Avertir le modérateur

22/05/2008

Giscard, inventeur du gestionnaire castré

 1982314072.jpg

 

Cela fait 34 ans que Giscard a été élu à l'Elysée, comme l'a rappellé Guy Birenbaum le jour anniversaire de cette élection le 19 mai.

Dans l'excellent livre de l'excellent John Saul "Mort de la mondialisation" (dont j'ai déjà parlé et sur lequel je reviendrai bientôt), j'ai trouvé ce cinglant portrait de Giscard qui méritait plus qu'une simple citation en commentaire chez Birenbaum :

"Giscard représentait un nouveau style d'homme politique. C'était le spécialiste. L'homme qui pouvait vous débarrasser de vos soucis grâce à son expertise financière. En comparaison de dirigeants comme Charles de Gaulle ou Konrad Adenauer - qui intégraient les sentiments des citoyens à leurs vastes schémas - c'était un dirigeant calme, dépassionné, moderne. Et même postmoderne. C'était le visage même de l'Etat-nation postnationaliste.

Cependant Giscard est parvenu au pouvoir en plein milieu des crises fondatrices du pétrole, de l'inflation, du chômage et de l'absence de croissance. Il a contre attaqué du ieux que pouvait un technocrate, c'est à dire sans le moindre impact. Les taux d'intérêt étaient si élevés qu'ils acculaient à la faillite le secteur privé sans pour autant permettre de contrôler l'inflation. Giscard est devenu perplexe, découragé.
Et puis un soir, il est apparu à la télévision pour s'adresser aux gens. Il leur a annoncé que de grandes forces globales étaient à l'œuvre. C'étaient des forces nouvelles. Des forces inévitables. Des forces tenant à l'interdépendance économique. un gouvernement national n'y pouvait pas grand chose,. Il était impuissant.

Cette apparition historique a sans doute représenté la déclaration initiale présentant la globalisation comme une force échappant au contrôle des hommes. Ce fut aussi l'invention du nouveau dirigeant : le gestionnaire castré. Cette vision a créé une vraie mode chez les dirigeants à tous les niveaux. La réponse facile à la plupart des problèmes difficiles consistait à se lamenter publiquement d'être sans pouvoir. Impuissants. [...] Ce n'étaient pas des problèmes à résoudre. C'étaient des manifestations de la réalité globale. Avec ses amis dirigeants ou gestionnaires dans d'autres pays, tout juste pouvait-on du mieux possible arrondir les angle grâce au management des détails."

 in John Saul "Mort de la globalisation" Payot 2006 pp 130-131

 
Sinon pour moi, l'élection de Giscard en 1974, c'est la vérification du pronostic électoral de ma maman qui avait dit "S'il se présente, il sera élu". C'est aussi la rumeur de la maladie qui aurait du limiter son mandat à un an ! Le syndrôme du mensonge médical pompidolien, sans doute.

Souvenirs partiels de jeunesse. Il faut dire qu'à l'époque, j'étais plus intéressé par le foot que par la politique.

Cela m'a vraiment passé.

Arf !

Zgur 

 

L'illustration est la couverture  par Wolinski d'un livre paru en 1975.

Commentaires

C'est bien le foot.
Bonne journée

Écrit par : Falconhill | 22/05/2008

@ Falcon

C'est comme le reste, ce n'est pus ce que c'était.

;0)

Zgur

Écrit par : Zgur | 22/05/2008

le manager Delanoé devrait diriger le PSG ça l'occuperait et il dirait moins de conneries
il pourrait toujours prendre Giscard comme soigneur il me reste quelques traces rétiniennes de valery en short ça doit pouvoir se retrouver

pour le commentaire perdu et réactivé chez moi...alors là t'es trop fort zgur

respect

Écrit par : tgb-rue-affre | 22/05/2008

Très bien ce rappel de l'acte de naissance de l'impuissance et de la résignation. Tgb a raison: il n'y a que les politiques pour avoir des yeux béats d'admiration pour les "managers" (pour leurs yachts et pour leurs comptes en banques). Cela dit, il est vrai que certains "dossiers" du moment justifierait un certain...doigté politique. Exemples: 1/ ne peut-on pas tout à la fois, poursuivre des recherches OGM, exiger l'étiquetage des OGM ET protéger les productions bio? 2/ je suis aujourd'hui pour continuer à bosser jusqu'à 65 ans, mais à 35 heures et en prenant deux mois de vacances par an. Mais toi, ou toi, ou lui, pouvez tout à fait penser autre chose. Et même moi, je changerai peut être d'avis dans trente ans. Combiner le tout, rendre tout ça permis et compatible, c'est le métier du politique.

Écrit par : etrun | 23/05/2008

Sondage DEL&Poll's*

"Déranger les pierres", la chanson coécrite par Carla Bruni avec Julien Clerc dans son prochain album qui sort le 21 juillet, est-elle:

- Un appel à une reconstitution live de l'Intifada boulevard Saint Honoré?

- La dénonciation d'un complot en cours fomenté par le tandem Bédier-Moscovici?

- La suggestion d'un ticket Mauroy-Juquin pour la présidentielle 2012?

- L'ordre donné par Carla au joaillier de chez Van Cleef et Arpels qui ne comprend pas comment réparer son collier de perles?

- Autre?

- Ne sait pas?

- Hésite encore?

- Préfère éviter de se prononcer?

Veuillez faire parvenir vos réponses, par quelque moyen que ce soit (poste, pli, pneumatique, sous-marin, coursier, sémaphore..., à la rédaction du Del, à Londres, avant le 18 juin 2008.

* Réalisé à la louche auprès de quelques bitosses de passage sur le Net.

Écrit par : etrun | 23/05/2008

Salut Zgur,

Je vais te dire un truc. Giscard en 74, on pouvait pas y échapper (moi j'aurais préféré Chaban avec Delors ( hé oui !) parce que Mitterrand n'avait aucune chance et que Poher était un gros con, aussi vrai que je suis de gauche, mais avec le recul, et vu qu'à cette époque je m'intéressais plus à la politique qu'au rugby (moi, c'était le rugby) je peux t'avouer qu'avec le recul, je pense que ça a été le moins mauvais président de droite depuis 58 !

Il a injecté une petite dose de jeunesse et de modernisme dans la politique (pas beaucoup, hein ?) et des gens comme Simone Veil y ont été pour beaucoup... Cela dit je ne peux t'empêcher de penser ce que tu ressens...

Continue comme ça, Zgur.

PS : sur le village je t'ai piqué une image... Tu me diras combien je te dois ! ;-))))

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | 24/05/2008

@ cuicui

Il me semble aussi qu'on ne pouvait échapper à Giscard en 74, Chaban Delmas ayant lui même saboté ses chances en se déclarant trop tôt (sans compter tous ses faux amis dans son camp).

Un an avec des réformes promises dans son programme (majorité à 18 ans, loi sur l'avortement) et puis six longues années de tentative de gestion managériale aristocratique des détails dont parle John Saul, avec l'inénarrable et pontifiant pseudo meilleur économiste de France, GrosRaymond.

Juste une remarque en passant, Giscard avait promis de ne pas attaquer les personnes qui exprimeraient le fait de ne pas apprécier sa politique ou sa personne. C'était d'ailleurs le test du bouquin "J'aime pas Giscard" qui avait pris la promesse au pied de la lettre. On voit bien que nous avons changé d'époque, Sarkozy ne supportant pas la caricature et multipliant les intimidations (jusqu'aux judiciaires) envers la presse et les critiques.


Sinon, le rugby, c'est bien aussi. Souvent même mieux que le foot.

Et pour la photo, c'est cadeau,
Ou plutôt recel, d'ailleurs.

Arf !

Zgur

Écrit par : Zgur | 25/05/2008

ça procrastine par ici - allez au boulot.....

Écrit par : tgb | 29/05/2008

on refait pas le passé, mais pour ce qui concerne 2012, j'aimerais bien échapper aux 2 candidats qui se profilent parce qu'avec eux, on n'en a pas fini avec l'impuissance politique (voulue et entretenue)

Écrit par : laetSgo | 08/05/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu