Avertir le modérateur

12/11/2011

Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs (8/50) The Proclaimers "Sunshine on Leith" (1988)

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas les raisons de cette série,
c'est à lire ici, ici ou
.

 musique,politique,mes années 80,the proclaimers,sunshine on leith,ecosse

The Proclaimers est un groupe écossais créé par les jumeaux binoclards Charlie et Craig Reid. Ce groupe est plutôt méconnu en France, sans doute faute de tournée et de promotion des différents disques qu'ils ont sortis depuis une vingtaine d'année.

Pourtant, tout le monde connait certaines de leurs chansons car elle ont été utilisées dans des films, "Shrek" notamment.

Ce disque contient "I'm gonna be (500 miles)", leur premier tube, utilisé dans le film Benny and June" :

 

 

Il contient aussi de nombreuses ballades et des chansons au contenu plus politique, puisque les frères Reid sont favorables à l'indépendance de l'Ecosse.  Ils posent ainsi dans "What to do" la question de la démocratie par le nombre on fait partie de la minorité.

"...
Pat votes the scots way
Just like her mother
But south always takes all
Just like her brother

The next time she might vote
So might the others
But times running out pal
Cause they’re giving up in numbers

What do you do
When democracy’s all through
What do you do
When minority means you?"

 

Mais la chanson de de disque que je préfère, et des Proclaimers en général, c'est "Cap in hand" qui parle clairement de notre passivité devant le fait de voir notre pays être dirigé par d'autres.

Eux parlent de l'Ecosse par l'Angleterre ...

 

"CAP IN HAND"

I could tell the meaning of a word like serene
I got some 'O' Grades when I was sixteen
I can tell the difference between magarine and butter
I can say "Saskatchewan" without starting to stutter

But I can't understand why we let someone else rule our land, cap in hand
I could get a broken jaw from being in a fight
I know its evening when day turns to night
I can understand why Stranraer lie so lowly
They could save a lot of points by signing Hibs Goalie

But I can't understand why we let someone else rule our land, cap in hand

We fight - when they ask us
We boast - then we cower
We beg
For a piece of
Whats already ours

Once I thought I could make God a bribe
So I said I was in his lost tribe
Getting handouts can be so frustrating
"Get in line son, there's five million waiting"

I can't understand why you let someone else rule your land, cap in hand
I can't understand why we let someone else rule our land, cap in hand
I can't understand why you let someone else rule your land, cap in hand

Ce qui veut dire :

Nous combattons - quand ils l'exigent
Nous plastronnons - puis nous tremblons de
Quémander
Un morceau de
Ce qui est DEJA à nous.

...

Je ne peux pas comprendre pourquoi nous laissons quelqu'un d'autre diriger notre pays, casquette à la main !

 

J'y vois aussi la démocratie dévoyée ( "Un gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple",  avez-vous dit avec Lincoln ?) alors que nos pays sont de plus en plus évidemment dirigés aux profits exclusifs de la finance et de leurs soutiens et complices au pouvoir.

Je traduirais donc volontiers le refrain de cette chanson

 Je ne peux pas comprendre pourquoi nous laissons quelqu'un d'autre diriger notre pays, l'arme au pied !

Je parle de l'arme politique et idéologique bien sûr.

Sachant néanmoins qu'eux, n'hésiterons pas bientôt à faire un usage élargi des armes, '"maintien de l'ordre", qu'ils disent) dans la guerre qu'ils nous font.

Oui. Il y a beaucoup de sens et de sensibilité dans les chansons des Proclaimers.

Découvrez les, si vous ne les connaissez pas encore.

Paz y salud !

Et slàinte mhath

Zgur_

 

BONUS :

The Proclaimers  chez Wikipedia

Site officiel de The Proclaimers

Les Proclaimers sont aussi fans de football, de l'équipe écossaise du Hibernian Football Club, et Sunshine on Leith le titre de cet album est devenu l'hymne de ce club à l'occasion d'une tentative de rachat combattue par les supporters.

 

Et cliquez là pour lire et écouter tous les épisodes de Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs

11/11/2011

A la onzième heure du onzième jour du onzième mois de la onzième année ...

 Rememberance-day.jpg

Encore un onze novembre.

Mais cette année c'est celui qui se cale sur le triple 11.

Le 11.11.11.

Mais à la onzième heure du onzième jour du onzième mois de la 18ème année du XXeme siècle, l'armistice de la plus grande boucherie humaine alors pertpétrée s'achevait sur presque tous les fronts (pas aux Balkans, par exemple).

Et depuis, c'est un jour de souvenir.

Souvenir représenté par le coquelicot dans les pays anglo-saxons.

A cause du poème 'In Flanders Fields" (trop guerrièrement traduit "Au champ d'honneur", en français)

In Flanders fields the poppies blow
Between the crosses, row on row
That mark our place; and in the sky
The larks, still bravely singing, fly
Scarce heard amid the guns below.

 We are the dead. Short days ago,
We lived, felt dawn, saw sunset glow,
Loved and were loved and now we lie
In Flanders fields

Take up our quarrel with the foe:
To you, from failing hands, we throw
The torch; be yours to hold it high.
If ye break faith with us who die
We shall not sleep, though poppies grow
In Flanders fields

Quelle connerie la guerre ...

 

 

 

 

 

 

 

 

Au champ d'honneur, les coquelicots
Sont parsemés de lot en lot
Auprès des croix; et dans l'espace
Les alouettes devenues lasses
Mêlent leurs chants au sifflement
Des obusiers.

Nous sommes morts,
Nous qui songions la veille encor'
À nos parents, à nos amis,
C'est nous qui reposons ici,
Au champ d'honneur.

À vous jeunes désabusés,
À vous de porter l'oriflamme
Et de garder au fond de l'âme
Le goût de vivre en liberté.
Acceptez le défi, sinon
Les coquelicots se faneront
Au champ d'honneur.

 

... et la raison pour laquelle on voit des coquelicots à la boutonnière des anglo-saxons pendant deux semaines chaque debut novembre.

Car le coquelicot fleurit particulièrement bien sur les champs de batailles sanglant, et sur ceux des Flandres en 1915.

Rouge comme le sang des morts et des blessés.

Rouge comme le sang des hommes.

Jetés dans la guerre, non par héroïsme, mais pour assouvir la cupidité de certains d'entre eux.

A une époque où se profile une grande crise économique et où ceux, les financiers, qui nous y ont précipités prennent ostentiblement le pouvoir pour imposer aux peuples leurs potions amères, il ne faudrait pas oublier qu'une des sorties de crise reste toujours pour eux la guerre.

La cupidité est au pouvoir.

Contre les peuples.

Malgré les déclarations lénifiantes des incompétents (comme Sarkozy).

Ceux-ci et ceux-là n'hésiteront pas à nous précipiter de nouveau dans la guerre civile et sociale, plutôt que de renoncer à leurs pouvoirs et à leurs profits.

Ils proneront d'ailleurs bientôt chez nous, comme en Grèce, l'Union Nationale.

Mais il n'est peut-être pas encore trop tard.

Qui sait ?

Pas moi !

Mais je ne veux pas voir refleurir les coquelicots sur les champs d'horreur.

Pas y salud !

Zgur_

 

 

Et aussi :

Mes autres billets sur le 11 novembre :

 

31/10/2011

N'oubliez pas : les fauteurs de dettes ont etranglé l'Afrique avant de s'attaquer à nos pays

drop-the-debt-annulons-la.jpg

Avant de venir attaquer les peuples d'Europe et des Etats-Unis, les fauterus de dettes avaient depuis longtemps saigné les peuples et les pays d'Afrique.

Le poids de la dette a lourdement pesé sur les économies africaines depuis la colonisation et les plans d'ajustement structurel du FMI et de la Banque Mondiale ont servi ensuite de cheval de troie à la privatisation massive des services publics de ces pays.

Un mouvement de protestation s'est développé pendant des années contre le remboursement de la dette par les pays africains.

Une de ces manifestations fut ce disque en 2003 "Drop the debt - Annnulez la dette" où figure une chanson des Massilia Sound System :

"Osca Sankara"


podcast


Ce morceau cite un extrait d’un discours de Thomas Sankara à Addis-Abeba, le 29 juillet 1987 peu avant son assassinat :

« La Dette ne peut pas être remboursée parce que, d’abord, si nous ne payons pas, nos bailleurs de fonds ne mourront pas. Soyons-en sûrs.

Par contre, si nous payons, c’est nous qui allons mourir. Soyons-en sûrs également…

Ceux qui nous ont conduit à l’endettement ont joué comme dans un casino.

Tant qu’ils gagnaient, il n’y avait point de débat.

Maintenant qu’ils ont perdu au jeu, ils nous exigent le remboursement.

Et on parle de crise.

Ils ont joué, ils ont perdu, c’est la règle du jeu.

Et la vie continue

Si le Burkina Faso tout seul refuse de payer la Dette, je ne serai pas là à la prochaine conférence… »

Thomas Sankara, Addis-Abeba, le 29 juillet 1987

 

Il faut lire et connaitre lire le texte de ce discours sur la dette ici sur Wikisource et l'entendre là sur Dailymotion. Il était prémonitoire.

Non seulement sur le destin du président du Burkina Faso, assassiné le 15 octobre de la même année, moins de trois mois après avoir prononcé sa diatribe anti-dette.

Mais aussi sur le fait que le Moloch financier est insatiable.

Et quelques années après, c'est notre tour, peuples d'Europe.

Pour les mêmes raisons et par les mêmes moyens : le casino financier qui ne respecte même pas ses propres règles en cas de pertes de ses organisateurs.

"Le secteur bancaire s’est écroulé, l’Etat s’est porté à son secours et est tombé à sa suite. La banque a alors grimpé sur les épaules de l’Etat, ce qui lui a permis de sortir du trou. L’Etat, lui, y est resté."

Paul Jorion, in "Le capitalisme à l'agonie"

 

La lettre de Mikis Théodorakis publiée récemment fait écho aux revendications et aux inquiétudes de Thomas Sankara il y a bientôt 25 ans :

"Leurs programmes de « sauvetage de la Grèce » aident seulement les banques étrangères, celles précisément qui, par l’intermédiaire des politiciens et des gouvernements à leur solde, ont imposé le modèle politique qui a mené à la crise actuelle.

...

Il ne faut pas autoriser aujourd’hui les banques à détruire la démocratie européenne, à extorquer les sommes gigantesques qu’elles ont elle-même générées sous forme de dettes.

...

Si vous autorisez aujourd’hui le sacrifice des sociétés grecque, irlandaise, portugaise et espagnole sur l’autel de la dette et des banques, ce sera bientôt votre tour.

...

Résistez au totalitarisme des marchés qui menace de démanteler l’Europe en la transformant en Tiers-monde, qui monte les peuples européens les uns contre les autres, qui détruit notre continent en suscitant le retour du fascisme."

Mikis Theodorakis, in Mediapart

 

On ne demande pas gentiment aux financiers de limiter leur pouvoir.

Il faut le leur reprendre.

Et ce ne sera pas facile, tant leurs complices sont présents à tous niveaux des appareils d'état et de propagande (il n'y a qu'à voir les saut de cabris des journalistes aux ordres devant une proposition de modification infime de l'orde des choses actuel).

Ils sont d'ailleurs prêts à nous projeter dans la guerre, sil le faut, pour conserver ce pouvoir.

Fauteurs de dettes, fauteurs de guerres.

C'est reparti comme en 14.

Faudrait pas les laisser faire sans lutter.

"Une des raisons de l'exaspération, c'est que les préocupations populaires ne sont pas mises à l'agenda politique officiel."

Alain Bertho, "Le temps des émeutes"

Faudra en reparler aux Papandréou du PASOK et du PS.

Arf !

Zgur_

20/10/2011

Accouchement en douleurs à la maternité Nostromo

sarkobaylien.jpg

Les oeuf de l'UMP sont dangereux.

Mwarf !

Zgur_

16/10/2011

J'irai voter NON (donc nul) au 2nd tour des Primaires PS

NON_TCE.jpg
Rappel : Hollande et Aubry avaient voté oui au TCE. Pas moi !
Et ils ont trahi le peuple avec le traité de Lisbonne

 

Le résultat du premier tour des primaires PS étant ce qu'il est, je ne me vois évidemment pas du tout voter pour les deux personnes qui représentent le PS que j'abhorre et qui mèneront, quoi qu'il et elle  en disent aujourd'hui, une politique dans la lignée de ce qu'ils ont fait jusque là, celle qui nous mène direct vers le gouffre économique, politique et social.

Et puis, je n'oublierai jamais l'attitude de François Hollande envers Denis Robert qui écrivait dans sa réponse à Hollande en 2007 :

"La dilapidation de nos investissements par les prédateurs de la finance, les évasions de capitaux au profit des tycoons et des champions de la défiscalisation:  Voilà un vrai problème !

"Un sujet sur lequel j’aimerais vous entendre...

Pour plus de détails, demandez à vos collègues Vincent Peillon et Arnaud Montebourg qui ont mené une mission d’information sur ce sujet et ont pu vérifier en tous points que ce que je dénonçais était exact, fondé, étayé…

A l’époque, c’était en 2002, leurs pires ennemis étaient au sein de votre parti Messieurs Védrine et Fabius qui, pour des raisons de real politique, étaient venus en aide au Luxembourg, à son premier ministre et à ses banquiers."


Arnaud Montebourg, lui justement, s'est cru faiseur de roi cette semaine. Il le croira encore si Hollande gagne, et gagnera peut-être un poste en 2012. Mais, à mon avis, il aura du mal à faire réellement avancer la 6ème république avec un parti dont tous les élus en seraient les premières victimes. In fine, il se fera traiter par sa majorité comme un vulgaire Bayrou. Osera t il rester dans un gouvernement qui mettrait en place une politique "à la Papandréou" ?

Et sa façon toute jésuitique de dire qu'il ne donne pas de consigne de vote tout en désignant celui pour qui il votera au 2nd tour et s'affichant avec lui, le vainqueur du premier tour (et pour cette seule raison, d'avoir été en tête du 1er tour) a cinsidérablement dégradé l'opinon qu j'avais d'Arnaud Montebourg. Euphémisme. Il ferait bien de méditer ce que disait Pierre Mendès-France !

"L'élément fondamental du système démocratique, c'est la vérité. Dès lors que le pays est appelé à choisir parmi les hommes, à se prononcer entre des thèses et des propositions qui lui sont soumises, il est évident que la probité de l'exposé des questions et la fidélité aux engagements pris constituent des éléments de base dans le fonctionnement du régime. S'il ny a pas d'honnêteté de la part de ceux qui jouent un rôle dans le jeu des institutions, il ne peut pas y avoir de démocratie."

J'ai trouvé cette citation déprimante ...

... dans le livre d'Arnaud Montebourg "La machine à trahir" (que je vous encourage vraiment à lire)

3652092109.gif

Donc aujourd'hui, non à l'abstention. Et NON aux Papandréou et Tina du PS.

On se reverra au premier tour de 2012.

Peut-être pas au deuxième.

Puis aux législatives.

Alors, Sarkozy réélu et l'Assemblée Nationale et le Sénat à "gauche" (molle), ça vous tente ?

Apprennez donc le grec !

Arf !

Zgur_

 

 


05/10/2011

Pourquoi j’irai voter aux Primaires PS et voterai Montebourg

 politique,primaires ps,montebourg,aubry,hollande,valls,baylet,royal

 

Tout d’abord, je précise que ne suis pas membre du PS et que je ne suis encarté nulle part.

Jamais.

Ensuite, j’ai longtemps considéré cette histoire de primaires comme une fausse bonne idée, tout juste bonne à maquiller derrière une façade « démocratique » la mise en hors-bite (ha ha ha) de DSK, candidat proclamé de la bourgeoisie rose pale dehors et jaune dedans, et de ses médias aux ordres.

Et c’était le cas jusqu’à ce que le même DSK ne puisse tenir sa bite à New York et qu'il dynamite à jamais ses chances de candidat à la présidence de la république française.

Exit donc DSK et rebonjour l’intérêt de la primaire, sortant sans peignoir, nue et purifiée de la suite 2208.

Et depuis, le vrai jeu politique a repris puisque les cartes étaient rebattues, chacun des prétendants ayant sa chance, même si les médias dominants, changeant de monture, ont délibérément choisi de défendre pendant trrrrrès longtemps une pseudo bagarre entre les SEULS Hollande et Aubry.

C’est là, courant juillet que j’ai décidé que j’irai voter aux primaires PS.

Parce que j’en ai eu marre de voir les médias ne parler pendant longtemps que des candidats qui lui convenaient, Hollande et Aubry, en oubliant complètement les quatre autres.

Parce que certains ont voulu orienter ce scrutin de primaires à l’aide de sondages encore plus bidons que les sondages politiques habituels. De la GROSSE merde en branche et en barre, qui ne sert que de pâte à tartiner pour journalisme de remplissage. Et ça a commencé à vraiment m’énerver, tellement ils prennent les français en général, et les français qui se disent de gauche en particulier, pour des cons.

Parce que, bien malgré lui (car ce n’était pas le but de ses caciques en acceptant la démarche initiée par Arnaud Montebourg), le PS nous donne là l’occasion de barrer la route à cette kouyemollerie sans courage, sans conviction de gauche, qu’est devenue, depuis de longues années, la direction du PS.

Parce que, bien malgré eux, le PS nous donne la possibilité de barrer la route aux Papandréou du PS qui, malgré leurs rodomontades de campagne, se coucheront, une fois élus, à la première injonction du FMI ou de la BCE.

Alors, oui, bien que je ne serai JAMAIS militant du PS, j’irai voter aux primaires PS puisqu’on me le propose.

Et j’en ai déjà convaincu quelques autres personnes de mon entourage qui, comme moi, n’y pensaient même pas non plus a priori.

Alors voter oui, mais pour qui ?

Surement pas pour le candidat « dukan » (d’en face), le François Hollande si apprécié des médias et des gens qui se disent raisonnables. Pour des tas de raisons et particulièrement parce que je n’oublierai JAMAIS son attitude face à Denis Robert (lire ici, c’est édifiant sur la duplicité du personnage et de ses amis). Et puis, il est entouré d’une bande de branleurs sans envergure mais avec de sacrés passifs. Donc pour moi : Tout Sauf Hollande.

Je ne voterai pas non plus pour Martine Aubry m. Parce qu’elle-même, quoi qu’elle en dise, ne le voulait pas et que seul la bite de DSK la force (à son corps défendant) à y aller et à déchirer l’hymen du pacte de Marrakech, grosse entourloupe à baiser, une fois de plus, les militants du PS. Et puis son attitude plus qu’ambigue vis-à-vis de M. Guérini (qui détenait les clés des voix de la fédération des BdR) achève de détruire toute confiance que j’aurai pu avoir en elle. Comment agir correctement quand on ne le fait même pas dans son parti ? Et remember les tripatouillages du congrès de Reims (en rire ici).

Je ne voterai évidemment pas pour Manuel Valls. Parce qu’il professe des idées de droite dans lesquelles je ne peux me reconnaitre. Pas vraiment besoin d’épiloguer la dessus. Je me demande ce qu’il fait encore au PS.

Je ne voterai pas non plus pour Jean Michel Baylet, dont le micro-parti PRG  accueille encore Bernard Tapie et s’y serait volontiers vendu corps et âme. Donc là, faut pas déconner. La primaire m’aura permis comme à plein d’autre de redécouvrir ce monsieur, fils et héritier de sa mère, employeur (et grand amie) de René Bousquet* à la Dépêche du Midi. Beurk.

Contrairement à plein d’autres, je pense que Ségolène Royal a des idées. Mais en fait, je la trouve nulle, incapable de se hisser à la hauteur des enjeux, et de par sa situation et son historique dans le parti, elle est et sera toujours en grand danger d’explosion, même et surtout en cas de victoire.

Et reste donc Arnaud Montebourg.

Ca tombe bien, je l’aime bien le Nono.

Depuis longtemps.

Quand il s'attaquait au blanchiment des capitaux en Europe (avec Vincent Peillon), aux abus des tribunaux de Commerce, à Chirac ou à Juppé, pour des questions de principes que ses petits camarades voulaient bien exposer mais surtout pas appliquer.

Je l’ai parfois méchamment chambré tellement je me demande aussi ce qu’il fait toujours dans ce PS, parti de gros cumulards, mais pour des raisons inverses à celles de Valls.

 politique,primaires ps,montebourg,aubry,hollande,valls,baylet,royal

Et puis en 2006, j’ai lu son livre «La machine à trahir» , que j’ai relu le mois dernier. Vraiment toujours  actuel. Tant dans son constat que dans ses solutions, vers la sixième république.

Et même s’il doit être presque autant détesté que Royal dans son parti, je le crois plus à même que cette dernière, de faire passer ses idées force (entre autres : démondialisation, protectionnisme européen, interdiction du cumul des mandats, sixième république).

Et lui au moins a le mérite de la constance et de la cohérence, puisqu’il est le seul des six candidats à avoir prôné le NON au TCE et au traité de Lisbonne (même s'il n'a pas fait campagne).

Donc au premier tour de la primaire PS, j’irai voter et j’encourage tout le monde à voter sans hésitation pour Arnaud Montebourg.

Contre les Papandréou et les TINA du PS.

Et je répète ce que j’ai déjà dit ailleurs, je souhaite même que le deuxième tour se joue entre Montebourg et Royal. Ca aurait une sacrée gueule ;0) (on peut rêver un peu jusqu’à dimanche).

Et qu’on ne vienne pas me bassiner avec les sondages, ni avec des considérations tactiques de deuxième tour de présidentielle contre Sarkozy. Selon ces sondages et ces considérations, DSK était déjà à l’Elysée. Tout comme cet abruti de Jospin.

A chaque tour suffit sa peine.

Et NON à l’abstentionnisme.

Pouvoir dézinguer les Papandréou et les TINA du PS, c’est une chance qui ne se refuse pas.

Arf !

 

Zgur_

 

* Bousquet, dont l'assassin (qui nous a privé d'un bien intéressant procès) a été défendu par Arnaud Montebourg alors avocat.


22/09/2011

Troy Davis : Ceci (n') est (pas) l'histoire de Hurricane

hurricane.png

Mon tweet de ce matin, 7h57

6143555130_290a44a42b.jpg

Image de la campagne pour Troy Davis, par Tricia Wang,
mis en ligne sur Flickr par dabnotu (CC BY-NC-SA 2.0).

 

Première pensée ce matin pour Troy Davis exécuté dans la nuit.

Il ne fait pas bon être noir et au mauvais endroit aux Etats-Unis, le pays de la "démocratie" préféré de certains.

Première association d'idée avec "Hurricane" la chanson de Bob Dylan sur Hurricane Carter, ce boxeur noir qui a subit la même peine que Davis mais en est sorti vivant après des années de prison.

 

 

 

Pistols shots ring out in the bar room, night
Les coups de feu retentissent hors du bar, la nuit
Enter Patty Valentine from the upper hall
Entre ensuite Patty Valentine de l'étage supérieur
She sees the bartender in a pool of blood
Elle voit le barman dans une marre de sang
Cries out My God they killed them all
Elle crie Mon Dieu ils les ont tous tués

[Chorus]
[Refrain]
Here comes the story of the Hurricane
Voici l'histoire d'Hurricane(1)
The man the authorities came to blame
L'homme que les authorités sont venues blâmer
For something that he never done
Pour quelque chose qu'il n'a jamais fait
Put him in a prison cell but one time he could've been The champion of the world
Ils l'ont mis dans une cellule de prison mais il aurait pu etre le champion du monde

Three bodies lying there does Patty see
Patty voit trois corps allongés
And another man named Bello moving around mysteriously
Et un autre homme appelé Bello qui se promene autour mystérieusement
I didn't do it he says and he throws up his hands
Je n'ai rien fait qu'il dit en levant ces mains en l'air
I was only robbing the register I hope you understand
Je volais juste la caisse j'espère que vous comprenez
I saw them leaving he says and he stops
Je l'ai vu partir dit-il et il s'arrêta
One of us had better call up the cops
Un d'entre nous ferais mieux d'appeler la police
And so Patty calls the cops
Et ainsi Patty appella la police
And they arrive on the scene with their red lights flashing
Et ils arrivent sur la scène du crime avec leurs girophares rouge
In the hot New Jersey night
Dans la nuit chaude du New-Jersey
Meanwhile far away in another part of town
Pendant ce temps loin dans une autre partie de la ville

Rubin Carter and a couple of friends are driving around
Rubin Carter et un couple d'amis se promènent en voiture
Number one contender for the middleweight crown
Compétiteur numéro un pour la couronne des poids moyens(2)
Had no idea what kinda shit was about to go down
Il n'avait aucune idée de la merde qui allait lui tomber dessus
When a cop pulled him over to the side of the road
Quand la police lui demanda de se garer sur le coté de la route
Just like the time before and the time before that
Juste comme la fois précédente et encore la fois avant
In Patterson that's just the way things go
Patterson, c'est de cet maniere que les choses se passent
If you're black you might as well not show up on the street
Si tu es noir tu ferais mieux de ne pas te montrer dans la rue
Unless you wanna draw the heat
Sauf si tu veux attirer l'attention

Alfred Bello had a partner and he had a rap for the corps
Alfred Bello a eu un associer et il etait contre les forces de l'ordre
Him and Arthur Dexter Bradley were just out prowling around
Lui et Arthur Dexter Bradley étaient juste entrain de trainer
He said I saw two men running out they looked like middleweights
Il a dit' j'ai vu deux hommes sortir en courant et ils ressemblaient à de poids moyens
They jumped into a white car with out-of-state plates
Ils ont sauté dans une voiture blanche avec des plaques d'un autre état
And Miss Patty Valentine just nodded her head
Et Mademoiselle Patty Valentine faisait un signe de la tête
Cop said Wait a minute boys this one's not dead
Un policier dit attendez les gars celui-là n'est pas mort
So they took him to the infirmary
Ainsi ils l'ont porté à l'infirmerie
And though this man could hardly see
Et bien que cet homme pouvait à peine voir
They told him that he could identify the guilty men
Ils lui ont indiqué qu'il pourrait identifier les coupables

Four in the morning and they haul Rubin in
À quatre heures du matin et ils ont transporté Rubin avec eux
Take him to the hospital and they bring him upstairs
Ils l'ont emmené à l'hôpital au deuxième étage
The wounded man looks up through his one dying eye
L'homme blessé regarda à travers son oeil
Says Wha'd you bring him in here for He ain't the guy
Et demenda Pourquoi l'avez-vous emmené ici Ce n'est pas lui

[Chorus]
[Refrain]

Four months later the ghettos are in flame
Quatre mois plus tard les ghettos sont en feu
Rubin's in South America fighting for his name
Rubin en Amérique du Sud se battant pour son titre
While Arthur Dexter Bradley's still in the robbery game
Tandis que Arthur Dexter Bradley fait toujours dans le vol
And the cops are putting the screws to him looking for somebody to blame
Et les policier lui mettent la corde au cou, cherchant quelqu'un à blâmer
Remember that murder that happened in a bar
Rappele-toi ce meurtre qui s'est produit dans un bar
Remember you said you saw the getaway car
Rappele-toi que tu as dit avoir vu la voiture prendre la fuite
You think you'd like to play ball with the law
Tu penses que tu peux jouer à la balle avec la loi
Think it might've been that fighter you saw running that night
Penses-tu que c'est ce boxeur que tu as vu courrir cette nuit là
Don't forget that you are white
N'oublie pas que tu es blanc

Arthur Dexter Bradley said I'm really not sure
Arthur Dexter Bradley a dit Je ne suis vraiment pas sûr
Cops said A boy like you could use a break
Le policier dit un garçon comme toi pourrait prendre une pause
We got you for the motel job and we're talking to your friend Bello
Nous t'avons attrapé pour le vol dans le motel et nous parlons à ton ami Bello
Now you don't want to have to go back to jail be a nice fellow3
Maintenant tu n'auras pas à revenir en prison alors sois gentil
You'll be doing society a favor
Tu feras une faveur à la société
That son of a bitch is brave and getting braver
Ce fils de chien est courageux et devient de plus en plus courageux
We want to put his ass in stir
Nous voulons le mettre sur la touche
We want to pin this triple murder on him
Nous voulons lui attribuer ce triple meurtre
He ain't no Gentleman Jim
Ce n'est pas un gentleman, Jim

Rubin could take a man out with just one punch
Rubin pourrais sortir un homme avec juste un coup de poing
But he never did like to talk about it all that much
Mais il n'a jamais aimé parler de ça
It's my work he'd say and I do it for pay
C'est mon travail qu'il dirait et je le fais pour le salaire
And when it's over I'd just as soon go on my way
Et quand c'est fini je préfère encore partir sur mon chemin
Up to some paradise
Jusqu'à un certain paradis
Where the trout streams flow and the air is nice
Où les truites nagent et ou l'air est bon
And ride a horse along a trail
Et me promener à cheval le long des chemins
But then they took him to the jailhouse
Mais alors ensuite ils l'ont mis en prison
Where they try to turn a man into a mouse
Là où ils essayent de transformer les hommes en souris

All of Rubin's cards were marked in advance
Toutes les cartes de Rubin ont été marqué à l'avance
The trial was a pig-circus he never had a chance
Le procès était un vrai cirque il n'a jamais eu de chance
The judge made Rubin's witnesses drunkards from the slums
Le juge a fait en sorte que les témoins de Rubin soient introuvables ou des ivrognes
To the white folks who watched he was a revolutionary bum
Pour les blancs qui regardaient il était un clochard révolutionnaire
And to the black folks he was just a crazy nigger
Et pour les noirs il n'était qu'un nègre complètement fou
No one doubted that he pulled the trigger
Personne ne doutait qu'il avait tiré sur la gachette
And though they could not produce the gun
Et bien qu'ils n'avaient jamais retrouvé le pistolet
The lawyer said he was the one who did the deed
L'avocat a indiqué qu'il était celui qui a fait le contrat
And the all-white jury agreed
Et le jury composé de personnes blanches était d'accord

Rubin Carter was falsely tried
Rubin Carter a été mal jugé
The crime was murder 'one' guess who testified
Pour ce meurtre on peut se douter qui a témoigné
Bello and Bradley and they both baldly lied
Bello et Bradley ont tous les deux menti
And the newspapers they all went along for the ride
Et les journaux ont suivi la meme route
How can the life of such a man
Comment la vie d'un tel homme
Be in the palm of some fool's hand
A pu se retrouver entre les mains de ces imbéciles
To see him obviously framed
Le voir évidemment enfermé
Couldn't help but make me feel ashamed to live in a land
Je ne peux m'empêcher d'avoir honte de vivre dans un pays
Where justice is a game
Où la justice est un jeu

Now all the criminals in their coats and their ties
Maintenant tous les criminels en costumes et cravates
Are free to drink martinis and watch the sun rise
Sont libres de boire des martinis et de voir le soleil se lever
While Rubin sits like Buddha in a ten-foot cell
Pendant que Rubin est assis comme Buddha dans une cellule
An innocent man in a living hell
Un innocent vivant en enfer
That's the story of the Hurricane
C'est l'histoire d'Hurricane(3)
But it won't be over till they clear his name
Mais ce ne sera pas terminé jusqu'à qu'ils blanchissent son nom
And give him back the time he's done
Et lui redonnent le temps qu'ils lui ont pris
Put him in a prison cell but one time he could've been
Ils l'ont mis dans une cellule de prison mais il aurait pu être une fois
The champion of the world
Le champion du monde

(2) poids moyens dans la boxe
(1)(3) Hurricane = Ouragan mais Hurricane etais le surnom de Rubin Carter sur le ring

 Paroles et traductions trouvées chez la coccinelle (via google)

Etonnant presque parralèle de destin.

Apparemment, vu le dossier, même les partisans de la peine de mort AUSSI auraient du demander que la peine de Troy Davis soit commuée. Mais, étrangement, ils pensent que la "justice" ne se trompe jamais.

"La peine de mort est une peine immorale, ou du moins inutile, parce qu'elle habitue le peuple au spectacle des supplices, et parce qu'elle ne répare rien ; car malheureusement la mort du meurtrier ne rend point la vie à la victime."      François Eugène Vidocq

"Ceux qui croient à la valeur dissuasive de la peine de mort méconnaissent la vérité humaine. La passion criminelle n'est pas plus arrêtée par la peur de la mort que d'autres passions ne le sont qui, celles-là, sont nobles."      Robert Badinter

"Mort à toute peine de mort ! "     Georges Brassens

 

politique,troy davis,hurricane carter,bob dylan,peine de mort,victor hugo,un testament espagnol,

Le film sur l'histoire d'Hurricane Carter est très bien.

Et sur la peine de mort, lisez (entre autres) "Un testament espagnol" du grand Arthur Koestler.

Paz y salud !

Zgur_

 

 

 

 

28/08/2011

Putain, cinq ans ! Déjà 5 années de blogage ...

medium_joli_gateaui.jpg

 

Et voilà, il y a cinq ans déjà, après quelques mois à commenter par ci, par là (sur le DEL de Guy Birenbaum et chez quelques autres),  je plubliais le premier billet de ce blog, sur le piratage et les mensonges d'un journaliste (déjà !).

Plus de 500 billets, plus ou moins intéressants.

Sur la politique, 

Sur la musique,

Sur lma prcrastination,

Sur ce qui mamuse, m'intéresse ou m'interpelle,

Sur ce que je veux et dont je trouve le temps et le courage de parler.

Ici je fais ce que je veux.

...

Et puis ...

2002 commentaires à ce jour sur mon blog (Jide a fait le 2000ème !)

Et beaucoup de belles rencontres, des blogueurs et blogueuses qui ont disparu du paysage.

Parfois leurs blogs ont disparus avec eux et les commentaires qui y étaient ont disparu aussi (dont les miens).

Et aussi presque cinq ans de sarkozysme et sa bande de baltringues incompétents et menteurs dans mon pays.

Ca gâche un peu la fête.

 


DAVID BOWIE - FIVE YEARS - LIVE 72 HQ par THE-GRAND-WAZOO

 


We got five years, stuck on my eyes
We got five years, what a surprise
We got five years, my brain hurts a lot
We got five years, that's all we've got

 

Mais je continuerai, à mon rythme ...

Et sur twitter aussi. Trop même. ;0)

Alors ...

Banzaï !

Arf !

Zgur_

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu