Avertir le modérateur

28/06/2013

Montée du FN, décidément le PS n'a toujours rien compris depuis le 21 avril 2002

 743860114.jpg

La semaine dernière, l'UMP a gagné à Villeneuve sur Lot la circonscription où était élu Jérôme Cahuzac, le pourri qui demandait de la rigueur budgétaire alors que lui s'était soustrait à sa participation fiscale à ce bugdet, et depuis longtemps.

Le FN a perdu.

Mais quel que soit le sens dans lequel on triture les chiffres de ce deuxième tour (ainsi que ceux du premier tour), il est clair que le FN n'a pas tout perdu lors de cette élection. Et surement pas la complaisance des médias à son égard, mais là n'est pas mon sujet d'aujourd'hui.

Parce que on entend de nouveau les pleureuses du PS qui se lamentent de la fin du front "républicain" et qui, une fois de plus, rejettent la faute du PS sur les autres.

Ca n'est pas nouveau.

C'est toujours comme ça depuis un certain 21 avril 2002.

A force, ça devient agaçant.

Alors, j'ai fait une petite recherche dans mes archives. Et j'ai retrouvé ce que j'y cherchais.

Un article de libé du 24 avril 2002 qui m'avait frappé alors, intitulé:

"Je croyais que la gauche, c'était la justice sociale"

Extraits :

"Ahmed, 50 ans. Depuis trente et un ans en France et chez Citroën. «Oh, vous savez, moi, je suis algérien, pas français, alors je vote pas. Mais c'est sûr, je n'aurais pas voté Jospin. Les ouvriers, ils en ont marre des promesses.» Comme beaucoup de ses collègues, Ahmed est très remonté contre la réduction du temps de travail. «Les 35 heures ont arnaqué tout le monde. Les 35 heures, ça a donné trop d'avantages au patronat, ça a aggravé l'exploitation. Moi, je travaille depuis plus de trente ans ici, alors je vais pas commencer à cracher dessus. Mais avant, quand je travaillais le samedi, j'avais des primes. Maintenant, on me demande tout le temps de travailler en week end, et je n'ai rien

...

Et les 35 heures ? «On avait une meilleure paye il y a dix ans, lorsqu'on pouvait faire des heures supplémentaires le samedi. Aujourd'hui, on s'en sort moins bien qu'avant», affirme Patrick.

 ...

«Les 35 heures à l'usine, c'est d'abord de la flexibilité et encore plus de précarité. Chez nous, par exemple, on met maintenant des intérimaires à des postes à temps plein. C'est ça la vérité»

 ...

«chez nous, les 35 heures c'est juste 9 minutes par semaine de gagné». En échange, «il y a le travail de nuit et bientôt le week-end, et les salaires bloqués. On ne profite de rien».

...

«Moi j'ai l'impression que la gauche s'est foutue de nous. J'ai toujours voté PS jusque-là, mais ils ne s'intéressent plus aux ouvriers. Tout le monde se fout de notre gueule.»

...

La gauche ne comprend pas nos problèmes. Aujourd'hui, il n'y en a plus que pour les cadres, nous on ne compte plus.»

 ...

«C'est bien fait pour Jospin. Quand le conflit social battait son plein chez nous, je lui ai écrit personnellement en tant que syndicaliste. Pas de réponse. Pas un signe, rien. J'étais déçue : je ne demandais pas le tapis rouge, mais je pensais vraiment que la gauche c'était la justice sociale.»

 ...

Olivier fait partie des 28 % d'abstentionnistes. Furieux de la campagne du PS. «Au lieu d'aller à la pêche aux idées, avancer des convictions, faire preuve d'audace, la gauche gouvernementale s'est résignée à faire du copier-coller, de la surenchère en négatif plutôt que de s'attaquer aux racines des insécurités.» Il parle des insécurités sociales et économiques. «Quand on a été chômeur, précaire, on est meurtri, et cette sensation colle à la peau. Il faut du temps pour qu'un changement psychologique se produise. Ces insécurités-là sont encore plus violentes que l'insécurité physique.»

 Les mises en gras sont de moi.

Que c'est-il passé depuis 2002 ?

La mondialisation "heureuse" a continué son travail de sape des sociétés civiles avec un "socialiste" (Pascal Lamy) à la tête de l'Organisation Mondiale du Commerce.

La France a eu droit à dix année de droite (Chirac+ Sarkozy)

La trahison du référendum du TCE 2005 et du projet européen avec l'aide active du PS, même revenu au pouvoir (signature du Traité de Lisbonne sans vrai changement ni amélioration).

La crise bancaire qui a prouvé au moins deux choses : le capitalisme ne fonctionne pas selon les règles qu'il affiche puisque régulièrement il vient ponctionner l'argent des États et aussi que le pognon est là, oui, mais pour les banques. La différence c'est que maintenant ça se voit. Très bien.Et ça énerve. Très fort. Pendant que la stratégie du choc, utilisant la dette comme prétexte, se déploie en Grèce, en Espagne, au Portugal, en Italie, ...

Le PS a continué de se détourner des préoccupations populaires (à la remorque de Terra Nova, leur "Terre Neuve", ce pays où ils pourront enfin changer de peuple) pour se concentrer (voire se coucher) sur les préoccupations de "classes moyennes" dont il n'a qu'une très mauvaise définition, disons très (trop) CSP+.

Ah oui, dix ans après les "35 heures" sont toujours là. La droite s'est bien gardée, malgré ses hauts cris, de supprimer ce dispositif pavé de bonnes intention mais qui a apporté l'enfer aux salariés du bas de l'échelle, tellement les socialistes voulaient le mettre en place et étaient prêt à toutes les concessions. L'annualisation du temps de travail, la fin des heures sup' bien payées qui en découlait sont des avantages sur lesquels le patronat ne voudra pas revenir. Alors un jour, pour la "compétitivité", "on" remontera à 39 heures mais on laissera tout le reste en place.

Voilà.

Il serait intéressant que le journaliste de Libé retrouve ses témoins et voient leur évolution.

Elle ne doit pas être très  favorable au PS, ni à l'UMP.

"Je croyais que la gauche, c'était la justice sociale"

C'est la leçon du 21 avril 2002 que le PS n'a jamais voulu tirer.

Il cherche avant tout à se faire élire et réélire.

Quitte à changer d'électorat, comme l'a exprimé clairement Terra Nova.

D'une certaine façon, le PS peut être rassuré. Il a perdu et perd encore son électorat "naturel" mais n'en gagnera pas d'autre, ou du moins pas de façon pérenne.

On en est là.

Et plus avec l'ambiance délétère et les odeurs de pourrissement qui émane d'une partie de nos élites, corrompues...

Ça risque de faire mal.

Bientôt.

Comme l'écrivait Luciano Canfora dans l'Imposture démocratique :

"Le fondement des révolutions est avant tout la tension morale"

On verra bien.

Puisque ...

1724906201.jpgClic clic sur l'image pour écouter
la jolie chanson de Kent


"La fonction du discours de la terreur est de servir de prétexte pour la métamorphose du capitalisme libéral en capitalisme autoritaire."

Peter Sloterdijk

 

politique,ps,parti socialiste,fn,2lection,villeneuve sur lot,jospin,hollande

 

Arf !

Zgur_

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu