Avertir le modérateur

12/09/2009

Sale temps pour les Willy


0155.jpg

Les Amoureux De La Bastille, 1957

 

C'est vraiment un sale été pour les Willy.

Après Willy DeVille parti bien trop tôt il y a quelques semaines, voici le tour du photographe Willy Ronis, parti presque centenaire rejoindre Doisneau, Brassaï et les autres maîtres de la lumière et de l'argentique.

Mais si chaque nouvelle rencontre avec Willy Ronis au hasard des médias me semblait relever d'une grâce et d'un miracle qui semblait devoir durer éternellement malgré les 99 ans du Monsieur, il n'y avait aucune raison décente de craindre la disparition prématurée du guitariste écartelé entre les villes de New York, Paris et la Nouvelle Orléans.

Les voilà partis tous les deux.

Mais nous pourrons toujours profiter de leurs oeuvres, même dans notre sommeil.

 

Willy de Ville : "Even While I Sleep"

"You maybe far away
Or just maybe down the street
I hear every sound that you make
And every time that your heart beats
You’re there in every dream I dream
You’re there even when I sleep"

 

Et que la mort veuille bien ficher la paix aux "Little Willies", merci.

Paz y Salud

Zgur

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu