Avertir le modérateur

11/05/2010

Les expressions à la con (1): 60 millions de sélectionneurs

60MIOSDESELEC.jpg

Une nouvelle série qui débute sur un sujet qui me tient à coeur : les expressions à la con et autres poncifs ou idées reçues dont la répétition médiatique ou pas agresse mes oreilles.

Commençons donc par une expression qui va de nouveau envahir les gazettes à l'approche de la coupe du monde de footbal et pas plus tard qu'aujourd'hui où ce vendu (à TF1) de Domenech va dévoiler sa liste de tocards :

Il y aurait en France "60 millions de sélectionneurs".

Hein ?

Où ça ?

En France ?

Combien ?

Soi-xan-te ... mi-lli-ons !

C'est pas possible ?

...

Et bien non ! ce n'est PAS possible.

D'abord parce qu'au 1er janvier 2010 la population française est estimée à 65 447 374 habitants, toutes nationalités confondues.

Mais ne pinaillons pas sur une erreur de 5 447 374 habitants.

Il y a plus grave.

Les Françaises représentent plus de 51% de la population et je ne sache pas que cette aimable partie de la population soit particulièrment portée sur la baballe, la panse de cuir remplie d'air, le ballon rond quoi !.

Et ce, malgré tout ce qu'essaie de nous faire croire les sbires et complices de TF1 et de Téléfoot suite à la vaguelette feministo-patriotique qui a égayé les soirées bière-pizza autour du 12 juillet 1998.

Donc, peu ou prou (j'aime bien cette expression) la moitié de la population française n'en a déjà a priori rien a faire des pousseurs de baballe et de leur baballeur en chefaillon.

Ca ramène déjà le chiffre annoncé à moins de 30 millions.

Et on devrait aussi enlever les moins de trois ans (tous sexes confondus), les hommes allergiques au sport en télé ou au foot en général (si, si il y en a), les fans de rubgy exclusifs, les drageurs d'épouses délaissées les soirs de match, etc. etc.

Alors footez nous la paix une bonne fois pour tous avec vos mensongers "60 millions de sélectionneurs". Les quelques de ma famille et de mes amis, ça fait déjà TROP !

Et qu'on n'en parle plus.

De toute façon, je n'aime que la sélection de Gérald Genty (très apprécié ici) que je vous convie à écouter attentivement :

 

h-20-1805520-1258980631.jpg

Domenech, avec sa tête de con vainqueur, va en laisser une, de sacrée trace dans l'histoire de l'équipe de France de Foot.

Sur carton rouge.

Mwahahahahahahharf !

Allez les autres !

Zgur

 

25/04/2010

Nettoyage de printemps et historique de bandeaux

Bon, avant de me remettre sérieusement à coucher de nouveau mes idées de billets ici ou là, il m'était nécessaire de faire un peu de nettoyage dans mes listes de blogs.

Voilà qui est fait.

Quelques archivages.

Beaucoup d'arrivées.

C'est dans la colonne de gauche.

A vous de voir si vous voulez suivre les liens des blogs que vous ne connaissez pas encore.

Et en bonus, voici l'historique des bandeaux que j'ai utilisés depuis que je m'amuse à en créer pour les changer. Dites-moi ceux que vous avez préféré.

BANDEAU.jpg
bandeweb soldier.jpgzgur maginot_fort_and_tracks.jpg
bande naufrage.jpg
bandeweb meduse1.jpg
Zgur civil-war-099.jpg
ZG3.jpg
bandweb revolution Jeevay.jpg
thoir.jpg
banierepoub2.png

Charlize-Theron-nude-desktop3.jpg

Je les aime bien tous, avec quand même une petite préférence pour celui avec les poings ;0)

J'en ai d'autres en chantier.

Je changerai quand je serai lassé de mon tacot.

Arf !

Zgur

 

 

23:18 Publié dans Humeur, Web | Lien permanent | Commentaires (8)

A ceux qui ne font même pas l'effort de prononcer correctement l'islandais

cthulhu-challenge.jpg

Vous ferez comment le jour du retour des Grands Anciens ?

Mwahahahhahhahahahahaha !

Arf !

Zgur

 

 

16/04/2010

Lost in Twitterland

twitter-comic.gif

Bon, c'est vrai.

Il y a relachement sur ce blog.

Deux raisons : j'ai beaucoup de travail (et de fatigue). et depuis deux mois, je twitte.

Donc, je prends moins de temps pour coucher sur mon clavier des reflexions ou des bêtises de plus de 140 caractères.

Et comme je veux continuer à alterner les types de billets ici, j'évite quand même de ne mettre QUE des billets musicaux.

Donc ...

Le rythme a ralenti.

Mais il va bientôt reprendre, je le promets.

En plus, je viens de retrouver un lot de les amrchives ... gouteuses et variées.

Alors encore un peu de patience.

Ou alors retrouvez-moi là : http://twitter.com/Zgur_

Arf !

Zgur

 

 

Le dessin a été trouvé chez Maniac Geek : 15 choses à ne jamais dire sur Twitter

03/04/2010

Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs (3/50) - 1981 & 1984 - Laurie Anderson

 

Lors de sa création, Radio Nostalgie programmait du rock des années 50/60 : Gene Vincent (un peu), Johnny Halliday (déjà) beaucoup, les yé-yés (trop). Aujourd'hui, la nostalgie, ce sont les années 80. A toutes les sauces, la mode, la musique, la coke (?)...

Mais coté musique des années 80 qu'on fait subir aux auditeurs, je m'énerve vite. Ras le bol de ces merdes qui en étaient déjà à l'époque, même si elles on eu du succès.

Ras le bol des "besoins de rien (et surtout pas d'eux), (PAS) envie de toi", ras le bol des "Images", des "Ricci e poveri" à renier de honte ses origines italiennes, et de toutes ces autres bouses (françaises, italiennes ou d'ailleurs) pour les oreilles.

Il y avait plein d'autres musiques, qui ont eu du succès (ou pas) dans ces années 80.

En voici quelques unes que j'écoutais alors, sans volonté d'exhaustivité.

 

En gros paresseux que je suis, je profite subrepticement de corriger le lien vers un fichier clip valable dans mon billet de novembre 2008 sur O Superman de Laurie Anderson (que j'ai manquée à La Villette la semaine dernière) pour en faire le troisième épisode de ma saga musicale personnelle des années 80. Et hop !

 

"A l'époque, cette chanson m'intriguait et me plaisait sans que je la comprenne vraiment.

Aujourd'hui, je la comprends bien mieux et elle m'intrigue et me plait encore plus.

 

"Here come the planes

So you better get ready."

 

O Superman - Laurie Anderson (1981)

O Superman. O judge. O Mom and Dad. Mom and Dad.
O Superman. O judge. O Mom and Dad. Mom and Dad.
Hi. I'm not home right now. But if you want to leave a
message, just start talking at the sound of the tone.
Hello? This is your Mother. Are you there? Are you
coming home?
Hello? Is anybody home? Well, you don't know me,
but I know you.
And I've got a message to give to you.
Here come the planes.
So you better get ready. Ready to go. You can come
as you are, but pay as you go. Pay as you go.

And I said: OK. Who is this really? And the voice said:
This is the hand, the hand that takes. This is the
hand, the hand that takes.
This is the hand, the hand that takes.
Here come the planes.
They're American planes. Made in America.
Smoking or non-smoking?
And the voice said: Neither snow nor rain nor gloom
of night shall stay these couriers from the swift
completion of their appointed rounds.

'Cause when love is gone, there's always justice.
And when justive is gone, there's always force.
And when force is gone, there's always Mom. Hi Mom!

So hold me, Mom, in your long arms. So hold me,
Mom, in your long arms.
In your automatic arms. Your electronic arms.
In your arms.
So hold me, Mom, in your long arms.
Your petrochemical arms. Your military arms.
In your electronic arms.

 

Et quand maman n'est plus là, quoi ?

Arf !

Zgur

 

Tout sur cette chanson sur wikipedia en anglais

La bio de Laurie Anderson (Mme Lou Reed à la ville !)

 

 

BONUS 2010 (ou plutôt 1984):

MrHeartbreak.jpg

Sur son disque "Mister Heartbreak" de 1984, il y a cette chanson "Excellent Birds", ici magnifique en public :

Dans le disque, c'est un duo avec l'excellent Peter Gabriel (dont le dernier disque me laisse pourtant dubitatif malgré toute l'admiration que j'ai pour lui et dont je reparlerai prochainement ici).

Zgur

 

Episodes précédents :

(1/50) - 1980 : Original Mirrors

(2/50) - 1980-1982 : UB40

 

Retrouvez toute la série en cliquant sur : Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs

01/04/2010

Mon poisson d'avril re-fool !

piranhas-teeth.jpg

Banzaï !

Arf !

Zgur

 

08:08 Publié dans Humeur, Humour | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : poisson d'avril

17/03/2010

Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs (2/50) - 1980-1982 : UB40

Lors de sa création, Radio Nostalgie programmait du rock des années 50/60 : Gene Vincent (un peu), Johnny Halliday (déjà) beaucoup, les yé-yés (trop). Aujourd'hui, la nostalgie, ce sont les années 80. A toutes les sauces, la mode, la musique, la coke (?)...

Mais coté musique des années 80 qu'on fait subir aux auditeurs, je m'énerve vite. Ras le bol de ces merdes qui en étaient déjà à l'époque, même si elles on eu du succès.

Ras le bol des "besoins de rien (et surtout pas d'eux), (PAS) envie de toi", ras le bol des "Images", des "Ricci e poveri" à renier de honte ses origines italiennes, et de toutes ces autres bouses (françaises, italiennes ou d'ailleurs) pour les oreilles.

Il y avait plein d'autres musiques, qui ont eu du succès (ou pas) dans ces années 80.

En voici quelques unes que j'écoutais alors, sans volonté d'exhaustivité.

 

UB40 (à prononcer youbi forti et pas u b quarante, please) est une groupe de reggae qui a eu un immense succès dans les années 80 et 90. Mes albums préférés sont trois des quatre premiers, entre leur premier tube (Food for thought et les cuivres d'Astro) et leurs autres très grands tubes (Red, red wine, etc. :

ub40signingoff.jpg

Signing Off (1980) avec le super tube "Food for Thought"
dont nos amis playlisteurs nous parlaient récemment.

UB40Present-arms.jpg
dont est tiré la chanson "One in ten" sur le chomage (voir plus bas, et qui rappelle
le nom du groupe (tiré du nom du formulaire de chomage de l'époque)
et l'engagement des membres du groupe.

ub44.jpg
UB44, sans doute celui qui a eu le moins de succès.



UB 40 - One in ten (1981)

I am the one in ten
A number on a list
I am the one in ten
Even though I don`t exist
Nobody Knows me
Even though I`m always there
A statistic, a reminder
Of a world that doesn`t care

My arms enfold the dole queue
Malnutrition dulls my hair
My eyes are black and lifeless
With an underprivileged stare
I`m the beggar on the corner
Will no-one spare a dime?
I`m the child that never learns to read
`Cause no-one spared the time

[Chorus]

I`m the murderer and the victim
The licence with the gun
I`m a sad and bruised old lady
In an ally in a slum
I`m a middle aged businessman
With chronic heart disease
I`m another teenaged suicide
In a street that has no trees

[Chorus]

I`m a starving third world mother
A refugee without a home
I`m a house wife hooked on Valium
I`m a Pensioner alone
I`m a cancer ridden spectre
Covering the earth
I`m another hungry baby
I`m an accident of birth.

Les paroles de cette chanson parlent des dix pour cent de lapopulation au chomage au Royaume Uni du début des années 80 sous le Tatchérisme le plus brutal.

Je suis un parmi dix
Numéros sur la liste
Je suis un parmi dix
On s'demande même si j'existe
Personne ne me connais
Même si je suis toujours là
Une statistique, un rappel
A un monde qui n'en a rien a faire.

Trente ans après, dans la France de Sarkozy (et pas que), le chomage officiel atteint de nouveau les dix pour cent de la population active. Mais le chiffre réel n'en est sans doute pas souvent passé en dessous depuis longtemps (voir le site sur le NAIRU).

Chanson finalement désespérante derrière son rythme entrainant.

Jusqu'à quand ?

Paz y salud !

Zgur

 

Episode précédent : (1/50) - 1980 : Original Mirrors

 

Retrouvez toute la série en cliquant sur : Mes années 80 (musicales) sont plus belles que les leurs

13/03/2010

One (hu) man, one vote par Johnny Clegg et Savuka

Cette chanson a été écrite en hommage à l'anthropologue sud-africain David Webster, ami de Johnny Clegg et militant antiapartheid, qui fut assassiné en 1989 par des agents spéciaux du Civil Cooperation Bureau du ministère de la défense sud-africain chargé d'infiltrer et d'éliminer les opposants au régime.

 

One (hu) man, one vote (Johnny Clegg & Savuka) - 1989

Bayeza abafana bancane wema
Bayeza abafana bancane wema
Baphethe iqwasha, baphethe ibazooka
Bathi "Sangena savuma thina,
Lapha abazange bengena abazali bethu
Nabadala, bayasikhalela thina ngoba asina voti."

(The young boys are coming,
the young boys are coming.
They carry homemade weapons and a bazooka.
They say "We have agreed to enter a place
that has never been entered before
by our parents or our ancestors
and they cry for us, for we do not have the right to vote.)

Hayiyaah!

The west is sleeping in a fragile freedom
Forgotten is the price that was paid
Ten thousand years of marching through a veil of tears
To break a few links in these chains
These things come to us by way of much pain
Don't let us slip back into the dark
On a visible but distant shore -- a new image of man
The shape of his own future, now in his own hands -- he says:

Chorus:
One 'man, one vote -- step into the future
One 'man, one vote -- in a unitary state
One 'man, one vote -- tell them when you see them
One 'man, one vote -- it's the only way

Bayeza abafana abancane
(The young boys are coming)

Hayiyaah!

In the east a giant is awakening
And in the south we feel the rising tide
The soul inside the spark that gives breath to your life
Can no longer be made to hide
These things come to us by way of much pain
Don't let us slip back into the dark
On a visible but distant shore -- a new image of man
The shape of his own future, now in his own hands -- he says:

Chorus

 

La démocratie a un prix.

Et elle s'use surtout si on ne s'en sert pas.

Alors, demain dimanche, content ou pas, VOTEZ.

Et plutôt vote blanc ou nul qu'abstention car si on atteignait 40% de votes blancs (et nuls) plutôt que 40% d'abstention, cela aurait surement plus de poid dans le débat politique.

Paz y Salud

Zgur

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu