Avertir le modérateur

30/05/2011

Madrid février 2011

mad8.jpg

J'étais à Madrid en février.

Et même pour l'anniversaire du 23F ce dernier sursaut du franquisme qui installa définitivement Juan Carlos sur le trône de cette nouvelle démocratie qui allait changer son armée pour la faire passer, comme je l'ai lu, du statut d'armée d'occupation de son propre pays à une armée au service du pays (en gros).

Madrid, une ville sous les bombes des taggers et les graphs des artistes.

Plein de photos en stock.

Un billet en projet qui traine - putain de procrastination - et paf, la Puerta del sol qui s'agite.

Alors en vitesse, quelques photos pour le plaisir (et un nouveau bandeau) :

mad4.jpg

Il venait juste d'être traduit !

 

mad1.jpg
Tunisiens, me semblerait plus juste, non ?

mad3.jpg

A mi tambien, me gusta Arthur Cravan !

 

Et un peu de musique "Ni fu Ni Fa" avec Ska P, qui me semble fort a propos en ces temps de contestation :

 

Ni Fu Ni Fa (couci couça) - (Ska P) - traduction trouvée là

La sonnette se fait entendre, tout est prêt, le spectacle va commencer
Dans l'ambiance on peut respirer la campagne électorale
Plus d'affiches, télévision et radio contaminent ma ville
Avec des sourires cordiaux on prétend nous tromper, chacal !

Encore des débats et des meetings ennuyants sans crédibilité
Derrière ce visage angélique se refugie la mesquinerie
J'ai voté et tout est terminé, j'ai cessé de t'intéresser
Ton visage a cessé de briller, à la prochaine, gamin !

Comme çi, comme ça
Démocratie qui se convertit en banalité
Tu peux choisir sans diversité
Si tu n'es pas du côté des géants ils t'écraseront
Tiens, un vote inutile

Tous les quatre ans on te donne la chance
De voter blanc ou noir, tu ne peux pas opter autrement
Soumis comme une dinde, j'attends Noël
Et un miracle

Aucun d'entre vous ne peut me représenter
Donne-moi de la démocratie dans laquelle je puisse participer
On nous trompe avec un appât, la chimère de la liberté
Tout est mensonge, Oi !

La roulette tourne et tourne

Comme çi, comme ça
Démocratie qui se convertir en banalité
Tu peux choisir sans diversité
Si tu n'es pas du côté des géants ils t'écraseront
Pour moi le vote inutile, comme çi comme ça

Préparés pour jouer
La roulette va commencer
Venez, jouez et perdez, rien ne va plus !

 

Inconnu ici.

Mais vraiment actuel ici et là-bas.

Vive la jeunesse espagnole et vive Arthur Cravan !

Arf !

Zgur_

 

 

 

05/05/2011

Message personnel : dix ans déjà

 

 

 

"La faute à qui ?
A personne ...
Juste le temps qui passe.
Et l'heure qui sonne."

 

Zgur

19/04/2011

Sur ma mob, je suis bien. Je suis bien et je chante ... depuis 1979 !

Voilà un morceau de 1979 qui me met toujours de bonne humeur, avec ses paroles fraiches et ses riffs de guitare aériens.

J'en avais le 45t et il faisait partie d'une cassette où j'avais compilé les morceaux qui me plaisait alors. Elle doit trainer au fond d'un tiroir, faudra que je la retrouve, tiens.

 

 

Après Lili Drop, Olive a continué une carrière solo intéressante mzis sans grand succès, avant de mourir en 2006.

Ah oui, j"oubliais, la bassiste, c'est la future Enzo Enzo ;0)

Et je n'ai jamais eu de mob' ! Pourtant ...

Sur ma mob je suis bien

Je suis bien et je chante

Sur ma mob je suis bien

Et ces connes de bagnoles sont folles de rage

 

Ca m'a fait du bien de réécouter ce morceau, ce soir.

J'espère qe cela vous plaira aussi, aimable visiteur de ce blog en jachère.

Arf !

Zgur_

 

En savoir plus sur Lilidrop et Olive:

 

18/04/2011

Souvenirs de La Crise - 1981

Première mise en ligne 25.03.2008 - ajout du clip le 18.04.2011

Une (re)trouvaille :

34a25843707da6df460b21c583e49076.jpg

podcast


Je vais sortir ce soir, ce soir
Jusqu'au petit matin, matin
Pas de boulot pour moi, pour moi
Je dormirai demain, demain matin
Je sirote un cocktail, un cocktail
En écoutant du rock, rock rock
Je parle a une fille, belle fille
Mais j'ai l'estomac vide, oui tellement vide

La crise économique : c'est fantastique,
La décadence : c'est la bonne ambiance

Je vais sortir ce soir, ce soir
En écoutant du rock, be bop a lula
Pas de boulot pour moi, pour moi
Je sirote un cocktail

Je parle à une fille, une fille
Jusqu'au petit matin, petit matin
Je dormirai demain, demain
Mais j'ai l'estomac vide oui tellement vide

Regarde un peu ce look,
Ecoute un peu ce son,

Ce soir au Tchad, on crève
Mais je m'achète le walkman de mes rêves
Haha haha haha

Ce soir au Tchad, on crève
Mais je m'achète le walkman de mes rêves

La crise économique : c'est fantastique,
La décadence : c'est la bonne ambiance

La crise économique : c'est fantastique,
La décadence : c'est la bonne ambiance


Je vais sortir ce soir, ce soir
En écoutant du rock, be bop a lula
Pas de boulot pour moi, pour moi
Je sirote un cocktail

Je parle à une fille, une fille
Jusqu'au petit matin, petit matin
Je dormirai demain, demain
Mais j'ai l'estomac vide, oui tellement vide

Regarde un peu ce look,
Ecoute un peu ce son,

Ce soir au Tchad, on crève
Mais je m'achète le walkman de mes rêves
Haha haha haha

Ce soir au Tchad, on crève
Mais je m'achète le walkman de mes rêves

La crise économique : c'est fantastique,
La décadence : c'est la bonne ambiance
Auteurs-Compositeurs: Vincent Ferniot, Frank Kutner, Yvon Labrot, Fabrice Coroneos, J.M.D.

 

 

Toujours d'actualité, non ?

Remplacez walkman par mp3 et Tchad par ... Tchad (ou Tibet) ...

Et hop !

La crise économique : c'est fantastique,
La décadence : c'est la bonne ambiance

 

Arf !

Zgur

 

 

23/03/2011

Un peu de beauté musicale cubaine et graphique espagnole dans ce monde de merde (7): "Chico y Rita" par Javier Mariscal et Fernando Trueba

chico-y-rita.jpg

"Chico Y Rita" est une petite merveille de film musical (enlevé par les compositions toniques de Bebo Valdès) et graphique (celui de l'espagnol Mariscal qui avait fait la mascottr des JO de Barcelone).

Ce film est déjà sorti en 2010 au Royaume Uni et aux Etats-Unis. J'ai eu la chance de le voir lors de sa sortie en Espagne il y a quelques semaines.

Voici la Bande Annonce :

 

L'histoire d'amour du pianiste Chico y de la chanteuse Rita est enchâssée dans l'évocation d'événement politiques (la révolution castriste) et musicaux (l'explosion du latin Jazz dans le New York Paris, Hollywood and Las Vegas des années 40/50). On y croise des grands noms du Jazz de cette époque (Dizzy Gillespie, Charlie Parker, cette grande guele de Chano Pozo, ...)

Et "Besame mucho"

 

Il sortira en France le 6 juittet 2011.

Courez-y !

Es buenissimo !

Arf !

Zgur

 

 

Super bonus trouvé à l'occasion de ce post :

Salsa et Latin Jazz sur http://salsazucar.wordpress.com/salsa-et-latin-jazz/

 

D'autres "Un peu de beauté dans ce monde de merde"

01/12/2010

Un hymne joyeux pour Internet ? "Buzz Buzz Buzz" de Jonathan Richman

 

J'aime beaucoup Jonahtan Richman dont j'ai déjà parlé dans "Un peu d'air frais avec Jonathan Richman" et en commentaire chez les Play-listeurs.

Et je l'écoute souvent. très souvent.

Ce morceaux joyeux et sautillant, sur lequel je suis retombé l'autre jour en butinant sur YouTube, pourrait être un joli hymne pour Internet (et particulièrement Twitter).

Alors un peu d'humeur printanière en ce début de glaciation ne pourra nous faire de mal :

 

"Buzz buzz buzz" par Jonathan Richman (sans oublier les Modern Lovers !)

 

You see, Buzz buzz buzz goes the honey bee
And tweedily tweedily twee goes the bird
But the sound of your little voice darling
That’s the sweetest sound i’ve ever heard

I say, Buzz buzz buzz goes the honey bee
While tweedily tweedily twee goes the bird
Buzz buzz buzz goes the honey bee
While tweedily tweedily twee goes the bird

Let’s go out to the clover now
Up in Maine and the grass is growin

And, Buzz buzz buzz goes the honey bee
And tweedily tweedily twee goes the bird
But the sound of your little voice is sweeter
It’s the sweetest sound I’ve ever heard

Well I love to be out here, in the springtime
With the birds and the bees
The bees sing good
The birds sing good
But they’re not like you for me

Buzz buzz buzz goes the honey bee
And tweedily tweedily twee goes the bird
But the sound of your little voice darling
That’s the sweetest sound i’ve ever heard

Tell them the Modern Lovers

Buzz buzz buzz

(That’s what the honey bee does)
Tweedily tweedily twee
(You know the bird does that)
Buzz buzz buzz (goes the honey bee)
(And) Tweedily tweedily twee (goes the bird)

Buzz buzz buzz
(Goes the honey bee)
Tweedily tweedily twee
(Goes the bird)
Buzz buzz buzz
(Goes nature’s honey bee)
(And) Tweedily tweedily twee (Goes the bird)

But I love your voice even more

 

Et un petit message personnel :

"Les abeilles buzzent bien
Les oiseaux twittent bien
Mais ils ne le sont pas comme tu l'es pour moi
"

Arf !

Zgur

 

 

Rappel :

La bio de Jonathan Richman dans wikipedia en français, et danswikipedia en anglais.

Les chroniques d'un amoureux de Jonathan Richman

11/11/2010

En ce 11 novembre 2010, découvrons "La Marseillaise des requins" de Gaston Couté (1911)

En ce 11 novembre 2010, il ne reste plus que trois ou quatre vétérans (seulement deux, selon wikipedia français) de cette abominable boucherie que fut la première guerre mondiale.

Contrairement à ce qu'on nous dit souvent, la guerre n'est pas une fatalité. Non. Elle n'est que le fruit nauséabond d'actions parfaitement humaines. Et pour des intérêts qui sont souvent bien éloignés de ceux des pauvres gars qui vont se faire trouer la peau loin de chez eux.

En ce jour de souvenir, je voudrais partager avec vous une découverte récente, la "Marseillaise des requins" de Gaston Couté, écrite en 1911.

Gaston Couté avait préssenti la boucherie guerrière à venir entre les deux pays (en plus de dénoncer les massacres coloniaux en cours)

 

La Marseillaise des requins - Gaston Couté
Interprétation : Bernard Meulien,

 

Allez ! petits soldats de France
Le jour des poir's est arrivé.
Pour servir la Haute Finance
Allez vous en là-bas crever !
Allez vous en là-bas crever!
Tandis qu'au cœur de la fournaise
Vous tomb'rez, une balle au front,
De nos combin's nous causerons
En fredonnant la " Marseillaise " !

Aux Armes, les enfants !
Formez vos bataillons !
Marchez ! marchez ! Nous récolt'rons
Dans le sang, des sillons !

Allez ! guerriers pleins de courage,
Petits fils de la liberté,
Allez réduire en esclavage
De pauvr's Arbis épouvantés !
De pauvr's Arbis épouvantés !
Dans leurs douars, que le canon tonne
Plus fort que le tonnerr' d'Allah :
Nous align'rons pendant c'temps-là,
Des chiffres en longues colonnes !

Aux Armes, les enfants !
Formez vos bataillons !
Marchez ! marchez ! Nous récolt'rons
Dans le sang, des sillons !

Allez-y ! qu' les cadavr's s'entassent
Par centaines et par milliers,
Que la plaine où les balles passent
N'soit plus qu'un immense charnier !
N'soit plus qu'un immense charnier !
D'vant l'récit de tout's ces misères,
En ouvrant le journal de d'main,
Nous song'rons, nous frottant les mains :
" Ça n'biche pas trop mal, les affaires ! "

Aux Armes, les enfants !
Formez vos bataillons !
Marchez ! marchez ! Nous récolt'rons
Dans le sang, des sillons !

Allez ! si les autres voraces,
Si tous les requins d'Outre-Rhin,
Font en c'moment un' sal' grimace
Ça n'nous défris' pas l'moindre brin
Ça n'nous défris' pas l'moindre brin
Un' nouvelle guerre ? on s'en fout, puisque
C'est vous qui marcheriez encor
Pour défendre nos coffres-forts
Alors ! franch'ment, NOUS qu'est-c'qu'on risque ?

Aux Armes, les enfants !
Formez vos bataillons !
Marchez ! marchez ! Nous récolt'rons
Dans le sang, des sillons !

Nous entrerons dedans la place
Après que vous n'y serez plus :
Nous y trouverons vos carcasses
Près des carcasses des vaincus !
Près des carcasses des vaincus !
Et sur les tombes toutes proches,
Se r'joignant à deux pieds dans l'sol
Avec l'or du meurtre et du vol
Nous emplirons froid'ment nos poches !

Aux Armes, les enfants !
Formez vos bataillons !
Marchez ! marchez ! Nous récolt'rons
Dans le sang, des sillons !

 

Un texte qui, quasiment un siècle après, n'a pas, hélas, perdu de sa pertinence ni de son actualité.

Oui, comme a dit plus tard Paul Valéry :

"La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas".

Ou Anatole France :

"On croit mourir pour la patrie : on meurt pour des industriels"

Ne l'oublions jamais !

Et ne laissons pas agir impunément les fauteurs de guerre.

PAZ y Salud !

Arf!

Zgur

 

Un grand merci à Sullymu pour avoir mis cette chanson sur Dailymotion et pour son texte explicatif.

Plus d'infos sur Gaston Couté (1880-1911) le gâs qu'a mal tourné... sur un site consacré à ce chansonnier libertaire du début du XXème siècle et  mort à 31 ans, là :  gastoncoute.free.fr

J'ai trouvé les paroles de sa marseillaise anti guerre sur www.antiwarsongs.org

 

Sur le 11 novembre :

2008 Pas d'armistice pour le maljournalisme

2008 Quand viendra la guerre mondiaux, tout le monde cadavéré

2007 L'émotion, c'est bien joli mais faudrait voir à ne pas oublier les fauteurs de guerre!

2006 Quelle connerie la guerre ...

 

"La guerre, c'est bon à quoi ?  A absolument RIEN !"


11/10/2010

Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs (6/50) - 1981 - Mick Fleetwood "The Visitor"

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas encore les raisons de cette série, c'est à lire ici, ici ou .

 

Un des albums que j'ai le plus écouté étant jeune est le "Rumours" de Fleetwood Mac (et c'est aussi celui que j'ai longtemps cherché en téléchargement il y a quelques années quand j'ai eu un ordinateur digne de ce nom et une connection internet potable, car 25€ alors le CD déjà largement amorti me semblait - et me semble toujours - hors de prix et de propos).

Mais ce n'est pas de celui là dont je vais parler ici dans ma série musicale des années 80 (car "Rumours" date de 1977) mais du disque "The visitor"enregistré en solo à Accra au Ghana en 1981 par Mick Fleetwood, le batteur - et la moitié - de Fleetwood Mac.

MickFleetwood-TheVisitor-1981.jpg

J'ai aussi longtemps cherché ce disque.

Très longtemps.

Il n'a, à ma connaissance, jamais été réédité en CD.

Et je l'ai finalement trouvé en téléchargement.

Ahahahalégal !

(Je signale aux Hadopitres que je l'ai en vinyl 33t, alors pas la peine de m'écrire)

Et on le trouve maintenant aussi en partie sur YouTube, ce qui me permet de vous le faire découvrir avec quelques morceaux.

Le premier "O Niamali" montre la fusion du batteur qu'est Mick Fleetwood dans la rythmique du morceau ghanéen.

 

 

Le deuxième "Amelle (Come Show Me Your Heart)" est, avec sa ryhtmique chaloupée et nonchalante, ses choeurs et ses solos de guitare,  un des plus beaux morceaux que j'ai jamais entendus.

Et que je réécoute à chaque fois avec un sentiment de ravissement et de volupté musicale que je vous souhaite éprouver à son écoute.

 

 

Ce disque est une merveille qui part parfois un peu dans tous les sens (notamment une bonne reprise du Not fade Away des Rolling Stones), mais Mick Fleetwood sait nous ramener au bercail de son projet.

Alors un petit dernier pour le plaisir "Dont Be Sorry, Just Be Happy" :

 

 

Ca fait quand même du bien d'entendre ça, non ?

Et la pochette, c'est quand même de la belle ouvrage.

Alors on dit encore merci à Internet qui permet de telles découvertes ou redécouvertes.

Paz y Salud

Zgur

 

 

Retrouvez toute la série en cliquant sur : Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu