Avertir le modérateur

22/02/2009

Sarkozy joue la montre, sifflons-le !

rolex_image.542676.jpg

"Jacques Séguéla est-il est un con ? De deux choses l'une : ou bien Jacques Séguéla est un con, et ça m'étonnerait tout de même un peu, ou bien Jacques Ségéla n'est pas un con, et ça m'étonnerait tout de même beaucoup..."

P. Desproges (en 1982 - déjà)


Depuis que la crise a pointé plus que le bout de son nez, elle a prouvé non seulement l'incurie de nos dirigeants mais surtout leur nullité.

"Gouverner c'est prévoir", dit l'adage.

Ils n'ont rien prévu, rien vu venir (enfin c'est ce qu'ils disent!), rien préparé. Sauf de permettre à ceux qui nous ont mis dans cette merdre de rester bien au chaud à leur place pendant que des milliers de gens vont continuer à se faire lourder sans autre forme de procès.

Mais, derrière les sourires de façade et autres serrements virils de machoires, la peur des dirigeants se voit devant les révoltes qui grondent et commencent à se faire entendre.

Alors, depuis quelques temps, j'ai franchement l'impression que le pouvoir sarkozyste, incarné par son seul, vrai et unique Grand Don du Cacor, Nicolae Ier lui-même "moi-je" et "moi d'abord", cherche à tenir jusqu'aux prochaines vacances d'été. Car c'est bien connu, les mobiilisations sociales tombent dans une torpeur mortelle dès que les chaleurs estivales coïncident avec les vacances filiales.

Alors, d'interventions télévisées (mais dans dix jours seulement) en table ronde à organiser (le mois prochain) en passant par les grosses commissions aux rapports à déposer (à la saint glin-glin), la tentation du pouvoir me semble de faire lanterner les discussions pour tenir encore quelques mois.

Mais nous ne sommes qu'en fin février.

L'été est encore loin et le pari hasardeux.

Et il est temps pour tous de ne pas se laisser endormir.

Rien de tel pour cela que de bons vieux sifflets bien stridents !

 

sifflet.jpg

Avec cette nouvelle arme de contestation massive, qui porte plus loin que la godasse ...

Montrons leur le carton rouge !

Bien avant l'été.

Arf !

Zgur

 

 

Voir : La brigade des sifflets

 

12/02/2009

Pour fêter dignement l'anniversaire de Darwin, rien ne vaut un bon dessin intelligent sur le "dessein intelligent"

20080129-intelligent-design-poster.jpg

Le dessein intelligent :

La preuve irréfutable de l'évolution de la stupidité.





Pour plus de détails, lisez Richard Dawkins.


Arf !

Zgur

11/02/2009

Double médiation en Guadeloupe - Erratum 2

Hum ...

D'autres sources non officielles viennent de me paire parvenir, par berline noire à vitres fumées, directement devant chez moi, la vraie photo des médiateurs accompagnant Yves Jégo en Guadeloupe:


b2fc79438b6f26258fd768c232efb7e0.jpg
Les médiateurs ont suivi tous les stages de formation du MEDEF à la négociation syndicale.


...

Il ne sera pas dit que je ne corrige pas mes erreurs.

Vive le Grand Con du Cator !

Arf !

Zgur

09/02/2009

Tirs sur la foule à Madagascar : déjà en 1991

Madagascar, l'Île Rouge, est , vue du ciel, comme une terre qui saigne dans la mer.

Et la voilà qui voit de nouveau couler le sang de ses habitants.

Sans remonter (on devrait pourtant) à la colonisation sanglante de Galieni ou à la repression imitoyable de la révolte de 1947, déjà en 1991, la population malgache s'est révoltée contre son président d'alors l'"amiral rouge" Didier Ratsiraka qui gouvernait  depuis 1975 et d'une main de fer Madagascar, alors une soi-disant république socialiste soi-disant démocratique.

Le président Ratsiraka a fait alors tirer ses hélicoptères sur la foule qui se dirigeait vers son palais, en commandant lui-même les opérations par radio:

Madagascar 10 aout 1991

 

1993 : exit Ratsiraka qui viendra se réfugier dans les HLM de la ville de Paris avec la bénédiction du maire d'alors Jacques Chirac.

Ratsiraka reviendra au pouvoir aux élections présidentielles de 1997 en profitant de l'incurie des hommes politiques qui l'avaient dégagé et de la destitution constitutionnellement acrobatique du président Zafy.

Mais Ratsiraka sera de nouveau chassé du pays par les malgaches en 2002, non sans avoir auparavant mené le pays au fond du gouffre économique et au fond du gouffre politique avec une tentative de séparatisme des provinces cotières conduisant à six mois de blocage total de l'économie de ce pays déjà parmi les plus pauvres de la planète (malgré ses immenses richesses naturelles et culturelles).

Didier Ratsiraka et sa famille vinrent de nouveau se réfugier en France, mais dans les beaux quartiers de Neuilly cette fois.

Marc Ravalomanana ex-maire de la capitale Antananarivo s'était finalement fait élire président de façon constitutionnellement acrobatique en 2002 mais représentait alors les aspirations au changement d'un pays et d'un peuple exangue qui croyait que ce self-made made placerait enfin Madagascar sur l'orbite du développement économique et culturel.

Mais les promesses ne furent pas tenues.

La famille et les entreprises du nouveau président eurent vite fait d'accaparer quasiment tous les rouages de l'économie et de chasser les importuns qui génaient leur emprise. Marc Ravalomanana se fera réélire président sans que les aspirations des malgaches exaucées malgré certaines améliorations visibles. Les prix des denrées de premières nécessité continueront de monter.

En 2008, Andry Rajoelina, le nouveau maire de la capitale, semble capitaliser sur son nom les récriminations des malgaches. Et il tire profit du scandale provoqué par la location de terres arables pour de l'agro-busines coréen puis de l'interdiction de sa chaine de télévision en décembre pour chercher l'épreuve de force. Il faut noter que cette interdiction a été décidée par le pouvoir malgache en place en raison de la diffusion pas la chaîne de  d'une interview de l'ancien président Ratsiraka, pourtant contraint au silence par son quasi statut de réfugié politique en France. On peut légitimement se demander ce que pense le pouvoir français de cette rupture de silence de Didier Ratsiraka. Mais la question n'a pas été posée.

L'épreuve de force entre le nouveau et l'ancien maire de Tananarive s'est poursuivie en 2009, chacun annonçant la destitution de l'autre, pour culminer ce samedi 7 février par un nouveau carnage avec la garde présidentielle qui a tiré sur la foule se dirigeant vers l'un des palais présidentiels de la capitale, sans qu'on sache encore qui a donné l'ordre.

Bilan annoncé : autour de 50 morts et de 270 blessés.

 

Antananarivo samedi 7 février 2009 "Ils disent qu'ils vont tirer" 2':12''

 

Il y aurait évidemment des clans et des appétits féroces derrière les forces aujourd'hui en présence.

Protestants (Ravalomanana) contre catholiques (Rajoelina) ?

Américanophiles contre francophiles ?

Nouveaux possédants contre anciens possédants ?

Quoi d'autre encore ?

Seules ne sont jamais prises réellement en compte les aspirations du peuple malgache à vivre décemment et en paix sur la "terre des ancêtres" pourtant déjà bien amochée par la déforestation et l'érosion.

Madagascar n'est pas (encore) dans l'état du Zimbabwé de Mugabé (qui a conservé le pouvoir depuis 2002, lui). Mais il s'en faudrait de peu.

Espérons que ses responsables politique sauront vite retrouver les voies de la sagesse.

L'espoir fait vivre, dit-on.

Arf !

Zgur

 

Lire chez Agathe :

"Du 10 août 1991 au 7 février 2009, les mêmes questions des responsabilités se posent. Qui a donné l’ordre de tirer ; et qui a amené la foule sur une zone rouge, en pleine connaissance de cause ? La défense de la légalité autorise-t-elle les tirs à balles réelles sur une foule sans défense ; mais la noblesse ou la légitimité de la lutte pour la démocratie autorise-t-elle à ne plus s’embarrasser de scrupules et de limites ? La garde présidentielle a tiré sur la foule. Mais la foule n’aurait pas été là si on ne l’avait conditionnée et dirigée pour y être. Dont acte."

Lire le texte de Jean Luc Raharimanana "Les raisons de la colère contre le président de Madagascar" sur Rue 89 :

"Car ce qui arrive aujourd’hui est bien le fait de Ravalomanana, l’homme en qui une très grande majorité de malgaches avaient placé leurs espoirs, l’homme qui, ayant su bâtir son empire commercial, ne pouvait que réussir à la tête du pays. Mais Ravalomanana a raté l’occasion de devenir un grand homme."


08/02/2009

Hommage musical au peuple malgache

Au moment où la population de Madagascar se retrouve une fois de plus embringuée dans la folie de l'incurie et des appétits de ses dirigeants, actuels et revenants, un peu de musique de la Grande Île à découvrir :

 

Début du film "Mahaleo"

 

senge2.jpg

Découvrez Senge!

 



"E tiako Ô Malagasy" par Jaojoby

 

"Cette histoire dure depuis longtemps,

Mais elle n'est pas finie ..."

 

Paz y Salud

Zgur

07/02/2009

Bernard Kouchner et l'homme de paille

Un homme de paille dans le langage courant c'est "une personne qui couvre de son nom les actes ou les écrits de quelqu'un d'autre"

Mais un homme de paille, c'est aussi une figure de rhétorique très courante, que nous connaissons tous même sans connaitre son nom.

Il s'agit dans un débat ou une discussion

de"présenter la position de son adversaire de façon volontairement erronée",

de" formuler un argument facilement réfutable puis à l'attribuer à son opposant." (source wikipedia).

Parce que "se battre contre la représentation [reconstruite et affaiblie, voire falsifiée] de l'adversaire assure une victoire facile"

[PDVD_685.jpg

Ca devient plus clair, non ?

Bon sang mais c'est bien sûr.

La technique est vieille comme le monde.

Quand on veut tuer son chien, on  dit qu'il a la rage, explique le dicton.

La technique, vous la voyez ces derniers jours en grande tenue dans la polémique suscitée par le livre de Pierre Pean sur Bernard Kouchner.

Pierre Péan accuse (selon ce que j'ai lu dans les gazettes) Bernard Kouchner de mélange des genres et de s'être servi de ses positions politiques pour améliorer l'ordinaire de ses affaires personnelles et financière.

La défense de Kouchner jusqu'à présent me semble un exemple flagrant d'arguments homme de paille

Il répond en effet que ce n'est pas illégal, qu'on en veut à son honneur,

Ce qui n'est pas la question.

Pas plus que que l'antisémitisme n'est la question.

D'ailleurs, l'accusation d'antisémitisme et le plus abject des arguments "homme de paille". Il est de plus en plus utilisé (d'ailleurs très souvent par les mêmes BHL, Val et consorts) pour tenter de décridibiliser des questions qui attaquent leurs positions de pouvoir.Et est apparu comme tel lors de l'affaire Siné de l'été dernier. Mais cela ne les arrête toujours pas.

Mais l'argumentation "homme de paille", c'était aussi le mécanisme de défense foireux des dirigeants du Monde lors d'un précédent livre de Péan qui avait fait grand bruit "La face cachée du Monde". La défense des Colombani, Plenel et Minc avait alors été "on veut abattre Le Monde", 'c'est un scandale", "on s('attaque à la vie privée",  plutôt que de répondre factuellement aux accusations (de creusement dangereux de déficit notamment) que contenait le livre.

Il est d'ailleurs amusant de lire la défense de Kouchner par ce journal quant on note que ce dernier évite soigneusement de mentionner le contentieux historique qu'il a avec Péan. Mais il faut dire que Le Monde qui se prétend "journal de référence" est coutumier du fait avec un autre emmerdeur de fausses valeurs, Denis Robert.

Pour en revenir, et en finir avec Bernard Kouchner, vous verrez dans les prochains jours avez vu les affidés du ministre venir en meute dans les médias défendre leur champion, toujours avec des arguments "homme de paille", jamais avec des réfutations précises et exactes de ce qui est vraiment dansle livre.

Classique, habituel et fatigant.

Mais quand on connait la musique, on peut plus facilement la combattre et la faire taire.

Sus aux hommes de paille.

Arf !

Zgur

 

Post scriptum :

Merci et bravo à Phillipe Cohen (l'autre auteur de "La face cachée du Monde" avec Pierre Péan) de s'attaquer bille en tête sur Marianne2.fr au plus abject des arguments "homme de paille", celui d'antiséminitisme"

Supplique à Aphatie, Le Monde, Le Nouvel Obs et les autres : oubliez-nous, oubliez les juifs ! Un certain nombre de journalistes se sont abaissés à reprendre l'argumentaire honteux de Bernard Kouchner insinuant que le livre de Pierre Péan est limite, voire antisémite. Ce sont eux les vrais fourriers de l'antisémitisme qui vient...

[...]

Et maintenant Bernard Kouchner. Honte à lui de s’être servi de la communauté juive comme d’un bouclier humain, au lieu de s’expliquer pour de bon sur son affairisme évident !

[...]

Qu’il continuent, ces idiots inutiles, gonflés de leurs ego de résistants de la 25° heure, à prétendre qu'évoquer la fortune d'une personnalité est antisémite; qu'ils persistent à défendre les juifs de cette façon et alors là, oui, ils rendront un fier service à tous ceux qui veulent montrer que les juifs sont des intouchables.

Source : Marianne2.fr


En savoir plus :

Le procédé rhétorique "homme de paille" sur wikipedia.fr

Lecture complémentaire et indispensable : "Petit cours d'autodéfense intellectuelle", par Normand Baillargeon, Lux, 2005

couv_76.jpg

 

Illustration : Photo tirée du film "Ninja in the USA", trouvée sur l'indispensable nanarland.com

 

09.02.2009 : Ce billet a été repris par betapolitique.fr

Selon les indices de satisfaction, Sarkozy 2009 = Juppé 1995

nicolas_sarkozy_article_big.jpg
Répétez : "Je vais bien, tout va bien"

 

Depuis jeudi soir s'égrènent les réactions dans la presse française à la prestation de notre président trop maquillé et éclairé comme une vieille actrice trop ridée dont on surexpose le visage à peins projecteurs pour cacher les outrages du temps et de la fatigue.

Et dans les médias, bien qu'on entende et lise deci delà des critiques, les réactions immédiates de la presse de masse (le PPA seloin la terminologie péhèlpéesque) sont apparues plutôt satisfaites ou cherchant à le faire croire.

Celà me fait furieusement penser à ce qui était arrivé en France en novembre 1995 juste après l'annonce "courageuse" du Plan Juppé pour la "réforme" des retraites et de la Sécurité Sociale.

1995.jpg
novembre 1995

 

Le grand choeur des Tinettes (les adeptes de TINA, pas les choriste de Tino "qui ça?" Rossi) !

Mais, derrière cette logomachie satisfaite d'elle-même et de son maître, pointe et gronde la colère des français (et même des élus de terrain de l'UMP).

Alors en 2009, aurons-nous novembre en février et décembre en mars ?

On en a déjà le froid cinglant.

Réchauffons-nous vite.

En attendant le 18 ...

Arf !

Zgur

03/02/2009

J'ai confiance dans la justice de mon pays

common-snail-3.jpg
tiberi.jpg

A Paris, quand la justice passe, le Tibé rie !

 

 

Mwaahahahahaharf !

Zgur

 

Lire aussi la chronique de Simon Tivolle d'aujourd'hui sur France Inter

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu