La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

08/11/2014

Souvenirs de Berlin, Checkpoint Charlie et le Mur

Billet du 13.08.2011 maj le 08.11.2014

plan_mauer_gross.jpg
(Clic Clic sur l'image
)

Je suis allé deux fois à Berlin.

La première fois, le mur était là.

Bien là.

On n'imaginait même pas qu'il puisse disparaitre de notre vivant.

En tout cas pas moi, con de bidasse en relève d'autres cons de bidasses enfin en longue permission dans leur interminable année de service militaire, aussi interminable que la mienne qui était alors loin d'être terminée.

Je me souviendrai toujours de mon arrivée ferroviaire à Berlin au petit matin au travers des murs, des portails métalliques, des miradors, des fils barbelés, suspicieusement contrôlés par des vopos très antipathiques. J'avais l'impression de me retrouver dans le passage vers la "zone" du film Stalker d'Andreï tarkovski.

Et je me souviens du mur...

Des no man's lands, de l'immense terrain vague rempli de lapins qu'était la Postdamer Platz...

Du passage à Checkpoint Charlie pour une visite à l'Est, tous en uniforme, cornaqués par un officier stressé par le risque (faible) que l'un de nous fasse une connerie.

Le checkpoint Charlie ressemblait alors à ça :

BERLINCPC1985Stig Ekelund.jpg

La photo n'est pas de moi. Je n'ai pas sous la main les quelques photos que j'avais prises à l'époque, j'en rajouterai quand je les aurai retrouvées dans mes cartons.

Puis après quelques semaines, je suis rentrée en France terminer mon service dans l'ennui et la bêtise ambiante propre à cette période, que sauve seulement le souvenir de quelques amitiés forgées face à cette bêtise et celui de ce passage par Berlin à ce moment si spécial de son histoire.

Plusieurs années après, c'est - enfin - la chute du mur.

Berlin réunifié. Et ensuite, l'Allemagne.

Et puis cette année, je suis retourné à Berlin, en famille cette fois.

C'est bien sûr une autre ville que j'ai vue et visitée, tout en expliquant aux Zguriños le mur, l'histoire, les changements.

Aujourd'hui, Checkpoint Charlie est une attraction touristique. Les no man's lands ont été livrés aux promoteurs immobiliers et à l'ordre marchand, malgré quelques déclarations d'intention sans suite.

 

PanoramaCPChBerlin.jpg

 

L'emplacement du mur reste matérialisé par une double ligne de pavés entrecoupés de plaques commémoratives en fonte.

plaquemur.jpg

Et quelques pans du mur subsistent ça et là.

Notamment ceux de la "East Side Galery"/Mühlenstraße (décorés au lendemain de la chute du mur).

mauer2.jpg

Mais pour moi, la plus belle photo du mur reste celle-là (elle n'est pas de moi ;0) :

berlin11.jpg

...

Et allez à Berlin.

Cette ville vaut vraiment le déplacement.

En attendant la destruction d'autres murs ...

Que l'on croit, ou que certains souhaitent éternels.

Arf !

Zgur_

 

MAJ du 08.11.2014

Voilà. Ça fait 25 ans que le "le Mur est tombé".

Impressionnante commémoration à Berlin avec ces ballons lumineux installés sur l'emplacement du Mur :

politique,berlin,mur,checkpoint charlie,rda,rfa,honeckerPhoto Reuters vue chez 20 mn

Ce qui donne ça vu du ciel :

politique,berlin,mur,checkpoint charlie,rda,rfa,honecker

 

 

15/10/2014

Première réaction de Sarkozy au départ de Lavrilleux de l'UMP

Sarkozy-lavrilleux.png

"L'UMP : Une Mascarade de Procédure !"

Et Lavrilleux fait des jeux de mots maintenant !

Mwarf !

Zgur_

09/10/2014

Quand la SNCF se fout de ma gueule (et pas que de moi)

Hier soir 8 octobre 2014 à la Gare Saint-Lazare à Paris :

P1210368-sncf01.jpg

P1210366-sncf02.jpg

Alors ...

des retards de trains à cause :

- des grèves (généralement justifiées par la fourberie et la surdité de la direction de la SNCF*)

-  des connards (ou pas) qui tirent sur le système d'alarme

- des pannes de matériel

- de la pluie

- de la neige

- du verglas

- des feuilles mortes (mais si, mais si)

...

 

J'ai déjà donné.

Mais ça :

 

P1210367-sncf03.jpg

C'est une première !

Une variante WTF de la panne de matériel

Et ...

un summum du foutage de gueule !

 

Je n'ai qu'un seul mot à dire :

 

BRA-VO !

 

Au prochain contrôle, ma carte Navigo sera aussi en réparation !

Elle sera présenté avec un retard d'environ 15 minutes.

...

Et je serai désolé pour la gêne occasionnée.

...

Arf !

Zgur_

 

 

 

* Donc, pas la peine de venir polluer mes pages avec des hululements anti cheminots ou anti grévistes.

Allez plutôt lire ça

VIVE LA GREVE ! NON A LA PRISE D'OTAGE DES FRANCAIS PAR LA CLIQUE SARKOZISTE (2007)

et ça :

Des arguments pour claquer la gueule aux anti-grévistes (2007)

 

 

 

19/09/2014

Un peu de beauté dans ce monde de merde (3) : Tahitian moon

Billet du 14.03.2009 - MAJ 19.09.2014 

Hier, 18 septembre 2014, Michael Franks a eu 70 piges ! Argh.

Un des quelques représentants de la "musique californienne" dont j'aime la musique (non, PAS Toto)!

Enjoy !

"Tahiti, take me in your arms again !"


467px-Paul_Gauguin_145.jpg

Paul Gauguin, “Deux Filles Portant Un Plat de Fruits”


TAHITIAN MOON

Had to get away

I couldn't stand another dreary day

Of people with the same expression on each face

Guess I needed to find some secret place

I bought a round trip cheap

I broke my lease and gave away my heap.

I flew down to Tahiti where soft breezes blow,

And I rented a grass roof bungalow.

 

There I met an island girl so fair

She was the child of a dream

We both wore flowers in the hair

Bathing each day in the stream

Perfumes around and everywhere

Out of the sea she came to me,

Suddenly we were vis-a vis

Lovers beneath a mango tree,

Under the Tahitian moon

 

Now I'm saving my way back to you

Tahiti, take me in your arms again

 

I knew I couldn't stay,

I couldn't stay another perfect day,

Of leaving in this paradise without an end

Guess I needed to feel confused again

I promised to return

The tears upon her cheeks began to burn

She handed me a note I promised not to lose

It's the love, It's the pain you can't refuse

 

There

I left my island girl so fair

She was the child of a dream

We both wore flowers in the hair

Bathing each day in the stream

Perfumes around and everywhere

Out of the sea she came to me,

Suddenly we were vis-a vis

Lovers beneath a mango tree,

Under the Tahitian moon

 

Now I'm saving my way back to you

Tahiti, take me in your arms again

Paroles et musiques : Michael Franks (1982)

 

Paz y salud

Zgur

 

Bonus :

Site officiel de Michael Franks : www.michaelfranks.com

Sa discographie complète ici

 

 

voir aussi Un peu de beauté dans ce monde de merde (2)

16/09/2014

PS la fronde (en carton)

Billet du 02.09.2014 MAJ le 16.09.2014


Il y avait la Fronde de Thierry et puis il y a ... la fronde du .

PS-LA-FRONDE.jpg

 

Faut pas confondre !

Confirmé le 16.09.2014, par le vote de confiance au gouvernement Valls2:

 

voteVALLS2.png

Lire "Vote de confiance : qu'ont voté les frondeurs ?"


Comme on dit chez moi, "on n'est sorti le cul des ronces !"

Vers la Guerre Civile Et Sociale ...

Mwarf !

Zgur_

09/08/2014

De nos prairies ils avaient faim, ils avaient soif de nos matins

J'aime beaucoup Robert Charlebois (j'en ai déjà parlé sur ce blog, voir ou ).

Et j'aime particulièrement cette chanson Wasichu


 

Wasichu

Ils sont venus de l'océan
sur des bateaux beaucoup trop grands
ils sont venus de l'océan
avec des yeux couleur de sang

Et des qu'ils ont touché la terre
ils nous ont appelés leurs frères
3 jours après c'était la guerre
la guerre

Il a fallu partir très loin
très loin n'était pas assez loin
de nos prairies ils avaient faim
ils avaient soif, de nos matins

Alors on a fui vers le nord
vers les brumes du Labrador
il a fallu marcher encore
encore, encore

Aujourd'hui après tant d'années
on ne peut pas les oublier
ces hommes blancs qui souriaient
en nous apportant des colliers

Et maintenant dans le Grand Nord
bien au delà du Labrador
il faut encore marcher
encore, encore.

La chanson de Charlebois parle des Indiens du Canada, mais elle vaut aussi pour les "Indiens" d'Amérique en général, et des États-Unis en particulier : 

politique,musique,chanson,charlebois,robert charlebois,wasichu,israel,palestine,gaza,terra nullius

J'en parlais déjà avec une chanson des Talking Heads ici.

Mais cette carte fait furieusement penser une autre, tristement d'actualité ces temps-ci :

ISRAEL-PALESTINA.jpg

 

Car ce qui rapproche particulièrement États-Unis et Israël, c'est que ce sont deux pays de colons !

Deux pays qui, comme les anglais au Canada et en Australie (1) notamment, se crurent et se croient encore arriver sur une (2) à conquérir.

Un état d'esprit très révélateur du sionisme (3), démontré dans dans la contestation même de cette carte, lire ici "The map that lies", et dans ces citations (source ici) :

"The land without people—for the people without land."
"Une terre sans peuple pour un peuple sans terre"

— Israel Zangwill, 1901 

"But there are Arabs in Palestine. I did not know."
"Mais il y a des Arabes en Palestine. Je ne savais pas."

— Max Nordau, 1897

"We shall spirit the penniless population [Palestinians] across the border....the process of expropriation and removal of the poor shall be carried out discreetly and circumspectly."
"Nous escamoterons la populations sans le sou [Les Palestiniens] jusque de l'autre coté de la frontière ... Le processus d'expropriation et de déménagement des pauvres devra être accompli discrètement et prudemment."

Theodor Herzl's Diaries , about 1896

Qui, pour être anciennes, n'en sont pas moins révélatrices.

Et aussi hélas, encore d'actualité.

Puisque pour le gouvernement israélien à propos des palestiniens, comme dans la chanson de Charlebois à propos des Indiens :

très loin n'est pas assez loin !

...

Jamais assez loin :

GAZA-recule.jpg

 

Pas de Grand Nord pour les palestiniens, mais certains (pas tous) leurs souhaitent le même destin qu'aux "indiens".

Pas tous, mais trop.

Pas tous mais assez pour une guerre éternelle, perpétuelle.

Qui nous met TOUS en danger.

Le colon, moteur de l'histoire et malheur des peuples.

Hélas.

Pour nous tous.

 

Zgur_

 

MAJ à 22h00 : les traductions en français des citations ci-dessus, plus les trois notes ci-dessous

 (1) cf le combat d'Eddie Koiki Mabo dans l'annulation en 1992 de la fiction juridique de terra nullius en Australie

(2) "considérée terra nullius la terre non cultivée par les habitants indigènes. Cette terre n'étant pas cultivée, elle n'était pas considérée comme utilisée à bon escient. Ceux qui ont fait l'effort de la cultiver ont conséquemment le droit de propriété sur elle."

(3) voir aussi le film Kedma du réalisateur israélien Amos Gitaï dont l'action se déroule dans les jours précédant la proclamation de l'Etat d'Israël (Bande annonce).

 

 

03/08/2014

3 août 14

 politique,guerre 1914-1918,3 août 1914,gabriel cheallier,la peur,guerre,poilus

 

"Les hommes ont bêtes et ignorants. De là vient leur misère. Au lieu de réfléchir, ils croient ce qu'on leur raconte, ce qu'on leur enseigne. Ils se choisissent des chefs et des maîtres sans les juger, avec un goût funeste pour l'esclavage.

Les hommes sont des moutons? Ce qui rend possibles les armées et les guerres. Ils meurent victimes de leur stupide docilité.

Quand on a vu la guerre comme je viens de la voir, on se demande : "Comment une telle chose est-elle acceptée ? Quel tracé des frontières, que honneur national peut légitimer ça ? Comment peut-on grimer en idéal ce qui est banditisme et le faire admettre ?

On a dit au Allemands : "En avant, pour la guerre fraiche et joyeuse ! Nach Paris et Dieu avec nous, pour la plus grande Allemagne !" Et les lourds Allemands paisibles qui prennent tout au sérieux se sont ébranlés pour la conquête, se sont mués en bêtes féroces.

On a dit aux Français : "On nous attaque. C'est la guerre du Droit et de la Revanche. A Berlin !" Et les Français pacifistes, les Français qui ne prennent rien au sérieux, ont interrompu leurs rêveries de petits rentiers pour aller se battre.

Il en a été de même pour les Autrichiens, les Belge, les Anglais, les Russes, les Turcs, et ensuite les Italiens. En une semaine vingt millions d'hommes civilisés, occupés à vivre, à aimer, à gagner de l'argent, à préparer l'avenir, ont reçu la consigne de tout interrompre pour aller tuer d'autres hommes. Et ces vingt millions d'individus ont accepté cette consigne qu'on les avait persuadés que tel était leur devoir.

Vingt millions, tous de bonne foi, tous d'accord avec Dieu et leur prince... Vingt millions d'imbéciles ??? Comme moi !

Ou plutôt non, je n'ai pas cru à ce devoir. Déjà, à dix-neuf ans, je ne pensais pas qu'il y eût de la grandeur à plonger un arme dans le ventre d'un homme, à me réjouir de sa mort.

Mais j'y suis allé tout de même."

Gabriel Chevallier, in "La Peur" (1930)
Le livre de poche - pp. 21-22

 

politique,guerre 1914-1918,3 août 1914,gabriel cheallier,la peur,guerre,poilus
«Tout le monde devrait lire et relire La Peur Jacques Tardi


"A Berlin, ceux qui ont voulu cela paraissent aux balcons des palais, en grand uniforme, dans la posture où il convient que soient immortalisés les conquérants fameux.

Ceux qui lancent sur nous deux millions de fanatiques, armés de canons à tir rapides, de mitrailleuses, de fusils à répétition, de grenades, d'avions, de la chimie et de l'électricité, resplendissent d'orgueil. Ceux qui ont donné le signal du massacre sourient à leur gloire prochaine.

C'est l'instant où devrait être tirée la première bande de mitrailleuse - et la seule - sur cet empereur et ses conseillers, qui se croient forts et surhumains, arbitres de nos destinées, et ne sont que misérables imbéciles. Leur vanité d'imbéciles perd le monde.

A Paris, ceux qui n'ont pas pu éviter cela et que cela surprend et dépasse, et qui comprennent que les discours ne suffisent plus, s'agitent, se consultent, conseillent, préparent en hâte des communiqués rassurants et lancent la police contre le spectre de la révolution. La police, toujours zélée, cogne dans les  figures qui ne sont pas assez enthousiastes.

A Bruxelles, à Londres, à Rome, ceux qui se sentent menacés font le total des forces en présence, supputent les chances et choisissent un camp.

Et des millions d'hommes, pour avoir cru à ce qu'enseignent les empereurs, les législateurs et les évêques, dans leurs codes, leurs manuels et leurs catéchismes, les historiens dans leurs histoires, les ministres à la tribune, les professeurs dans les collèges et les honnêtes gens dans leurs salons, des millions d'hommes forment des troupeaux innommables que des bergers galonnés conduisent vers les abattoirs au son des musiques.

En quelques jours, la civilisation est anéantie. En quelques jours, les chefs ont fait faillite. Car leur rôle, le seul important était justement d'éviter cela.

Si nous ne savons pas où nous allions, eux, du moins, auraient dû savoir où ils menaient leurs nations. Un homme a le droite d'être bête pour son propre compte, mais non pas pour le compte des autres."

Gabriel Chevallier, in "La Peur" (1930)
Le livre de poche - pp. 24-25


Des propos tellement actuels.

Trop.

...


Zgur_ - 3 août 14 -

31/07/2014

Jaurès - cent ans

jeanjaues.jpg

Voilà donc déjà cent ans que Jaurès a été assassiné.

Et qu'on continue de l'assassiner en essayant de s'accaparer sa pensée en la trahissant (Sarkozy ou Hollande, entre autres).

Vous allez beaucoup en entendre parler aujourd'hui.

Et beaucoup entendre cette belle chanson de Jacques Brel :


Les hommages seront vibrants, c'est certain.

Mais combien d'hypocrites ?

Combien, ici ou ailleurs, ne supportent pas d'appliquer ceci (entre autre), que disait Jaurès :

"Il ne faut pas étrangler la liberté même avec la cravate d'un drapeau"

J'ai quelques noms.

Arf !

Zgur_

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu