Avertir le modérateur

02/06/2010

Spiderwoman

spider.jpg

«Il fallait que mon anxiété s'exerce sur des formes que je pouvais changer, détruire et reconstruire»

Louise Bourgeois (1911-2010)

 

 

 

28/05/2010

"San Quentin" par Johnny Cash à la prison de San Quentin

Réactivation d'un petit billet musical d'octobre 2007 mystérieusement inaccesible (Les voies de l'informatique ...) :

 

"Je n'avais jamais vu ces images, même si j'en connais bien la musique.

Johnny Cash chante sa chanson sur la prison de San Quentin, devant les prisonniers DANS cette même prison en 1969:

 

 

San Quentin, you've been livin' hell to me
You've hosted me since nineteen sixty three
I've seen 'em come and go and I've seen them die
And long ago I stopped askin' why

San Quentin, I hate every inch of you.
You've cut me and have scarred me thru an' thru.
And I'll walk out a wiser weaker man;
Mister Congressman why can't you understand.

San Quentin, what good do you think you do?
Do you think I'll be different when you're through?
You bent my heart and mind and you may my soul,
And your stone walls turn my blood a little cold.

San Quentin, may you rot and burn in hell.
May your walls fall and may I live to tell.
May all the world forget you ever stood.
And may all the world regret you did no good.

San Quentin, you've been livin' hell to me.

 

 

Admirez comment il laisse passer quelques mesures devant les hurlements des prisionniers avant de continuer à chanter.

"San Quentin, I hate every inch of you!"

Imparable.

Grand.

Johnny Cash, quoi!

 

Zgur

 

 

En savoir plus :

Johnny Cash sur wikipedia

 

 

27/05/2010

Retraites : la presse de propagande au service de la fabrique du consentement

Une petite photo du France Soir du 19 mai dernier (prise dans mon bistrot en panne de Parisien):

fs19052010.jpg

Sarko doit être content d'avoir des amis russes pour maintenir à flot ce fleuron de la presse de grand-papa en perdition.

On notera l'utilisation du mot "réforme" pour qualifier une régréssion sociale, un grand classique.

Certes, France-Soir est un journal de moins en moins lu (mais cité dans les revues de presse matinales) mais il participe à "La fabrique du consentement" sur les retraites (selon la formule de Noam Chomsky, lire ici), ce rouleau compresseur médiatique mis en place avec la complicité des journalistes aux ordres (même inconscienmment quand ils sont vraiment incultes économiquement).

Qu'ils crèvent.

Arf !

Zgur

 

 

13/05/2010

S.O.S. Riches Assistance

greed_trust2.jpg

"La cupidité est notre credo"

 

Voici quelques-unes de mes lectures de ces derniers jours, juste mises en perspective par mes soins :

"Lorsqu'une entreprise achète une machine pour remplacer des travailleurs, elle licencie et réalisedes bénéfices, laissant ensuite les contribuables payer le chômage des employés.

Lorsqu'une entreprise pollue les nappes phréatiques en réalisant des rpofits, ce sont les consommateurs qui financent la dépollution dans leur facture d'eau.

Lorsqu'une entreprise abîme les routes avec ses camions, les dégâts sont facturés aux usagers de la route.

On reproche aux chomeurs ou aux pauvres d'être assistés par les aides sociales. Mais les banques ou les stations-service qui remplacent les employés par des automates, ou les supermarchés qui substituent aux caissières des caisses automatiques, prélèvent leurs bénéfices sur la collectivité.

Ainsi les riches vivent d'aides sociales comme les pauvres."

Jean-Marc Coudray, in L'Avenir est notre poubelle (L'Alternative de la décroissance), Gulliver 2010
cité dans CQFD n°77 - avril 2010

 

"Est-ce aux salariés et aux chomeurs espagnols - les immigrés du BTP, eux, ont déjà été virés - de payer pour l'incurie d'une élite qui fait mine de croire que les taux de croissance et les buildings montaient jusqu'au ciel ? Et d'ailleurs est-ce aux salariés grecs de payer pour la corruption et l'incompétence de leurs dirigeants ? Pourquoi, comme l'a justement fait remarquer le député socialiste Jérome Cahuzac, la marine marchande grecque, importante dans les échanges maritimes, est-elle épargnée de toute taxe ?"

"On a dénoncé les Bnaksters; on a chanté la "régulation" sur tous les balcons; on a menacé les hedge-funds, les paradis fiscaux et les agences de notations de réformes cruelles et sans pitié; on a réuni des G20 de crise, publié des communiqués triomphalistes, proclamé le retour de la morale de l'effort. Et puis ... plus rien. Bernique. Nada. La montagne n'a même pas accouché d'une souris. [...] Les banquiers ont récupéré leurs bonus, les banques leurs profits, les agences de notation, leurs analyses criminelles pour les peuples. C'est le nouveau Bal des vampires qui se joue dans l'économie européenne. Comme si les marchés se vengeaient d'une correction que les Etats n'ont pas été capables de leurt infliger vraiment." [...]

"Les marchés n'existent pas : les vrais acteurs sont ces investisseurs purement financiers cherchant à tout moment à gagner le plus d'argent possible en prenant le moins de risque possible."

Philippe Cohen "Les ravages du neo-capitalisme" in Marianne n°681 du 8 au 14 mai 2010

 

"En 2007, une loi sur le travail a été votée par l'Assemblée nationale populaire [chinoise] : elle prévoit de réduire le nombre de salariés sans contrat, de faire payer les heures supplémentaires et d'obtenir des négociations salariales dans les grandes entreprises. [...] L'impact de cette loi a été très faibrle, car elle a été très peu appliquée. [...] A Shenzhen,  la loi a reçu un début d'application réelle, mais de vigoureuses protestations sont venues ... des chambres de commerce américaines et européennes ! Celles-ci ont argumenté qur le fait que la mise en oeuvre d'une telle loi risquait de faire perdre aux marchandises fabriquées en Chine leur avantage comparatif."

"L'intérêt des grands groupes mondiaux européens et américains se distingue de plus en plus de l'intérêt général des pays dont ils ont issus."

Philippe Cohen et Marc Richard in "Le Vampire du Milieu : comment la Chine nous dicte sa loi" ed. Mille et une nuits 2010
cité dans Marianne n°681 du 8 au 14 mai 2010

 

"On est pris dans l'étau : les Premiers ministres socialistes grecs, espagnols et portugais sont obligés d'appliquer la politique néo libérale la plus extrême"

Sathis Anesthis, secrétaire général adjoint dela Confédération des travailleurs grecs
cité dans Marianne n°681 du 8 au 14 mai 2010

"La gauche se perd en reflexes archaïques, alors que la vraie bataille, c'est d'éviter que la société, demain, ne soit livrée nue à la barbarie sociale"

Takis Théodoropoulos, écrivain, président du Centre national du livre
idem

A lire aussi des choses passionnantes chez FAKIR ou sur le blog de Paul Jorion.

Toujours plus de pognon pour ceux qui en ont déjà plus qu'il n'en faut, et toujours moins pour celles et ceux qui en ont besoin et au nom desquel(le)s certains sont censément élus.

Tout ça n'est pas engageant, surtout si on se retrouve à devoir choisir entre la "droite gravier" sarkozy et la ""gauche" vaseline" DSK.

Il est à craindre alors que notre pays se tourne, comme cela monte en Europe, vers le nationalisme le plus étroit.

Une illusion de plus, un danger de plus.

A croire que celles et ceux qui veulent nous gouverner se contenteraient bien d'avoir le pouvoir au milieu d'une guerre civile et sociale.

A laquelle ils se sont préparés, et pour laquelle ils ont bien préparés les forces de répression.

 

alien_shot5l.jpg

"La société néo-libérale est une société de l'attention
et de la mobilisation permanente"

 

Allez hop, tout ce "beau monde" dans le Tupolev !

Arf !

Zgur

 

11/05/2010

Les expressions à la con (1): 60 millions de sélectionneurs

60MIOSDESELEC.jpg

Une nouvelle série qui débute sur un sujet qui me tient à coeur : les expressions à la con et autres poncifs ou idées reçues dont la répétition médiatique ou pas agresse mes oreilles.

Commençons donc par une expression qui va de nouveau envahir les gazettes à l'approche de la coupe du monde de footbal et pas plus tard qu'aujourd'hui où ce vendu (à TF1) de Domenech va dévoiler sa liste de tocards :

Il y aurait en France "60 millions de sélectionneurs".

Hein ?

Où ça ?

En France ?

Combien ?

Soi-xan-te ... mi-lli-ons !

C'est pas possible ?

...

Et bien non ! ce n'est PAS possible.

D'abord parce qu'au 1er janvier 2010 la population française est estimée à 65 447 374 habitants, toutes nationalités confondues.

Mais ne pinaillons pas sur une erreur de 5 447 374 habitants.

Il y a plus grave.

Les Françaises représentent plus de 51% de la population et je ne sache pas que cette aimable partie de la population soit particulièrment portée sur la baballe, la panse de cuir remplie d'air, le ballon rond quoi !.

Et ce, malgré tout ce qu'essaie de nous faire croire les sbires et complices de TF1 et de Téléfoot suite à la vaguelette feministo-patriotique qui a égayé les soirées bière-pizza autour du 12 juillet 1998.

Donc, peu ou prou (j'aime bien cette expression) la moitié de la population française n'en a déjà a priori rien a faire des pousseurs de baballe et de leur baballeur en chefaillon.

Ca ramène déjà le chiffre annoncé à moins de 30 millions.

Et on devrait aussi enlever les moins de trois ans (tous sexes confondus), les hommes allergiques au sport en télé ou au foot en général (si, si il y en a), les fans de rubgy exclusifs, les drageurs d'épouses délaissées les soirs de match, etc. etc.

Alors footez nous la paix une bonne fois pour tous avec vos mensongers "60 millions de sélectionneurs". Les quelques de ma famille et de mes amis, ça fait déjà TROP !

Et qu'on n'en parle plus.

De toute façon, je n'aime que la sélection de Gérald Genty (très apprécié ici) que je vous convie à écouter attentivement :

 

h-20-1805520-1258980631.jpg

Domenech, avec sa tête de con vainqueur, va en laisser une, de sacrée trace dans l'histoire de l'équipe de France de Foot.

Sur carton rouge.

Mwahahahahahahharf !

Allez les autres !

Zgur

 

17/03/2010

Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs (2/50) - 1980-1982 : UB40

Lors de sa création, Radio Nostalgie programmait du rock des années 50/60 : Gene Vincent (un peu), Johnny Halliday (déjà) beaucoup, les yé-yés (trop). Aujourd'hui, la nostalgie, ce sont les années 80. A toutes les sauces, la mode, la musique, la coke (?)...

Mais coté musique des années 80 qu'on fait subir aux auditeurs, je m'énerve vite. Ras le bol de ces merdes qui en étaient déjà à l'époque, même si elles on eu du succès.

Ras le bol des "besoins de rien (et surtout pas d'eux), (PAS) envie de toi", ras le bol des "Images", des "Ricci e poveri" à renier de honte ses origines italiennes, et de toutes ces autres bouses (françaises, italiennes ou d'ailleurs) pour les oreilles.

Il y avait plein d'autres musiques, qui ont eu du succès (ou pas) dans ces années 80.

En voici quelques unes que j'écoutais alors, sans volonté d'exhaustivité.

 

UB40 (à prononcer youbi forti et pas u b quarante, please) est une groupe de reggae qui a eu un immense succès dans les années 80 et 90. Mes albums préférés sont trois des quatre premiers, entre leur premier tube (Food for thought et les cuivres d'Astro) et leurs autres très grands tubes (Red, red wine, etc. :

ub40signingoff.jpg

Signing Off (1980) avec le super tube "Food for Thought"
dont nos amis playlisteurs nous parlaient récemment.

UB40Present-arms.jpg
dont est tiré la chanson "One in ten" sur le chomage (voir plus bas, et qui rappelle
le nom du groupe (tiré du nom du formulaire de chomage de l'époque)
et l'engagement des membres du groupe.

ub44.jpg
UB44, sans doute celui qui a eu le moins de succès.



UB 40 - One in ten (1981)

I am the one in ten
A number on a list
I am the one in ten
Even though I don`t exist
Nobody Knows me
Even though I`m always there
A statistic, a reminder
Of a world that doesn`t care

My arms enfold the dole queue
Malnutrition dulls my hair
My eyes are black and lifeless
With an underprivileged stare
I`m the beggar on the corner
Will no-one spare a dime?
I`m the child that never learns to read
`Cause no-one spared the time

[Chorus]

I`m the murderer and the victim
The licence with the gun
I`m a sad and bruised old lady
In an ally in a slum
I`m a middle aged businessman
With chronic heart disease
I`m another teenaged suicide
In a street that has no trees

[Chorus]

I`m a starving third world mother
A refugee without a home
I`m a house wife hooked on Valium
I`m a Pensioner alone
I`m a cancer ridden spectre
Covering the earth
I`m another hungry baby
I`m an accident of birth.

Les paroles de cette chanson parlent des dix pour cent de lapopulation au chomage au Royaume Uni du début des années 80 sous le Tatchérisme le plus brutal.

Je suis un parmi dix
Numéros sur la liste
Je suis un parmi dix
On s'demande même si j'existe
Personne ne me connais
Même si je suis toujours là
Une statistique, un rappel
A un monde qui n'en a rien a faire.

Trente ans après, dans la France de Sarkozy (et pas que), le chomage officiel atteint de nouveau les dix pour cent de la population active. Mais le chiffre réel n'en est sans doute pas souvent passé en dessous depuis longtemps (voir le site sur le NAIRU).

Chanson finalement désespérante derrière son rythme entrainant.

Jusqu'à quand ?

Paz y salud !

Zgur

 

Episode précédent : (1/50) - 1980 : Original Mirrors

 

Retrouvez toute la série en cliquant sur : Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs

13/03/2010

One (hu) man, one vote par Johnny Clegg et Savuka

Cette chanson a été écrite en hommage à l'anthropologue sud-africain David Webster, ami de Johnny Clegg et militant antiapartheid, qui fut assassiné en 1989 par des agents spéciaux du Civil Cooperation Bureau du ministère de la défense sud-africain chargé d'infiltrer et d'éliminer les opposants au régime.

 

One (hu) man, one vote (Johnny Clegg & Savuka) - 1989

Bayeza abafana bancane wema
Bayeza abafana bancane wema
Baphethe iqwasha, baphethe ibazooka
Bathi "Sangena savuma thina,
Lapha abazange bengena abazali bethu
Nabadala, bayasikhalela thina ngoba asina voti."

(The young boys are coming,
the young boys are coming.
They carry homemade weapons and a bazooka.
They say "We have agreed to enter a place
that has never been entered before
by our parents or our ancestors
and they cry for us, for we do not have the right to vote.)

Hayiyaah!

The west is sleeping in a fragile freedom
Forgotten is the price that was paid
Ten thousand years of marching through a veil of tears
To break a few links in these chains
These things come to us by way of much pain
Don't let us slip back into the dark
On a visible but distant shore -- a new image of man
The shape of his own future, now in his own hands -- he says:

Chorus:
One 'man, one vote -- step into the future
One 'man, one vote -- in a unitary state
One 'man, one vote -- tell them when you see them
One 'man, one vote -- it's the only way

Bayeza abafana abancane
(The young boys are coming)

Hayiyaah!

In the east a giant is awakening
And in the south we feel the rising tide
The soul inside the spark that gives breath to your life
Can no longer be made to hide
These things come to us by way of much pain
Don't let us slip back into the dark
On a visible but distant shore -- a new image of man
The shape of his own future, now in his own hands -- he says:

Chorus

 

La démocratie a un prix.

Et elle s'use surtout si on ne s'en sert pas.

Alors, demain dimanche, content ou pas, VOTEZ.

Et plutôt vote blanc ou nul qu'abstention car si on atteignait 40% de votes blancs (et nuls) plutôt que 40% d'abstention, cela aurait surement plus de poid dans le débat politique.

Paz y Salud

Zgur

 

23/02/2010

On se divertit avec les questions au gouvernement sur France 3 ou TVmag.com

Bon, je sais que pour beaucoup de mes lecteurs et amis blogueurs, la télé, c'est MAL.

Mais comme on dit, le diable est dans la dose.

Et pour la télé, il suffit de l'éteindre pour en finir avec le mal. Que j'aimerais que cela soit aussi simple dans la vie réelle.

Il suffit aussi et surtout de choisir les programmes qu'on regarde (au contraire de la télé de flux, le robinet à merde télé"réaliste"). Et pour choisir un programme, j'utilise soit Boborama papier - que je dois être le seul à acheter pour ses programmes - soit le site tvmag.com que je trouve simple et pratique.

Aujourd'hui, j'ai bien ri en remarquant ça :

questin au gvt3.jpg

De plus près chez France 3 :

questin au gvt1.jpg

Les Questions au gouvernement sont classées dans la rubrique "Divertissement" !

Politique-spectacle jusqu'au bout !

Mwarf !

Zgur

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu