Avertir le modérateur

28/10/2009

Le drapeau bananier flotte sur la marmite sarkozyste

Serais-je dans une période téléphonie mobile ?

J'ai beaucoup aimé l'appli Iphone dégotée par le JT des quartiers, qui montre bien l'état de déliquescence dans lequel se vautre la sarkozie.

 

 

Et à la fin du clip, on voit un joli petit drapeau qui représente bien cette république sarkozyste :

 

 

DrapeauFrance.gif

"Allons enfants de la fa-mi-i-illeuh ..."

 

Sans doute le stade ultime de la trahison du Gaullisme par ses suivants :

MERDE-copie-1.jpg

 

Qui se souvient de celui surnommé(1) "petite crotte" par Jacques Chirac ?

Un indice : fallait pas l'inviter !

Mwarf !

Zgur

 

 

(1) selon Les Guignols

25/10/2009

Exclusivité : le premier téléphone mobile de free

Le voilà en exclusivité chez moi, le premier téléphone mobile de Free (le Freephone?) :

freephone.gif

Il faut reconnaitre que ça fait envie ! ;0D

 

Trève de plaisanterie.

Après toutes les entraves mises dans le processus de vente de la quatrième licence de téléphonie mobile en France, seul Free/Illiad se retrouve candidat, les autres ayant renoncé, face à l'enjeu financier et/ou les pressions politiques.

Bien sûr, les trois compagnies en place, Orange, SFR et BouyguesTelecom couinent comme des cochons de lait qu'on va saigner.

Quoi, de la concurrence dans un oligopole qui rapporte si bien ?

Mais vous n'y pensez pas !

Quoi, de la concurrence venant en plus d'une société qui ne fait pas ami-ami avec ses concurrents, qui s'est construite contre la compagnie ex-étatique en position achi-dominante (et parfois il faut bien le dire, contre ses propres clients)?

Quoi, de  la concurrence qui risque d'abord de faire du mal à la compagnie d'un ami, que dis-je, d'un frère du president de la république?

Mais vous n'y pensez-pas !

Il ne faut pas oublier que les trois compagnies ont justifiés leur tarifs élevés par le coût initial d'achat de la licence et celui des investissments. Mais il y a belle lurette que ces coûts sont maitrisés et que la téléphonie mobile est une vraie "vache à lait", comme on dit en marketing, pour ces compagnies. Elles se comportent aujourd'hui comme un oligopole, gardien jaloux de la rente financière que lui assure cette position de marché.

Et les tarifs de téléphonie mobiles, en plus d'être incompréhensilbes et impossibles à comparer d'un contrat à l'autre, sont parmi les plus chers d'Europe. Contrairement à l'internet haut-débit. Où, justement, a agi comme trublion un (alors) nouvel entrant, qui s'appelle Free et qui a longtemps initié les nouveautés sur ce marché.

Alors, verrons-nous le même activisme commercial et technique de la part d'un nouvel entrant dans le marché français de la téléphonie mobile ?

Ce n'est pas encore gagné.

A suivre...

Arf !

Zgur

 

 

24/10/2009

Remettons la lettre de Guy Môquet dans son contexte historique et lisons aussi la "Prière de Paix" de Leopold Sedar Senghor

Hosties noires. Paris, Editions du Seuil, 1948.jpg

J'ai déjà dit l'an passé, dans les vrais assassins de Guy Môquet,  ce que je pensais de la décision de Nicolas Sarkozy d'imposer la lecture de la - belle - lettre de Guy Môquet dans les écoles et surtout de son instrumentalisation politique tendant à faire oublier les faits historiques de la mort de ce très jeune homme (notamment de son arrestation par la police française, et comme communiste et non comme résistant).

Alors pourquoi ne lirions-nous pas aussi à nos enfants la Prière de Paix écrite par Léopold Sédar Senghor en janvier 1945 en expliquant bien la situation de cette époque, l'Empire colonial, les mauvaises actions, passée et futures, de la France envers ses propres combattants (à Thiaroye en novembre 1944) et envers les habitants de ses colonies et envers ses propres principes républicains, à Sétif en 1945, à Madagascar en 1947, en Indochine et en Algérie.

 

PRIERE DE PAIX
(pour grandes orgues)

(pour Georges et Claude Pompidou)

"... sicut et nos dimittimus debitoribus nostrus."

Seigneur Jésus, à la fin de ce livre que je T'offre comme un ciboire de souffrances
Au commencement de la Grande Année, au soleil de Ta paix sur les toits neigeux de Paris
— Mais je sais bien que le sang de mes frères rougira de nouveau l'Orient jaune, sur les bords de l'Océan Pacifique que violent tempêtes et haines
Je sais bien que ce sang est la libation printanière dont les Grands-Publicains depuis septante années engraissent les terres d'Empire
Seigneur, au pied de cette croix — et ce n'est plus Toi l'arbre de douleur, mais au-dessus de l'Ancien et du Nouveau Monde l'Afrique crucifiée
Et son bras droit s'étend sur mon pays, et son côté gauche ombre l'Amérique
Et son cœur est Haïti cher, Haïti qui osa proclamer l'Homme en face du Tyran.
Au pied de mon Afrique crucifiée depuis quatre cents ans et pourtant respirante
Laisse-moi Te dire Seigneur, sa prière de paix et de pardon.

II
Seigneur Dieu, pardonne à l'Europe blanche !
Et il est vrai, Seigneur, que pendant quatre siècles de lumières elle a jeté la bave et les abois de ses molosses sur mes terres
Et les chrétiens, abjurant Ta lumière et la mansuétude de Ton cœur
Ont éclairé leurs bivouacs avec mes parchemins, torturé mes talbés, déporté mes docteurs et mes maîtres-de-science.
Leur poudre a croulé dans l’éclair la fierté des tatas et des collines
Et leurs boulets on traversé les reins d’empires vastes comme le jour clair, de la Corne de l’Occident jusqu’à l’Horizon oriental
Et comme des terrains de chasse, ils ont incendié les bois intangibles, tirant Ancêtre et génies par leur barbe paisibles.
Et ils ont fait de leur mystère la distraction dominicale de bourgeois somnambules.
Seigneur, pardonne à ceux qui ont fait des Askia des maquisards, de mes princes des adjudants
De mes domestiques des boys et de mes paysans des salariés, de mon peuple un peuple de prolétaires.
Car il faut bien que Tu pardonnes ceux qui ont donné la chasse à mes enfants comme à des éléphants sauvages.
Et ils les ont dressés à coups de chicotte, et ils ont fait d'eux les mains noires de ceux dont les mains étaient blanches.
Car il faut bien que Tu oublies ceux qui ont exporté dix millions de mes fils dans les maladreries de leurs navires
Qui en ont supprimé deux cents millions.
Et ils m'ont fait une vieillesse solitaire parmi la forêt de mes nuits et la savane de mes jours.
Seigneur la glace de mes yeux s'embue
Et voilà que le serpent de la haine lève la tête dans mon cœur, ce serpent que j'avais cru mort...

III
Tue-le Seigneur, car il me faut poursuivre mon chemin, et je veux prier singulièrement pour la France.
Seigneur, parmi les nations blanches, place la France à la droite du Père.
Oh ! je sais bien qu'elle aussi est l'Europe, qu'elle m'a ravi mes enfants comme un brigand du Nord des bœufs, pour engraisser ses terres à cannes et coton, car la sueur nègre est fumier
Qu’elle aussi a porté la mort et le canon dans mes villages bleus, qu’elle a dressé les miens les uns contre les autres comme des chiens se disputant un os
Qu’elle a traité les résistants de bandits, et craché sur les tête-aux-vastes-desseins.
Oui Seigneur, pardonne à la France qui dit bien la voie droite et chemine par les sentiers obliques
Qui m'invite à sa table et me dit d'apporter mon pain, qui me donne de la main droite et de la main gauche enlève la moitié.
Oui Seigneur, pardonne à la France qui hait les occupants et m'impose l'occupation si gravement

Qui ouvre des voies triomphales aux héros et traite ses Sénégalais en mercenaires, faisant d'eux les dogues noirs de l'Empire
Qui est la République et livre les pays aux Grands-Concessionnaires
Et de ma Mésopotamie, de mon Congo, ils ont fait un grand cimetière sous le soleil blanc.

IV
Ah ! Seigneur, éloigne de ma mémoire la France qui n'est pas la France, ce masque de petitesse et de haine sur le visage de la France
Ce masque de petitesse et de haine pour qui je n'ai que haine — mais je peux bien haïr le Mal.
Car j'ai une grande faiblesse pour la France.
Bénis ce peuple garrotté qui par deux fois sut libérer ses mains et osa proclamer l'avènement des pauvres à la royauté
Qui fit des esclaves du jour des hommes libres égaux fraternels
Bénis ce peuple qui m'a apporté Ta Bonne Nouvelle, Seigneur, et ouvert mes paupières lourdes à la lumière de la foi.
Il a ouvert mon cœur à la connaissance du monde, me montrant l’arc-en-ciel des visages neufs de mes frères.
Je vous salue mes frères : toi Mohamed Ben Abdallah, toi Razafymahatratra, et puis toi là-bas Pham-Manh-Tuong, vous des mers pacifiques et vous des forêts enchantées
Je vous salue tous d’un cœur catholique.
Ah ! je sais bien que plus d’un de Tes messagers a traqué mes prêtre comme gibier et fait un grand carnage d’images pieuses.
Et pourtant on aurait pu s’arranger, car elles furent, ces images, de la terre à Ton ciel l’échelle de Jacob.
La lampe au beurre clair qui permet d’attendre l’aube, les étoiles qui préfigurent le soleil.
Je sais que nombre de Tes missionnaires ont béni les armes de la violence et pactisé avec l'or des banquiers
Mais il faut qu'il y ait des traîtres et des imbéciles.

V
O bénis ce peuple. Seigneur, qui cherche son propre visage sous le masque et a peine à le reconnaître
Qui Te cherche parmi le froid, parmi la faim qui lui rongent os et entrailles
Et la fiancée pleure sa viduité, et le jeune homme voit sa jeunesse cambriolée
Et la femme lamente oh ! l’œil absent de son mari, et la mère cherche le rêve de son enfant dans les gravats.
O bénis ce peuple qui rompt ses liens, bénis ce peuple aux abois qui fait front à la meute boulimique des puissants et des tortionnaires.
Et avec lui tous les peuples d'Europe, tous les peuples d'Asie tous les peuples d'Afrique et tous les peuples d'Amérique
Qui suent sang et souffrances. Et au milieu de ces millions de vagues, vois les têtes houleuses de mon peuple.
Et donne à leurs mains chaudes qu'elles enlacent la terre d'une ceinture de mains fraternelles
DESSOUS L'ARC-EN-CIEL DE TA PAIX.

Leopold Sédar Senghor, janvier 1945, publié dans Hosties noires, 1948

 

Une lecture qui appelle à bien des explications et clarifications, historiques et politiques.

Et littéraires bien sûr.

Bien mieux que le brouet guaino-sarkozyste.

Paz y Salud !

Zgur

 

 

14/10/2009

Rappel de vocabulaire : népotisme

Rappel de la leçon de vocabulaire n°1 publiée ici même le 1er novembre 2007 !

 

""Première leçon de vocabulaire :

 

medium_VSD1.jpg

 

NÉPOTISME, subst. masc.


A.HIST. RELIG. Favoritisme de certains papes envers leurs neveux, les membres de leur famille, dans l'administration des affaires. Le népotisme et le scandale des pontifes ne sont plus possibles, comme les rois ne peuvent plus avoir de maîtresses en titre et en honneurs (Chateaubr., Mém., t.3, 1848, p.435). Jamais Souverain Pontife n'avait moins cédé au népotisme, à ce point que ses trois neveux et ses deux nièces restaient pauvres (Zola, Rome, 1896, p.180).

B.P. ext. Tendance à accorder des avantages aux membres de sa famille, à ses amis ou à ses relations indépendamment de leur valeur. Synon. favoritisme. On a écrit qu'en choisissant son neveu pour secrétaire, puis pour successeur, Lord Salisbury n'avait pas fait acte de népotisme. Mr. Balfour eût été en effet un homme remarquable même s'il n'était né dans le clan des Cecil (Maurois, Edouard VII, 1933, p.112). La vénalité, la cooptation, le népotisme viciaient l'administration, déjà faible en soi puisqu'elle était abandonnée en grande partie à l'aristocratie (Lefebvre, Révol. fr., 1963, p.98):

Qu'ils [les ministres] aient placé quelques amis, quelques créatures, des électeurs influents, je le veux bien; le reste est de la calomnie pure. On a fait, il y a quelques années, du népotisme en grand; aujourd'hui on ne l'oserait plus.
Reybaud, J. Paturot, 1842, p.387.

 

Toute ressemblance avec des personnages existant ou ayant existé ne serait etc. etc.

Arf!

Zgur""

 

liberation-cover.jpg

La preuve par l'exemple !

 

La famille Sarkozy va presque finir par nous rendre Patrick Devedjian sympathique. Bel exploit.

re Arf !

Zgur

 

Relire aussi : les définitions de Ploutocratie et d'Oligarchie, encore et toujours d'actualité.

 

12/10/2009

Tout ce qu'on va faire ...

HouseMD.jpg

Dure semaine.

Après la répugnante victoire du Traité de Lisbonne et le visage radieux de Barroso réélu avec les voix du P"S",

Après la réélection effective de l'avionneur de Corbeil Essone, qui ne quittera même pas son bureau de la mairie malgré son inéligibilité,

Après la preuve une fois de plus établie que dans notre pays s''étend la main d'un clan alto-séquanais à tendance talonnette et grosses rayures,

Etc., etc.,

Il n'ya pas de quoi pavoiser.

Et en plus j'ai bossé comme une mule toute la semaine et j'ai une crêve d'enfer (même pas la grippe A!).

Alors faitigue.

Grosse fatigue.

Et se pose encore et toujours la question fatale :

Que faire ?

Que faire ? La question que se posait déjà Nikolaï Tchernychevsky dans son roman de 1862 qui a tant inspiré Lénine que ce dernier en reprit le titre pour son traité politique de 1902 sur l'organisation et la stratégie à suivre du parti révolutionnaire.

La stratégie de prise du pouvoir a réussi.

Mais prendre le pouvoir n'est pas tout. Et peut même n'être rien si c'est pour appliquer les recettes de l'adversaire politique battu et ennemi de classe proclamé (cf la troisième voie (sans issue) du"New" Labour de Tony Blair).

Or Lénine n'a pas résolu les problèmes de la société moderne (pas plus que Blair).

Alors la même question se pose encore un siècle après.

Que faire ?

Putaindebordeldemerde, que faire ?

...

Bon, Hugh Laurie a bien une réponse avec son All we gotta do (Tout ce qu'on va faire)

 

 

Nous voilà donc sauvés.

Ce type, Hugh Laurie, est vraiment génial.

Et pas que pour son rôle du docteur House.

Arf !

Zgur

 

01/10/2009

Les temps sont mûrs pour tuer le cochon

capitalisme.jpg

 

"Les temps sont mûrs pour une science économique où l’on appelle un chat, un chat, et où l’on se remette à parler du capitalisme dans les termes qui lui conviennent : comme un système où le « capital » – à savoir l’argent qui manque là où il est nécessaire pour produire et pour consommer – se trouve concentré entre les mains de ses détenteurs : ceux que l’on appelle à juste titre, les « capitalistes »."

Paul Jorion in Règlements de compte à OK Corral

 

capitalist pig.jpg

"Vous pouvez mettre du rouge à lèvres à un cochon. C'est toujours un cochon. "

Barak Obama en septembre 2008

 

"L'avant-guerre c'est tout de suite
Les carottes sont déjà cuites
La pétoche est sur orbite
Dans l'air il y a d'la mort subite
L'avant-guerre c'est tout de suite
On a le cul sur d'la dynamite"

Gainsgourg chanté par Jacques Dutronc (1980)

 

 

Et aussi ...

Allez l'Irlande, JUST SAY NO !

"QUE VOTRE NON SOIT NON !"

Pour vous, pour nous.

Arf !

Zgur

 

 

 

 

 

 

Frédéric Lefebvre en a encore dit une grosse. Et si on lui coupait la langue avec un sécateur rouillé?

7073.jpg

 

Ca nous ferait des grandes vacances !

Arf !

Zgur

 

shut-up1.jpg

 

 

26/09/2009

Un peu de beauté (nostalgique, graphique et tchèque) dans ce monde de merde

Il y a quelques semaines, j'ai eu la bonne surprise de voir chez mon libraire une série de livres qui ont marqué mon enfance et dont je cherchais depuis longtemps les références, ne me souvenant que du style (un graphisme particuler des années soixante) et du sujet (des villes, Paris, New York, Londres, ...).

PanoramaSasek.jpg

Les éditions Casterman (Tintin, Corto Maltese,...) ont donc eu la bonne idée de rééditer les livres de ce graphiste tchèque, diplômé des Beaux-Art de Paris, dont je découvre aujourd'hui le nom et le reste de l'oeuvre : Miroslav SASEK (1916-1980)

En visitant le site qui lui est consacré, je découvre aussi que ces  livres qui ont enchanté mon enfance font partie d'une bien plus longue série , intitulée "This is ..." qui couvre d'autres villes et même des pays :

map_450.jpg

Même si cela montre une image forcément idéalisée et désormais dépassée des différents endroits dessinés, il ne faut pas oublier que ces livres étaient (et sont toujours dans une certaine mesure ;0) destinés aux enfants.

paris.jpg

Et je resterai toujours quelque part cet enfant émerveillé  par les livres de Miroslav Sasek, découvert à la bibliothèque municipale sous les combles de la mairie de la ville d'à coté, pas loin de l'horloge monumentale.

sf_streetcar_400.jpg

San Francisco

 

m-sasek-news-400.jpg

London

 

Bon, faut que je retourne bouquiner .

Arfidevecci !

Zgur

 

Un blog (en anglais) : This is M. Sasek

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu