Billet promis et dédié à l'ami Cuicui ;0)

 

Voici "More", un superbe court-métrage d'animation de Mark Osbourne,  multi-primé en festivals, sélectionné aux Oscars, que j'ai vu un jour par hasard à la télé.

Sur une musique lancinante de New Order, son message est assez clair.

Et en cohérence avec l'esprit cette zone générale d'urgence relative.


 

On ne corrige pas une injustice par une autre injustice.

Une illusion n'est  toujours qu'une illusion.

Mais il y a toujours une lueur d'espoir au bout de l'horizon.

Arf !

Zgur_

 

En savoir plus sur "More" sur Wikipedia [en anglais]

 

 

 

13/09/2013

Des riches toujours plus riches ... et pour toujours ?

Awss1RlCEAAozk6.jpg

NON,  malgré les incantations plus ou moins sincères,
le "ruissellement" de la richesse vers le bas ne fonctionne PAS !


Il y a des lectures, qui, au delà de leur grand intérêt, sont quand même un peu désespérantes.

Ainsi en est-il de l'article d'Emmanuel Todd dans Marianne n°855 sur le dernier livre de Thomas Piketty "Le capital au XXIe siècle" (Seuil, 2013).

capitalPiketty.jpg

Extrait de l'article dans Marianne :

"Toutes les sociétés du passé peuvent être dites patrimoniales parce que dominées par une richesse héritée et concentrée. Que leur croissance moyenne ait été de 0.5%, 1 ou 2 % ne fait guère de différence dans la très longue durée si le taux de rendement du capital est de 5%. Nous aurons toujours au final, une société dans laquelle les 10% les plus riches détiennent 80% du capital et les seuls 1% des plus riches, la moitié.

1789 ne change rien. L'âge démocratique des livres d'histoire, entre 1789 et 1914, époque de l'alphabétisation de masse et de la diffusion du droit de suffrage, n'a permis aucune déconcentration du capital. Les 1% les plus riches détiennent un peu plus de 50% du capital en 1810, 60% en 1910. De tels résultats invitent à une sérieuse relecture de Tocqueville. Et des économistes : aucune autocorrection dans le temps, comme celle qu'avait suggéré Simon Kuznets au coeur de la guerre froide, aucun de ces retours automatiques à l'équilibre dont les économistes raffolent mais qu'on ne voit jamais. Ce sont les guerres du XXe siècle qui ont mis le capital et la rente au tapis, à travers les destructions physiques, l'inflation, les taxations d'urgence. En 1945, enfin le capital est maitrisé. L'âge du travail, des études et de la méritocratie peut s'épanouir. Les 1% supérieurs sont enfin définis par le travail plutôt que par l'héritage.

La démocratisation économique d'après 1945 ne prend cependant pas la forme d'une redistribution générale des cartes. Les 50% d'en bas continuent de ne rien posséder. L'innovation majeure de l'après-guerre est l'émergence d'une "classe moyenne patrimoniale", la possession de quelque choses par les "40% compris entre les 10% du haut et les 50% du bas : un logement, quelques réserves monétaires moins biens placées et moins rentables que la masse des très hauts revenus. Mais quand même, c'est une classe moyenne, selon Aristote, capable de donner à la société un socle de stabilité, et de la bloquer d'ailleurs."

[...]

"En l'absence d'une correction par l’État, la remontée de la société patrimoniale sera inexorable [après la période de la reconstruction].

Notre prise de conscience est lente. Les baby-boomers qui sont aux commandes croient encore que notre société est méritocratique, que l'effort et le succès scolaires sont la voie vers de hauts niveaux de vie. Les diplômes restent nécessaires, mais année après année, le poids de la fortune familiale détermine un peu plus le niveau de vie des individus, par héritage ou donation. Nous sommes en France à un point d'équilibre : les 1% des plus hauts revenus du travail s'équilibrent. Mais le retour aux commandes de riches non-diplômés et programmé."

[...]

"Au terme de ce livre, on a plutôt envie de se demander quelle crise surprenante et brutale permettra à nos pays vieillis, une remise à plat des compteurs et un redémarrage démocratique. Ou au contraire l'émergence, dans un monde toujours plus riche mais redevenu formidablement inégalitaire, de formes de domination souples et totales comme on n'en a jamais vu dans l'histoire."

(NB:  les mises en gras sont de moi. Z.)

Voilà.

Pas très optimiste, tout ça.

J'avoue que je ne le suis pas non plus et je ne suis pas tout seul (cf entre autres le livre d'Eric Verhaeghe dont j'ai déjà parlé ici).

Et ça fait un long moment que je vois venir une guerre civile et sociale généralisée.

2035837213.jpg

Car à moment donné, un catalyseur quelconque finira par allumer la mèche vers l'explosif social instable dans lequel nous baignons avec de plus en plus de conscience depuis que la "crise" est devenue chronique.


Comme disait avec justesse Alain Bertho :

"Une des raisons de l'exaspération, c'est que les préoccupations populaires ne sont pas mises à l'agenda politique officiel."

Cette exaspération croissante finira bien pas s'exprimer,

Rich&poor.jpg


Mais pas forcément en bien, et elle peut aussi être instrumentalisée (cf Aube Dorée en Grèce).

 

Mais encore, comme disait The Selecter en 1979 :

"Everyday... things are getting worse"

Déjà !

Mais ...

"Qui peut prédire quelle étincelle pourrait mettre le feu aux poudres?"

Et sur un mur de Paris :

politique,Piketty,Emmanuel Todd, Le capital au XXIe siècle,guerre civile, ploutocratie

Alors qui sait ?

...

Mais pas de quoi se réjouir d'avance.

Arf !

Zgur_



Voir aussi chez France Info : "La concentration du patrimoine est une menace pour la démocratie"


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu