Avertir le modérateur

30/08/2006

C’est combien, la démocratie ?

medium_burns_pognon2.gifAlors comme ça, Alain Juppé a fait son caprice. il a obligé le conseil municipal de Bordeaux à démissionner. Tout ça pour que, de retour du Québec, il puisse retrouver son poste de maire quelques mois seulement avant l'échéance normale de l'élection. Et peut-être, qui sait ?,  relancer sa carrière politique nationale.

Rappelons-le quand même : Alain Juppé est membre d’un parti politique qui fustige les gaspillages d’argent public, notamment chez les fonctionnaires. Il nous enjoint aussi de travailler plus si nous voulons avoir une retraite (qui sera réduite).

On pourrait alors espérer de sa part (rires dans la salle) qu’il ait le sens des réalités et des économies pour le budget de l’Etat dont il a eu un temps la charge (ministre du budget de Chirac en 1986-1988).

Mais non. Mais non.

Selon Pierre Hurmic, l’opposant Verts à Juppé à Bordeaux (sur RTL le 30 août 2006), ces élections municipales anticipées coûteront environ 300 000 euros aux contribuables (1), sans compter les coûts induits par la carence de pouvoir pendant au moins un mois et demi à la municipalité et à la Communauté Urbaine de Bordeaux.

C’est le « prix de la démocratie » affirme sans rire Alain Juppé, très jeune retraité de l'inspection des finances à 57 ans et demi, juste avant le réforme des régimes spéciaux dont il a bénéficié (comme Fabius) (2).

Chère démocratie. 300 000 euros !  Deux millions de francs ! Pour (presque) rien.

Il sera sans doute réélu. Peut-être même au premier tour.Et il viendra clamer haut et fort que son « honneur » est rétabli par le suffrage universel. Foutaises car " Alain Juppé a, alors qu’il était investi d’un mandat électif, public, trompé la confiance du peuple souverain." (attendus du jugement en appel le 1er décembre 2004). 

Alors, de ce coté de l' « honneur », il sera en bonne compagnie avec, entre autres, Patrick Balkany, maire UMP de Levallois et Jacques Mellick, maire PS de Bethune. Il y a mieux comme club privé !

Première annonce de Juppé : il arrête son blog !  

Pour faire des économies ? 

 Zgur 

(1) On peut corroborer cette estimation avec les chiffres fournis dans l’étude sur les dépenses électorales en France (là: http://www.minefi.gouv.fr/performance/pdf/audit/audit_3/R...) : Coût moyen des élections municipales par électeur inscrit (2,47 euros) X nb d’inscrits à Bordeaux (110 915) = cout approximatif d’une municipale partielle à Bordeaux = 274 297 euros !

(2) voir http://www.denistouret.net/constit/Juppe.html#15%20janvie...

23:15 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (10)

28/08/2006

« Évidemment » le piratage …

medium_pirate.gifQue les choses soient claires, les chroniques économiques du matin des radios m’énervent prodigieusement. Leurs a priori idéologiques se camouflent difficilement derrière une soi-disant neutralité et une objectivité journalistique qui reste à démontrer.

Aujourd’hui 28 août 2006, sur Europe 1, c’est un coutumier du raccourci, Axel de Tarlé, qui nous entretenait ainsi de la chute d’un distributeur de disques au Etats-Unis :

 " - Towers Records en faillite.

- Tower Records c’est un peu l’équivalent de la FNAC ou de Virgin aux Etats-Unis et pour la deuxième fois en deux ans le célèbre disquaire américain s’est déclaré en faillite aux Etats-Unis. En cause : la chute des ventes de CD qui ont encore reculé de 6% l’an dernier dans le monde.

- Et tout ça à cause évidemment du piratage."

 

Tout est dans ce  "évidemment" prononcé par le journaliste qui relance les différents sujets de la chronique d’Axel de Tarlé. Car sans même connaître ce sujet (Tower records), on peut se poser légitimement la question de savoir pourquoi la déconfiture d’une entreprise serait « évidemment » due à une cause unique et « évidemment » totalement extérieure à l’entreprise.

 La remarque de la chronique d’Axel de Tarlé sous entend :

- que les dirigeants de Tower Records ne sont pour rien dans la faillite de leur entreprise,

- que cette faillite n’est que la conséquence de la baisse des ventes MONDIALES de CD,

- que cette baisse est le seul fait du piratage.

Il semble cependant que les choses soient un peu plus complexes que cela.
Créée en 1960 à Sacramento par Russ Solomon dans le drugstore de son père ; Tower Records a su, pendant 40 ans, profiter des évolutions du marché du disque aux Etats unis. Se développant petit à petit, Towers Records ouvre un magasin à San Francisco en 1968, un à Tokyo en 1973 et , grand saut pour une chaîne régionale états-unienne, à New-York en 1983, au bon moment pour bénéficier du boom du Compact Disc qui va durer un quinzaine d’année. (1).

Tower Records, c’est aujourd’hui 89 magasins dans 20 états des Etats-Unis dont 44 en Californie. Selon la Recording Industry Association of America, il s’est vendu plus de 705 millions de CD en 2005 (-8% par rapport à l’année précédente) dont 13.6 million sur internet (+199% par rapport à 2004) (2)

Pourtant, le distributeur « n'a pas réussi à s'adapter à un paysage en évolution rapide, avec l'irruption d'acteurs comme le magasin en ligne Amazon.com, le géant de la distribution Wal-Mart, ou le développement de la musique numérique. » comme l’écrit le journal québécois Le Devoir (3) qui ajoute que « Wal-Mart cause dans doute du tort à Tower en bradant les CD pour en faire des produits d'appel qui lui permettent de remplir ses magasins ». Cité par le San Francisco Chronicle, Don VanCleave, président de la Coalition des disquaires indépendants états-uniens, rappelle que chaque magasin Tower Records avait son propre acheteur, responsable de son stock, ce qui permettait au magasin de refléter les préférences de sa clientèle locale. Puis la compagnie a décidé de centraliser les achats. Conséquence : une uniformisation de l’offre (2).

Internet n’est donc qu’une partie du problème de Tower Records, la mauvaise gestion stratégique de la direction de l’entreprise semble en cause, sans oublier la concurrence de la grande distribution tentaculaire.

On est loin du piratage, non ?

On est loin de toute « évidence », non ?

J’attend avec impatience les explications prochaines d’Axel de Tarlé sur les bienfaits de la loi DAVDSI sur la création musicale et audio visuelle.

Zgur


Sources :
(1)http://www.pbs.org/newshour/bb/business/july-dec06/music_...

(2)http://sfgate.com/cgi-bin/article.cgi?f=/c/a/2006/08/26/T...

(3)http://www.ledevoir.com/2006/08/28/116839.html

Dessin de Georges Mathieu 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu